*

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 29 octobre 2017

DE QUOI LIRE ou RELIRE

Livres que l'on m'a donnés...

livres,loisirs,culture,auteurs,écriture,littératurelivres,loisirs,culture,auteurs,écriture,littératurelivres,loisirs,culture,auteurs,écriture,littératurelivres,loisirs,culture,auteurs,écriture,littératurelivres,loisirs,culture,auteurs,écriture,littérature

jeudi, 26 octobre 2017

Extrait de mon livre QUELQUE PART UN HERITAGE

Amélie profite tous les jours d'un rayon de soleil pour se chauffer à la porte de la chaumière. Elle aime ça. En attendant que sa mère soit prête, elle s'habille plus chaudement et regarde dans la rue les charrettes qui passent. Dans leurs manteaux d'hiver, les voilà parties au bord de la rivière où Rosalie, Marie et Marcheline bavardent en savonnant leur linge. Elles aperçoivent Amélie et Pélagie, elles leur font signe. Pélagie dépose le panier et Antoine au pied d'un arbre. Abandonnant sa lessive, Marcheline se précipite vers Pélagie pour lui demander des nouvelles du bébé et, le voyant étendu sur l'herbe, elle s'agenouille près de lui. Antoine ouvre de grands yeux. Marcheline dit qu'elle le trouve bien changé. Pélagie lui dit qu'il grandit sans poser aucun problème. Rosalie et Marie s'approchent pour participer à la conversation. Pendant ce temps, avec ses petites mains, et jetant de temps en temps un regard sur son petit frère, Amélie trempe et frotte le linge sortit du panier. Elle relève ses manches et donne du coeur à l'ouvrage pendant que sa mère discute avec ses amies. Les mains engourdies par le froid, elle sort les pièces de l'eau, une à une, les essore et les fait sécher au soleil derrière elle, en écartant les doigts pour bien les lisser. Pélagie, regardant sa fille travailler seule, abandonne les femmes car il faut penser au linge d'abord... Elle se met à genoux et commence à laver ce qu'Amélie n'a pas pu frotter et battre. Elle étend ensuite chaque pièce sur l'herbe au soleil. Pendant que tout sèche, elles mangent au bord de l'eau et papotent joyeusement avec les autres. Le vent ne s'est pas encore levé qu'elles ont terminé. Amélie s'essuie la bouche et se lève pour aider sa mère à plier chaque pièce. Elles déposent ensuite le linge dans le panier et font signe au revoir à Rosalie, Marie et Marcheline qui rangent leur affaires et s'apprêtent aussi à partir. Pélagie prend Antoine dans ses bras et le serre contre elle sous son manteau. Amélie soulève le panier, aidée de sa mère. Toutes les deux rentrent tranquillement...

auteur,livre,18ème siècle,charrette,rivière,cultureauteur,livre,18ème siècle,charrette,rivière,cultureauteur,livre,18ème siècle,charrette,rivière,culture

 

lundi, 23 octobre 2017

RECETTE DE CHAUSSON MENDIANT (pour 4 personnes)

J'ai trouvé cette recette récemment sur un livre appartenant à ma maman.

Je l'ai essayée samedi et nous avons dégusté ce chausson hier. On peut aussi découper la pâte brisée en 4 disques pour faire 4 petits chaussons.

recette de cuisine,pommes,chaussons aux pommes,figues,dattes,raisins secs

Je vous la recommande !

 

Il vous faut : 250 grs de pâte brisée - 200 grs de pommes (ce qui fait 1 pomme) - 50 grs de raisins secs - 50 grs de figues sèches - 50 grs de dattes - 1 cuil à soupe de rhum - 6 cuil à soupe d'eau - 1 cuil à soupe de poudre d'amandes, 60 grs de cassonade blonde - 1 jaune d'oeuf, quelques noix de beurre.

 

1 - Pelez et coupez la pomme en dés. Faites gonfler les raisins secs dans l'eau et le rhum. Hachez les figues et les dattes dénoyautées. Mélangez le tout avec la poudre d'amandes et la cassonade.

2  Ajoutez les raisins secs au mélange après les avoir égouttés.

3 - Répartissez le mélange de figues, dattes, raisins secs, poudre d'amandes et cassonade sur la moitié de la pâte (ou les 4 disques qui formeront 4 petits chaussons).

4 - Posez une noisette de beurre au-dessus du mélange. 

