Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 24 juin 2016

LA TRAVERSIERE - Albertine SARRAZIN (extrait)

http://albertine-julien.fr/

livre,culture,albertine sarrazin,littérature,auteur,textes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est ma plus belle récompense d'être Sarrazine : ma vie est bâtarde et tricarde mais aucune prison au monde n'a pouvoir de m'interdire sa porte, si mon mari légitime y est enfermé. J'entre et je sors, je suis Madame, je suis touriste au Val d'Absinthe ; tout à l'heure en sortant, j'irai voler des médailles à saint Bernard, en manière d'oraison. Aie pas peur Lou, je t'arracherai de l'abbaye, bientôt. Je vais travailler dans ce sens ma chère mother : dès qu'autorisée à la rejoindre je te fais appuyer une belle requête, invoquant la nécessité de te rapprocher de ton épouse... Au ministère, on n'aime guère que le détenu s'évade de sa résidence ou tente de s'en faire élargir avant la date, mais on l'en change assez volontiers : on a ainsi une chance qu'il s'en tienne là de ses sollicitations.

(allez voir le site d'Albertine Sarrazin en cliquant sur le lien au-dessus de la photo d'Albertine).

 

mardi, 24 mai 2016

OREILLE

Les oreilles dans l'homme sont mal défendues. On dirait que les voisins n'ont pas été prévus. (Henri MICHAUX - Face aux Verroux).

auteur,écriture,livre,culture,littérature,citations

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'oreille est le sens préféré de l'attention. Elle garde, en quelque sorte, la frontière du côté où la vue ne voit pas. (Paul VALERY - Tel quel).

jeudi, 19 mai 2016

Extrait de UN DE BAUMUGNES, livre de Jean GIONO

De toute l'après-midi, bien sûr, il ne fallut pas penser à mettre la main sur Saturnin. Il était là-bas - je le voyais - dans le fin fond du verger à regarder dans la ramure des vieux arbres et, comme une fois je faisais mine d'y aller aussi, il s'écarta vers la saulaie en marchant comme les canards. Le grain, vous pensez bien, ça avait été trié et mesuré très vite, on avait à peine foulé un jour, et, quant à faire autre chose, il n'y fallait pas compter. A cette époque de l'année, toutes les heures c'est pour le blé ; alors je restai là, à regarder mon aire bien propre de goût d'artiste en fait d'aire, et souple au pied, et dure aux épis, et puis sa rondeur juste et l'air heureux qu'elle avait avec son poids de paille et de grain. C'était réussi. Je regardais aussi à quoi elle ressemblait dans le milieu de cette terre méchante : à un bouquet. Je regardais aussi la maison, la maison en pierre, les murs et les tuiles et le bois des volets, et le bois des portes, tout cela bien joint, bien fermé sur l'air noir du dedans et je ne pouvais pas arriver à comprendre pourquoi c'était si bien fermé, pourquoi on avait mis cet air du dedans à l'abri de nos mains et de notre oeil.

(Résumé : À la Buvette du Piémont, un vieux journalier est attiré par un grand gars qui paraît affreusement triste ; il provoque ses confidences : Albin vient de la montagne, de Baumugnes. Trois ans auparavant, il était tombé amoureux fou d’une fille qui s’est laissé séduire par le Louis, «un type de Marseille, un jeune tout creux comme un mauvais radis». Le Louis ne lui avait pas caché que son intention était de mettre la fille sur le trottoir. Depuis, Albin est inconsolable, traînant de ferme en ferme, sans se résoudre à remonter à Baumugnes. Alors le vieux, qui n’est que bonté, décide d’aider Albin.
Un de Baumugnes est le deuxième roman de la trilogie de Pan, les deux autres étant Colline et Regain.)

culture,écriture,livre,littérature,giono

culture,écriture,livre,littérature,giono

culture,écriture,livre,littérature,giono

culture,écriture,livre,littérature,giono

culture,écriture,livre,littérature,giono

jeudi, 05 mai 2016

BENEDICTE

Un jour sans téléphone

Elle a cru devenir folle

Ne plus parler à personne

Elle en a eu ras le bol

Elle s'appelle Bénédicte

Elle est complètement addict

A toutes sortes d'applications

A la communication

Elle n'a plus de vie privée

Elle ne cherche qu'à s'exposer

Elle ne pense pas au danger

De perdre sa liberté.

poème,poésie,poète,société,culture,téléphone,applications

lundi, 02 mai 2016

ICI

C'est ici 

Que le monde

Vit en rose

Et en bleu.

