Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 14 mars 2020

NICOLAS BOILEAU : A mon jardinier, Epître

Antoine, de nous deux, tu crois donc, je le voi,

Que le plus occupé dans ce jardin, c'est toi.

Oh ! que tu changerais d'avis et de langage,

Si, deux jours seulement, libre du jardinage,

Tout à coup devenu poète et bel esprit,

Tu t'allais engager à polir un écrit

Qui dît, sans s'avilir, les plus petites choses,

Fît des plus secs chardons des œillets et des roses,

Et sût même aux discours de la rusticité

Donner de l'élégance et de la dignité...

... Bientôt, de ce travail devenu sec et pâle,

Et le teint plus jauni que de vingt ans de hâle,

Tu dirais, reprenant ta pelle et ton râteau :

"J'aime mieux mettre encor cent arpents au niveau,

Que d'aller follement, égaré dans les nues,

Me lasser à chercher des visions cornues,

Et, pour lier des mots si mal s'entr'accordants,

Prendre dans ce jardin la lune avec les dents. »

Approche donc, et viens; qu'un paresseux t'apprenne,

Antoine, ce que c'est que fatigue et que peine.

L'homme ici-bas, toujours inquiet et gêné,

Est, dans le repos même, au travail condamné.

La fatigue l'y suit. C'est en vain qu'aux poètes

Les neuf trompeuses Sœurs, dans leurs douces retraites,

Promettent du repos sous leurs ombrages frais :

Dans ces tranquilles bois, pour eux plantés exprès,

La cadence aussitôt, la rime, la césure,

La riche expression, la nombreuse mesure,

Sorcières, dont l'amour sait d'abord les charmer,

De fatigues sans fin viennent les consumer.

Sans cesse, poursuivant ces fugitives fées,

On voit sous les lauriers haleter les Orphées.

poésie,poète,poème,écriture,auteur,classique,culture,littérature

Commentaires

Mon esprit est un jardin que ma volonté cultive, et mon jardin esprit que la poésie captive !

Écrit par : DAN | samedi, 14 mars 2020

Dan : merci de votre passage. Bon week end et à bientôt sur nos blogs respectifs.

Écrit par : ELISABETH | samedi, 14 mars 2020

Bonne fin de semaine Élisabeth !

Écrit par : DAN | samedi, 14 mars 2020

Faire de belles phrases, mettre sur papier une histoire clairement passer de jardinier à poète en changeant sa façon de s'exprimer n'est pas une tache aisée c'est faisable avec un entourage adéquat .
Mon ancien métier était jardinier quatre branches .

Écrit par : celadon7 | samedi, 14 mars 2020

Prendre dans ce jardin la lune avec les dents.

J'ai étudié cet auteur à la Sorbonne par correspondance

Écrit par : laura | dimanche, 15 mars 2020

Laura : le jardinier jardine avec la lune, je pense que c'est ce qu'il a voulu dire.
Celadon : il faut avoir l'esprit libre pour écrire. Jardiner ou coudre (comme le fait ma voisine), vide la tête ou le cerveau, c'est ce que dit ma voisine.

Écrit par : ELISABETH | dimanche, 15 mars 2020

Un jardinier poète en somme quoi et j'aime beaucoup son esprit. Un grand merci pour tous tes passages, Elisabeth. Belle semaine et gros bisous

Écrit par : Nell | dimanche, 15 mars 2020

Bonjour Elisabeth,
C'est agréable a lire, j'aime beaucoup.
Merci pour le partage.
Belle journée à toi
Bisous
Rohnny

Écrit par : Rohnny | mardi, 17 mars 2020

je trouvais ça beau... simplement

Écrit par : laura | mercredi, 18 mars 2020

Laura : c'est pour ça que je l'ai choisi... bon confinement ! nous sommes tous concernés. Bises.
Nell : je pense que c'est le poète qui parle à un jardinier. Bonne fin de dimanche. Gros bisous.

Écrit par : ELISABETH | dimanche, 22 mars 2020

Écrire un commentaire