Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 01 septembre 2016

LES DIMANCHES

Chaque samedi après midi, maman préparait le dessert du dimanche. Ses tartes aux fruits embaumaient la maison. Je voyais le jus faire de gros bouillons au milieu de la pâte. Quand maman sortait la tarte du four, je courais vers elle et je me régalais déjà. Je respirais très fort en fermant les yeux et regrettais de devoir attendre jusqu'au lendemain.

Quelquefois je l'aidais à faire sa crème Moka. Je mélangeais le beurre et le café avec une fourchette. Je malaxais bien le tout pour que le beurre boive le café. Maman mettait cette crème dans une génoise qu'elle roulait pour faire une bûche. Les babas au rhum ressemblaient à des éponges. Je prenais une grosse cuillère, je raclais le fond du plat et versait le rhum au-dessus du baba. C'était un jeu sans fin car le rhum retombait au fond du plat.

Les dimanches de fêtes, maman sortait sa belle vaisselle de l'armoire et une grande nappe blanche. Oncle Emile et Tante Jeanne venaient de Paris pour la communion de mon grand frère. Emile était le plus âgé des frères de mon Pépé. Son fils unique était mort à la guerre. Il venait rendre visite à tous ses frères, la seule famille qui lui restait. Nous le recevions pour ce grand jour, il avait préparé un cadeau pour mon frère. La salle à manger n'était pas très grande mais, comme il faisait beau, nous nous retrouvions au jardin pour discuter avant de nous mettre à table. Nous étions heureux de revoir Emile en ce beau jour ensoleillé. J'avais mis ma plus belle robe, mes soeurs également. Oncle Emile nous faisait des clins d'oeil complices. Il nous racontait des histoires drôles. Puis nous passions à table. Sur la nappe blanche, nous avions disposé des petits paniers de dragées.

En entrée, maman avait préparé des bouquets d'asperges. Elle réussissait toujours sa mayonnaise faite maison. Elle craignait de la manquer mais, au final, la mayonnaise restait ferme.

souvenirs,enfance,écriture,culture,anecdotes,famille

 

 

 

 

 

 

Nous nous régalions ensuite d'une langue servie avec une sauce onctueuse aux câpres. Mémé était à la cuisine pour aider maman à faire la vaisselle et servir les plats. Avant le fromage, nous allions faire quelques photos et courir dans le jardin, pendant que les adultes fumaient le cigare ou la pipe.

L'après midi se terminait avec le dessert qui apparaissait d'abord à la cuisine avant d'arriver au milieu de la table de fête. Maman sortait alors ses flûtes à champagne avant de servir ses invités. Cette belle journée passait trop vite. Nous nous quittions en nous donnant rendez-vous l'année d'après pour la communion de ma grande soeur.

Commentaires

Bonjour ma chère Élisabeth,
"Temps suspend ton vol" C'est ainsi que je décrirais ton récit si touchant. Ces souvenirs nous les avons tous en mémoire et nous les portons tous dans notre cœur. Un très beau et émouvant texte. je t'embrasse. Passe une excellente fin d'après-midi.

Écrit par : Nell | jeudi, 01 septembre 2016

Nell : je viens juste de mettre ta recette aux pommes sur FB. Je la trouve très tentante. Bon après midi et merci.

Écrit par : Elisabeth | jeudi, 01 septembre 2016

Quel beau récit et quelle joie d'avoir vécu de si tendres moments et de les relater ici.
Ta maman était une fine cuisinière, tout me fait envie dans ce menu de fête.
Passe un bon week-end Elisabeth, bises.

Écrit par : Praline | samedi, 03 septembre 2016

ah ces beaux dimanches pas comme les autres ! je les ai vécus aussi chez mes tantes. Pas chez moi. ou si peu. A cause de mon père. Ces beaux gâteaux, ces belles tables ! tout un programme ... j'adorais.

Écrit par : mel | samedi, 03 septembre 2016

à chacun sa madeleine de Proust !

Écrit par : ulysse | samedi, 03 septembre 2016

bravo!

Écrit par : laura | dimanche, 04 septembre 2016

Ton récit m'a donné l'eau à la bouche :) ta maman devait être une excellente cuisinière :)

Écrit par : Un ange qui passe | lundi, 05 septembre 2016

C'est vrai que ça donne des envies de gourmandise...
Merci pour ce récit délicieux et si émouvant.
Passe une douce journée.

Écrit par : Quichottine | lundi, 05 septembre 2016

A tous : contente que mon histoire vous plaise. Bonne semaine à tous.

