Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 12 août 2016

LE TRAVAIL BIEN FAIT

Un travail bien fait est un travail achevé, pas bâclé.

Apprendre à bien travailler c'est se soucier du travail bien fait.

On est alors fier d'avoir réussi son objectif.

Le sans-faute devient un but à atteindre mais il faut savoir mettre des limites.

Diplome+du+TRAVAIL+BIEN+FAIT.jpg

samedi, 25 avril 2015

Travail au jardin

Le travail au jardin est bientôt terminé dans ce que j'avais prévu de faire pendant ces vacances de Pâques. J'ai bien avancé dans la destruction du lierre qui envahit depuis quelques années plusieurs endroits et étouffe mes arbustes et fleurs. Si on le laisse prospérer à droite et à gauche, on se retrouve avec une immense toile d'araignée faite de tiges fines jeunes et de tiges anciennes grosses comme mon poignet. Je surveillerai la repousse car il m'est impossible d'enlever les racines profondes. Seize grands sacs sont partis à la déchetterie en 10 jours... Mon tas de bois sert de cachette aux geckos...

souvenirs,journal et textes brefs,jardinage,saison,printemps,travail,fleurs,potager,web

mercredi, 22 juin 2011

DOUCES HABITUDES

Aux instants sans saveurs

Des journées de labeurs

S'opposent les couleurs

Des journées de faveurs

Les devoirs délaissés

Attendent patiemment

Qu'on vienne fermement

Ranger la solitude

Et les douces habitudes.

poésie,poèmes,écriture,travail,société

 

dimanche, 01 mai 2011

JE N'AI PAS OUBLIE

Je n'ai pas oublié la fête du travail ni le muguet.

Seulement, je n'en ai pas dans mon jardin.... Je vous offre celui-là !

BONNE FETE A TOUS

MUGUET.jpg

mercredi, 02 février 2011

VILLENEUVETTE

C'était une manufacture royale de draps, construite sous Colbert.histoire,région,photos,travail,société

histoire,région,photos,travail,sociétéhistoire,région,photos,travail,sociétéhistoire,région,photos,travail,sociétéhistoire,région,photos,travail,sociétéhistoire,région,photos,travail,sociétéhistoire,région,photos,travail,sociétéhistoire,région,photos,travail,sociétéhistoire,région,photos,travail,société

dimanche, 02 mai 2010

DESERT AFFECTIF (Le Journal de Juliette n° 66)

Après 3 semaines de recherches intensives, Juliette avait trouvé un logement et du travail.

Dans une rue calme, à deux pas de la maison natale du Général de Gaulle, Juliette avait emménagé au rez de chaussée d'une petite maison.

-lavabo--b.jpgMais elle savait déjà qu'elle ne resterait pas longtemps : le lavabos ne délivrait que de l'eau froide, les WC se trouvaient dans une minuscule cour, de l'autre côté du couloir, la cuisine était au premier étage et commune à tous les locataires. 

Le matin, elle se rendait dans cette pièce blanche pour faire chauffer son café au lait sur l'unique gazinière. Elle y rencontrait quelquefois de jeunes étudiants, locataires comme elle. Elle leur disait un bonjour très bref, mangeait vite son croissant, et redescendait pressée...

Tous les jours, à la radio, elle entendait une chanson : "je n'ai eu besoin de personne pour le rencontrer un jour".... C'était le Tube du moment.

La vie amoureuse de Juliette était devenue un désert depuis plusieurs mois... Cette chanson était pour elle une bouffée d'oxygène dans sa nouvelle vie qu'elle trouvait bien morne.

Puis un jour, Erika la contacte et lui dit : "j'ai trouvé une chambre meublée dans le centre ville, tu peux venir aussi avec tes affaires car ma voisine est partie, sa chambre est libre. On pourra se voir plus souvent".

Juliette lui donne rendez-vous à la sortie de son travail et Erika lui montre son nouveau logement. Après réflexion, Juliette accepte de déménager.

Le temps de donner son préavis, Juliette rassemble ses bagages.

samedi, 14 février 2009

Chers collègues de travail

collègues.jpgChacun travaille beaucoup aujourd'hui car il s'investit en pensée et réflexion au-delà du temps de présence dans l'entreprise. Les responsabilités s'élargissent, se complexifient et les décisions, aux conséquences multiples et hétérogènes, sont souvent prises dans l'incertitude. Là où il y a du pouvoir, il y a de la fragilité ; et là où il y a de la fragilité, il y a de la responsabilité. Un jour ou l'autre, chacun se retrouve à sentir le poids de sa responsabilité et, aussi, à percevoir mentalement ses limites.

En dehors de la rémunération et d'un allègement des contraintes, ce qui importe le plus dans la vie professionnelle est que le travail, la relation à la hiérarchie soient de bonne qualité, et que l'on puisse participer aux décisions.

Les conflits font peur, on cherche à les éviter. Comment passer du conflit à la coopération ? Comment contrôler l'agressivité, la sienne et celle des autres ? Comment reconnaître que l'on entre dans une escalade symétrique et comment en sortir ? Comment ne pas avoir peur de la différence et, pour ne pas perdre la face, résister à la faire perdre à l'autre ?

Il ne s'agit pas d'éviter le conflit mais de le transformer en élément dynamique. Pour cela il faut savoir se décentrer de soi-même et se mettre à la place de l'autre. Comprendre que toute émotion est à identifier comme une information sur ce qui se passe dans la relation, identifier les siennes, mais aussi prendre en charge celle de l'autre. Ne pas les lui renvoyer brutalement lorsqu'elles sont négatives mais les métaboliser en les faisant siennes. Et se souvenir que même notre pire adversaire a le même besoin viscéral que nous de reconnaissance.

Désamorcer un conflit : dire calmement à son interlocuteur : "ton attitude de l'autre jour, ce que tu me racontes, me met en colère, et je vais essayer de comprendre pourquoi, en réfléchissant à haute voix avec toi". Vous traitez un conflit sur le contenu de ce qui se dit à l'intérieur d'une relation de coopération.

(Anne COTTET - Mieux Vivre Mode d'emploi)