Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 10 octobre 2017

GABRIELLE

A l'âge de 29 ans, ma mère accouchait de son 5ème enfant.

Pour l'aider à la sortie de la maternité, Gabrielle, une aide-ménagère, fut recrutée. J'ai de très très vagues souvenirs de cette dame... je n'avais que 4 ans et demi quand ma petite soeur est née. On m'a donc un peu raconté cette période. Ce serait la mère de mon père qui aurait fait la démarche pour obtenir son aide.

Patiente, courageuse, douce et efficace, elle s'occupait en priorité des lessives de notre grande famille. Le seul souvenir vague que j'ai est celui-là : je la vois dans la cuisine s'occupant du linge qui bouillait dans une lessiveuse. Elle n'était pas bavarde il me semble.

Elle aidait au ménage également. Elle ne venait pas tous les jours mais elle soulageait grandement ma mère.

5 enfants âgés de 1 an et 9 mois, 4 ans et 4 mois, 6 ans et 3 mois, 7 ans et 9 mois, plus un bébé, c'est beau mais cela fait du bruit, bouge dans tous les sens, et le linge sale de chacun s'accumule à une vitesse folle... sans parler du ravitaillement à faire chaque jour et ensuite des repas à préparer.

souvenirs,enfance,famille,écriture,jours heureux,auteur

 

Commentaires

Bonsoir Babeteh
Oui effectivement ça fait du remue-ménage tous ces enfants, mais dans le temps sont rare les couples qui n'avaient que 1 ou 2 enfants, les mamans avaient de quoi faire pas de loisirs comme aujourd'hui
Je te souhaite une bonne soirée, bisous


Écrit par : Noisette | mardi, 10 octobre 2017

La lessiveuse... Je me souviens encore de la joie de ma mère le jour où on lui a installé sa première machine à laver.

Écrit par : Bonheur du Jour | mercredi, 11 octobre 2017

Cela transforme une famille, et crée de nouvelles habitudes !
Passe un bon mercredi ... Cordiales amitiés

Écrit par : Gabray | mercredi, 11 octobre 2017

Déjà avec trois et sept ans d'écart entre le premier et la dernière, j'ai cru devenir bredin, avec cinq, même pas je veux y songer ;-)
Belle fin de journée à toi

Écrit par : Pascale | mercredi, 11 octobre 2017

Une sacrée famille, ma chère Elisabeth. Nous étions 6 enfants et je connais le système surtout que j'étais la 2eme dans le lot et la seule fille. Tu imagines très bien les corvées que j'avais à l'époque? Gros bisous, ma doucette, et belle fin d'après-midi

Écrit par : Nell | mercredi, 11 octobre 2017

Nell : tu es comme ma belle-mère : la 1ère fille pour s'occuper des petits frères (4) et des petites soeurs (2), au final 7 enfants en peu de temps pour sa mère. Elle a été marquée.... alors j'imagine pour toi. Gros bisous et bonne soirée.
Pascale : on n'ose pas y penser, on suit le mouvement car obligée malheureusement. Bonne soirée. Bises.
Gabray : cela ne dure qu'un temps mais un temps long. Ma mère déprimait à partir de la 4ème... Alors à la 5ème elle se disait "plus jamais". Bonne soirée.
Bonheur du jour : je ne sais pas quand est arrivée la première vraie machine à laver. Car il y a eu avant l'essoreuse individuelle avec la lessiveuse-batteuse. C'était une sacrée journée que celle destinée à la lessive uniquement. Aujourd'hui, nous ne voudrions plus revenir en arrière. Bonne soirée. Bises.
Noisette : des journées plus fatigantes que d'autres où on ne voit pas le bout du bout. Ma mère en parlait avec émotions. Bonne soirée.

Écrit par : Elisabeth | mercredi, 11 octobre 2017

hello Elisabeth

il valait mieux pouvoir avoir de l'aide quelle famille nombreuse :) pauvre petite maman
et la lessive pour tout ce petit monde ça ne devait pas être triste...y avait sûrement de l'ambiance chez toi ..
je me souviens de machine a laver ronde blanche mais grande ma grand mère y versait de l'eau chaude puis vroum vroum en route et au dessus deux rouleaux pour essorer.après ma mère a donner a lessiver a l'extérieur elle n'aurait pas eu le temps ..mais bon la famille était réduite a sa plus simple expression ma mère ma grand mère et bibi :)
bonne journée Elisabeth bisous de chez nous ☺♥

Écrit par : nays | jeudi, 12 octobre 2017

Nays : quand je pense qu'à notre époque, dans une famille de 10 enfants (rare cependant), deux machines à laver tournent tous les jours. Je crois me souvenir qu'on gardait quand même un tablier au-dessus de nos robes. Mais s'il y avait une petite tâche, on gardait la robe encore quelque jour. Gros bisous et bonne journée à toi.

Écrit par : Elisabeth | jeudi, 12 octobre 2017

A l'époque en plus il fallait laver les couches... Maman avec 4 enfants en 4 ans et demi en a bavé aussi un peu !!!!

Écrit par : abécé | jeudi, 12 octobre 2017

Une jolie famille mais que de tracas aussi, de nuits avec peu de repos ou parfois carrément blanches,de soucis de toute sorte. Et les repas ! il en faut du ravitaillement en effet ! L'aide est en effet précieuse. Merci Elisabeth pour ce récit touchant, gros bisous et belle journée.

Écrit par : Praline | vendredi, 13 octobre 2017

ça je n'ai pas de souvenirs tu sais Elisabeth je ne pense pas avoir vu ma mère avec un tablier c'était ma bobonne qui s'occupait de la cuisine et la femme a journée faisait le ménage, tu sais ma mère avait son métier avec son atelier et ses ouvrières et ses clientes elle avait de quoi faire, elle a toujours été indépendante et subvenait seule a nos besoins :)

Écrit par : nays | vendredi, 13 octobre 2017

Les lessives étaient un véritable calvaire dans les familles nombreuses avant les machines à laver automatiques! Je me souviens que ma mère nous mettait, les deux aînées, à l'essoreuse manuelle.

Une vraie révolution et libération de la femme ces machines actuelles!

Écrit par : colo | vendredi, 13 octobre 2017

Colo : c'est sûr, on n'a pas trouvé mieux que les machines à laver actuelles. Bon week end.
Nays : ta mère avait de quoi faire, en effet, car il faut tout surveiller dans l'atelier. Bon week end et gros bisous.
Praline : d'autant qu'après une grossesse le corps est encore fatigué. Alors, une aide extérieure donne du baume au coeur. Bon week end. Gros bisous.
ABC : laver les couches, c'est vrai que ça ajoute encore du linge car ça se salit vite. Et tous les jours le tas augmente. Bon week end. Bises.

Écrit par : Elisabeth | vendredi, 13 octobre 2017

Ces personnes qui nous entourent font souvent partie de la famille. Il y en a encore, j’en connais une qui m'est indispensable et que j'aime beaucoup. Amitiés.

Écrit par : Ariaga | samedi, 14 octobre 2017

Ariaga : heureusement que ces personnes sont là. Un jour ou l'autre elles deviennent indispensables. Si le courant passe, c'est très bien. On se sent alors soulagé. Bon week end Ariaga.

Écrit par : elisabeth | samedi, 14 octobre 2017

Écrire un commentaire