Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 18 mai 2017

ACTION

Si nous connaissions les autres comme nous-mêmes, leurs actions les plus condamnables nous paraîtraient mériter l'indulgence (André MAUROIS).

citations,auteur,écriture,livre,culture,littérature

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous aurions souvent honte de nos plus belles actions si le monde voyait tous les motifs qui les produisent (LA ROCHEFOUCAULD).

La grandeur des actions humaines se mesure à l'inspiration qui les fait naître (Louis PASTEUR).

citations,auteur,écriture,livre,culture,littérature

 

jeudi, 27 avril 2017

IL Y A 3 ANS

Il y a presque 3 ans, nous étions en Irlande pour une semaine.

voyage,irlande,tourisme,saison,culture

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour vivre ou revivre ce voyage, je vous invite à suivre les liens ci-dessous.

http://boulevarddesresistants.hautetfort.com/archive/2014...

http://boulevarddesresistants.hautetfort.com/archive/2014...

http://boulevarddesresistants.hautetfort.com/archive/2014...

http://boulevarddesresistants.hautetfort.com/archive/2014...

http://boulevarddesresistants.hautetfort.com/archive/2014...

http://boulevarddesresistants.hautetfort.com/archive/2014...

http://boulevarddesresistants.hautetfort.com/archive/2014...

http://boulevarddesresistants.hautetfort.com/archive/2014...

http://boulevarddesresistants.hautetfort.com/archive/2014...

 

vendredi, 21 avril 2017

CITATIONS sur la DEFIANCE

J'aime beaucoup mieux être trompé que de vivre éternellement dans la défiance, fille de la lâcheté et mère de la dissension (BOSSUET).

citations,culture,auteurs,littérature,recueils,livres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre défiance justifie la tromperie d'autrui (LA ROCHEFOUCAULD).

Il est plus honteux de se défier de ses amis que d'en être trompé (LA ROCHEFOUCAULD).

citations,culture,auteurs,littérature,recueils,livres

 

mardi, 18 avril 2017

LES RHUMATISMES DE GRAND-MERE

Ma grand-mère souffrait de rhumatismes, elle ne s'en plaignait pas tous les jours où nous passions l'après midi avec elle et grand-père. Elle disait simplement : "Aie, aie, mes os, c'est dur de vieillir....". Quand elle me parlait de ses rhumatismes, je lui disais : je ne sais pas ce que c'est... Elle me répondait : tu verras quand tu auras mon âge...

Cela ne l'empêchait pas de marcher, de faire des promenades avec nous. Je pense que c'était bénéfique pour elle de marcher. Elle aimait nous emmener près de la forêt ou sur un chemin parallèle au canal. Elle gardait toujours avec elle sa canne quand elle quittait la maison pour aller faire ses courses, ou le dimanche quand elle venait chez nous. Elle marchait lentement mais nous aimions ce rythme car il nous permettait de sauter à droite ou à gauche, de regarder notre ami le cheval brun, les vaches ou admirer les jardins de quelques maisons.

souvenirs,écriture,nouvelles,culture,enfance

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maintenant, je sais ce que veut dire "avoir des rhumatismes" ou plutôt "avoir des douleurs dans les os".

lundi, 10 avril 2017

MA VISITE D'HIER APRES MIDI

A voir sur mon autre blog, ma visite d'hier après midi, à la sortie de mon village :

http://nordetsud.hautetfort.com/archive/2017/04/10/un-san...

histoire,murviel les montpellier,archéologie,fouilles,culture

dimanche, 26 mars 2017

QUATRE FILLES (11ème extrait)

Désirant mieux comprendre son état amoureux, Anna se met à la recherche de livres parlant du sujet. En sortant de la fac le soir, elle se rend à la librairie de la grand'place. Elle n'achète rien mais feuillette tout ce qui se trouve au rayon psychologie-psychiatrie. Au cours de ses recherches, elle apprend que cet état amoureux entraîne un déséquilibre. Elle se dit alors : mon dieu, il faut que je garde les pieds sur terre...

Garder les pieds sur terre, voilà le problème, son problème... Elle trouve très curieux que son moral atteigne des sommets durant quelques instants, puis retombe au plus bas, sans prévenir, dans le quart d'heure suivant. Elle ne sait plus rien maîtriser. Elle est heureuse et malheureuse en même temps car cette situation la rend insatisfaite. Monsieur DAUGET ne la regarde jamais, ou si peu, et pas plus que les autres. Comment faire pour qu'il la remarque dans cet amphi plein à craquer sans que les autres ne devinent son trouble ? Comment ne pas être invisible à ses yeux ? Comment sortir du lot ? 

