Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 29 janvier 2010

LA VIE AU CENTRE (Le Journal de Juliette n° 63)

La cantine du centre de formation se trouvait dans une immense salle.

Juliette choisissait toujours une place à l'entrée, près des grandes fenêtres donnant sur la cour intérieure.

A sa table, se retrouvait presque toute la classe. Les repas étaient copieux et l'on pouvait voir les cuisiniers s'affairer derrière le comptoir central.

Michèle postillonnait en mangeant et en parlant. Elle mâchait son yaourt en claquant la langue. Elle avait une allure virile et posait parfois des questions étonnantes. Les fous rires ne manquaient pas quand elle arrêtait enfin de parler.

Chacun racontait sa vie d'avant, son week end passé en famille, donnait son impression sur les cours ainsi que quelques conseils pour les devoirs du soir.

Les filles ne se mêlaient pas aux garçons qui occupaient la plus grande partie de la salle. Ils n'étaient pas les derniers à redemander une portion de frites quand ce plat était au menu. Par contre, les soirs où les lentilles étaient dans les assiettes, ils ne se relevaient pas pour en réclamer au cuisinier.

Après les repas, les étudiants se rendaient dans la grande salle du rez-de-chaussée pour regarder un programme à la télévision ou jouer aux cartes.... ou au baby-foot. Ou bien ils terminaient de relire leurs cours. D'autres se rendaient dans la grande ville voisine, au café ou au cinéma, ou encore à un concert. Une vie d'adulte... avant de se quitter pour réaliser chacun ses projets et se lancer seul dans la vie active.

cantine.jpg

 

lundi, 04 janvier 2010

JEAN FRANCOIS (Le Journal de Juliette, n° 61)

A partir du 1er janvier, et pendant près de 10 années, Juliette n'écrira plus sur son petit carnet. Mais nous allons pouvoir continuer à suivre sa vie.

Déçue par les garçons qu'elle a connus pendant ces 3 derniers mois, elle ne peut cependant se passer des sorties où, souvent, elle ne contrôle pas les grands fous rires qu'elle partage avec Erika, Jenny et surtout Jasmine.

r 8.jpgJean François qui arrive de Paris entame une formation au Centre. Il ne tarde pas à s'intégrer à la joyeuse bande d'amis de Juliette. Il possède une R8 blanche ce qui permet d'élargir le choix des sorties. Il se propose d'emmener Jasmine et Juliette à l'Hypermarché AUCHAN le plus proche afin de faire quelques achats urgents et de flaner un peu dans les boutiques de la galerie marchande. Jean François et Jasmine flirtent ensemble dès le deuxième soir. Ils se revoient chaque jour en présence de Juliette.

Mais, au fil des jours, Juliette tombe de plus en plus amoureuse de lui. Elle le trouve élégant, courtois, mais aussi décontracté et simple. Elle n'en veut cependant pas à sa meilleure amie. Elle ne lui en parle pas. Elle ne veut pas montrer ses sentiments. Leur flirt n'est qu'un jeu, elle l'a bien compris. Elle sait très bien que Jean François n'est pas amoureux de Jasmine et encore moins d'elle.

escalator.jpgEt pour cause : une fiancée l'attend chaque week end à Paris, une fiancée dont il s'est bien gardé de parler à ses deux amies. Juliette le découvrira un jour de juin, dans un grand magasin où elle avait acheté un pantalon bleu : ils montaient tous les deux, main dans la main, l'escalator qui menait au premier étage... Juliette compris enfin la raison de sa distance avec elle. Mais pourquoi pas avec Jasmine ?

mardi, 29 décembre 2009

LA FEMME FANTOME

sac à main.jpgElle est montée dans la rame de tram. Elle portait son sac des deux mains.

Ses cheveux sans couleur pendaient sur son visage frippé. Les yeux cernés, elle cherchait autour d'elle une place. Assise enfin sur une banquette, elle baissa le regard sur le sol. Les yeux dans le vide, le regard immobile, elle semblait sortir d'un autre temps. Je pensais alors que c'était peut être sa première sortie depuis cinquante ans. Son sac me rappelait celui de maman quand j'étais petite. Mais il était sale, des traces de doigts le recouvraient par endroits.

