Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 28 décembre 2015

LES PETITS CARNETS BLEUS (Extrait n° 3 de mon livre)

Les vacances de Noël viennent de commencer mais déjà Juliette s'ennuie de ses camarades de classe. Elle se rend chez une copine accompagnée de sa soeur aînée. Elles bavardent toutes les trois en écoutant un disque des Beatles et en buvant une tasse de café, le tout dans la bonne humeur. Juliette se demande si elle se mariera un jour, quel métier elle aura, elle a peur de son avenir mais n'en parle à personne. Elle compte les derniers jours de l'année qui va s'achever.

souvenirs,journal intime,écriture,noël,vacances,amour,amitiés,lycée

 

 

 

 

 

 

 

Le jour de Noël, après la messe de minuit, la famille se retrouve autour d'un chocolat au lait bien chaud et d'une brioche tiède. On ouvre les cadeaux rassemblés au pied du sapin, dans un coin du salon. La crèche a été installée sur la commode, près du sapin décoré de guirlandes et de boules scintillantes. Celui-ci sera replanté dans le jardin en début d'année.

Le 5 janvier, Juliette reprend le chemin du lycée et le rythme des cours. Entre copains et copines, on se souhaite la bonne année en s'embrassant. Marie Claire est malade et Juliette lui rend visite en lui apportant les devoirs à effectuer pour la semaine prochaine.

En cours, Alain se met souvent derrière Juliette et, de temps en temps, il l'appelle discrètement pour lui demander, soit un livre, soit des copies doubles, ou même des bonbons ou des cigarettes pour la récréation. Certains jours, il mendie quelques francs. Juliette ne comprend pas pourquoi il ne lui parle pas plus. Elle essaie de décortiquer toutes les facettes de sa personnalité. Ou du moins ce qu'elle peut apprendre à son sujet...

mercredi, 16 décembre 2015

LES PETITS CARNETS BLEUS (Extrait n° 2 de mon livre)

Le lendemain de la rentrée des classes et les autres jours, Juliette fait connaissance avec ses nouvelles camarades de classe, en particulier avec Martine et Lise. Martine vient d'arriver dans la ville, son père est militaire de carrière. Lise est pensionnaire pour la première fois. Elle habite à trente kilomètres du lycée et elle a choisi de s'y inscrire pour éviter les aller-retour quotidiens et la fatigue. En parcourant de long en large la cour de récréation, Lise explique qu'elle est un peu triste : elle attend avec impatience samedi afin de retrouver sa mère et ses deux soeurs. Juliette sent que sa nouvelle copine a besoin de réconfort, de parler, d'autant plus que le père de celle-ci est décédé il y a quelques années. Lise lui parle du beau garçon brun. Il habite le même immeuble qu'elle. Il n'a pas encore 16 ans... Juliette est surprise mais essaie de ne rien montrer.

Les semaines passent, l'ambiance est très bonne. Juliette se lie avec de nouvelles camarades. Elle ne manque pas de noter sur son petit carnet bleu les événements de chaque jour, importants ou pas.

journal intime,écriture,souvenirs,recueil,livre,lycée,adolescence,amours,émois

vendredi, 27 novembre 2015

AU DEBUT DE LA VIE... PUIS LA VIE CONTINUE

Au début de ma vie, j'ai une maman Thérèse et un papa Georges, ainsi qu'un frère André, et une grande soeur Madeleine. Nous vivons dans le nord de la France. J'ai aussi mes deux grands-pères, Arthur et Valère, ainsi que mes deux grands-mères, Madeleine et Marguerite. Ma tante Nicole se marie avec Jean qui devient mon oncle. A deux ans et demi, j'ai une nouvelle soeur, Bernadette, et deux ans plus tard Geneviève vient agrandir la famille. Je vais à l'école maternelle puis j'entre en primaire. Je me fais des copines que je retrouve 50 ans plus tard grâce à Internet : Janine, Béatrice, Francine, Marie France, Raymonde, Marie Martine... Je découvre mes cousins et cousines lors de visites ou repas familiaux. Les dimanches ou pendant les vacances, je passe de bons moments avec mes grands-oncles et mes grandes-tantes... Je vais au collège puis au lycée et j'ai de nouvelles copines et copains : Edwige, Marie Claire, Annie, Liliane, Aliette, Didier, Pascal... Je quitte le lycée pour une formation professionnelle dans une grande ville. Je ne connais personne mais je me fais vite de nouvelles copines : Jasmine, Erica, Sigrid... Je trouve un travail puis un autre. L'ambiance est très bonne et chaleureuse dans ce nouveau travail. Je me marie et je pars avec mon époux dans le sud de la France. Nous gardons contact avec ses copains restés dans le Nord. Je travaille quatre semaines, puis je pointe au chômage pendant quatre mois. J'entre dans une société de crédit où l'ambiance est très amicale. Je garde contact avec une de mes collègues, Michèle, quand je quitte mon poste pour élever mon deuxième enfant. Elle me donne régulièrement des nouvelles d'elle et, au mariage de son fils, je retrouve une collègue commune, Jocelyne. Je reprends le travail dès que mon fils a 2 ans. Je m'occupe de personnes handicapées pendant près de 16 années. Je garde contact avec deux mes collègues, Edwige et Joëlle, et je rencontre quelquefois Véronique dans la grande ville voisine. Véronique n'est restée que six mois notre collègue mais je ne l'oublie pas. Puis je reprends des études pendant 4 années à l'issue desquelles je trouve divers emplois précaires. Je garde quelques contacts avec mes copines de fac : Delphine, Dominique, Lucie, Carine, Eve...