Écrit par : Elisabeth | lundi, 05 septembre 2016

Ce fut un plaisir de lire ton article ... Des souvenirs viennent parfois à notre mémoire, c'est parfois bon de regarder en arrière ... Cordiales amitiés & à +

Écrit par : Gabray | mardi, 06 septembre 2016

AH! les beaux souvenirs de l'enfance ! Nous les avons un peu tous pareils dans notre mémoire. les raconter avec une si belle prose ? Il n'y a que toi élisabeth pour le faire ainsi. merci pour le joli récit. bisesxxx

Écrit par : blandine | mercredi, 07 septembre 2016

Blandine : toi aussi tu racontes si bien ! bises !

Écrit par : elisabeth | mercredi, 07 septembre 2016

Cabray : merci beaucoup et à bientôt.

Écrit par : elisabeth | mercredi, 07 septembre 2016

Coucou Elisabeth, je t'avais fait un long com et... nous avons eu une coupure de courant. Bon... je te disais donc que ce que tu racontes me fait penser à un article publié il y a longtemps sur mon blog. Pour toi ces souvenirs sont avec ta maman, pour moi avec mes grands parents maternels. Ce sont des moments forts qui restent en mémoire comme si c'était hier ! J'avais appelé mon article "le jardin de mon grand-père", je t'en ai déjà parlé peut-être. Malheureusement lors du transfère entre OB et Ekla, la première partie a disparu... reste les deux suivantes. Je crois que nous avons besoin de revenir en arrière de temps en temps pour retrouver certaines ambiances disparues. Cela recadre un peu face à un monde qui va bcp trop vite et qui dérape ! Je fais ma rentrée sur les Blogs cette semaine et reprends le mien mardi prochain. GBizhous à toi !

Écrit par : Claire-Cerise | vendredi, 09 septembre 2016

correction : "transfert" bien sûr !! Rhôooo !

Écrit par : Claire-Cerise | vendredi, 09 septembre 2016

Claire Carise : merci de m'avoir parlé de cette histoire au sujet de tes grands-parents maternels. Je republie de temps en temps d'anciennes notes car mes nouveaux visiteurs ne connaissent pas. Le monde évolue très vite, nous n'en sommes plus au temps des charrues. Il y a du bon et du mauvais aussi bien dans l'ancien temps et dans le nouveau. Bonne rentrée à toi. Bisous du sud.

Écrit par : Elisabeth | vendredi, 09 septembre 2016

dans ton récit,je ressens cette joie de l'enfance

Écrit par : l'angevine | samedi, 10 septembre 2016

Langevine : oui, j'ai été bien entourée, les membres de ma famille étaient extras.

Écrit par : elisabeth | samedi, 10 septembre 2016

Bizarre : ma maman préparait les mêmes desserts que la tienne : un baba au rhum, que je réussis maintenant comme elle, et une bûche au café extraordinaire que je n'arrive pas à égaler. Beaux souvenirs...

Écrit par : écureuil bleu | dimanche, 11 septembre 2016

Ecureuil bleu : je ne sais pas où ma mère puisait ses recettes. Elle avait tout dans la tête, peut être qu'elle les tenait de sa mère ? ou bien de ses copines ? Elle ne suivait que très peu celles des magasines. Pas toujours facile à réussir certaines. Bon dimanche.

Écrit par : Elisabeth | dimanche, 11 septembre 2016

Bonsoir Elisabeth, j'ai découvert ton blog chez Aliscan dont j'aime beaucoup la poésie.
J'admire ta constance.
Cette note plus particulièrement me touche, les desserts du dimanche constituent un souvenir précieux.
Mais j'ai du mal à être aussi fidèle à un blog, trop prise par la vie. Comme me dit ma sœur "tu es une femme de terrain" plus que d'écriture...
Merci pour tes visites.

Écrit par : Rosa | lundi, 14 novembre 2016

Rosa : merci beaucoup d'être repassée ici lire des notes plus anciennes de mon blog. Je l'alimente régulièrement et, pour cela, j'y mets des choses variées. Même en vacances, j'ai du mal à l'abandonner. Ce n'est pas une obligation mais je me mets à la place des personnes qui viennent lire des blogs qui ne sont plus en activité. On fait ce que l'on peut avec la vie que l'on mène. Merci beaucoup et bonne soirée.

Écrit par : Elisabeth | mardi, 15 novembre 2016

Écrire un commentaire