Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 04 juillet 2020

FETE DES VOISINS

Comme chaque année, depuis 2008, nous faisons la fête des voisins dans notre lotissement, sur la place de notre impasse. 

Depuis 2008, nous avons perdu quelques personnes (mon mari et Claude, mon voisin d'en face). Nous continuons cependant à faire la fête entre voisins. En ce début juillet, nous étions 11, il manquait Jacqueline et son mari (qui vient juste de sortir d'hôpital, dialysé depuis 3 semaines, cardiaque depuis de très nombreuses années et cancer des os découvert en octobre dernier ; il est venu masqué nous saluer, montrer qu'il avait résisté encore une fois et nous souhaiter une bonne nuit). Il manquait aussi Madeleine et son mari (diabétique, ils ont eu peur du Covid-19). Et la femme de Claude était aussi absente.

Au menu : pizza, moules, paëlla, salade, fromages, glaces.

D'habitude il fait très chaud en cette période et étouffant... hier soir nous avions un gilet, et le vent en rafales n'était pas très agréable. Les années se suivent mais ne se ressemblent pas.

fête,voisins,amitié,voisinage,lotissement,repas,amis

 

samedi, 07 juillet 2018

FETE DES VOISINS

Hier soir, comme nous le faisons depuis une dizaine d'années, nous avons passé la soirée avec les voisins de notre lotissement. Nous étions une vingtaine de personnes. Apéritif, moules, paella, fromage, gâteaux, glaces et les délicieuses zézettes de Sète (confectionnées par Mado, ma sympathique et plus proche voisine).

fête,repas,voisins,amitié,été,juillet

samedi, 16 mai 2015

LA FRITURE (souvenir d'enfance).

Maman prépare le repas de midi, nous l'aidons à mettre la table. C'est un beau jour de printemps, le soleil brille. Nous partons jouer dans la cour en attendant qu'elle nous appelle pour le repas. 

Soudain, derrière le mur de clôture, nous entendons le voisin qui crie. Nous appelons maman qui sort de la cuisine et vient nous demander ce qui se passe. La voisine se met également à crier. Nous ne savons pas ce qui se déroule derrière le mur. Les cris étouffés continuent. Quelques minutes s'écoulent puis les pompiers arrivent. Nous n'osons pas bouger, nous sommes angoissés. La voisine sort en courant vers les pompiers et en criant : "c'est mon mari, vite !" Ils s'engouffrent à l'intérieur de la maison. Maman ouvre la porte d'entrée puis la repousse en nous disant de rentrer. Nous nous mettons à table avec la gorge nouée.

Dans la soirée, nous apprenons que le voisin a renversé l'huile bouillante de la friteuse sur son bras et sa jambe. Dans ma tête j'imagine l'accident plusieurs fois de suite. Je ne comprends pas. Nous en parlons pendant quelques jours. Maman demande chaque matin des nouvelles à la voisine jusqu'à ce que son mari rentre de l'hôpital où il a reçu les soins.

enfance,souvenirs,écriture,journal intime,auteur,recueil,culture,ville,voisins