Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 13 décembre 2014

La Foire St Luc

Chaque année, le 18 octobre, a lieu la foire St Luc, un événement important pour la ville où je suis née. Des commerçants ambulants envahissent la rue principale et les deux places, mettant de l'animation pour une journée. De chaque côté de la rue, les étalages attirent petits et grands. On entend ici et là différentes musiques. Les commerçants crient devant les passants en vantant leurs produits. On trouve de la vaisselle, des batteries de cuisine, des disques, des livres, des jouets, du linge de maison, des oignons, de l'ail, des gâteaux, des chaussures, des vêtements, des oiseaux, des lapins, des toupies, des peluches, du nougat, tout ce que vous pouvez imaginer pour combler le monde qui se presse dans le fouillis.

Au bout de cette artère principale, est exposé du bétail, des tracteurs et du matériel agricole. Les fermiers y font des affaires.

En ce jour de fête, ma mère et ma grand mère me donnaient quelques francs afin que je puisse acheter le jouet de mes rêves. Pour le trouver, je faisais plusieurs fois le tour des étalages. Maman profitait de la Foire pour habiller ses 5 enfants car l'hiver était déjà là à cette époque de l'année. C'était aussi l'occasion de bavarder avec des amis.

Sur les deux places, les forains avaient installé leur manège. J'essayais de ne pas dépenser tout ce que j'avais dans mon porte monnaie. La tentation était grande partout. Autour des manèges, des bijoux de princesses étaient vendus dans des distributeurs automatiques. Les garçons pouvaient s'essayer au fusil sur les cartons des stands de tir avec leur père et tenter de gagner d'immenses peluches. 

souvenirs,textes brefs,écriture,enfance,foires,ducasse,marché,vendeurs,colporteurs

samedi, 06 décembre 2014

SAINT NICOLAS

Saint Nicolas

Souvenirs 

Enfance

Cadeaux

Joies

Images

Coloriages

Papier froissé

Pain d'épices

Miel

Clémentines....

fêtes,st nicolas,décembre,souvenirs,textes brefs,enfancefêtes,st nicolas,décembre,souvenirs,textes brefs,enfancefêtes,st nicolas,décembre,souvenirs,textes brefs,enfance

mardi, 11 novembre 2014

GUERRE 1914-1918

Quelques objets de la Grande guerre.

1914,1918,guerre,grande guerre,souvenirs,combats,11 novembre 19181914,1918,guerre,grande guerre,souvenirs,combats,11 novembre 19181914,1918,guerre,grande guerre,souvenirs,combats,11 novembre 19181914,1918,guerre,grande guerre,souvenirs,combats,11 novembre 19181914,1918,guerre,grande guerre,souvenirs,combats,11 novembre 19181914,1918,guerre,grande guerre,souvenirs,combats,11 novembre 19181914,1918,guerre,grande guerre,souvenirs,combats,11 novembre 1918

jeudi, 09 octobre 2014

MON 1er DEMENAGEMENT (Extrait de mon livre ELISA RACONTE)

J'ai 2 ans 1/2 et ma mère attend son 4ème enfant. Elle a 27 ans. Mon père nous prend en photo, mon frère, ma soeur, ma mère et moi, devant ce qui fût notre maison. Car aujourd'hui nous déménageons. Nous partons dans une nouvelle maison, à l'autre bout de la ville, une maison que mes parents ont fait construire dans un quartier calme, près des écoles de filles et de garçons. Ma mère porte un long manteau qui cache sa grossesse arrivée à terme.

Elle me donne la main gauche et, de la main droite, je tiens mon petit sac à main rouge. J'ai mis mes chaussures blanches. Je porte aussi un manteau comme mon frère et ma soeur.

Nous sommes photographiés devant la porte d'entrée, sur les marches qui donnent sur le trottoir et la route pavée. Mon frère se tient tout droit comme un soldat au "garde à vous". Il porte un manteau clair et ma soeur se tient entre ma mère et mon frère, en penchant la tête, car elle s'est mise un peu derrière ma mère. Elle tient son petit sac beige dans la main droite.

Nous voilà partis pour notre nouvelle maison.

Dans le jardin, je ne vois aucun arbre, aucune fleur, même pas une berbe qui pousse dans ce qui fût un chantier de construction. En entrant dans la maison, je sens l'odeur du plâtre et du bois neufs. Qand nous nous parlons, nos voix résonnent car mes parents n'ont pas beaucoup de meubles. Je n'aime pas cette maison. Les murs sont blancs et les fenêtres sans peinture, elle est impersonnelle.

Je dis à ma mère que je veux revenir dans l'autre maison car j'y ai mes souvenirs. Mais elle me répond que ce n'est pas possible.

Mon frère et ma soeur partent à l'école et je reste seule avec ma mrère. Je ne veux pas manger, je ne veux pas jouer, je m'ennuie toute seule.

Puis, quelques semaines après le déménagement, je m'en vais passer quelques jours chez mon grand père et ma grand mère, à l'autre bout de la ville, accompagnée de mon frère et de ma soeur.

