Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 21 mars 2014

A L'ECOLE MATERNELLE

école,souvenirs,écriture,nouvelles et textes brefs,auteur,livre,publication,littérature,société,culture,enfanceDe mes années passées à l'école maternelle, il me reste peu de souvenirs. Ce dont je me souviens, c'est que je n'ai pas pleuré le 1er jour.

Les maîtresses étaient très gentilles et douces.

J'ai très peu de souvenirs de la 1ère année de maternelle.

Je me revois avec mes petites camarades, essayant de dessiner, de recopier ce que la maîtresse avait écrit. Nous faisions des collages de papiers de couleurs différentes, nous chantions et la maîtresse nous initiait à la musique avec des tambourins que nous frappions du poing.

J'ai plus de souvenirs de la dernière année car la maîtresse avait décoré la salle de classe avec des filets de pêche, des étoiles de mer, des photos de bateaux, de mer, avec des coquillages, du sable et des algues. Et surtout, elle nous avait appris à chanter une chanson de Charles TRENET : La mer.

A la fin de l'année scolaire, nous avons chanté devant nos parents et avons été chaleureusement applaudis.

Je me souviens également de l'odeur de la peinture. Chaque enfant avait une poterie à décorer. La maîtresse nous avait donné un pot à peindre sur lequel elle avait fait des dessins. A nous de peindre le pot et de le laisser sécher toute une journée. Le lendemain ou le jour suivant, nous devions y ajouter les motifs avec une peinture d'une autre couleur.

J'ai gardé ce pot. Il est abîmé mais c'est merveilleux de savoir que je l'ai peint quand j'avais 5 ans. Il est rose et les dessins représentent des bateaux verts à voiles blanches.

Je me souviens également du cadeau que j'ai reçu au Noël de l'école : une dinette en métal !

Comme l'école était mixte, les filles avaient des petits amoureux ou fiancés. Les petits garçons avaient des amoureuses ou fiancées.

 

 

 

samedi, 15 mars 2014

EN VELO AVEC MON PAPA

Mon papa s'apprête à partir travailler. Il y va en vélo car c'est à l'autre bout de la ville. Pour faire plaisir à sa maman, et comme je suis trop petite pour aller à l'école, il me prend avec lui. Il m'assied sur le siège attaché au porte-bagages. Cela permet de soulager maman qui a beaucoup de travail avec ma petite soeur.

Nous voilà partis après le repas de midi. Je m'accroche à son manteau car j'ai un peu peur. Je ne vois pas la rue qui défile devant moi. Je regarde les maison qui défilent sur le côté.

Arrivés au portail en fer de l'usine, il me laisse sur le vélo et descend pour ouvrir. Derrière le portail se trouve, à droite, la maison de mon grand-père et de ma grand-mère. A gauche, ce sont les bâtiments de l'usine puis les bureaux. Au fond de la cour se trouvent aussi des bâtiments où les ouvriers travaillent.

Au fond à droite, se dressent de vieux bâtiments qui servent de garage et une grange en bois, comme dans les films de cow-boys.

Mon grand-père est déjà au bureau, il travaille comme comptable avec une dame. Je peux le voir car il a son bureau près de la fenêtre qui donne sur la cour. Il me fait signe bonjour. Le dimanche, il m'emmène voir son bureau quand il n'y a personne.

Mon papa me dépose chez sa maman qui m'embrasse très fort et il s'en va.

J'aide ma grand-mère à ranger sa cuisine comme je peux. Elle me lit une histoire. Je dessine sur du vieux papier avec de vieux crayons de couleurs. Nous allons ensuite ramasser les oeufs que les poules ont laissé un peu partout : dans la paille de la réserve à charbon, dans certains coins du jardin. Il faut bien regarder et surtout ne pas les laisser tomber. Je m'amuse aussi quelquefois avec les poules qui s'échappent dès que je veux les toucher. Mais j'ai l'habitude. Ensuite, ma grand-mère me donne un biscuit pour le goûter car l'air de la campagne ça creuse. Elle m'emmène dans le potager car il faut penser au repas du soir. J'y vois des salades, des poireaux et d'autres légumes ainsi que quelques fleurs.

Quand mon papa a fini sa journée de travail, il rentre avec mon grand-père qui m'embrasse et nous buvons un verre de jus de fruit pour moi, et du café pour mon papa et mes grands parents. Ils parlent de choses que je ne comprends pas.

Maintenant, il est l'heure de rentrer pour retrouver mon frère et ma soeur qui sont déjà revenus de l'école. Je fais la route en sens inverse ce qui me permet de voir les maisons de l'autre côté de la rue.

