Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 09 décembre 2019

GEORGES ( né le 14 juillet 1891- tué le 16 avril 1917)

Un des 4 frères de mon grand père paternel a été tué pendant la Grande Guerre.

J'ai plusieurs photos de famille où il apparaît.

En juillet 1916, il se trouve dans la Meuse avec son régiment, à FORIMONT, au sud de Vauquois.

guerre 14 18,soldat,guerre,meuse,florimont,ville sur cousances,sommelonne,souvenirs,famille,ancêtresguerre 14 18,soldat,guerre,meuse,florimont,ville sur cousances,sommelonne,souvenirs,famille,ancêtres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

guerre 14 18,soldat,guerre,meuse,florimont,ville sur cousances,sommelonne,souvenirs,famille,ancêtres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les trois autres photos montrent une scène de théâtre en 1916. Les soldats s'amusaient malgré la guerre.

guerre 14 18,soldat,guerre,meuse,florimont,ville sur cousances,sommelonne,souvenirs,famille,ancêtres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

guerre 14 18,soldat,guerre,meuse,florimont,ville sur cousances,sommelonne,souvenirs,famille,ancêtres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 3 septembre 1915, il se trouve à Ville sur Cousances, dans la Meuse également.

guerre 14 18,soldat,guerre,meuse,florimont,ville sur cousances,sommelonne,souvenirs,famille,ancêtres

 

mercredi, 20 novembre 2019

SAINTE ADRESSE : le lieu de mariage de mes grands parents paternels

Le 21 juin 1919, les parents de mon père se sont mariés à Sainte Adresse, au 80 Rue du Havre, aujourd'hui 80 Rue du Général de Gaulle.

Pendant la guerre 14-18, Madeleine, ma grand mère paternelle, habitait avec sa soeur et ses parents, au 80 Rue du Havre à Sainte Adresse, ayant fui Marcoing dans le Nord qui était bombardé.

Le lieu de leur mariage à Sainte Adresse, indiqué sur la photo qui date de 1908 et sur la 2ème photo des années 60, vue de la ville de Sainte Adresse (en haut à gauche,  situation du lieu, près de l'église).

le havre,sainte adresse  mariage,1919,21 juin 1919,souvenirs,famille,guerre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le havre,sainte adresse  mariage,1919,21 juin 1919,souvenirs,famille,guerre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo de 1916 dans leur maison refuge de Sainte Adresse : fenêtre de gauche, mon arrière grand mère Julie. Fenêtre de droite, mon arrière grand père Théophile avec ses deux filles, Madeleine et Thérèse.

le havre,sainte adresse  mariage,1919,21 juin 1919,souvenirs,famille,guerre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1963, Camille, la fille de Thérèse, s'est rendue sur le lieu du mariage de mes grands parents. Lieu d'autant plus émouvant qu'elle y a été conçue en janvier 1919. Elle a pris quelques photos. La maison où ma grand mère avait habité pendant la guerre n'existait plus. Une maison blanche avait pris la place. La maison mauresque du concierge était préservée.

le havre,sainte adresse  mariage,1919,21 juin 1919,souvenirs,famille,guerre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le havre,sainte adresse  mariage,1919,21 juin 1919,souvenirs,famille,guerre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En avril 2013, je me suis rendue pour la 1ère fois à Sainte Adresse avec mon mari et j'ai pris quelques photos du 80 Rue du Général de Gaulle. La maison blanche qui s'élevait à la place de la maison où avait vécu ma grand mère existait encore mais plus pour longtemps, elle était vide. La maison mauresque du concierge servait de lieu de vente pour un futur immeuble.

le havre,sainte adresse  mariage,1919,21 juin 1919,souvenirs,famille,guerre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le havre,sainte adresse  mariage,1919,21 juin 1919,souvenirs,famille,guerre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En novembre 2013, des travaux de construction d'un immeuble ont défiguré le lieu, la maison blanche a été démolie.

le havre,sainte adresse  mariage,1919,21 juin 1919,souvenirs,famille,guerre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le havre,sainte adresse  mariage,1919,21 juin 1919,souvenirs,famille,guerre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le havre,sainte adresse  mariage,1919,21 juin 1919,souvenirs,famille,guerre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici le lieu en 2015, vu d'en haut. La maison mauresque construite en 1876 pour un riche notable de la région a été conservée.