Ma grand mère s'absente une demi-journée et mon grand père nous garde tous les trois. Il nous fait des clins d'oeil complices en sortant un paquet de bonbons du vieux buffet de la cuisine. Il m'apprend à écrire, à lire, je joue avec les voitures de mon frère. Ma soeur joue aux cartes avec mon grand père qui fume la pipe.

nouvelles et textes brefs,souvenirs,écriture,recueil,anecdotes,enfance,auteur,société,livrenouvelles et textes brefs,souvenirs,écriture,recueil,anecdotes,enfance,auteur,société,livrenouvelles et textes brefs,souvenirs,écriture,recueil,anecdotes,enfance,auteur,société,livre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand nous revenons, nous découvrons un bébé aux cheveux noirs, dans un berceau là-haut, dans une des chambres. C'est ma petite soeur, mignonne. C'est la 1ère fois que je vois un bébé. On dirait une poupée. Je suis heureuse. Je voudrais la prendre dans mes bras comme le fait ma maman. Je l'aime tellement cette petite soeur que je retrouve l'appétit et j'oublie ma peine causée par le déménagement.

 

dimanche, 05 octobre 2014

BONNE SEMAINE

Actuellement en vacances et en famille pour le mariage de mon neveu, je vous souhaite une bonne semaine. A bientôt.

voyages,écriture,famille,souvenirs,saisons,tourisme

 

samedi, 06 septembre 2014

MES 14 ANS (Extrait de mon livre ELISA RACONTE)

Le jour de mes 14 ans, j'étais heureuse. Je n'ai pas eu de cadeau pour mon anniversaire, mes parents n'avaient pas les moyens d'offrir un cadeau tous les ans à chacun de leurs cinq enfants.

J'étais simplement heureuse d'avoir 14 ans. Je trouvais que cet âge était très important. Quand je me regardais dans le miroir, je me disais : tu n'es plus une enfant...

Je devenais vraiment une jeune fille. Le chiffre 14 me plaisait, je ne saurais pas dire pourquoi.

Je voyais mon corps se transformer, je pouvais maintenant choisir des robes de jeune fille et tirer un trait sur les socquettes et les jupes imposées par ma mère. Je pouvais enfin porter des bas et des chaussures à petit talon.

souvenirs,histoires,nouvelles et textes brefs,écriture,auteur,livre,culture,littérature,recueil,anecdotes

samedi, 07 juin 2014

VACANCES EN IRLANDE (8)

Dimanche 18 mai, nous repartons vers CONG pour visiter le Château d'ASHFORD que Mary nous a conseillé de voir absolument. Il se trouve à quelques kms de la ville.

Après un pique nique dans la nature et sous un ciel nuageux, nous arrivons vers 14 h 30 à ASHFORD CASTLE. Le soleil rayonne enfin. Nous nous dirigeons vers une des entrées gardée par un homme en manteau-cape et portant un chapeau haut-de-forme.

tourisme,saisons,voyages,culture,irlande,souvenirs,journal intime

 

 

 

 

 

 

 

Nous payons et passons la porte fortifiée. Puis nous nous engageons dans le grand parc jusqu'au parking des voitures où nous nous garons.

tourisme,saisons,voyages,culture,irlande,souvenirs,journal intime

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous repassons une autre porte fortifiée (à pied) où un garde vérifie notre ticket d'entrée et les voitures qui sortent.

tourisme,saisons,voyages,culture,irlande,souvenirs,journal intime

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tourisme,saisons,voyages,culture,irlande,souvenirs,journal intime

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous commençons notre visite : nous découvrons le château avec ses allées fleuries, son gazon bien vert, ses grands arbres et son Ecole de fauconnerie.

tourisme,saisons,voyages,culture,irlande,souvenirs,journal intimetourisme,saisons,voyages,culture,irlande,souvenirs,journal intimetourisme,saisons,voyages,culture,irlande,souvenirs,journal intimetourisme,saisons,voyages,culture,irlande,souvenirs,journal intimetourisme,saisons,voyages,culture,irlande,souvenirs,journal intimetourisme,saisons,voyages,culture,irlande,souvenirs,journal intimetourisme,saisons,voyages,culture,irlande,souvenirs,journal intimetourisme,saisons,voyages,culture,irlande,souvenirs,journal intimetourisme,saisons,voyages,culture,irlande,souvenirs,journal intimetourisme,saisons,voyages,culture,irlande,souvenirs,journal intimetourisme,saisons,voyages,culture,irlande,souvenirs,journal intime

 

 

 

jeudi, 05 juin 2014

VACANCES EN IRLANDE (7)

Le 6ème jour de nos vacances, nous partons le matin sous un ciel gris mais la température reste agréable avec 16°.

Nous nous dirigeons vers Clifden (Connemara).

voyage,tourisme,saison,souvenirs,été,culture,écriture,journal intimevoyage,tourisme,saison,souvenirs,été,culture,écriture,journal intimevoyage,tourisme,saison,souvenirs,été,culture,écriture,journal intime

voyage,tourisme,saison,souvenirs,été,culture,écriture,journal intime

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    

 

Nous voulons voir l'Abbaye de Kylemore (point rouge sur la carte), construite par Henri Mitchell vers 1874 qui voulait en faire une surprise à sa femme Margaret. Mais tous les deux perdent accidentellement leur fille.