La vie est faite de rencontres diverses. Plus le temps passe, plus les souvenirs s'entassent.

Je n'oublie pas ceux qui sont partis pour toujours, des membres de ma famille, des copains, des copines d'école, de collège, de lycée, une collègue de travail ....

souvenirs,famille,enfants,écriture,journal intime

lundi, 19 octobre 2015

LUNDI, JOUR DE LESSIVE

Quand j'étais petite, le lundi était jour de lessive pour maman. Elle avait choisi ce jour pour une raison que je ne connais pas. En attendant, le linge sale s'entassait et, pour une famille de six personnes, ce n'était pas un peu. Je me souviens qu'elle mettait à bouillir le linge supportant de hautes températures dans une bassine, sur la gazinière. Ensuite, elle transportait la bassine dans la cour pour la vider, ce qui était dangereux. Il lui fallait ensuite rincer ce linge à l'eau claire. Heureusement, mes parents avaient une pompe électrique près de la salle de bains qui puisait l'eau de pluie recueillie dans une citerne sous la maison. A la naissance du 5ème enfant, une aide ménagère venait aider quelques jours par semaine. Enfin, quelques années plus tard, maman s'est acheté une machine à laver et a gardé le lundi pour faire ses nombreuses lessives. Le linge était ensuite mis à sécher sur les cordes tendues par des piquets, le long de l'allée menant au potager et au fond du jardin. Les jours de pluie, maman mettait le linge mouillé sur des cordes tendues dans la cuisine et la salle à manger, ce qui n'était pas très esthétique. Puis elle s'est acheté un grand séchoir sur pied et a abandonné l'idée de ne faire les lessives qu'une fois par semaine.

souvenirs,enfance,années 60,écriture,journal intime,culture

vendredi, 02 octobre 2015

IMAGES D'AVANT

Douceur des vacances

Paysages d'enfance

Paradis des poètes

Galets et mouettes

Ces lieux reflètent

Dans nos deux têtes

Les images d'avant.

Retrouver le vent

Les phares et les Forts

Les landes et les ports

L'envie des peintres

Chapelles et châteaux

Maisons fortes et eaux

Bordant en cintre

Les vertes rives

Les belles rives

Autour des châteaux

Où vont les bateaux.

poèmes,poésie,poète,écriture,auteur,recueil,souvenirspoèmes,poésie,poète,écriture,auteur,recueil,souvenirs

 

jeudi, 10 septembre 2015

MA PETITE SOEUR

J'ai quatre ans et quatre mois, nous sommes en février 1957. Maman est partie à l'hôpital depuis quelques jours. Papa m'a dit qu'elle était partie se faire soigner, qu'elle a mal au ventre, qu'elle sera bientôt guérie. Mamie me rassure, je suis un peu triste de ne pas voir maman à la maison.

Nous partons à l'hôpital en famille. Nous montons les escaliers en silence. Je regarde les infirmières en blouse blanche qui vont et qui viennent. Dans le couloir, j'entends des gémissements. Papa me rassure et nous frappons à la porte de la chambre de maman. Allongée sur un lit blanc, habillée d'une chemise de nuit, elle nous sourit et nous dit bonjour. Dans la chambre, une dame est assise sur un autre lit blanc. Elle tient un bébé dans ses bras, un garçon. Elle nous dit bonjour. Maman me montre un petit lit près d'elle. Je vois un bébé dormir tranquillement sous une couverture. Elle me dit "encore une fille, une nouvelle petite soeur, j'espère que ce sera la dernière..."

