Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 07 avril 2020

ALI BABA ET LES QUARANTE VOLEURS

J'ai revu avec bonheur ce film de 1954 avec Fernandel dans le rôle principal. Il a été tourné au Maroc, à Taroudant.

Quand j'avais une dizaine d'années, ce film sur notre télévision noir et blanc m'avait marquée avec la grotte qui s'ouvrait. C'était magique également à cause du lieu de tournage et parce que c'est d'abord un conte.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ali_Baba_et_les_Quarante_Vo...

 


vendredi, 03 avril 2020

UN PEU DE MUSIQUE : LA FABRIQUE, de James TAYLOR, adaptée par Francis CABREL

James Taylor, je connais depuis le début de sa carrière. J'aime sa voix de velours et je continue à apprécier chaque nouveau disque qu'il sort.

Francis Cabrel, j'ai une anecdote à vous raconter. Entre 1976 et 1981, je travaillais dans une maison de crédit à Montpellier. Un assureur de Pau nous avait transmis un dossier de demande de crédit au nom de Francis Cabrel, qui était au tout début de sa carrière. Il avait monté ce dossier afin d'acheter les instruments nécessaires à ses tournées qui débutaient. Le dossier était très bon sur le plan moralité et financier, il a été accepté. 


 

 


Francis Cabrel :

james taylor,francis cabrel,musique,folk,la fabrique,culture,chanson

James Taylor :

james taylor,francis cabrel,musique,folk,la fabrique,culture,chanson

 

 

 

 

 

 

mardi, 31 mars 2020

FRANCOIS COPPEE : LA MORT DES OISEAUX

Le soir, au coin du feu, j'ai pensé bien des fois

A la mort d'un oiseau, quelque part, dans les bois,

Pendant les tristes jours de l'hiver monotone,

Les pauvres nids déserts, les nids qu'on abandonne,

Se balancent au vent sur le ciel gris de fer.

Oh ! comme les oiseaux doivent mourir l'hiver !

Pourtant, lorsque viendra le temps des violettes,

Nous ne trouverons pas leurs délicats squelettes

Dans le gazon d'avril, où nous irons courir.

Est-ce que les oiseaux se cachent pour mourir ?

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Copp%C3%A9e

 

poésie,poème,poète,auteur,vers,recueil,culture,littérature

 

 

mardi, 24 mars 2020

C'EST LA BEREZINA

Cette expression remonte aux campagnes Napoléoniennes. En 1812, lors de la retraite opérée par l'invasion ratée de la Russie, l'empereur et son armée s'étaient trouvés bloqués entre leurs ennemis et la rivière Bérézina (dans l'actuelle Biélorussie). Les soldats français avaient finalement réussi à repousser les Russes et à franchir le cours d'eau, remportant ainsi une petite victoire. Mais elle avait été obtenue au prix d'énormes pertes (45 000 morts et prisonniers) et surtout dans le contexte d'une guerre perdue. Cette dernière a marqué la quasi-destruction de la Grande Armée et la fin de l'apogée de Napoléon, si bien que la "Bérézina" est devenue le symbole d'un échec cuisant.

citations,expressions,napoléon,culture,défaite,1815

vendredi, 20 mars 2020

JOURNAL de Anne Frank (extraits)

Dimanche 11 juillet 1943 : les gens libres ne pourraient jamais concevoir ce que les livres représentent pour les gens cachés. Des livres, encore des livres, et la radio - c'est toute notre distraction.
Mercredi 17 novembre 1943 : il y a une épidémie dans la maison d'Elli ; elle est en quarantaine et ne pourra donc venir chez nous pendant six semaines. C'est très embarrassant, car elle est responsable de notre ravitaillement et des courses ; puis, elle nous remonte le moral et elle nous manque terriblement.
Samedi 12 février 1944 : le soleil brille, le ciel est d'un bleu intense, le vent est alléchant, et j'ai une envie folle - une envie folle - de tout... De bavardages, de liberté, d'amis, de solitude.
Mercredi 23 février 1944 : beaucoup de choses nous manquent ici, beaucoup et depuis longtemps, et j'en suis privée autant que toi. Je ne veux pas dire physiquement, nous avons ce qu'il nous faut. Non, je parle des choses qui se passent en nous, tels les pensées et les sentiments. J'ai la nostalgie autant que toi de l'air, de la liberté. Mais je me suis mise à croire que nous avons une compensation énorme à toutes ces privations. Je m'en suis rendu compte tout à coup, ce matin, devant la fenêtre ouverte. Je veux dire une compensation de l'âme. En regardant au-dehors, donc Dieu, et en embrassant d'un regard droit et profond la nature, j'étais heureuse, rien d'autre qu'heureuse.

journal intime,auteur,guerre,juifs,seconde guerre mondiale,anne frank,culture

samedi, 14 mars 2020

NICOLAS BOILEAU : A mon jardinier, Epître

Antoine, de nous deux, tu crois donc, je le voi,

Que le plus occupé dans ce jardin, c'est toi.

