Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 17 octobre 2018

PETITES FLEURS

Des petites fleurs

Qui font du bien

Dans le jardin

Avant la pluie

Que l'on regarde

Après la pluie

Pour se faire du bien.

poésie,poème,poète,écriture,auteur,vers

dimanche, 23 septembre 2018

Paul GERALDY : TRISTESSE (extrait du livre TOI ET MOI)

Ton Passé !... Car tu as un Passé, toi aussi !

Un grand Passé, plein de bonheurs et plein de peines.

Dire que cette tête est pleine

De vieilles joies, de vieux soucis,

D'ombres immenses ou petites,

De mille visions où je ne suis pour rien !

Redis-les-moi toutes ces choses cent fois dites.

Tes souvenirs, je ne les sais pas encor bien.

Ah ! derrière tes yeux, cette nuit, ce mystère !

Ainsi c'est vrai qu'il fut un temps où quelque part

Tu gambadais dans la lumière

Avec de longs cheveux épars,

Comme sur ces photographies !

Raconte-moi. C'est vrai ? C'est vrai ?

Tu fus pareille à ce portrait

Où tu n'es même pas jolie ?

Explique. En ce temps-là, qu'est-ce que tu faisais ?

Qu'est-ce que tu pensais ? Qu'est-ce que tu disais ?

Que se passait-il dans ta vie ?

Ce grand jardin a existé, qu'on aperçoit ?

De quel côté était la grille ?

Es-tu sûre que ce soit toi

Cette affreuse petite fille ?

Ce chapeau démodé, ce chapeau d'autrefois,

Fut ton chapeau ? Tu es bien sûre ?

Et toutes ces vieilles figures,

Ce sont les gens qui te connurent

Avant moi ?

C'est à ces gens que tu dois ton premier voyage,

Ta première nuit dans un train,

Ta première forêt, et ta première plage ?

C'est eux qui t'ont donné la main,

Et qui t'ont prêté leur épaule,

Et qui t'ont dit : "Regarde là ?..."

Hélas ! pourquoi tous ces gens là

Ne m'ont-ils pas laissé un rôle ?

J'aurais tant aimé t'emporter

Loin, toute seule, et t'inventer

De merveilleux itinéraires !

Je t'aurais révélé les soirs et les étés,

Appris le goût des longues routes solitaires,

Et dit les noms des beaux villages aperçus.

Je t'aurais présenté la Terre.

Je crois que j'aurais très bien su.

Et de tant d'horizons splendides,

De tant de villes, de pays,

Peut être aurait-il rejailli

Un peu de gloire sur le guide...

Ah ! tous ces gens, petit chéri,

Savent-ils bien ce qu'ils m'ont pris ?

C'est fini. L'on n'y peut rien faire.

C'est l'irréparable. Voilà.

Et cependant tous ces gens là

Ont l'air de gens très ordinaires.

Sois certaine qu'entre nous deux,

Si nous sentons aussi souvent des différences,

Ce n'est qu'à cause d'eux, oui, d'eux,

Qui, sous prétexte de vacances,

Te menèrent de-ci, de-là,

Et mirent leur empreinte, avant moi, sur ta vie...

Ne pensons plus à tout cela.

Range-moi ces photographies.

poésie,poète,poème,culture,vers,auteur,livre

 

 

samedi, 02 juin 2018

LE BARBIER DE SEVILLE (extrait) Beaumarchais.

Veux-tu, ma Rosinette

Faire emplette

Du roi des maris ?...

Je ne suis pas Tircis ;

Mais, la nuit, dans l'ombre,

Je vaux encore mon prix,

Et quand il fait sombre

Les plus beaux chats sont gris.

beaumarchais jpeg.jpg

mercredi, 10 janvier 2018

LA PIQURE DU DESIR

 

Nous nous tenions la main.

Je sentais la piqûre du désir

S'enfoncer dans mon coeur énervé.

Et le désir croissait, de se sentir observé.

Oh ! l'âpre volupté que le danger procure !

(Jean Richepin, Les Caresses).

 

poésie,poème,poète,auteur,écriture,amour

jeudi, 14 décembre 2017

LES JARDINS : L'AUTOMNE (Jacques DELILLE)

Bientôt les aquillons

Des dépouilles des bois vont joncher les vallons :

De moment en moment la feuille sur la terre

En tombant interrompt le rêveur solitaire

Mais ces ruines même ont pour moi des attraits.

