*

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 17 juin 2016

BON WEEK END A TOUS (mon cactus est fleuri)

 

week end,souhaits,fleurs,photos,jardin,loisiirsweek end,souhaits,fleurs,photos,jardin,loisiirsweek end,souhaits,fleurs,photos,jardin,loisiirs

mardi, 14 juin 2016

FLEURS AU JARDIN

jardin,fleurs,été,printemps,jardinage,plantesjardin,fleurs,été,printemps,jardinage,plantesjardin,fleurs,été,printemps,jardinage,plantesjardin,fleurs,été,printemps,jardinage,plantesjardin,fleurs,été,printemps,jardinage,plantesjardin,fleurs,été,printemps,jardinage,plantesjardin,fleurs,été,printemps,jardinage,plantesjardin,fleurs,été,printemps,jardinage,plantesjardin,fleurs,été,printemps,jardinage,plantesjardin,fleurs,été,printemps,jardinage,plantesjardin,fleurs,été,printemps,jardinage,plantesjardin,fleurs,été,printemps,jardinage,plantesjardin,fleurs,été,printemps,jardinage,plantesjardin,fleurs,été,printemps,jardinage,plantes

mercredi, 08 juin 2016

ENFANTS EN VACANCES

Quand nous ne partions pas en vacances, nous passions quelquefois notre temps avec nos petits voisins, Sylvère et David, qui habitaient la maison près de l'école des garçons. Leur père était instituteur et avait trois fils. Nous aimions jouer sur le terrain de sport du collège qui se trouvait près de leur maison. Un jour de beau temps, ils s'amusaient sous le portique où pendaient les cordes à noeuds que les collégiens devaient monter en cours d'éducation physique.

souvenirs,enfance,jeux,vacances,été,histoires,textes brefs

 

 

 

 

 

 

 

Nous les regardions jouer à tourner autour en riant. David, le plus jeune, alors âgé de 6 ans, décida de monter en haut par l'échelle et de marcher tout le long pour redescendre de l'autre côté par l'autre échelle. Le sable en-dessous servait à amortir les chutes des élèves. Mais de là-haut, David glissa et fit une chute lourde sur son petit camion métallique qu'il avait fait rouler sur le sable tout à l'heure. Surpris par son arrivée brusque en bas, il resta un moment sans parler. Sa lèvre s'était ouverte et du sang coulait le long de son menton. Voyant la gravité de son état, nous sommes restés silencieux, sans oser bouger, la main sur la bouche. Il fallait le reconduire chez ses parents qui n'avaient pas vu l'accident. Nous n'avions pas le choix. Sa maman et sa grand-mère qui étaient dans la cuisine se sont mises à crier à la vue du sang. Elles étaient furieuses ! Les jeux terminés, nous nous sommes éclipsées. Nous avons su le lendemain que David avait eu plusieurs points de suture à la lèvre. Quand il fut remis, nous l'avons accueilli avec son frère à la maison pour reprendre nos jeux de cartes, nain jaune et mille bornes, ou jeux de l'oie, de dames et de petits chevaux.

souvenirs,enfance,jeux,vacances,été,histoires,textes brefs

 

vendredi, 03 juin 2016

LES MALHEUREUX

On prend parfois comme une mauvaise habitude d'être malheureux. (George ELIOT - Le moulin sur la Floss).

(Lire ici le résumé du livre Le Moulin sur la Floss :)

 http://www.malibrairie.net/recommandations/coups-de-coeur...

eliot.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les hommes prennent-ils donc le malheureux pour un gladiateur qui doive mourir avec grâce sous leurs yeux, comme l'exigeait la populace romaine ? (GOETHE).

GOETHE.jpg

14:51 Publié dans Citations | Lien permanent | Commentaires (15)

samedi, 28 mai 2016

DANS LA FORET (souvenir d'enfance)

Nous passions de bons moments dans la forêt, les dimanches, dès que le printemps arrivait. Les feuilles de l'automne dernier, tombées sur le sol, formaient un tapis qui sentait bon.

Pendant que nos parents discutaient avec grand-père et grand-mère autour d'une petite table de pique nique, nous partions à la découverte du coin. Maman nous surveillait de temps en temps et nous demandait de ne pas nous éloigner. Comme Robinson sur son île, nous construisions une cabane avec les plus belles branches. Nous choisissions les plus solides pour qu'elles résistent au poids des branchages et feuilles que nous posions au-dessus. Cette cabane nous semblait très confortable avec son tapis de mousse et de feuilles.

Papa nous racontait que des sangliers passaient ici la nuit comme le jour. Nous cherchions alors des traces de leurs passages sur les sentiers encore humides. De temps en temps des craquements se faisaient entendre au loin. Nous nous cachions derrière un arbre, silencieux, espérant voir ces bêtes noires que nous avions découvertes dans la bande dessinée offerte à Noël par grand-mère. Je veux parler des aventures de Sylvain et Sylvette. Mais jamais nous n'avons vu de sangliers.