 

mardi, 15 octobre 2019

EGLISE ST PHILIBERT

En 1961, je passais mes premières vacances dans le Morbihan, près d'Auray, à Crach, où ma mère avait trouvé une location. J'avais 8 ans et 9 mois. Mon père a pris cette photo noir et blanc, en 1961, sur le chemin des deux plages où nous sommes allés très souvent durant les années 60 et 70 : il s'agit de la chapelle St Philibert, devenue église paroissiale en 1869. Cette petite église a été construite en 1648, au bord de l'eau.

chapelle,église,morbihan,crach,vacances,voyage,famille

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

chapelle,église,morbihan,crach,vacances,voyage,famille

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ci-dessous, vidéo des deux plages de St Philibert avec, à la fin de la vidéo, la petite église et son intérieur.


lundi, 28 janvier 2019

HOMMAGE

Elle s'appelait Andrée, comme sa tante et marraine. Sa tante, fermière et cousine de ma mère, chez qui nous allions chercher du beurre et du fromage blanc le jeudi, était sa confidente. Elle n'avait que la rue à traverser pour se rendre chez elle. 

Son père, mon parrain, m'avait offert pour ma communion solennelle un pendentif en croix que j'avais choisi avec maman et Renée, sa maman, à la bijouterie de la grand'rue de notre petite ville du nord de la France. J'étais consciente du sacrifice financier que cela représentait à l'époque, pour mon parrain et Renée, parents de 4 enfants. Je garde précieusement ce bijou car la famille restera toujours importante pour moi.

Ma cousine Andrée sera enterrée cet après midi, je ne pourrai pas faire les 975 kms pour me rendre au cimetière de notre ville de naissance.

Nous nous étions revues en 2012 chez elle, ainsi qu'à l'enterrement de mon père en 2011 et de ma mère en 2016.

Je lui souhaitais encore la bonne année au début du mois. Nous nous parlions de temps en temps par la messagerie FB. Nous avons remué des souvenirs anciens ou plus récents, parlé des secrets de famille, des problèmes et heurts dans sa famille suite au décès de son frère en décembre 2005.

Le temps passe, les souvenirs restent, rien ne s'efface.

souvenirs,hommage,écriture,enfance,cousine,relations,famille

mercredi, 14 mars 2018

LES GRANDES, LES PETITES

Mes parents ont eu 5 enfants, un garçon et quatre filles.

Quand ils parlaient de leurs filles, mes parents disaient : les grandes, les petites. Certainement que c'était plus rapide que de nous appeler par nos prénoms.

Les grandes dont je faisais partie couchaient dans la même chambre, et les petites dans la chambre bleue. 

Ainsi, mon père ou ma mère disaient : la chambre des petites, la chambre des grandes, il va falloir rhabiller les petites, les grandes vont terminer leurs études, se fiancer, se marier. On peut payer la colonie de vacances aux petites, le chat est passé par la fenêtre de la chambre des grandes pour aller chez la voisine, il faut accompagner les petites à la messe...

souvenirs,enfance,écriture,famille,auteur,nouvelles et textes brefs

vendredi, 26 janvier 2018

Mon dernier poème et les autres à lire sur mon 2ème blog.

Mon 2ème blog :

http://depoesiesenpoesies.hautetfort.com/

poésie,poème,poète,amour,famille,deuil

vendredi, 12 janvier 2018

TANTINE

La cousine de mon père s'appelait Camille, mais tout le monde dans la famille l'appelait TANTINE.

Elle était fille unique et n'avait jamais connu son père. Elle vivait seule avec sa mère depuis le décès de son beau-père, Louis. J'ai gardé un souvenir flou de Louis du temps où nous allions en famille rendre visite à Tantine et tante Thérèse, sa maman, je devais avoir 7 ou 8 ans. C'était un homme doux et discret.

Tantine était secrétaire de direction dans une grande société de chauffage. Elle avait toujours les ongles vernis, le rouge aux lèvres et les cheveux noirs impeccablement coiffés. Dans sa grande maison, un peu bourgeoise, qu'elle avait décorée avec beaucoup de goût, elle nous recevaient le dimanche après-midi autour d'un café ou d'un chocolat au lait et de bons petits gâteaux. Toujours souriante et enthousiaste, elle nous maquillait et nous offrait ses rouges à lèvres un peu usés qui faisaient notre bonheur.

N'ayant jamais eu d'enfant, elle les remplaçaient par les enfants de son unique cousin (mon père). Elle s'habillait avec une grande classe et quelquefois nous emmenaient faire du "lèche-vitrine" dans sa ville. Elle avait trois grandes armoires pleines de toilettes de toutes sortes, dans les deux chambres à l'étage. Une fois par an, au mois d'août, elle nous invitaient à passer une journée entière avec elle et sa maman. Nous prenions le train le matin pour nous rendre dans sa ville. Elle achetait des plats "en gelée" chez le traiteur car elle ne faisait pas beaucoup la cuisine. Quelquefois, elle nous emmenaient au cinéma ou faire un tour dans le jardin public du château et du Musée. Puis, vers 17 heures, elle nous raccompagnait à la gare. 

