Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 12 janvier 2018

TANTINE

La cousine de mon père s'appelait Camille, mais tout le monde dans la famille l'appelait TANTINE.

Elle était fille unique et n'avait jamais connu son père. Elle vivait seule avec sa mère depuis le décès de son beau-père, Louis. J'ai gardé un souvenir flou de Louis du temps où nous allions en famille rendre visite à Tantine et tante Thérèse, sa maman, je devais avoir 7 ou 8 ans. C'était un homme doux et discret.

Tantine était secrétaire de direction dans une grande société de chauffage. Elle avait toujours les ongles vernis, le rouge aux lèvres et les cheveux noirs impeccablement coiffés. Dans sa grande maison, un peu bourgeoise, qu'elle avait décorée avec beaucoup de goût, elle nous recevaient le dimanche après-midi autour d'un café ou d'un chocolat au lait et de bons petits gâteaux. Toujours souriante et enthousiaste, elle nous maquillait et nous offrait ses rouges à lèvres un peu usés qui faisaient notre bonheur.

N'ayant jamais eu d'enfant, elle les remplaçaient par les enfants de son unique cousin (mon père). Elle s'habillait avec une grande classe et quelquefois nous emmenaient faire du "lèche-vitrine" dans sa ville. Elle avait trois grandes armoires pleines de toilettes de toutes sortes, dans les deux chambres à l'étage. Une fois par an, au mois d'août, elle nous invitaient à passer une journée entière avec elle et sa maman. Nous prenions le train le matin pour nous rendre dans sa ville. Elle achetait des plats "en gelée" chez le traiteur car elle ne faisait pas beaucoup la cuisine. Quelquefois, elle nous emmenaient au cinéma ou faire un tour dans le jardin public du château et du Musée. Puis, vers 17 heures, elle nous raccompagnait à la gare. 

Quand nous étions encore petits, elle nous demandait de préparer un petit spectacle de danse ou de chansons que nous devions jouer devant nos parents et sa maman. Pour cela, nous fermions la double porte qui séparait la salle à manger et le salon. Les spectateurs se tenaient dans la salle à manger et nous, les acteurs ou danseurs, nous nous tenions dans le salon. Elle savait que j'aimais la danse classique et il ne fallait pas me prier trop longtemps pour que je m'élance sur les pointes et me donner ainsi en spectacle. Elle mettait un de ses disques de musique classique et, avec mes soeurs, nous imitions les petits rats en sautant, tournant, levant les bras avec grâce au son du piano ou d'un orchestre entier. Quand le spectacle était terminé, après les applaudissements, nous refermions la double porte, en saluant comme les petits rats de l'Opéra nos parents, Tantine et tante Thérèse.

Tante Thérèse est décédée en 1979 et Tantine en 1990 mais je garde de nombreux souvenirs d'elles : une fleur faite avec des plumes d'oiseaux qui venait d'un des grands vases de Tantine, deux petits cadres représentant des fleurs, l'un en imitation cuivre, l'autre en platre recouvert de peinture dorée et des photos car mon père aimait nous prendre en photo les dimanches. J'ai gardé également un des manteaux de Tantine, écossais bleu, indémodable et je ne suis pas prête de m'en séparer.

souvenirs,enfance,écriture,famille,auteur,recueilsouvenirs,enfance,écriture,famille,auteur,recueil

 

Commentaires

un bel hommage à Tantine elle doit en être heureux là où elle est !

Écrit par : ulysse | samedi, 13 janvier 2018

Ulysse : justement je me demande s'il y a un lieu où ceux qui nous ont quittés nous voient ? Bon week end.

Écrit par : elisabeth | samedi, 13 janvier 2018

Bravo!
Les morts restent vivants parce que nous les portons en nous, en parlons comme toi ou moi et je crois en dieu et où aux forces de l esprit qui nous voient et veillent sur nous
Peut-être les retrouverons nous?

Écrit par : Laura | samedi, 13 janvier 2018

Ce sont là d'adorables souvenirs écrits avec émotion et pudeur! C'est trés beau!

Écrit par : alezandro | dimanche, 14 janvier 2018

Alezandro : c'est un souvenir immense, elle a tant donné de bonheur dans la famille. Bonne fin de dimanche.
Laura : je ne pourrais jamais oublier Tantine, si gentille, si douce et si tendre avec nous. Elle nous mettait en valeur, c'était un bonheur que d'être auprès d'elle. Je ne sais pas si là haut nous retrouverons tous ceux qui sont partis et qui nous manquent terriblement.... Bonne fin de dimanche.

Écrit par : elisabeth | dimanche, 14 janvier 2018

Je suis toujours touchée par ces souvenirs délicatement racontés. Souvent, ils me ramènent à des souvenirs personnels et j’ai eu, moi aussi une tante qui m'a marquée. Amitiés.

Écrit par : Ariaga | dimanche, 14 janvier 2018

De jolis souvenirs partagés de ta Tantine.
Tous mes voeux pour 2018, que cette nouvelle année soit chargée de sourires.
Bises

Écrit par : Pascale | dimanche, 14 janvier 2018

Je comprends ces doux souvenirs, j'ai moi-même eu une tantine, ma préférée, elle s'appelait Emilienne. Je ne l'oublierai jamais, elle est un modèle pour moi. Bravo pour ce joli texte qui me réjouit. Gros bisous.

Écrit par : Praline | dimanche, 14 janvier 2018

Rien ne peut remplacer les si doux souvenirs d'enfance ! Chris

Écrit par : Chris | lundi, 15 janvier 2018

Je trouve que, plus les individus avancent en âge, plus les souvenirs d'un passé très ancien leur apportent du plaisir, de la douceur. C'est bien de se souvenir, d'écrire et ainsi de transmettre. Nostalgie, quand tu nous tient ! De plus, tu meubles de façon agréable tes journées qui, d'après ce que tu m'as écrit , ne sont pas très ensoleillées !

Écrit par : Chinou | lundi, 15 janvier 2018

Chinou : une horreur hier, il a plu toute la journée. Et aujourd'hui un soleil timide qui a fait que j'ai pu aller à pied à la gym. Bonne semaine, bisous.
Chris : je n'oublierai jamais ces moments. Bonne semaine.
Praline : un texte que j'ai déjà publié il y a 10 ans sur mon blog. Bonne semaine et bisous.
Pascale : te voilà revenue : je te souhaite également une très bonne année. Bises.
Ariaga : si je t'ai fait revivre un moment des souvenirs qui te sont personnels, alors j'ai doublement fait le bonheur de mes commentateurs. Bonne semaine Ariaga.

Écrit par : Elisabeth | lundi, 15 janvier 2018

Une jolie évocation de Tantine qui vous aimait et vous offrait de petits plaisirs. Je pourrais raconter quasiment la même histoire avec Tatie Irène, sans enfant elle aussi. Bisous

Écrit par : écureuil bleu | jeudi, 18 janvier 2018

Jolis souvenirs...

Écrit par : sister for ever | mardi, 30 janvier 2018

Sister : elle a marqué notre vie d'enfants. Elle avait toute sa place dans notre famille. Bisous.
Ecureuil : en effet, une très belle personne. Bises.

Écrit par : Elisabeth | mercredi, 31 janvier 2018

Écrire un commentaire