Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 15 juillet 2017

LE TEMPS ET LES SAISONS

J'ai rêvé d'hier

Des années passées

Des choses abandonnées

Maman était si fière

De sa petite maison

Le temps et les saisons

Changent les horizons

Pourquoi vivre longtemps

Ma petite maman ?

(hommage à ma maman qui est décédée le 31 juillet 2016)

poèmes,poète,poésie,auteur,écriture,recueil,hommage

samedi, 10 juin 2017

C'EST EN ETE

C'est en été

Sous un soleil de plomb

Ou à l'ombre

Dans la maison

Que passent 

En silence 

Les heures.

poésie,poèmes,poètes,vers,textes,écriure

vendredi, 27 janvier 2017

VENT D'HIVER

Vent d'hiver

Tourbillonne

Et décoiffe

Pas très fière

Comme une lionne

Je me recoiffe.

poèmes,poètes,poésie,textes,hiver,auteur,écriture

samedi, 10 décembre 2016

JEAN LE HOUX Les comparaisons bachiques.

Quand suis sans verre et breuvage,

C'est sans coque un limaçon,

Sans livrée c'est un page,

C'est un écolier sans leçon.

C'est un chasseur sans sa trompe,

Sans braguette un lansquenet,

C'est un navire sans pompe,

C'est un berger sans flageolet.

C'est un soulard sans panache,

C'est sans fifre un tambourin,

C'est un charpentier sans hache,

C'est un orfèvre sans burin.

Sans vin je perds contenance :

C'est ce qui mieux me convient,

Comme à un chevalier sa lance

Et la baguette à un sergent.

Je vous annonce la guerre

Pour l'amour de mon ami

Que voici dedans ce verre :

Je ne boirai point à demi.

poésie,poèmes,poètes,écriture,auteur,artiste,peintre,littérature,culture

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(Jean LE HOUX est né en 1551 et décédé en 1616 à VIRE. Il est avocat, artiste, peintre et poète normand). 

dimanche, 20 novembre 2016

INQUIETUDE (Paul GERALDY)

Enfantine, tu fais bruire

D'un rire clair, aérien,

L'ombre inquiète où je respire

Je n'aime pas t'entendre rire.

Tu ris trop fort. Tu ris trop bien.

Dans la maison lorsque tu sèmes

Tant de santé, tant de clarté,

Tu dois te suffire à toi-même.

Il faut à ma sécurité

Que tu sois plaintive, dolente

Et câline, et que tu te sentes

Toute petite. J'ai besoin

De te savoir faible et fragile.

Je t'aime aussitôt beaucoup moins.

Et je suis beaucoup plus tranquille.

poèmes,poète,poésie,écriture,auteur,paul géraldy

 

mardi, 11 octobre 2016

FLEURS FANEES

Fleurs d'été fanées

Maillots de bains rangés

Soleil pâle automnal

Amical en rival

On va trinquer

Avant d'évoquer

Les soirs d'été

Avec complicité.

poésie,poèmes,poète,culture,écriture,été,saisons

dimanche, 18 septembre 2016

APRES L'ORAGE

Le temps fait 

Ce qui lui plait

Jours de pluie

Jours de soleil

Les paysages

Ne sont pas pareils

Après l'orage

Plus de bruit

La nature se remet

Et fait des projets.

poèmes,poète,poésie,écriture,auteur,journal intimepoèmes,poète,poésie,écriture,auteur,journal intime

vendredi, 22 juillet 2016

J'AI VU SIMONE ET PUIS OMAR

J'ai vu Simone

Qui s'époumone 

Et puis Omar

Qui en a marre

De la pluie

Qui sans bruit

Ruisselle

En eau de vaisselle.

 

PLUIE (2412 x 1834) - Copie.jpg

samedi, 18 juin 2016

JUSTE ELLE

On la disait

Un peu sauvage

Dans son jeune âge

Elle aimait l'anglais

Douce, mais aussi

Mal dégrossie

Un peu têtue

Disait sa mère

De sa voix pointue

Comme une vipère

Rarement jalouse

Elle avait le blues

Quand son Portugais

Un grand dadais

La négligeait 

Et allait draguer

Elle vacillait 

Et s'ennuyait

Toute sa jeunesse

Elle le confesse

La rendait cafardeuse

Comme l'eau de la Meuse.

poésie,poèmes,poète,écriture,vers,recueil,livre,société

 

lundi, 22 février 2016

LA FREGATE "LA SERIEUSE" (Alfred de Vigny) - Extrait

Qu'elle était belle, ma Frégate,

Lorsqu'elle voguait dans le vent !

Elle avait, au soleil levant,

Toutes les couleurs de l'agate ;

Ses voiles luisaient le matin

Comme des ballons de satin ;

Sa quille mince, longue et plate,

Portait deux bandes d'écarlate

Sur vingt-quatre canons cachés ;

Ses mâts, en arrière penchés,

Paraissaient à demi-couchés.

Dix fois plus vive qu'un pirate,

En cent jours du Havre à Surate

Elle nous emporta souvent.

- Qu'elle était belle, ma Frégate,

Lorsqu'elle voguait dans le vent !

poésie,poèmes,poètes,écriture,frégate,voilier,mer,culture,littérature,livres