Margaret, accablée de chagrin, décède en 1874. Henri, désespéré, demande alors à son architecte de changer les plans de ce château victorien et d'élever un mausolée destiné à accueillir le corps de sa femme. A la fin de la construction et n'ayant plus le goût d'y habiter, il part et cède l'abbaye qui passe de mains en mains. Puis elle est abandonnée jusqu'en 1920, date à laquelle des Soeurs Bénédictines en font un lieu de culte ainsi qu'un collège catholique. Afin de financer l'entretien de ce lieu, les Soeurs ouvrent au public le château et l'abbaye.

voyage,tourisme,saison,souvenirs,été,culture,écriture,journal intimevoyage,tourisme,saison,souvenirs,été,culture,écriture,journal intimevoyage,tourisme,saison,souvenirs,été,culture,écriture,journal intime 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Dans l'après midi, il bruine un peu et la température chute à 13 °. Pas de problème, nous avons ce qu'il faut pour nous couvrir.

voyage,tourisme,saison,souvenirs,été,culture,écriture,journal intimevoyage,tourisme,saison,souvenirs,été,culture,écriture,journal intime

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au bord des routes des massifs de rhododendrons et plus loin des paysages de tourbes. 

Nous rentrons après être repassés près de Clifden et être allés voir l'océan au bout d'un petit chemin.

voyage,tourisme,saison,souvenirs,été,culture,écriture,journal intimevoyage,tourisme,saison,souvenirs,été,culture,écriture,journal intime

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis nous dînons dans un restaurant : du saumon avec des petits pois, carottes et pommes de terre, pour mon mari, et pour moi des gnocchi farcis, avec pour accompagnement de la salade et des tomates et, en dessert, un crumble à la compote chaude.

mercredi, 07 mai 2014

CHEZ ANDREE

Aujourd'hui je pars avec maman chez sa cousine Andrée. Elle tient une ferme avec son mari Jojo. Ils ont 4 enfants : Eric, Nicole, Cathy et Anne qui sont aussi mes cousins et cousines, mais que je ne vois pas souvent.

Comme il a neigé, nous mettons de vieilles chaussettes au-dessus de nos chaussures. Ainsi, nous ne glisserons pas en marchant dans la neige. Je mets les gants, le bonnet et l'écharpe que j'ai tricotés cet été.

Sur la route, nous regardons le paysage qui a bien changé sous le manteau de neige tombé hier après-midi.

Nous discutons de choses et d'autres avant d'arriver à la sortie de la ville où se trouve la ferme. Nous ouvrons la grille de la cour. La ferme est perpendiculaire à la route. Au fond de la cour, je vois la grange et le tracteur de Jojo garé devant. Les vaches et les cochons sont enfermés car il fait très froid. Seules les poules gambadent dans la cour. Nous essuyons bien nos pieds, avant d'entrer, sur le tapis devant la porte. Nous appuyons sur la sonnette et entrons dans le couloir où nous ouvrons nos manteaux avant de frapper à la porte de la salle à manger. Nous disons bonjour au grand-père qui est assis à côté de la cheminée, l'oreille collée au poste de radio. Il porte des lunettes noires et sa canne est posée près de lui. Nous discutons un peu avec lui de sa santé et du temps qu'il fait. Puis Andrée arrive souriante de la pièce du fond. On s'embrasse et elle nous demande si nous allons bien. Elle sort ses tasses à café, sa boite à biscuits et à sucre avec un pichet de crème, comme à l'habitude. J'aime son café et sa crème. Andrée et Maman discutent en tournant leur cuillère dans la tasse. Elles ont tant de choses à se raconter. De temps en temps, grand-père laisse la radio pour nous écouter et continuer la conversation avec nous. Je pense qu'il doit s'ennuyer. Maman passe commande de beurre et de fromage blanc à Andrée qui disparaît derrière la porte du fond. Jojo vient nous embrasser mais il n'a pas beaucoup le temps de bavarder avec nous. Il prend un petit café et repart travailler.

Un jour, il m'a montré ses vaches mais j'ai eu un peu peur car elles sont impressionnantes par leur taille. Les cochons ne me font pas peur, ils sont sales, ils aiment se traîner dans la boue si fréquente dans cette région du Nord.

Andrée réapparaît avec ses paquets de beurre et de fromage blanc que maman glisse dans son sac à provisions. Nous finissons notre tasse de café et nous levons pour dire au revoir au grand-père qui ne peut pas bouger de sa chaise et à Andrée qui est très bavarde mais si gentille.

Nous repartons à la maison. Nous avons le nez et les joues si froides qu'ils sont rouges. Nous rentrons vite nous réchauffer près du feu qui nous attend.

souvenirs,nouvelles et textes brefs,journal intime,auteur,écriture,littérature,livre,culture enfance,psychologie

samedi, 26 avril 2014

MILLEFEUILLE

Pierres

Comme millefeuille

Penché

Brisent la terre.

poèmes,poésie,écriture,poète,nature,saison,sud,souvenirs