Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 01 août 2015

MA nouvelle PARTICIPATION au DEFI n° 148 sur le thème OCEAN (proposé tout l'été par Enriqueta)

Entourés de la grande bleue

Ils se croient seuls au monde.

Ils fêteront ce soir l'or

Attrapé dans leurs filets

Fiers de rentrer à bon port.

La prise miraculeuse

Remplit leur bateau à ras bord

De poissons tendres et nacrés.

Le Seigneur les a bénis

Après une dure journée.

Ils ont entendu sa voix,

Les filets se sont remplis.

Sur les flots tranquilles sans vent

La barque file pour rentrer

Sans attendre les vagues furieuses

Qui pourraient la faire sombrer.

C'est un miracle sans doute,

Un moment exceptionnel,

Comme surréaliste.

 

(plaque sur un mur de la chapelle Notre-Dame-de-la-Salette en haut du Mont St Clair à SETE et vitrail à l'intérieur de cette chapelle).

écriture,auteur,marins,océan,mer,filets,pêcheurs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

écriture,auteur,marins,océan,mer,filets,pêcheurs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

écriture,auteur,marins,océan,mer,filets,pêcheurs 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

écriture,auteur,marins,océan,mer,filets,pêcheurs

mardi, 07 juillet 2015

LE GRAND-PERE DE NORBERT (ma participation au DEFI n° 148 proposé tout l'été par Enriqueta sur le thème de l'Océan)

Sur le palier de l'escalier étroit de notre maison de vacances, une porte sans serrure et sans poignée, une porte fermée résiste à mes poussées. Qui a-t-il derrière ? J'aimerais savoir....

Les vacances passent lentement rythmées, l'après midi, par les bains au bord de la mer, le matin, par quelques courses et la préparation des repas. Maman est occupée en haut dans l'appartement. Je joue avec mes soeurs dans la cour, nous montons et descendons plusieurs fois par jour l'escalier raide qui mène au 1er étage où nous logeons. Nous passons chaque fois devant cette porte fermée en nous interrogeant.

Un jour, en s'aidant des épaules et poussant plus fort, elle s'entrouve.

Nous nous glissons sans faire de bruit, les unes après les autres, dans le grenier découvert. Une lucarne laisse passer un peu de lumière et l'on distingue les quelques cartons, sacs et valises posés en désordre sur le plancher en bois. J'ouvre une valise : des lettres pliées ou dans des enveloppes, des photos, des chansons griffonnées sur du papier et des partitions de musique. Dans un coin, un accordéon se tient droit. Avec les deux mains, je le saisis lentement. L'accordéon joue. Nous nous regardons en souriant. Il faut faire silence. Le grand-père de Norbert travaille dans son atelier de menuiserie, en-dessous, il va s'inquiéter et nous gronder s'il monte ici.

Les lettres parlent d'amour, de voyages dans des mers lointaines, d'escales et de retours. 

Les photos montrent de joyeux marins posant en groupe devant un port ou des bateaux. Nous découvrons la jeunesse du grand-père, ses voyages, ses copains, les bals au son de l'accordéon et ses amourettes.

Nous entendons des bruits sourds, nous rangeons et fermons la valise. Nous ne dirons rien à maman, n'est-ce pas ? Nous tirons sur la porte et regardons de chaque côté de l'escalier : personne. Nous pouvons sortir sans crainte et repartir jouer tranquillement dans la cour avec, dans la tête, de nouveaux secrets à garder.

nouvelles et textes brefs,écriture,culture,océan,mer,marins,vacances,société

jeudi, 25 juin 2015

Ma participation au DEFI n° 148 ayant pour thème L'OCEAN (proposé par Enriqueta et les Croqueurs)

 

AU 31 DU MOIS D'AOUT, chanson de marins.

Cette chanson que je propose pour le DEFI n° 148 (dont le thème aujourd'hui est LES MARINS OU LES PORTS) parle du courage de marins français qui ont combattu à coup de haches, de piques, de sabres, de mousquetons les Anglais. Cette chanson évoque la prise du "Kent" par Robert SURCOUF, à bord de "LA CONFIANCE", le 31 août 1800, au large du BENGALE, après deux jours de combat acharné. Ces marins ont gagné la bataille alors que leur navire était bien plus petit que celui des Anglais.

La chanson est restée très populaire sur les côtes françaises. Il en existe de nombreuses versions depuis la fin du 19ème siècle mais l'air est toujours le même. Elle reste l'une des plus célèbres de la marine.

Avec un titre qui pourrait faire sourire, car la chanson a été détournée pour être proposée aux enfants, on ne peut que partager la joie des marins qui ont gagné durement cette bataille.

Je l'ai choisie parce qu'elle raconte un des moments importants de l'Histoire que je travaille en ce moment pour l'écriture de mon prochain livre. Egalement car le monde des marins est un univers à part et qu'il fascine encore.