Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 16 mars 2010

Christine de PISAN, Cent Ballades

Seulette suis et seulette veut être.

Seulette m'a mon doux ami laissée,

Seulette suis, dolente et affligée,

Seulette suis en langueur malheureuse,

Seulette suis plus que nulle perdue,

Seulette suis sans ami demeurée.

SAUVERGARDE IMAGES SEPT 2009 169.jpg

mardi, 02 février 2010

PERNETTE DU GUILLET (1520-1545)

Non que je veuille ôter la liberté

A qui est né pour être sur moi maître ;

Non que je veuille abuser de fierté

Qui à lui humble et à tous je devrais être ;

Non que je veuille à dextre et à senestre

Le gouverner et faire à mon plaisir :

Mais je voudrais pour nos deux coeurs repaître

Que son vouloir fût joint à mon désir.

nos deux coeurs.jpg

jeudi, 21 janvier 2010

LE GRILLON

Un pauvre petit grillon

Caché dans l'herbe fleurie,

Regardait un papillon

Voltigeant dans la prairie.

L'insecte aillé brillait des plus vives couleurs ;

L'azur, la pourpre et l'or éclataient sur ses ailes ;

Jeune, beau, petit maître, il court de fleurs en fleurs

Prenant et quittant les plus belles.

Ah ! disait le grillon, que son sort et le mien

Sont différents ! Dame nature

Pour lui fit tout, et pour moi rien.

Je n'ai point de talent encor moins de figure,

Nul ne prend garde à moi, l'on m'ignore ici bas :

Autant vaudrait n'exister pas.

Comme il parlait, dans la prairie

Arrive une troupe d'enfants :

Aussitôt les voilà courants

Après ce papillon dont ils ont tous envie.

Chapeaux, mouchoirs, bonnets, servent à l'attraper :

L'insecte vainement cherche à leur échapper,

Il devient bientôt leur conquête.

L'un le saisit par l'aile, un autre par le corps ;

Un troisième survient, et le prend par la tête :

Il ne fallait pas tant d'efforts

Pour déchirer la pauvre bête.

Oh ! Oh ! dit le grillon, je ne suis plus fâché ;

Il en coûte trop cher pour briller dans le monde.

Combien je vais aimer ma retraite profonde !

Pour vivre heureux, vivons cachés.

(JEAN PIERRE CLARIS de FLORIAN (1755-1794)

grillon.jpg

dimanche, 10 janvier 2010

LE SAMEDI A LAUDES (Racine 1639-1699)

L'aurore brillante et vermeille

Prépare le chemin au soleil qui la suit :

Tout rit aux premiers traits du jour qui se réveille ;

Retirez-vous, démons, qui volez dans la nuit.

Fuyez songes, troupe menteuse,

Dangereux ennemis par la nuit enfantés,

Et que fuie avec vous la mémoire honteuse

Des objets qu'à nos sens vous avez présentés.

Chantons l'auteur de la lumière

Jusqu'au jour où son ordre a marqué notre fin,

Et qu'en le bénissant notre aurore dernière

Se perdre en un midi sans soir et sans matin

Gloire à toi, Trinité profonde

Père, Fils, Esprit saint : qu'on t'adore toujours,

Tant que l'astre des temps éclairera le monde.

Et quand les siècles même auront fini leurs cours !

ciel du matin.jpg

dimanche, 13 décembre 2009

METANEC (Léo FERRE)

Ces oiseaux que tu portes en toi depuis septembre

Cette pâleur jalouse où tu mets tes pensées

Ce ventre qui te prend comme un enfant de cendre

Ces souvenirs gâchés qui t'ont pris tes années

Regarde cette église au bout de l'habitude

Regarde ce dessin de Rembrand dans la nuit

Regarde cette femme en allée vers le Sud

Regarde ce printemps et son sourire appris

Ces parfums qui t'assaillent et qui te désapprennent

Ces routes perforées dans ton programmateur

Ce silence ordonné dans ton coeur qui se traîne

Cette mort de l'oubli comme venue d'ailleurs

Ecoute l'horizon dans les bras d'une femme

Ecoute la seconde éternelle qui tue

Ecoute la lueur qui regarde ton âme

Ecoute l'analyse et prends-toi par la rue

Ces chiens partis ailleurs dans ton enfance double

Cet horizon doublé par tes pensées de chien

Ce hasard muselé dans ta télévitrouble

Ce linge larmoyant où sèchent tes chagrins

Goûte cette Raison qui se prend pour ta tête

Goûte dans la Folie ta tête de Raison

Goûte cette chanson qui s'en va dans la fête

Goûte le flot rendu sur la plage des cons.....

vol oiseau.jpg

samedi, 05 décembre 2009

VILLANELLE

mer sombre.jpgLe Temps, l'Etendue et le Nombre

Sont tombés du noir firmament

Dans la mer immobile et sombre.

Suaire de silence et d'ombre,

La nuit efface absolument

Le Temps, l'Etendue et le Nombre.

Tel qu'un lourd et muet décombre,

L'Esprit plonge au vide dormant,

Dans la mer immobile et sombre.

Et lui-même, avec lui, tout sombre,

Souvenir, rêve, sentiment,

Le Temps, l'Etendue et le Nombre

Dans la mer immobile et sombre.

(Leconte de Lisle)

samedi, 07 novembre 2009

COMME DEUX FLEURS

Te regardant assise près de ta cousine

Belle comme une Aurore et toi comme un soleil

Je pensai voir deux fleurs d'un même teint pareil,

Croissantes en beauté, l'un et l'autre voisine.

La chaste, sainte, belle et unique Angevine

Vite comme un éclair jeta sur moi son oeil ;

Toi comme paresseuse et pleine de sommeil,

D'un seul petit regard tu ne t'estimas digne.

(Pierre de RONSARD - 1523-1585)

deux fleurs.jpg

samedi, 05 septembre 2009

UN POEME DE LOUISE LABE (1526-1566)

JE VIS, JE MEURS...

femme pleure.jpg

 

 

 

 

 

 

Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie.

J'ai chaud extrême en endurant froidure ;

La vie m'est et trop molle et trop dure,

J'ai grands ennuis entremêlés de joie ;

Tout à coup je ris et je larmoie,

Et en plaisir maint grief tourment j'endure ;

Mon bien s'en va, et à jamais il dure ;

Tout en un coup je sèche et je verdoie

Ainsi, Amour inconstamment me mène,

Et, quand je pense avoir plus de douleur,

Sans y penser je me trouve hors de peine.

Puis, quand je crois ma joie être certaine,

Et être en haut de mon désiré heur,

Il me remet en mon premier malheur.

samedi, 11 juillet 2009

IL N'Y A PLUS QUE TOI

Il n'y a plus que toi

Qui me retienne à la vie

Ce que tu es, ce qu'on vit

Ce qu'on a construit

Il n'y a plus que toi

Qui vient me chercher

Qui m'aide à nager

Quand je vais couler

Il n'y a plus que toi

Et je sais qu'ils sont lourds

Pour toi, tous ces jours

Où je m'accroche à notre amour

Il n'y a plus que toi

(avec l'aimable autorisation de Laura Vanel-coytteallez visiter son blog et commander ses divers recueils à cette adresse : http://lauravanel-coytte.hautetfort.com/

dans l'eau.jpg

dimanche, 14 juin 2009

SI VOUS N'AVEZ RIEN A ME DIRE

Si vous n'avez rien à me dire,

Pourquoi venir auprès de moi ?

Pouquoi me faire ce sourire

Qui tournerait la tête au roi ?

(V. HUGO, les Contemplations)venise.jpg