 

souvenirs,enfance,jeux,forêt,écriture,livre,nouvelles et textes brefs

mardi, 24 mai 2016

OREILLE

Les oreilles dans l'homme sont mal défendues. On dirait que les voisins n'ont pas été prévus. (Henri MICHAUX - Face aux Verroux).

auteur,écriture,livre,culture,littérature,citations

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'oreille est le sens préféré de l'attention. Elle garde, en quelque sorte, la frontière du côté où la vue ne voit pas. (Paul VALERY - Tel quel).

samedi, 21 mai 2016

GATEAU AUX POMMES

J'ai fait ce gâteau au yaourt cet après midi.

(inattendu : il m'a dessiné un visage, comme une peinture de Picasso !!!).

Je vous donne la recette, facile, vous la connaissez peut être :

Versez un yaourt nature dans une jatte. Ajoutez la valeur de 2 pots de sucre en poudre, 3 oeufs entiers, mélangez.

Ajoutez la valeur de 3 pots de farine et un sachet de levure chimique, ainsi que la valeur d'un pot d'huile.

Mélangez pour obtenir une pâte bien lisse.

Beurrez un moule, déposez dans le fond des pommes en morceaux (2), ajoutez la pâte. Mettez au four (180 ° - th 6/7) pendant 40 minutes. Démoulez une fois tiédi.

cuisine,gâteau,repas,recettes

 

jeudi, 19 mai 2016

Extrait de UN DE BAUMUGNES, livre de Jean GIONO

De toute l'après-midi, bien sûr, il ne fallut pas penser à mettre la main sur Saturnin. Il était là-bas - je le voyais - dans le fin fond du verger à regarder dans la ramure des vieux arbres et, comme une fois je faisais mine d'y aller aussi, il s'écarta vers la saulaie en marchant comme les canards. Le grain, vous pensez bien, ça avait été trié et mesuré très vite, on avait à peine foulé un jour, et, quant à faire autre chose, il n'y fallait pas compter. A cette époque de l'année, toutes les heures c'est pour le blé ; alors je restai là, à regarder mon aire bien propre de goût d'artiste en fait d'aire, et souple au pied, et dure aux épis, et puis sa rondeur juste et l'air heureux qu'elle avait avec son poids de paille et de grain. C'était réussi. Je regardais aussi à quoi elle ressemblait dans le milieu de cette terre méchante : à un bouquet. Je regardais aussi la maison, la maison en pierre, les murs et les tuiles et le bois des volets, et le bois des portes, tout cela bien joint, bien fermé sur l'air noir du dedans et je ne pouvais pas arriver à comprendre pourquoi c'était si bien fermé, pourquoi on avait mis cet air du dedans à l'abri de nos mains et de notre oeil.

(Résumé : À la Buvette du Piémont, un vieux journalier est attiré par un grand gars qui paraît affreusement triste ; il provoque ses confidences : Albin vient de la montagne, de Baumugnes. Trois ans auparavant, il était tombé amoureux fou d’une fille qui s’est laissé séduire par le Louis, «un type de Marseille, un jeune tout creux comme un mauvais radis». Le Louis ne lui avait pas caché que son intention était de mettre la fille sur le trottoir. Depuis, Albin est inconsolable, traînant de ferme en ferme, sans se résoudre à remonter à Baumugnes. Alors le vieux, qui n’est que bonté, décide d’aider Albin.
Un de Baumugnes est le deuxième roman de la trilogie de Pan, les deux autres étant Colline et Regain.)

culture,écriture,livre,littérature,giono

culture,écriture,livre,littérature,giono

culture,écriture,livre,littérature,giono

culture,écriture,livre,littérature,giono

culture,écriture,livre,littérature,giono

dimanche, 15 mai 2016

QUELQUES FLEURS AU JARDIN, CE MATIN

fleurs,printemps,saison,plantes,jardin,loisirs,photosfleurs,printemps,saison,plantes,jardin,loisirs,photosfleurs,printemps,saison,plantes,jardin,loisirs,photosfleurs,printemps,saison,plantes,jardin,loisirs,photosfleurs,printemps,saison,plantes,jardin,loisirs,photosfleurs,printemps,saison,plantes,jardin,loisirs,photosfleurs,printemps,saison,plantes,jardin,loisirs,photosfleurs,printemps,saison,plantes,jardin,loisirs,photosfleurs,printemps,saison,plantes,jardin,loisirs,photosfleurs,printemps,saison,plantes,jardin,loisirs,photos

lundi, 09 mai 2016

AU VILLAGE

Les vieilles maisons grises

S'endorment

La lumière se brise

Sous l'orme

On dirait que tout se meurt

Lentement

Pierrot frissonne de peur

En passant

Au-dessus de la source

Ancienne

Il a peur pour sa bourse

La scène

Des vieux assis sur un banc

Rassure

Ils racontent triomphants

L'aventure

De leur ami le berger

Négligé

Parti dans les Cévennes

Pour Hélène

Pierrot pressé de rentrer

Regarde

Les vieux murs gris soupirer

Bavarde

Etait la rue cet été

Désertée

Même les chèvres sont rentrées

Fatiguées.

poésie,poème,poète,écriture,campagne,village

 
Page précédente 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 Page suivante