Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 29 juillet 2016

LES CHIENS DE MON GRAND PERE

Sur les photos de mes grands-parents paternels, trois chiens, à différentes époques, posent devant le photographe.  Je n'en ai connu que deux mais je me souviens surtout du dernier.

Furax - Copie.jpg

FURAX dans les années 30 et 40 pose en famille ou seul avec mon père, devant la maison ou dans la cour.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

TOM, un magnifique Berger Allemand, que l'on appelait aussi TOTOM, avait été recueilli par mon grand-père juste après la seconde guerre. On racontait dans la famille qu'il errait dans les rues mais on n'a jamais su vraiment à qui il appartenait. Mes parents et grands-parents l'aimaient beaucoup. Après ma naissance, maman aimait raconter que TOM me léchait les pieds quand je posais sur la table de la salle à manger, sûrement quand maman me langeait. Je ne sais pas quand TOM est décédé, j'étais trop petite et certainement que sa disparition avait laissé un grand vide.

TOM Copie.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PUCCI, que j'ai bien connu dans les années 60 et 70, avait été donné par une voisine de mes grands-parents. Je me souviens qu'il courait à la fenêtre de la cuisine de mes grands-parents, celle qui donnait sur la rue, quand il entendait au loin le solex de grand-père arriver. Il courait ensuite comme un fou à la porte de la maison en aboyant sans arrêt. Quand PUCCI est décédé, le grand vide laissé n'a jamais été comblé, mes grands-parents pensaient qu'il était plus sage, vu leur grand âge, 80 ans et plus, de ne pas adopter un autre animal.

PUCCI  8 74  JPEG - Copie.jpgPUCCI LE 9 7 66  JPEG - Copie.jpg

 

 

samedi, 13 juin 2009

PEAU DE SERPENT

Que diriez-vous si vous trouviez un jour une peau de serpent dans votre jardin, un soir d'été ?

Voici celle que j'ai trouvée intacte sur un tas de pierres il y a 10 ans : BELLE NON ?

002 (704 x 528) serpent.jpg:

mercredi, 17 septembre 2008

Proverbes sur les ANES

ane.jpgA laver tête d'un âne on perd sa lessive, son savon

(C'est peine perdue de vouloir instruire une personne stupide)

Il cherche son âne et il est dessus, il est monté dessus

(Il cherche ce qu'il a entre les mains, sur lui)

Nul ne peut faire un âne boire, si ce n'est quand il a soif

- C'est folie de faire boire un âne s'il n'a soif

(Il faut vouloir les choses en leur temps)

Il ressemble à l'âne de Buridan

(Il ne sait pas se décider)

Faire l'âne pour avoir du son

(Faire l'imbécile ou le gracieux pour mieux tromper)

C'est l'âne parmi les singes

(Un sot qui, sans le savoir, est le jouet des autres)

Le jour du jugement viendra bientôt, les ânes parlent latin

(Se dit lorsqu'une personne parle avec assurance de ce qu'elle ignore)

Brider l'âne par la queue

(Faire une chose dans le sens opposé à celui dans lequel elle doit être faite)

Près des ânes l'on attrape des coups de pied.

(Indique le danger des mauvaises fréquentations)

mardi, 17 avril 2007

MON PREMIER CHAT

Je devais avoir 7 ans quand une petite chatte tigrée grise est arrivée un jour de septembre. C'était certainement une chatte du quartier. Elle passait tous les jours nous voir puis s'en retournait par les jardins derrière notre maison.

(J'avais eu un lapin apprivoisé quand j'étais encore bébé qui vivait aussi bien dans notre maison que dans le jardin. Mais depuis, je n'avais pas eu d'autre animal de compagnie.)

Ma maman la trouvait maigre. Alors un jour elle lui apporta un bol dans lequel elle avait mis du lait.

La petite chatte, pas effrayée du tout, accepta et se mit à boire.

Petit à petit, elle vint tous les jours chercher son repas. Ma maman fit son enquête dans le quartier pour savoir à qui elle appartenait. Le résultat de cette enquête ne donna pas de réponse à la question qu'elle se posait.

Chaque jour, nous attendions son arrivée. Maman nous appris à ne pas lui faire peur, ne pas lui faire de mal et à la caresser. Et pour finir, nous l'avons baptisée du nom de Mimine.

C'est maman qui eu l'idée du nom. Avec son grand coeur, elle l'autorisa bientôt à entrer dans notre maison et ce fut de cette manière que Mimine s'installa chez nous.

Elle nous donna régulièrement des chatons que maman ne désirait pas garder. Je ne vous raconterai pas comment elle s'y prenait pour se débarrasser de ces bébés chats, je ne veux pas vous retourner le coeur.

Cependant, comme à chaque naissance les mêmes demandes de notre part se renouvelaient, maman décida de garder un petit de Mimine quand celle-ci avait deux ans (âge approximatif étant donné que nous ne connaissions pas le jour où elle était née elle-même).

Ce fut un mâle que nous décidions d'appeler Moumousse. Il était également tigré mais plus foncé que sa maman.

Les jeux avec Moumousse étaient des parties de fous rires. Je me suis vraiment bien amusée avec lui.

Malheureusement, il fut tué par une voiture en traversant devant notre maison. Il avait deux ans.

A la portée suivante, nous décidons de garder un autre bébé de Mimine. Ce fut cette fois une petite chatte que nous avons appelée Moussette.

Mimine vécut à peu près 15 ans et Moussette 16 ans.

Moussette nous a donné un petit bébé roux que nous avions réservé pour offrir à nos petits voisins. Mais il n'a pas su s'habituer chez eux et nous avons dû le reprendre. Devenu adulte, il voyageait beaucoup dans le quartier. 

Il était très indépendant. Mais un jour il ne revint pas. On ne su jamais ce qu'il était devenu.

Nous avons recueilli d'autres chats, je dis nous mais c'était surtout ma maman. Arrivé au chiffre 13 ou 14, il était devenu indispensable de tenir un registre pour savoir quel chat était venu manger, et à quelle heure, afin de ne pas donner trop à manger à l'un et pas à l'autre.

Heureusement, il y a dix ans, n'ayant plus que deux chattes à la maison, ma maman pris la décision de ne plus jamais en recueillir d'autres. Sage décision étant donné le travail, les soins chez le vétérinaire et les soucis que cela peut donner à des personnes qui prennent de l'âge.