Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 08 avril 2022

Texte de Charles-François PANARD

Trop de repos nous engourdit,

Trop de tracas nous étourdit,

Trop de froideur est indolence,

Trop d'activité turbulence,

Trop d'amour trouble la raison,

Trop de remède est un poison,

Trop de finesse est artifice,

Trop de rigueur est cruauté,

Trop d'audace est témérité,

Trop d'économie avarice,

Trop de bien devient un fardeau,

Trop d'honneur est un esclavage,

Trop de plaisir mène au tombeau,

Trop d'esprit nous porte dommage,

Trop de confiance nous perd,

Trop de franchise nous dessert,

Trop de bonté devient faiblesse,

Trop de fierté devient hauteur,

Trop de complaisance bassesse,

Trop de politesse fadeur.

citations,texte en vers,poésie,poème,culture,écriture,charles-françois panard

 

 

 

 

 

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles-Fran%C3%A7ois_Panard

dimanche, 27 février 2022

SOLEIL DE MARS (Jacques PREVERT)

à Cécile Miguel

Orange des orangers
citrons des citronniers
olives des oliviers
ronces des ronceraies
Mystères fastueux et journaliers

La vie est belle
je me tue à vous le dire
dit la fleur
et elle meurt

Sans répondre à la fleur
l’homme traverse le jardin
l’homme traverse la forêt
sans jamais adresser la parole à son chien
Survie verte

La grenade éclate pour la soif
la figue tombe
pour la faim
la fleur de l’artichaut
dans le ciel du matin
jette sa clameur mauve et dédaignée
Seulement pour la couleur
seulement pour la beauté

Secrets intacts
splendeur publique de l’histoire naturelle

Univers de Cécile Miguel
Elle était là présente
dans la lumière ardente
Le paysage s’est jeté sur elle
et lui a dit
qu’elle était amoureuse de lui

C’est vrai que je t’aime
a dit Cécile Miguel
et dans ses toiles
l’eau souterraine des Alpes-Maritimes
murmure qu’elle l’aime aussi.

PREVERT.jpg

mardi, 22 février 2022

LE PECHEUR A LA LIGNE (Tristan DEREME)

Vainement un peuple s'indigne

Du temps que perd,

Sous son chapeau doublé de vert,

Le mortel qui pêche à la ligne.

Au soleil ou dans la fraîcheur

Qu'un bois lui verse,

Il rit à l'ombre que traverse

L'éclair d'un bleu martin-pêcheur.

Il rêve, et rêve d'une sole

Ou d'un poisson aérien ;

Mais c'est un sage : il se console

S'il ne prend rien.

A son logis, il rentre, et dîne

D'une sardine

A l'huile. Il a le coeur tremblant,

Car devant la sardine, il songe...

Il voit la dorade et l'éponge,

Et sous ses yeux un requin plonge

Dans cette boîte de fer-blanc.

Il peut être loin de la grève :

Il suffit de faire un beau rêve...

(Philippe HUC, dit Tristan DEREME, ami de Paul-Jean TOULET et de Francis CARCO, est l'auteur de poèmes fantaisistes et brillants dont le désenchantement perce sous l'humour. Il publia également des chroniques mêlées de vers, L'escargot Bleu, l'Onagre Orangé).

poème,poète,poésie,écriture,culture,vers,passe temps,pêche à la ligne

mercredi, 01 décembre 2021

CHANSON GOTHIQUE (Gérard de Nerval)

Belle épousée,
J'aime tes pleurs !
C'est la rosée
Qui sied aux fleurs.

Les belles choses
N'ont qu'un printemps,
Semons de roses
Les pas du Temps !

Soit brune ou blonde
Faut-il choisir ?
Le Dieu du monde,
C'est le Plaisir.

poésie,poème,poète,auteur,culture,livre,recueil,vers,gothique

samedi, 23 octobre 2021

Raymond QUENEAU... un petit poème...

Quand les poètes s'ennuient alors il leur ar-

Rive de prendre une plume et d'écrire un po-

Eme on comprend dans ces conditions que ça bar-

Be un peu quelque fois la poésie la po-

Esie.

poésie,poème,poète,écriture,texte,vers,culture,raymond queneau

mardi, 21 septembre 2021

LE RELAIS (Gérard de Nerval - recueil Odelettes 1853)

En voyage, on s'arrête, on descend de voiture ;
Puis entre deux maisons on passe à l'aventure,
Des chevaux, de la route et des fouets étourdi,
L'oeil fatigué de voir et le corps engourdi.

Et voici tout à coup, silencieuse et verte,
Une vallée humide et de lilas couverte,
Un ruisseau qui murmure entre les peupliers, —
Et la route et le bruit sont bien vite oubliés !

