Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 14 février 2019

Citations sur L'ORGUEIL

Il faut faire mourir l'orgueil sans le blesser. Car si on le blesse, il ne meurt pas (RIVAROL).

Le plus farouche orgueil naît surtout à l'occasion d'une impuissance (Paul VALERY).

L'orgueil nous divise encore davantage que l'intérêt (Auguste COMTE).

citations,culture,écriture,auteur,littérature,livres

mercredi, 30 janvier 2019

LE COURAGE

Le courage ne se contrefait pas, c'est une vertu qui échappe à l'hypocrisie (Napoléon BONAPARTE).

En accordant tant d'estime au courage, nous prouvons, en dépit de nos plaintes, le cas que nous faisons de la vie (Duc de LEVIS)

Le courage est une chose qui s'organise, qui vit et qui meurt, qu'il faut entretenir comme les fusils. Le courage individuel, ça n'est plus qu'une bonne matière première pour le courage des troupes (André MALRAUX).

citations,écriture,culture,auteurs,littérature,livres

jeudi, 17 janvier 2019

CITATIONS : ESPRIT

Les gens sans esprit ressemblent aux mauvaises herbes qui se plaisent dans les bons terrains et ils aiment d'autant plus être amusés qu'ils s'ennuient eux-mêmes. (Honoré de Balzac)

L'esprit est au talent comme la mousse est au vin, qui le rend plus piquant et qui le couronne (Barbey d'Aurevilly).

Il y a entre l'esprit étendu et l'esprit cultivé la différence de l'homme et de son coffre fort (Diderot).

Il ne suffit pas d'avoir de l'esprit. Il faut en avoir encore assez pour s'abstenir d'en avoir trop (André Maurois).

citations,auteurs,écriture,culture,littérature,livres

 

mercredi, 09 janvier 2019

NUIT BLANCHE (Albert SAMAIN - Au Jardin de l'Infante)

Cette nuit, tu prendras soin que dans chaque vase

Frisonne, humide encore, une gerbe de fleurs.

Nul flambeau dans la chambre - où tes chères pâleurs

Se noieront comme un rêve en des vapeurs de gaze.

Pour respirer tous nos bonheurs avec emphase,

Sur le piano triste, où trembleront des pleurs,

Tes mains feront chanter d'angéliques douleurs

Et je t'écouterai, silencieux d'extase.

Tels nous nous aimons, sévères et muets.

Seul, un baiser parfois sur tes ongles fluets

Sera la goutte d'eau qui déborde des urnes.

Oh soeur ! et dans le ciel de notre pureté

Le virginal Désir des amours taciturnes

Montera lentement comme un astre argenté,

Ton souvenir est comme un livre bien aimé,

Qu'on lit sans cesse, et qui jamais n'est refermé,

Un livre où l'on vit mieux sa vie, et qui vous hante

D'un rêve nostalgique, où l'âme se tourmente.

Je voudrais, convoitant l'impossible en mes voeux,

Enfermer dans un vers l'odeur de tes cheveux ;

Ciseler avec l'art patient des orfèvres

Une phrase infléchie au contour de tes lèvres ;

Emprisonner ce trouble et ces ondes d'émoi

Qu'en tombant de ton âme, un mot propage en moi ;

Dire quelle mer chante en vagues d'élégie

Au golfe de tes seins où je me réfugie ;

Dire, oh surtout ! tes yeux doux et tièdes parfois

Comme une après-midi d'automne dans les bois ;

De l'heure la plus chère enchâsser la relique,

Et, sur le piano, tel soir mélancolique,

Ressusciter l'écho presque religieux

D'un ancien baiser attardé sur tes yeux.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Albert_Samain

 

 

poète,auteur,poésie,poèmes,albert samain,culture,écriture,littérature

 

samedi, 17 novembre 2018

Serge REGGIANI récite BAUDELAIRE


mercredi, 14 novembre 2018

RECONCILIATION

Les réconciliations ont un intérêt tout spécial et qu'il faut savoir apprécier. Ce sont des rechutes légères, dont on revient complètement guéri (Henry BECQUE).

citations,culture,auteur,livre,littérature

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La réconciliation avec nos ennemis n'est qu'un désir de rendre notre condition meilleure, une lassitude de guerre, et une crainte de quelque mauvais événement (LA ROCHEFOUCAULD).