Que faisait-elle là ? J'imaginais qu'elle venait de rendre visite à son médecin qui l'avait autorisée à prendre quelques jours afin d'aller voir sa famille. Mais, en avait-elle ? Avait-elle une maman, une soeur, un enfant ?

dimanche, 06 décembre 2009

ST NICOLAS

Dans mon enfance, j'habitais le nord de la France et, forcément, cette fête était marquée par le pain d'épices en forme de St NICOLAS que nous recevions, mes soeurs, mon frère et moi, de nos parents et grands parents.

Son portrait était imprimé sur le papier qui recouvrait le pain d'épices. Il pouvait changer de visage, d'habit ou de coiffe. Mais c'était toujours St NICOLAS à la barbe blanche, le visage doux. Je gardais longtemps son image après avoir avalé le pain. Mais il me fallait bien, un jour, jeter le papier où restaient collées quelques miettes. Dommage, car j'aurais aimé collectionner d'années en années ses différents portraits...

saint_nicolas 2.jpg

samedi, 28 novembre 2009

SERGE VOYAGE (Le Journal de Juliette, n° 58)

LAS PALMAS.gifSerge est parti pour DAKAR puis pour LAS PALMAS. Il n'oublie pas d'envoyer des cartes postales à Juliette qui essaie d'imaginer la vie qu'il mène là-bas. Elle aimerait bien qu'il lui parle un peu plus de ses journées sur le porte-avion et de ses escales multiples.

Albert sait que Juliette a un petit ami et qu'ils s'écrivent souvent. Il en devient jaloux et pose trop de questions. Juliette est quelquefois embarrassée. Albert s'étonne : "tu n'as jamais flirté avec et il t'écrit comme ça ?".

Juliette en a assez des rapports de force qu'Albert lui impose et qui n'ont rien à voir avec de l'amour. Le ton monte de plus en plus entre eux. Serge était là bien avant qu'Albert n'entre dans la vie de Juliette. Serge n'a rien promis à Juliette, Juliette n'a rien promis à Albert ni à Serge. La situation devient complexe.

Le 29 novembre, quand Juliette entre dans le Café Chez Paul, elle aperçoit Albert et ses copains. Ils ont bu plus que de raison. Un copain lance à Albert : "Oh ! elle me plait ta copine ! Tu es aussi en formation dans notre Centre ?" Juliette répond affirmativement. "Oh ! Chouette !" s'exclame-t-il.

dimanche, 01 novembre 2009

COMBLER LE VIDE (Le journal de Juliette n° 56)

gare.jpgC'est vendredi et la plupart des étudiants rentrent chez eux le week end. Laurent propose à Jasmine, Sigrid et Juliette de les conduire en voiture à la gare pour 17 heures. Elles acceptent volontiers. Jasmine leur confie que Régis raconte à tout le monde que Juliette a "couché" avec lui le mois dernier. Mais heureusement, personne ne le croit. Il est définitivement écarté de la bande.

Le mercredi suivant, Juliette sort avec Albert et flirte avec lui. Elle le trouve très doux et a peur de s'attacher à lui. Elle avait écrit le jour de son anniversaire : "je suis libre de sortir avec qui je veux, de fréquenter qui je veux". Mais dans sa tête, elle ne voit que Serge qui lui manque beaucoup. Ce ne sont pas les lettres régulières qu'ils s'envoient qui comblent le vide qu'elle ressent en ce mois de novembre. Elle écrit sur son petit carnet : "Loin de toi il n'est plus rien que j'aime".

samedi, 17 octobre 2009

UN AMOUR DE JEUNESSE (Le Journal de Juliette n° 55)

Après Alain et Lionel, la relation forte que Juliette entretenait avec son père s'est déplacée vers Serge depuis l'été dernier. Régis ne réussira pas à casser cette relation. D'autant plus que Juliette apprendra de la bouche de Laurent, le 9 novembre, que Régis doit se marier "par obligation" le 18 décembre...