Là, si mon coeur nourrit quelques profonds regrets,

Si quelque souvenir vient rouvrir ma blessure,

J'aime à mêler mon deuil au deuil de la nature ;

De ces bois desséchés, de ces rameaux flétris,

Seul, errant, je me plais à fouler les débris.

Ils sont passés, les jours d'ivresse et de folie :

Viens, je me livre à toi, tendre mélancolie ;

Viens, non le front chargé de nuages affreux,

Dont marche enveloppé le chagrin ténébreux,

Mais l'oeil demi-voilé, mais telle qu'en automne

A travers des vapeurs un jour plus doux rayonne ;

Viens, le regard pensif, le front calme, et les yeux

Tout prêts à s'humecter de pleurs délicieux.

 

http://www.academie-francaise.fr/les-immortels/jacques-de...

 

poésie,poète,poème,auteur,vers,saisonspoésie,poète,poème,auteur,vers,saisons

samedi, 02 décembre 2017

AU COIN DU FEU

Au coin du feu

Les pieds froids

Réclament douceur

Dans le four

Un gâteau cuit

Et embaume 

La maison

La nuit arrive

Les oiseaux partis

Calme et silence

Dans le noir.

poésie,poème,poète,écriture,hiver,froidure

 

samedi, 18 novembre 2017

CACTUS DE NOEL

Couleurs intenses

Nature épanouie

Bourgeons éclatés.

poème,poète,poésie,texte,nature,couleurs,vers,jardinpoème,poète,poésie,texte,nature,couleurs,vers,jardinpoème,poète,poésie,texte,nature,couleurs,vers,jardin

jeudi, 28 septembre 2017

LA PETITE RUE SILENCIEUSE (Paul Fort)

Ce poème me rappelle mon enfance, ma petite soeur l'avait appris et avait dessiné la petite rue sur la page de gauche de son cahier de récitations.

LA PETITE RUE SILENCIEUSE

Le silence orageux ronronne.

Il ne passera donc personne ?

Les pavés comptent les géraniums.

Les géraniums comptent les pavés.

Rêve, jeune fille, à ta croisée.

Les petits pois sont écossés.

Ils bombent ton blanc tablier

Que tes doigts roses vont lier.

Je passe de noir habillé.

Un éclair au ciel t'a troublée,

Jeune fille, ou c'est donc ma vue ?

Tes petits pois tombent dans la rue.

Sombre je passe

Derrière moi les pavés

Comptent les petits pois.

Le silence orageux ronronne.

Il ne passera donc personne ?

poésie,poème,poète,culture,écriture,littérature,livre

 

 

 

 

samedi, 10 décembre 2016

JEAN LE HOUX Les comparaisons bachiques.

Quand suis sans verre et breuvage,

C'est sans coque un limaçon,

Sans livrée c'est un page,

C'est un écolier sans leçon.

C'est un chasseur sans sa trompe,

Sans braguette un lansquenet,

C'est un navire sans pompe,

C'est un berger sans flageolet.

C'est un soulard sans panache,

C'est sans fifre un tambourin,

C'est un charpentier sans hache,

C'est un orfèvre sans burin.

Sans vin je perds contenance :

C'est ce qui mieux me convient,

Comme à un chevalier sa lance

Et la baguette à un sergent.

Je vous annonce la guerre

Pour l'amour de mon ami

Que voici dedans ce verre :

Je ne boirai point à demi.

poésie,poèmes,poètes,écriture,auteur,artiste,peintre,littérature,culture

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(Jean LE HOUX est né en 1551 et décédé en 1616 à VIRE. Il est avocat, artiste, peintre et poète normand). 

dimanche, 20 novembre 2016

INQUIETUDE (Paul GERALDY)

Enfantine, tu fais bruire

D'un rire clair, aérien,

L'ombre inquiète où je respire

Je n'aime pas t'entendre rire.

Tu ris trop fort. Tu ris trop bien.

Dans la maison lorsque tu sèmes

Tant de santé, tant de clarté,

Tu dois te suffire à toi-même.

Il faut à ma sécurité

Que tu sois plaintive, dolente

Et câline, et que tu te sentes

Toute petite. J'ai besoin

De te savoir faible et fragile.

Je t'aime aussitôt beaucoup moins.

Et je suis beaucoup plus tranquille.

poèmes,poète,poésie,écriture,auteur,paul géraldy