Chaque soir elle se rend dans les magasins pour dénicher la tenue qui lui permettra de séduire son professeur. Elle y croit fermement. Ainsi, au fil des mois, sa garde robe enfle de plus en plus et son porte-monnaie se vide de façon inquiétante. Faisant preuve d'une imagination débordante, elle participe à des foires au troc où elle échange ses habits avec d'autres filles. Il lui est devenu impossible d'apparaître deux fois de suite avec la même tenue devant Monsieur DAUGET...

écriture,nouvelles et textes brefs,roman,culture,livre,auteur

lundi, 20 mars 2017

Nouvelle note sur mon Blog Nord-Sud

Ma visite historique de ce samedi, à voir sur mon blog NORD-SUD, ici :

http://nordetsud.hautetfort.com/archive/2017/03/20/le-cen...

 

 

histoire,mines,musée de la mine,lewarde,nord-pas de calais,culture

 

 

lundi, 13 mars 2017

QUELQUES CITATIONS

Ce qui n'offense pas la société n'est pas du ressort de la justice (Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues).

 

citations,écrivain,culture,écriture,livre,littérature

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les balances de la justice trébuchent ; et pourtant l'on dit : raide comme la justice. La justice serait-elle ivre ? (Alfred Jarry).

citations,écrivain,culture,écriture,livre,littérature

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La justice est le droit du plus faible.

La justice est la vérité en action.

(Joseph Joubert).

citations,écrivain,culture,écriture,livre,littérature

mardi, 07 mars 2017

Mémé

Pour aller rendre visite à Mémé, on poussait la vieille porte donnant sur la rue et on grimpait l'escalier jusqu'au premier étage. L'escalier étroit en bois craquait sous nos pas. Nous arrivions devant la porte vitrée de l'appartement. On sonnait et elle venait nous ouvrir après avoir dit du fond de sa cuisine : j'arrive !

On entrait dans un trou noir, le couloir, où elle pendait son manteau, son chapeau et ses foulards et où elle rangeait aussi ses chaussures. 

Ah ! c'est vous les enfants, essuyez vos pieds avant d'entrer.

Elle nous embrassait en riant, heureuse de notre visite. On tournait à droite vers la cuisine, la pièce où elle vivait la plupart du temps. Derrière une porte, sa chambre. Ces deux pièces donnaient sur la rue où la boulangerie-pâtisserie, le bureau de tabac-presse, le photographe et le pressing devenaient un spectacle pour Mémé, l'après midi, quand elle s'asseyait à sa table recouverte d'une toile cirée orange. Elle regardait par une des deux fenêtres les gens entrer et sortir des magasins. Elle connaissait tout le monde.

L'appartement ne possédait pas de WC, ni de salle de bains. Mémé mettait un seau dans une minuscule pièce fermée par un rideau, un débarras, et, pour faire sa toilette, l'évier suffisait.

De l'autre côté du couloir se trouvait la salle à manger, pièce sombre éclairée par une petite lucarne. Nous n'y sommes entrés qu'une fois. Je me souviens vaguement de son buffet ancien, de sa grande table et de ses chaises assorties. Elle ne recevait jamais personne et cette pièce me semblait triste et silencieuse.

Nous ne restions chez Mémé que quelques minutes. Elle sortait alors sa bondonnière pour nous offrir des carambars au caramel avant de nous dire au revoir en nous embrassant sur le sommet de la tête.

souvenirs,enfance,années 60,grand mère,culture

samedi, 04 mars 2017

QUATRE FILLES (10ème extrait)

Pendant que Noémie se débat dans sa relation avec Eric, son amie Anna se presse aux cours de Droit Public de Monsieur DAUGET, l'un de ses professeurs. A la rentrée universitaire, dès qu'il était apparu à la porte et s'était installé en posant son cartable sur le bureau, face aux étudiants, une grande émotion ainsi qu'une vague de joie immense avaient parcouru tout le corps d'Anna. Quelque chose de profondément ancré en elle refaisait surface tout à coup. Elle était restée figée un moment, les yeux grands ouverts. Mais, devant ses camarades, elle s'était vite ressaisie pour ne rien montrer, afin qu'on ne lui pose pas de questions. Depuis ce jour, consciente de vivre des moments forts qu'elle ne peut pas expliquer, elle ne manque aucun des cours du jeudi après-midi. Elle y assiste avec une régularité extrême. La même émotion la prend chaque semaine quand Monsieur DAUGET arrive et s'installe devant le tableau blanc du grand amphithéâtre de la fac.

nouvelles et textes brefs,écriture,nouvelles,auteur,livre,culture,roman,littérature