J'aime avoir les cheveux dans le vent, même s'il fait quelquefois très froid. Mais je suis bien couverte. L'après midi s'est bien passée et je suis contente de revenir à ma maison. La table est déjà mise et je sens l'odeur de la soupe dès que j'arrive.

(EXTRAIT DE MON LIVRE : ELISA RACONTE souvenirs,nouvelles et textes brefs,écriture,société,enfance,histoires,contes,livre,auteur,littérature,années 60)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

souvenirs,nouvelles et textes brefs,écriture,société,enfance,histoires,contes,livre,auteur,littérature,années 60

 

samedi, 08 mars 2014

ERNEST N'EST PAS CONTENT

Les enfants aiment explorer tout ou presque.

A l'âge de 10 ans, avec mes petits voisins ou voisines, j'aimais me glisser à plat ventre sous le grillage qui fermaît la pâture au bout du petit chemin qui longeait le jardin de mes parents. Seulement, il fallait être prudent à cause des vaches qui se trouvaient là, mais également à cause d'Ernest, le fermier, qui pouvait nous voir. Pour passer sous le grillage, il fallait s'assurer que les vaches étaient loin et ne pouvaient pas arriver de si tôt. Il fallait aussi regarder si Ernest n'était pas à l'horizon. Quelquefois on entendait son tracteur aller et venir dans le champ près de sa ferme. Alors nous nous préparions à passer sous le fil de fer. Mais un jour que nous étions dans sa pâture, il se mit à crier de sa maison : "eh, là-bas !, voulez-vous vous en aller ! Partez tout de suite !".

Nous n'étions pas fiers.... Alors nous sommes partis en courant vers la maison. Nous avions peur de nous faire gronder par nos parents. Ernest connaissait bien ma maman. Ils s'étaient connus enfants à l'école maternelle et primaire....

société,journal intime,écriture,textes brefs,enfants,jeux,années 60,anecdotes.

jeudi, 15 août 2013

CHASSE AUX PAPILLONS

Ce doit être agréable d'aller à la chasse aux papillons.

Personnellement, je n'ai aucun souvenir d'être allée chasser les papillons, et pourtant je vivais à la campagne...

Les enfants joyeux qui courent dans les prairies fleuries ou les bords des routes avec un filet à la main, ce doit être un beau spectacle.

Si on laisse pousser les herbes folles dans un coin du jardin, on les attire. Et si on a un peu de patience et un bon appareil photo, on peut les observer, les photographier et, en poussant un peu plus la curiosité, faire une étude sur les nombreuses espèces.

Dans quelques semaines, ils se poseront sur mes figues bien mûres. Mais ce sera déjà l'automne.

FILET A PAPILLONS.jpg

 

 

 

lundi, 05 août 2013

L'OCULISTE

Ma mère a eu 5 enfants dont 3 ont porté des lunettes dès l'école primaire.

Je fais partie des 3.

Tous les ans à la même époque, ce devait être pendant les grandes vacances, nous prenions le train pour nous rendre au rendez-vous fixé par l'oculiste. Dans notre petite ville, à part les médecins généralistes, il n'y avait pas de médecins spécialistes.

Arrivés à la gare, nous nous dirigions vers les faubourgs. Dans une rue toute droite des maisons individuelles se succédaient. C'est dans l'une d'elles que notre oculiste exerçait. Dans la salle d'attente, les volets fermés, une faible lumière nous accueillait ainsi qu'un canapé et quelques fauteuils.

Je demandais à ma mère pourquoi nous étions dans le presque noir. Elle m'expliquait que c'était pour prendre soin de nos yeux.

Quand nous sortions de ce rendez-vous, ordonnance à la main, nous partions commander nos nouveaux verres.

Quand il fallait les changer, j'avais du mal à m'y habituer et je manquais de tomber car je levais trop haut mes pieds pour monter ou descendre du trottoir.

OCULISTE.jpg

 

 

jeudi, 24 janvier 2013

JE RANGE, TU RANGES, IL RANGE

En rangeant mes armoires et étagères, je découvre des objets oubliés parfois, mais aussi des objets que je n'ai pas oubliés. Ces objets que je n'ai pas oubliés me sont très précieux. C'est d'ailleurs pour cela que je sais où ils se trouvent.

Il peut aussi arriver que je cherche une photo pendant 10 ans sans la retrouver. Et puis en vidant complètement un placard celle-ci réapparait.

Ce petit pot rose, je ne l'ai pas oublié. Je ne risque pas de l'oublier, il m'a suivi dans tous mes déménagements. Je l'ai peint à l'école maternelle, j'avais 5 ans.

La maîtresse d'école avait étalé des pots de différentes formes sur une grande table et, en nous donnant un pinceau, elle nous avait demandé de peindre toute la surface du pot en rose.