Mais, aujourd'hui, 19 octobre, Juliette ne s'en doute pas. Régis continue à la supplier de faire l'amour avec lui. Elle lui répond : "non ! il n'y a rien à faire... !". Régis continue alors : "si, tu verras, ça fait du bien. Vous les filles, vous avez de la chance. Vous êtes sûres de vous marier, tandis que nous..." La logique de Régis continue à surprendre Juliette.

Marie Françoise ayant abandonné la formation, Juliette sort désormais avec Jasmine et Sigrid, Laurent et Régis. Un nouveau copain vient se joindre à leur bande joyeuse : Albert.

Jasmine conseille à Juliette de laisser tomber Régis. Juliette passera les jours suivants à démonter leur relation en se rapprochant d'Albert.

Elle reprend sur son petit carnet ces phrases lues quelque part : "Un amour de jeunesse ne peut survivre s'il n'est pas un amour silencieux et discret. Il ne faut pas le laisser pousser trop vite. Le jeune qui aime doit garder son amour en bouton...".

mes cahiers.jpgLe lendemain, Juliette reçoit une lettre de Serge qui vient de débarquer à TOULON.

samedi, 26 septembre 2009

APRES LES COURS (Le Journal de Juliette, n° 53)

juke bos.jpgLes nouvelles camarades de Juliette s'appellent : Marie Françoise, Jasmine, Sigrid, Erika et Jenny.

bar.jpgAprès les cours, Marie Françoise et Juliette se retrouvent au Bar de l'avenue avec Laurent et Régis.

Elles s'installent sur une banquette avec leurs copains et jettent quelques pièces dans le Juke Box tout en riant et bavardant.

Laurent taquine Régis qui flirte avec Juliette : "tu vois elle t'aime déjà"... cette phrase qui déplait à Juliette va être le début de la fin de leur relation. Elle entend encore quelques paroles surprenantes. Régis lui demande "on se marie nous deux le 18 décembre ? Cela te plairait de faire l'amour ?". Le 18 décembre, c'est exactement dans 9 semaines. Pourquoi cette date précise ?

En regagnant sa chambre, ce soir, Juliette se met à pleurer. Serge lui manque, elle ne sait plus où elle en est...

 

vendredi, 11 septembre 2009

NOUVELLE VIE (Le Journal de Juliette, n° 52)

porte avion clémenceau.jpgLe 24 août, Serge écrit une lettre annonçant à Juliette qu'il va se rendre à BREST sur le "Clémenceau", porte avion, qui est aussi son lieu de travail.

Le 2 septembre, elle reçoit une autre lettre de lui, elle lui répond aussitôt : "j'ai attendu ta lettre avec impatience, si je n'ai pas répondu à ta carte, c'est que j'ai pensé que tu serais déjà parti à BREST. J'espère que tu ne m'en veux pas". Elle glisse dans l'enveloppe 2 photos d'elle.

Le 8 septembre, il lui envoie une nouvelle lettre accompagnée d'une photo de lui-même, les cheveux coupés très courts. Juliette le trouve très beau. Mais déjà, elle prépare sa valise pour son départ le 13 septembre à 6 h 15 du matin. Elle n'est plus lycéenne, elle entame une formation professionnelle à 80 kms de chez ses parents. Elle dispose d'une petite chambre sur place. Elle découvre ses nouvelles camarades dès son entrée dans la classe. De l'autre côté de la grande cour, de la fenêtre de leur chambre, le soir, les garçons sifflent au passage des filles et les invitent à venir les voir.

Pendant ce temps, Serge voyage au Sénégal (à Dakar), aux Iles Canaries, à Las Palmas....

Juliette suit de loin ses voyages jour après jour. Serge la tient au courant de ses embarquements et débarquements.

Au bout de 3 semaines, Juliette commence à sortir avec ses camarades. Les étudiants ont la permission de 22 heures, dernier délai pour ne pas se retrouver dehors toute la nuit.

Le 6 octobre, elle note sur son petit carnet : "J'ai eu mon 1er flirt ce soir avec REGIS..."

vendredi, 14 août 2009

55 ans

55 ans séparent ces 2 photos.

img013.jpg1ERE MAISON PEPE RUE 08 09 (704 x 528).jpg