Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 19 avril 2012

HUMOUR BELGE EN BOUTEILLE

BIERE ZOT  19 (1224 x 1632).jpgTROLL BIERE 15 (1632 x 1224).jpgZIZI COIN COIN 21 (1224 x 1632).jpgPARTY BOX BIERE 20 (1224 x 1632).jpgBIERE NAIN 18 (1224 x 1632).jpgBABY BOTTLE 16 (1632 x 1224).jpgBIERE BON SECOURS 17 (1632 x 1224).jpg

samedi, 04 février 2012

Madame CAMBELL (Quatre filles - 12)

nouvelles et textes brefs,écriture,société,études,université,souvenirsAujourd'hui Madame CAMBELL, professeur d'anglais, reçoit ses étudiants dans la salle de l'audiovisuel au dernier étage de la fac.

Elle espère pouvoir mettre en route le magnétoscope qui ne fonctionnait pas la semaine dernière.

Elle demande à ses élèves de regarder le 1er épisode d'un feuilleton anglais et surtout d'écouter. Car elle posera quelques questions à la fin de son cours.

Elle commente de sa petite voix aigue et rapide, puis elle met en marche l'appareil. L'épisode commence.

Le silence se fait alors dans la classe.

Jérémie allonge son bras sur la table et s'appuie dessus, comme pour terminer sa nuit...

Judith et Noémie regardent et, surtout, écoutent. Nathalie tourne son stylo entre le pouce et l'index tandis qu'Anna se mouche doucement.

Madame CAMBELL s'asseoit derrière le bureau et feuillette un livre. De temps en temps elle écrit sur une feuille quelques mots tout en surveillant le déroulement du feuilleton.

Quarante minutes après, elle se lève et arrête le magnétoscope.

Elle demande alors à quelques volontaires de commenter en anglais l'histoire. Olivier lève le doigt et débite avec une facilité étonnante sa version des faits.

Madame CAMBELL prend alors un feutre et se tourne vers le tableau pour écrire le plan de l'épisode.

Judith et Anna se regardent offusquées : la jupe de Madame CAMBELL, fendue aux trois quarts de sa hauteur, laisse apparaître le haut de ses jambes.

Noémie essaie de ne pas rire. Elle se pince les lèvres et imagine les yeux de ses copains de classe...

La fin du cours d'anglais se déroule dans une ambiance sérieuse malgré la situation.

En sortant, Judith entend Jérémie dire à ses copains : "une prof qui montre ses fesses, un autre qui fait la gueule... ce n'est pas sérieux tout ça..."

 nouvelles et textes brefs,écriture,société,études,université,souvenirs

 

lundi, 26 décembre 2011

LE TRAMWAY 4 est arrivé à MONTPELLIER

 Ce 22 décembre, la rame 4 du nouveau tramway est arrivée à MONTPELLIER :

 

 http://www.youtube.com/watch?feature=endscreen&v=6DR8...

http://www.youtube.com/watch?v=4M_1PiGlXvc&feature=re...

 

 

http://www.youtube.com/watch?feature=endscreen&NR=1&a...

 

samedi, 10 décembre 2011

ANNA VA MIEUX ( Quatre filles - 8)

Pendant une semaine, Anna tombe dans un état de mélancolie profonde.

Elle ne comprend pas, elle n'admet pas que Monsieur DAUGET ne puisse pas être amoureux d'elle.

Elle arrive aux cours du jeudi soir la gorge nouée, se cachant dans un coin ou derrière des épaules larges. Elle évite ses amies. Judith et Noémie la regardent de loin et tentent de l'approcher à la sortie de la fac.

Mais Anna disparaît dans les couloirs.

Noémie se décide à l'appeler un soir. Mais Anna ne répond pas.

Puis un soir, Anna appelle Noémie au téléphone pour lui demander si elle connaît la date des examens. Noémie, surprise, lui répond qu'elle ne sait pas encore et lui demande si elle va bien.

- Oui, pourquoi ?

- cela fait un moment que je suis inquiète, tu ne te mets plus avec nous en cours, tu files à la sortie et tu ne réponds pas au téléphone...

- Oh ... ce n'est rien... J'ai eu un moment de déprime, quelques mauvaises notes. Je préférais bosser chez moi, ne pas perdre de temps, je ne sors plus.

- nous non plus, mais si tu veux on peut aller boire un café ensemble demain ?

- c'est gentil... oui, si tu veux.

- on pourra commencer à voir les révisions. Tu as terminé tes recherches pour le cours de madame GRIGNEAU ?

- non pas encore, il faut d'ailleurs que je me dépêche de terminer le devoir. Ce n'est pas facile du tout.

- Bon, alors je te laisse car j'ai aussi du travail. Si tu as un problème, n'hésite pas à m'appeler.

- D'accord, au revoir Noémie et passe une bonne soirée.

- Toi de même, bon courage.

Après avoir raccroché, Noémie appela Judith pour lui raconter qu'Anna venait de la contracter et qu'elle allait beaucoup mieux.

- elle n'a pas dit pourquoi ?

- Si, une déprime passagère, mais je ne la crois pas trop. Je n'ai pas insisté...