Puis le lendemain, le temps que la peinture soit bien sèche, elle avait dessiné au crayon des voiliers en nous demandant de remplir les formes. Elle nous expliquait que les voiles devaient être peintes en blanc et la coque en vert ou bleu.

Puis de nouveau le lendemain elle nous apporta un pot de vernis incolore et nous expliqua qu'il fallait maintenant recouvrir toute la surface du pot avec ce vernis.

Les odeurs de peinture et de vernis se répandaient dans toute la classe. Mes copines et moi-même étions très appliquées.

C'est ainsi que j'ai ramené un soir ce petit pot rose à la maison en fin d'année scolaire. J'étais fière de mon oeuvre et maman en a toujours pris soin.

Aujourd'hui, la peinture s'écaille de plus en plus mais je le garde précieusement.

Il fait partie (avec mes cachiers d'écriture) des quelques souvenirs qui restent de mon temps passé à l'école maternelle.

nouvelles et textes brefs,souvenirs,enfance,écriture

 

 

samedi, 17 novembre 2012

HISTOIRE D'UNE PENDULE

Le partage entre blogueurs peut être formidable.

Je viens encore de le vérifier pas plus tard qu'hier.

Un ami blogueur, voyant sur la couverture de mon dernier livre la photo de la pendule de mon grand-père, a réagit aussitôt.

En connaisseur, puisqu'il répare et collectionne de vieilles horloges, il m'a dévoilé le pays d'où est originaire mon carillon (qui doit bien avoir près de 100 ans). Je l'en remercie vivement ici.

Cependant ce mystère résolu n'apporte pas la réponse à ma question au sujet de la date et du lieu de l'achat de cette horloge car seul mon grand-père connaissait la réponse.

Je suis tout de même heureuse d'avoir pu avancer encore un peu dans mes recherches grâce à cet ami blogueur.

blogs,internet,souvenirs,société,pendules,horloges

samedi, 29 septembre 2012

REMUER LES SOUVENIRS D'ENFANCE

Quand on range les armoires, on remue les souvenirs anciens.

On retrouve des livres usés d'avoir été lus et passés entre de nombreuses mains et même un peu jaunis.

"Tiens, ce livre c'est T. qui me l'a offert pour mon anniversaire !"

"Ce livre, je l'ai eu à Noël 1963 !"

"Celui-là m'a été offert en fin d'année scolaire car j'avais eu de bonnes notes en rédaction"....

A l'intérieur de la couverture de celui-ci est inscrit le nom de l'enfant à qui il appartient.

BIBLIOT ROSE.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A l'intérieur de ce livre se trouve la dédicace de la personne qui me l'a offert.

LAPIN AVENTUREUX.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur la couverture de ce livre est inscrit le nom de l'enfant à qui il appartient.

img094.jpg

15:23 Publié dans Souvenirs | Lien permanent | Commentaires (15)

dimanche, 23 septembre 2012

CE TEMPS DE SEPTEMBRE

Ce temps de septembre me fait penser à la récolte de mûres de mon enfance.

Grand-mère nous emmenait faire un tour dans les chemins de pâtures, elle connaissait les meilleurs endroits.

C'était devenu une habitude et nous rentrions en fin d'après midi chargés de sacs contenant ces fruits noirs.

En arrivant dans sa cuisine, elle se mettait tout de suite au travail. Elle allumait le gaz et posait dessus une grande bassine. Elle avait pensé à tout, au sucre, aux bocaux et à la parafine.

Pour rien au monde elle ne voulait manquer cet évènement. Elle avait connu la guerre et les privations et donc gardé ses habitudes de profiter de ce que la nature peut offrir : pissenlits, feuilles de tilleul, pommes et mûres. Elle fabriquait même sa bière.

Et aujourd'hui, c'est l'automne !

(en photo, notre récolte du mois d'août 2011)

souvenirs,automne,écriture,livre,nouvelles et textes brefs

 

 

vendredi, 21 septembre 2012

GABRIELLE

A l'âge de 29 ans, ma mère accouchait de son 5ème enfant.

Pour l'aider à la sortie de la maternité, Gabrielle, aide-ménagère, fut recrutée.

Patiente, courageuse, douce et efficace, elle s'occupait en priorité des lessives de notre grande famille.

Elle aidait au ménage également. Elle ne venait pas tous les jours mais elle soulageait grandement ma mère.

Il faut comprendre que 5 enfants âgés de 1 an et 9 mois, de 4 ans et 4 mois, de 6 ans et 3 mois, de 7 ans et 9 mois plus un bébé c'est beau mais cela fait du bruit, cela bouge dans tous les sens, et le linge sale de chacun s'accumule à une vitesse folle... sans parler du ravitaillement à faire chaque jour et ensuite des repas à préparer.

souvenirs,nouvelles et textes brefs,écriture,livre