5 - Repliez en formant le chausson et soudez les bords en les mouillant. 

6 - Dorez au jaune d'oeuf.

7 - Faites cuire 15 à 20 minutes (ou plus si besoin) au four chaud à 200 ° (th 6 ou 7).

SUGGESTION : on peut remplacer la pomme par des poires et des pépites de chocolat ou par des abricots avec des amandes.

 

vendredi, 20 octobre 2017

Quelques citations en relation avec mon livre qui vient de paraître chez TheBookEdition

Tous les souvenirs de nos parents, de nos ancêtres, sont inclus dans nous (François DOLTO).

Nous étions là, nous ne sommes plus, nos enfants continuent notre histoire.

On ne change pas en un jour un mode de vie hérité de ses ancêtres (Richard COWPER).

Ces papiers, ces parchemins laissés là depuis longtemps ne demandaient pas mieux que de revenir au jour. Ces papiers n'étaient pas des papiers mais des vies d'hommes (Jules MICHELET).

Les vivants ne peuvent rien apprendre aux morts, les morts, au contraire, instruisent les vivants (F. R. de CHATEAUBRIAND).

Ceux qui sont morts ne sont jamais partis. Ils sont dans l'ombre qui s'éclaire. Et dans l'ombre qui s'épaissit. Les morts ne sont pas sous la terre. Ils sont dans l'arbre qui frémit. Ils sont dans le bois qui gémit. Ils sont dans l'eau qui coule. Ils sont dans l'eau qui dort (Birago DIOP).

citations,ancêtre,écriture,enfants,famille,racines

mercredi, 18 octobre 2017

MON NOUVEAU LIVRE VIENT DE SORTIR

OUBLIER SES ANCETRES, C'EST ETRE UN RUISSEAU SANS SOURCE, UN ARBRE SANS RACINES (Proverbe chinois).

Il y a 4 ans, j'ai commencé l'écriture de mon livre QUELQUE PART UN HERITAGE.

Je viens de le terminer et de le publier. Si cela vous intéresse, rendez-vous sur le site de publication où vous pourrez lire un extrait : 

https://www.thebookedition.com/fr/quelque-part-un-heritag...

livre,écriture,auteur,culture,littérature,recueil,histoire

vendredi, 13 octobre 2017

LE JARDIN CETTE SEMAINE

J'ai fait quelques petits travaux de peinture ce jeudi : le relax, une des tables de jardin et un petit pot de fleurs, mais il me manque du jaune, du orange et du gris pour terminer.

jardin,automne,travaux,fleurs,peinture,loisirs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

jardin,automne,travaux,fleurs,peinture,loisirs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

jardin,automne,travaux,fleurs,peinture,loisirs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le cactus de Noël fat déjà des boutons.

jardin,automne,travaux,fleurs,peinture,loisirs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

jardin,automne,travaux,fleurs,peinture,loisirs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une primevère est toujours en fleurs.

jardin,automne,travaux,fleurs,peinture,loisirs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le coin de jardin aménagé cet hiver donne toujours satisfaction. Je rajouterai quelques plantes au printemps. Il faudra juste penser à mettre un crépi sur les côtés (mur de séparation et bas de la terrasse). A voir dans les mois qui viennent ou l'année prochaine.

jardin,automne,travaux,fleurs,peinture,loisirsjardin,automne,travaux,fleurs,peinture,loisirs

mardi, 10 octobre 2017

GABRIELLE

A l'âge de 29 ans, ma mère accouchait de son 5ème enfant.

Pour l'aider à la sortie de la maternité, Gabrielle, une aide-ménagère, fut recrutée. J'ai de très très vagues souvenirs de cette dame... je n'avais que 4 ans et demi quand ma petite soeur est née. On m'a donc un peu raconté cette période. Ce serait la mère de mon père qui aurait fait la démarche pour obtenir son aide.

Patiente, courageuse, douce et efficace, elle s'occupait en priorité des lessives de notre grande famille. Le seul souvenir vague que j'ai est celui-là : je la vois dans la cuisine s'occupant du linge qui bouillait dans une lessiveuse. Elle n'était pas bavarde il me semble.

Elle aidait au ménage également. Elle ne venait pas tous les jours mais elle soulageait grandement ma mère.