Un homme que je sais se réconcilia avec son ennemi, quand celui-ci fut proche de mourir, pour avoir ses entrées à son lit de mort et pouvoir jouir de son agonie (Henry de MONTHERLANT).

 

samedi, 03 novembre 2018

L'OISEAU BAGUE (Jean GIONO)

Quand on attend violemment quelque chose, toujours, toujours, il faut être très équilibré pour ne pas devenir fou, et, à la fin, prendre en soi-même la force de ne plus attendre.

L'oiseau bagué GIONO.jpg

vendredi, 26 octobre 2018

MYSTERE

Les mystères s'expliquent moins par eux-mêmes qu'en expliquant tout le reste, comme une lampe s'explique moins par sa mèche que par sa lumière (Paul Claudel).

citations,écriture,culture,littérature,auteur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le mystère est une position trop favorable pour qu'un esprit bien élevé s'y maintienne (Jean Cocteau).

citations,écriture,culture,littérature,auteur

 

lundi, 15 octobre 2018

L'AVERTISSEUR (Les Fleurs du Mal - Charles BAUDELAIRE)

Tout homme digne de ce nom

A dans le coeur un Serpent jaune,

Installé comme sur un trône,

Qui, s'il dit : "Je veux !" répond : "Non !"

Plonge tes yeux dans les yeux fixes

Des Satyresses ou des Nixes,

La Dent dit : "Pense à ton devoir !"

Fais des enfants, plante des arbres,

Polis des vers, sculpte des marbres,

La Dent dit : "Vivras-tu ce soir ?"

Quoi qu'il ébauche ou qu'il espère

L'homme ne vit pas un moment

Sans subir l'avertissement

De l'insupportable Vipère.

livre,auteur,baudelaire,les fleurs du mal,culture,écriture,littérature

 

mercredi, 26 septembre 2018

LES CONTES DU CHAT PERCHE, MARCEL AYME, Contes pour les enfants de quatre à soixante quinze ans

Je relis Les contes du chat perché de Marcel Aymé, ce sont des contes, comme le dit l'auteur, pour les enfants de 4 à 75 ans...

Voici un extrait du chapitre Les Boeufs.

"Delphine soupirait : 

- Dire que nous avons deux mois de vacances, deux mois qui pourraient être si utilement employés. Mais quoi ? Il n'y a personne.

Dans l'étable de leurs parents, il y avait deux boeufs de la même taille et du même âge, l'un tacheté de roux, l'autre blanc et sans tache. Les boeufs sont comme les souliers, ils vont presque toujours par deux. C'est pourquoi l'on dit "une paire de boeufs". Marinette alla d'abord au boeuf roux et lui dit en lui caressant le front : 

- Boeuf, est-ce que tu ne veux pas apprendre à lire ?

D'abord, le grand boeuf roux ne répondit pas. Il croyait que c'était pour rire.

- L'instruction est une belle chose ! appuya Delphine. Il n'y a rien de plus agréable, tu verras, quand tu sauras lire.

Le grand roux rumina encore un moment avant de répondre, mais au fond, il avait déjà son opinion.

- Apprendre à lire, pour quoi faire ? Est-ce que la charrue en sera moins lourde à tirer ? Est-ce que j'aurai davantage à manger ? Certainement non. Je me fatiguerais donc sans résultat ? Merci bien, je ne suis pas si bête que vous croyez, petites. Non, je n'apprendrai pas à lire, ma foi non.

- Voyons, boeuf, protesta Delphine, tu ne parles pas raisonnablement, et tu ne penses pas à ce que tu perds? Réfléchis un peu.

- C'est tout réfléchi, mes belles, je refuse. Ah ! si encore il s'agissait d'apprendre à jouer, je ne dis pas.

Marinette, qui était un peu plus blonde que sa soeur, mais plus vive aussi, déclara que c'était tant pis pour lui, qu'on allait le laisser à son ignorance et qu'il resterait toute sa vie un mauvais boeuf".

auteur,écriture,livre,culture,contes,littérature,marcel aymé