On se couche dans l'herbe et l'on s'écoute vivre,
De l'odeur du foin vert à loisir on s'enivre,
Et sans penser à rien on regarde les cieux...
Hélas ! une voix crie : « En voiture, messieurs ! »

poète,poésie,poème,culture,auteur livre,gérard de nerval

vendredi, 23 juillet 2021

LES BEAUX VOYAGES

Ah les beaux reportages

Où l'on voyage

Devant son écran !

On passe du bon temps

Hier en Albanie

Puis en Mauritanie

Je mange en Bohème

Je dors au Yémen

Je pèche la sardine

Je marche aux Philippines

Je visite l'Autriche

Monte dans une péniche

Je ne suis pas riche

Mais je m'en fiche.

poésie,poète,poème,écriture,culture,voyages,pays,vacances

jeudi, 17 juin 2021

QUELQUES VERS (EXTRAITS)

Voici que vient l'été la saison violente

Et ma jeunesse est morte ainsi que le printemps

O Soleil c'est le temps de la Raison ardente.

Guillaume APOLLINAIRE

poésie,poème,poète,culture,vers,apollinaire

Ses cheveux sont d'or on dirait

Un bel éclair qui durerait

Ou ces flammes qui se pavanent

Dans les roses-thé qui se fanent.

Guillaume APOLLINAIRE.

 

 

 

 

Anne qui se mélange au drap pâle et délaisse

Des cheveux endormis sur ses yeux mal ouverts

Mire ses bras lointains tournés avec mollesse

Sur la peau sans couleur du ventre découvert.

Paul VALERY.

poésie,poème,poète,culture,vers,apollinaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On a baptisé les étoiles sans penser

Qu'elles n'avaient pas besoin de nom et les nombres

Qui prouvent que les belles comètes dans l'ombre

Passeront, ne les forceront pas à passer.

Francis JAMMES.

poésie,poème,poète,culture,vers,apollinaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Que veut-il, que veut-il, ce coeur ? malgré la cendre

Du temps, malgré les maux,

Pense-t-il reverdir, comme tige tendre

Se couvre de rameaux ?

Jean MOREAS

poésie,poème,poète,culture,vers,apollinaire

jeudi, 27 mai 2021

COMPLAINTE DE LA LUNE EN PROVINCE (Jules LAFORGUE)

Ah ! la belle pleine Lune,

Grosse comme une fortune !

 

La retraite sonne au loin,

Un passant, monsieur l’adjoint  ;

 

Un clavecin joue en face,

Un chat traverse la place :

 

La province qui s’endort !

Plaquant un dernier accord,

 

Le piano clôt sa fenêtre.

Quelle heure peut-il bien être ?

 

Calme Lune, quel exil !

Faut-il dire : ainsi soit-il ?

 

Lune, ô dilettante Lune,

À tous les climats commune,

 

Tu vis hier le Missouri,

Et les remparts de Paris,

 

Les fiords bleus de la Norvège,

Les pôles, les mers, que sais-je ?

 

Lune heureuse ! ainsi tu vois,

À cette heure, le convoi

 

De son voyage de noce !

Ils sont partis pour l’Écosse.

 

Quel panneau, si, cet hiver,

Elle eût pris au mot mes vers !

 

Lune, vagabonde Lune,

Faisons cause et mœurs communes ?

 

Ô riches nuits ! je me meurs,

La province dans le cœur !

 

Et la lune a, bonne vieille,

Du coton dans les oreilles.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Laforgue

 

poème,poète,poésie,culture,vers,lune,auteur,recueil

mardi, 20 avril 2021

Fernando PESSOA

Suis ta destinée,
Arrose les plantes,
Aime les roses.
Le reste est l’ombre
D’arbres étrangers.

La réalité
Est toujours plus ou moins
Que ce que nous voulons.
Nous seuls sommes toujours
Égaux à nous-mêmes.

Vivre seul est doux,
Vivre simplement,
Toujours, est noble et grand,
Sur les autels, en ex-voto
Pour les dieux, laisse la douleur.

Regarde la vie de loin.
Ne l’interroge jamais.
Elle ne peut rien
Te dire. La réponse
Est au-delà des dieux.

Mais sereinement
Imite l’Olympe
Au fond de ton coeur.
Les dieux sont dieux
Parce qu’ils ne se pensent pas.

6 juillet 1935

Je ne pense à rien,
et cette chose centrale, qui n’est rien,
m’est agréable comme l’air de la nuit,
frais en contraste avec le jour caniculaire.

Je ne pense à rien, et que c’est bon !

Ne penser à rien,
c’est avoir une âme à soi et intégrale.
Ne penser à rien,
c’est vivre intimement
le flux et le reflux de la vie…
Je ne pense à rien.

C’est comme si je m’étais appuyé
dans une fausse posture.
Un mal aux reins, ou d’un côté des reins,
mon âme a la bouche amère :
c’est que, tout bien compté,
je ne pense à rien,
mais vraiment à rien,
à rien…

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fernando_Pessoa

 

poésie,poète,poème,culture,vers,écriture,lisbonne,fernando pessoa