écriture,souvenirs,textes brefs,société,filles

 

lundi, 28 novembre 2011

LES PETITS CARNETS BLEUS

Hier soir, ma petite fille m'a dit :

"J'ai vu ton livre au CDI de mon collège, la dame qui s'en occupe m'a demandé si je l'avais lu. Je lui ai dit non et que c'était ma mamie qui l'avait écrit. Elle m'a répondu : "alors j'aimerais bien une dédicace de sa part. Parce que j'ai beaucoup aimé ce livre, je suis restée "scotchée" à l'histoire"...

C'est la deuxième fois qu'une personne me dit avoir vu mon livre, LES PETITS CARNETS BLEUS, (chez THEBOOKEDITION) dans un CDI de collège. Le premier Collège se trouve dans le Nord de la France et le deuxième à quelques kilomètres de chez moi. Je pense qu'il fait le tour de France ?

souvenirs,écriture,journal intime,littérature,société,culture

 

dimanche, 13 novembre 2011

Ces derniers jours....

Je n'ai pas eu le temps de venir vous rendre visite sur vos blogs ces derniers jours, nous étions à un anniversaire.

Partir, revenir, ranger les bagages, le week end est déjà presque terminé.

 

Je vous souhaite une bonne semaine.

loisirs,anniversaire,écriture,souvenirs,nouvelles et textes brefs,société

samedi, 05 novembre 2011

CITATIONS EN VRAC

Les évènements ont ceci de commun avec les oies qu'ils vont en troupe.

(Léon BLOY)

Dans les affaires, comme en amour, il est un moment où l'on doit s'abandonner (Bernard GRASSET)

Il est des affections que l'on appelle amour, comme il y a des tisanes que l'on baptise champagne (Etienne REY).

samedi, 08 octobre 2011

LA PETITE SORCIERE DU TRAM

Elle porte un foulard rose sur ses cheveux noirs, un pantalon noir et un chemisier blanc sous un gilet gris.

Adolescente, elle mâche avec rage un chewing gum en regardant méchamment autour d'elle.

Malheur à celui qui la regarde trop, elle lui tire la langue comme font les petits enfants.

Elle éclabousse son chemisier en buvant quelques gorgées d'eau à la bouteille.

Elle essuie vivement de sa main les gouttelettes tombées sur sa poitrine.

Ses grosses lèvres, sur un visage couleur café, expriment un dégout des gens qui se retouve aussi dans ses yeux ronds, sous des sourcils épais et froncés en permanence.

Si vous la croisez, ne la regardez pas, ne lui parlez pas. Elle est capable de tout.

nouvelles et textes brefs,écriture,souvenirs,société,littérature

 

mercredi, 21 septembre 2011

DES PORTES

photos,région,souvenirs,blogsJe me suis amusée à prendre en photo des portes.

 

 photos,région,souvenirs,blogsphotos,région,souvenirs,blogsphotos,région,souvenirs,blogsphotos,région,souvenirs,blogsphotos,région,souvenirs,blogsphotos,région,souvenirs,blogsphotos,région,souvenirs,blogsphotos,région,souvenirs,blogsphotos,région,souvenirs,blogsphotos,région,souvenirs,blogsphotos, région, souvenirs, blogs

mardi, 26 juillet 2011

NOUS LES FEMMES...

Nous, les femmes, nous aimons faire du shopping, nous habiller suivant les saisons et la mode.

Cependant, au fil des années, nous pouvons regretter de n'avoir pas gardé telle robe ou jupe, tel pull, tel chemisier ou bien tel pantalon ou manteau...

Soit parce que la mode change, ou bien que le vêtement est abimé, ou bien trop petit...

Je me souviens de mon petit manteau matelassé, genre anorak, de couleur rouge tirant un peu sur le rose, que maman m'avait acheté quand j'avais 11 ans. Je me vois encore debout, dans l'église sombre et glaciale d'un dimanche d'hiver, avec ce manteau sur les épaules. Il rendait ainsi la saison un peu moins triste.

A l'âge de 16 ans, j'ai porté également un manteau rouge, genre militaire, un peu napoléonien, à double boutonnage.

A 15 ans, pour une communion dans la famille, j'avais choisi un manteau d'été, bleu pâle, à double boutonnage également et doublé. J'ai retrouvé, il y a peu de temps, la photo de ce jour là.

A l'âge de 19 ans, en plein été, je portais une tunique couleur jaune vanille, à plis couchés, un peu japonisante, avec des fleurs bleues et roses. Je ne sais pas si je l'ai jetée ou donnée.

Plus tard, j'ai gardé pendant longtemps une jupe d'hiver beige chiné, à taille froncée, genre jean mais en tissu assez épais. Deux poches étaient cousues derrière, de chaque côté de la couture centrale. Je ne voulais pas m'en séparer. Comme je ne la mettais plus, au bout de 15 ans, je m'en suis séparée.

Et ce pull rose que j'avais tricoté en laine élastiquée.... et ce chemisier à manches courtes en dentelle...

société,shopping,mode,souvenirs,écriture

 société,shopping,mode,souvenirs,écrituresociété,shopping,mode,souvenirs,écrituresociété,shopping,mode,souvenirs,écriture