Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 11 septembre 2006

TOULOUSE 1987 NEIL YOUNG (FOR NEIL)

The sun shone stronger

And the sky was more blue

When I knew you will come here.

The volcano awaked

It overflowed when you arrived

An now, where are you ?

It's with you I want to sing

I can't part all things

With a man like you

I  want to play guitar with you

I should want all day hear you singing

The sweetness is there when your voice resound

But people don't pay attention

All I want is hear you singing

14:45 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : Poésie, musique, guitare

lundi, 14 août 2006

LA POESIE EST INDISPENSABLE

Je sais que la poésie est indispensable, mais je ne sais pas à quoi.

(Jean COCTEAU)

 

22:47 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : Culture, poésie

jeudi, 06 juillet 2006

DOUCEUR

Eugène GUILLEVIC (1907-1997), poète d'un lyrisme concis qui s'applique, en vrai matérialiste, à "tout rendre concret, palpable", est l'auteur de nombreux recueils dont Exécutoire (1947), Carnac (1961), Sphère (1963), Ville (1971), Inclus (1973).

Voici un de ses poèmes :

 

 

 

Douceur,

Je dis : douceur.

Je dis : douceur des mots

Quand tu rentres le soir du travail harassant

Et que des mots t'accueillent

Qui te donnent du temps.

Car on tue dans le monde

Et tout massacre nous veillit.

Je dis : douceur,

Pensant aussi

A des feuilles en voie de sortir du bourgeon,

A des cieux, à de l'eau dans les journées d'été,

A des poignées de main.

Je dis : douceur, pensant aux heures d'amitié,

A des moments qui disent

Le temps de la douceur venant pour tout de bon,

Cet air tout neuf,

Qui pour durer s'installera.

14:40 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Poésie

vendredi, 10 mars 2006

AUGURES DE L'INNOCENCE

Voir le monde dans un grain de sable,

Le paradis dans une fleur sauvage,

Tenir l'infini dans le creux de sa main et l'éternité dans une heure.

(William Blake)

Etre soi-même pour "être" avec plénitude,

pour mieux comprendre le sens de l'existence et le sens particulier de sa propre existence,

pour savourer son existence.

15:05 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (10)