Quand nous étions encore petits, elle nous demandait de préparer un petit spectacle de danse ou de chansons que nous devions jouer devant nos parents et sa maman. Pour cela, nous fermions la double porte qui séparait la salle à manger et le salon. Les spectateurs se tenaient dans la salle à manger et nous, les acteurs ou danseurs, nous nous tenions dans le salon. Elle savait que j'aimais la danse classique et il ne fallait pas me prier trop longtemps pour que je m'élance sur les pointes et me donner ainsi en spectacle. Elle mettait un de ses disques de musique classique et, avec mes soeurs, nous imitions les petits rats en sautant, tournant, levant les bras avec grâce au son du piano ou d'un orchestre entier. Quand le spectacle était terminé, après les applaudissements, nous refermions la double porte, en saluant comme les petits rats de l'Opéra nos parents, Tantine et tante Thérèse.

Tante Thérèse est décédée en 1979 et Tantine en 1990 mais je garde de nombreux souvenirs d'elles : une fleur faite avec des plumes d'oiseaux qui venait d'un des grands vases de Tantine, deux petits cadres représentant des fleurs, l'un en imitation cuivre, l'autre en platre recouvert de peinture dorée et des photos car mon père aimait nous prendre en photo les dimanches. J'ai gardé également un des manteaux de Tantine, écossais bleu, indémodable et je ne suis pas prête de m'en séparer.

souvenirs,enfance,écriture,famille,auteur,recueilsouvenirs,enfance,écriture,famille,auteur,recueil

 

mardi, 21 novembre 2017

TRISTESSE

En raison du décès de mon mari ce dimanche 19 novembre, je serai indisponible pendant une durée indéterminée. Je vous remercie à l'avance de vos messages de sympathie et de soutien.

BON BOUGIE P1050922 (2448 x 1836).jpg

vendredi, 20 octobre 2017

Quelques citations en relation avec mon livre qui vient de paraître chez TheBookEdition

Tous les souvenirs de nos parents, de nos ancêtres, sont inclus dans nous (François DOLTO).

Nous étions là, nous ne sommes plus, nos enfants continuent notre histoire.

On ne change pas en un jour un mode de vie hérité de ses ancêtres (Richard COWPER).

Ces papiers, ces parchemins laissés là depuis longtemps ne demandaient pas mieux que de revenir au jour. Ces papiers n'étaient pas des papiers mais des vies d'hommes (Jules MICHELET).

Les vivants ne peuvent rien apprendre aux morts, les morts, au contraire, instruisent les vivants (F. R. de CHATEAUBRIAND).

Ceux qui sont morts ne sont jamais partis. Ils sont dans l'ombre qui s'éclaire. Et dans l'ombre qui s'épaissit. Les morts ne sont pas sous la terre. Ils sont dans l'arbre qui frémit. Ils sont dans le bois qui gémit. Ils sont dans l'eau qui coule. Ils sont dans l'eau qui dort (Birago DIOP).

citations,ancêtre,écriture,enfants,famille,racines

mardi, 10 octobre 2017

GABRIELLE

A l'âge de 29 ans, ma mère accouchait de son 5ème enfant.

Pour l'aider à la sortie de la maternité, Gabrielle, une aide-ménagère, fut recrutée. J'ai de très très vagues souvenirs de cette dame... je n'avais que 4 ans et demi quand ma petite soeur est née. On m'a donc un peu raconté cette période. Ce serait la mère de mon père qui aurait fait la démarche pour obtenir son aide.

Patiente, courageuse, douce et efficace, elle s'occupait en priorité des lessives de notre grande famille. Le seul souvenir vague que j'ai est celui-là : je la vois dans la cuisine s'occupant du linge qui bouillait dans une lessiveuse. Elle n'était pas bavarde il me semble.

Elle aidait au ménage également. Elle ne venait pas tous les jours mais elle soulageait grandement ma mère.

5 enfants âgés de 1 an et 9 mois, 4 ans et 4 mois, 6 ans et 3 mois, 7 ans et 9 mois, plus un bébé, c'est beau mais cela fait du bruit, bouge dans tous les sens, et le linge sale de chacun s'accumule à une vitesse folle... sans parler du ravitaillement à faire chaque jour et ensuite des repas à préparer.

souvenirs,enfance,famille,écriture,jours heureux,auteur