Oh ! que tu changerais d'avis et de langage,

Si, deux jours seulement, libre du jardinage,

Tout à coup devenu poète et bel esprit,

Tu t'allais engager à polir un écrit

Qui dît, sans s'avilir, les plus petites choses,

Fît des plus secs chardons des œillets et des roses,

Et sût même aux discours de la rusticité

Donner de l'élégance et de la dignité...

... Bientôt, de ce travail devenu sec et pâle,

Et le teint plus jauni que de vingt ans de hâle,

Tu dirais, reprenant ta pelle et ton râteau :

"J'aime mieux mettre encor cent arpents au niveau,

Que d'aller follement, égaré dans les nues,

Me lasser à chercher des visions cornues,

Et, pour lier des mots si mal s'entr'accordants,

Prendre dans ce jardin la lune avec les dents. »

Approche donc, et viens; qu'un paresseux t'apprenne,

Antoine, ce que c'est que fatigue et que peine.

L'homme ici-bas, toujours inquiet et gêné,

Est, dans le repos même, au travail condamné.

La fatigue l'y suit. C'est en vain qu'aux poètes

Les neuf trompeuses Sœurs, dans leurs douces retraites,

Promettent du repos sous leurs ombrages frais :

Dans ces tranquilles bois, pour eux plantés exprès,

La cadence aussitôt, la rime, la césure,

La riche expression, la nombreuse mesure,

Sorcières, dont l'amour sait d'abord les charmer,

De fatigues sans fin viennent les consumer.

Sans cesse, poursuivant ces fugitives fées,

On voit sous les lauriers haleter les Orphées.

poésie,poète,poème,écriture,auteur,classique,culture,littérature

vendredi, 06 mars 2020

ETRE AU TAQUET

Lorsqu'une personne se donne à fond pour accomplir une tâche, on dit familièrement qu'elle "est au taquet".

Cette expression vient du vocabulaire de la marine. Au XVème siècle le terme "taquet" désignait un objet pivotant en bois qui permettait de maintenir une porte fermée. Il a ensuite été repris par les marins, un taquet d'amarrage étant une pièce métallique servant à tenir un cordage dans une certaine position, et donc à border une voile. Par extension, comme il sert à tendre au maximum une corde, le taquet est devenu synonyme d'une limite infranchissable. Ainsi, les marins disaient qu'ils "étaient au taquet" lorsqu'ils donnaient tout, sans pouvoir faire mieux. L'expression a fini par être reprise dans le langage courant, avec un sens similaire.

citations,expressions,dictons,culture,savoir,bureau,travail,dossiers

 

mardi, 25 février 2020

DURER DES PLOMBES

Lorsqu'une activité risque de prendre beaucoup de temps, on dit parfois familièrement qu'elle va "durer des plombes", avant d'en voir la fin.

Cette expression est apparue dans le courant du 19ème siècle, elle vient au départ du monde de l'horlogerie. A cette époque, le plomb, métal gris et très lourd, était en effet souvent utilisé dans la conception des horloges et pendules, qui étaient beaucoup plus massives que celles que l'on fabrique aujourd'hui. C'était en particulier le cas des poids dont le mouvement entraînait celui des aiguilles. On a utilisait alors le verbe "plomber" qui était synonyme de "sonner l'heure". Par extension, en argot, on a fini par associer "une plombe" et une heure. Une personne qui attend très longtemps dans une file d'attente entend donc plusieurs fois les cloches sonner.

citations,expressions,culture,écriture,horloges,horlogerie

samedi, 08 février 2020

SE VENDRE COMME DES PETITS PAINS

Cette expression fait référence à un épisode de la vie de Jésus relaté dans la Bible. Un jour, d'après l'Evangile selon Saint Jean, le Christ aurait voulu nourrir une foule nombreuse et affamée. Mais il n'aurait eu sous la main que cinq pains et deux poissons. Les aliments se seraient multipliés par miracle, et Jésus aurait ainsi pu donner aux individus rassemblés devant lui "autant qu'ils en voulaient" afin qu'ils se sustentent.

"Comme des petits pains" est ainsi devenu synonyme d'abondance, inspirant l'expression ancienne "s'enlever comme des petits pains". Avec le temps, la locution a pris la forme actuelle, tout en perdant son caractère religieux.

citations,expressions,culture,pâtisserie,pains

mercredi, 05 février 2020

En lecture, HARRICANA de Bernard CLAVEL

RESUME :

A la fin du 19ème siècle, la famille Robillard vit sur des terres arides au Canada. Raoul vient annoncer à sa famille qu'il a trouvé un endroit plus intéressant se trouvant à 20 jours de marche, de canotage et de portage, dans une nature vierge et sauvage. La famille composée du père, de la mère, soeur de Raoul, de leur fils aîné, Stéphane, 12 ans, d'un autre fils et d'une fille, se rend dès le lendemain sur le chemin découvert par Raoul. Leur acharnement finit par payer, ils arrivent sur le tracé de la voie ferrée en construction qui reliera l'atlantique au pacifique.

Ce livre est le tome 1 d'une série romanesque en 6 volumes que Bernard CLAVEL a écrite de 1983 à 1989. Le récit se passe au Canada, dans la province du Québec où l'écrivain a résidé.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Royaume_du_Nord

 

livre,auteur,culture,canada,québec,pionniers,bernard clavel