5 enfants âgés de 1 an et 9 mois, 4 ans et 4 mois, 6 ans et 3 mois, 7 ans et 9 mois, plus un bébé, c'est beau mais cela fait du bruit, bouge dans tous les sens, et le linge sale de chacun s'accumule à une vitesse folle... sans parler du ravitaillement à faire chaque jour et ensuite des repas à préparer.

souvenirs,enfance,famille,écriture,jours heureux,auteur

 

vendredi, 06 octobre 2017

ANECDOTE (citations)

L'anecdote, c'est la boutique à un sou de l'histoire (E. et J. de GONCOURT).

Dans le monde, l'anecdote est à double fin. Aux gens de valeur, elle permet de dissimuler leurs pensées, aux autres, leur nullité (Fernand VANDEREM).

auteur,culture,citations,littérature

mardi, 03 octobre 2017

MON 1er CHAT

Je devais avoir 7 ans quand une petite chatte de gouttière, tigrée, grise, est arrivée dans notre jardin, derrière la maison, un jour de septembre. Elle passait tous les jours nous voir et se laissait caresser. Puis elle repartait d'où elle était venue. Un jour, Maman lui apporta un bol de lait. Ainsi commença notre vie ensemble. Pas effrayée du tout, la petite chatte aimait les enfants, elle accepta le lait puis un peu de viande que maman lui offrait de temps en temps. Maman fit son enquête dans le quartier pour savoir à qui elle appartenait. La chatte n'appartenait à personne. Elle la baptisa Mimine.

souvenirs,écriture,enfance,chat,animal domestique,amour,tendresse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand j'étais bébé, mes parents avaient un lapin qui courait dans leur appartement. Ma mère me racontait qu'il entrait dans le parc à barreaux de bois où je jouais. Ce lapin fut notre premier animal de compagnie avant que Mimine ne vienne s'installer dans notre maison 6 ans plus tard.

Elle nous donnait régulièrement des chatons que maman ne désirait pas garder, sauf quelques années plus tard où son bon coeur prit le dessus. Le fils de Mimine fut appelé Moumousse, et la fille, Moussette. Je ne vous raconterai pas comment maman se débarrassait des bébés chats, je ne veux pas vous retourner le coeur. Mimine vécut à peu près 15 ans et Moussette 16 ans. Moumousse fut malheureusement heurté par une voiture dans notre rue quand il avait quelques années.

souvenirs,écriture,enfance,chat,animal domestique,amour,tendresse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Moussette nous a donné un bébé roux que nous avons offert à nos petits voisins, tombés sous le charme. Ce bébé pleurait tellement que les enfants nous l'ont rendu au bout de quelques jours. Très indépendant, ce petit rouquin voyageait beaucoup dans le quartier et, un jour, nous ne l'avons plus revu. Nous ne savons pas ce qu'il est devenu.

Nous avons recueilli d'autres chats, Mickey, Bardot, Emilie, Tendresse, Titi, etc... Arrivé au chiffre 13 ou 14, Maman tenait un cahier où elle notait quel chat était venu manger et à quelle heure, afin de ne pas privilégier l'un ou l'autre.

A la fin des années 90, ma mère a pris la décision de ne plus recueillir d'autres chats, sage décision étant donné le travail, les soucis, les soins et le coût des visites chez le vétérinaire. Egalement à cause de son âge, ma mère avait 70 ans en 1998...

(En photo, Mimine et Moussette).

 

 

jeudi, 28 septembre 2017

LA PETITE RUE SILENCIEUSE (Paul Fort)

Ce poème me rappelle mon enfance, ma petite soeur l'avait appris et avait dessiné la petite rue sur la page de gauche de son cahier de récitations.

LA PETITE RUE SILENCIEUSE

Le silence orageux ronronne.

Il ne passera donc personne ?

Les pavés comptent les géraniums.

Les géraniums comptent les pavés.

Rêve, jeune fille, à ta croisée.

Les petits pois sont écossés.

Ils bombent ton blanc tablier

Que tes doigts roses vont lier.

Je passe de noir habillé.

Un éclair au ciel t'a troublée,

Jeune fille, ou c'est donc ma vue ?

Tes petits pois tombent dans la rue.

Sombre je passe

Derrière moi les pavés

Comptent les petits pois.

Le silence orageux ronronne.

Il ne passera donc personne ?

poésie,poème,poète,culture,écriture,littérature,livre

 

 

 

 

 
Page précédente 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 Page suivante