(Villeneuve les Maguelone - 34).

paysages,photos,clichés,rose,bleu,villeneuve les maguelone,sud,tourisme,culture

dimanche, 17 avril 2016

SOLITUDE

La solitude est sans attraits pour la plupart des hommes parce qu'elle ne leur fournit pas assez de pensées qui leur plaisent (Pierre NICOLE).

(Pierre Nicole était un théologien et un controversiste français, né le 19 octobre 1625 à Chartres, et décédé le 16 novembre 1695 à Paris. Il est considéré comme un des principaux auteurs jansénistes).

citations,auteur,livre,écriture,culture

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La solitude est utile. Il faut parfois ne parler qu'avec soi-même. On entend alors de dures vérités ou d'agréables mensonges selon qu'on s'analyse ou qu'on s'imagine (Henri de REGNIER).

 

lundi, 11 avril 2016

QUI SONT CES COUPLES ?

Qui sont ces jeunes couples

Qui dansent en boucle

Qui croquent l'amour

Et parlent de toujours

Qui se croient beaux

Tel un tableau

S'envoient des fleurs

Parlent avec le coeur

De l'avenir à deux

Ne parlent que d'eux

Dévorent la vie

Se sont épris

Avant que la mort

Cruel sort

Ne songe à eux ?

La course des jours

Et de leur amour

Rend plus amoureux.

poésie,poème,poète,écriture,recueil,livre,culture,amour

jeudi, 07 avril 2016

RESOLUTION

Les résolutions sont comme les anguilles ; on les prend aisément. Le diable est de les tenir. (Alexandre DUMAS fils).

citations,livre,auteur,culture,littérature

 

 

 

 

 

 

 

Les bonnes résolutions sont des chèques tirés sur une banque où l'on n'a pas de compte ouvert (Oscar WILDE - Le portrait de Dorian Gray).

On trouve toujours les responsabilités trop lourdes, le jour où l'on peut s'y soustraire. (Jakob WASSERMANN - L'affaire Maurizius).

vendredi, 01 avril 2016

LA FEMME FANTOME

Elle est montée dans la rame de tramway en suivant les autres et a validé son ticket. Elle s'est assise sur une place libre, tout en tenant son sac des deux mains, un peu comme une petite fille... Je la regardais car elle paraissait étrange : ses cheveux sans couleur pendaient sur son visage fripé. Ses yeux cernés regardaient le sol. Les yeux vides, le regard immobile, elle resta ainsi tout le long du court voyage qui l'emmenait vers le centre ville. Je pensais alors que c'était peut être sa première sortie depuis cinquante ans. Son sac me rappelait celui de maman, celui qui est sur la photo prise devant notre ancienne maison, le jour du déménagement, je n'avais alors que 2 ans. Mais celui de la femme fantôme était sale, des traces de doigts le recouvraient par endroits. Où allait-elle ? J'imaginais qu'elle venait de rendre visite à son médecin qui l'avait autorisée à prendre quelques jours afin de voir sa famille. Mais en avait-elle ? Avait-elle une maman, une soeur, un enfant ?

nouvelles et textes brefs,écriture,témoignage,culture,livre,auteur,souvenirs

jeudi, 24 mars 2016

A VOIR SUR MON AUTRE BLOG, mes VACANCES culturelles dans le NORD de la France, à BAVAY

http://nordetsud.hautetfort.com/archive/2016/03/24/le-mus...

http://nordetsud.hautetfort.com/archive/2016/03/24/le-for...

 

(Voir aussi ce site : http://museesdelavesnois.perso.sfr.fr/museebavay/museearc...

 

 

histoire,tourisme,vacances,nord,bavay,culture,musée