La dame qui porte le petit garçon me demande si je suis contente. Je lui réponds oui de la tête. Un monsieur, près d'elle, me regarde en souriant. C'est le papa du petit bébé, il me parle en mâchant un bout d'allumette. Je sors de la chambre avec mon frère et mes deux autres soeurs, la pièce est bien trop petite pour jouer. Nous laissons les adultes parler entre eux. Dans le couloir, nous écoutons les bruits feutrés, nous ne faisons pas de bruit, papa nous a demandé de ne pas crier, ni de faire du bruit à cause des malades qui ont besoin de repos.

Bientôt il est l'heure de rentrer à la maison. Nous disons au revoir à maman, à la dame ainsi qu'au monsieur à l'allumette. Nous nous reverrons plusieurs fois, maman ayant sympathisé avec sa voisine de maternité. Nous visiterons l'atelier de menuiserie de son mari et admirerons les magnifiques meubles qu'il crée Ils viendront aussi nous rendre visite certains dimanches. Monsieur N. aura à chaque fois ce bout d'allumette dans la bouche, même en parlant.

Depuis, la famille ne s'est plus agrandie et, en rentrant à la maison, nous avons bien dorloté notre petite soeur si blonde et si sage.

 souvenirs,enfance,naissance,nouvelles et textes brefs,écriture,auteur,société

 

samedi, 22 août 2015

MAMAN SE PREPARE

Comme chaque matin, Maman se prépare pour aller faire les courses.

Elle sort sa petite boite ronde, celle que l’on voit en publicité dans les magazines. Elle en tire une houppette rose. Elle étale délicatement et uniformément la poudre de riz sur son visage en se regardant dans le miroir. Puis elle referme la boite ronde qu’elle range dans le tiroir de sa coiffeuse blanche.

Elle prend une petite boite bleu foncé contenant un pain de mascara noir et une petite brosse. Elle étale sur ses cils le mascara avec la petite brosse, en haut, en bas, sur les deux yeux et referme la boite qu’elle range dans l’autre tiroir de la coiffeuse.

Elle choisit un tube de rouge à lèvres. Aujourd’hui ce sera le rose. Elle dévisse le tube et l’approche de ses lèvres. Elle fait glisser le bâton sur celles-ci. Elle fait attention de ne pas dépasser le contour. Elle referme la bouche en pinçant ses lèvres. Elle rebouche le tube qu’elle range au même endroit.

Elle se regarde une dernière fois dans le miroir. Elle coiffe ses cheveux bouclés avec une brosse noire. Maintenant elle peut sortir...

souvenirs,histoires,enfance,maman,écriture,beauté,sociétésouvenirs,histoires,enfance,maman,écriture,beauté,sociétésouvenirs,histoires,enfance,maman,écriture,beauté,société

jeudi, 18 juin 2015

PUISQU'IL FAIT TRES CHAUD DANS MON SUD (les cigales et les fourmis)

Puisqu'il fait très chaud de nouveau, une petite note fleurie fait du bien.

Dans une fleur de cactus, les fourmis travaillent, travaillent, pendant que les cigales chantent dans les arbres (elles chantent depuis quelques jours déjà).

photos,jardin,fleurs,blogs,écriture,souvenirs,saisonsphotos,jardin,fleurs,blogs,écriture,souvenirs,saisonsphotos,jardin,fleurs,blogs,écriture,souvenirs,saisons

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les fleurs de plantes grasses s'ouvrent au soleil.

photos,jardin,fleurs,blogs,écriture,souvenirs,saisonsphotos,jardin,fleurs,blogs,écriture,souvenirs,saisons

mercredi, 10 juin 2015

PROMENADES DU JEUDI

Les promenades du jeudi après midi avec notre grand-mère se ressemblaient : une seule destination, la forêt. Il fallait savoir marcher pendant une bonne heure, en prenant son temps. Aidée de sa canne, elle aimait se promener avec nous, ses petits-enfants. C'était le seul jour avec le dimanche où elle pouvait profiter un peu de nous. 

A force de prendre toujours le même chemin, nous avions des repères et nous nous faisions des amis. Tel ce cheval, derrière la haie, dont je ne me souviens plus du nom, et que nous aimions appeler. Il nous regardait le regarder. Ce n'était pas tous les jours que l'on pouvait voir un cheval dans une prairie ou un enclos dans ce pays de vaches.

Une grande maison, un petit manoir, attirait également nos regards curieux. Le vaste jardin, bien entretenu pas ses propriétaires, était garni d'objets : nains, lapins, champignons et petits sujets en céramique. Combien de fois sommes-nous passés devant et avoir eu envie de rester un moment à regarder ces objets ? Pour nous, enfants, une telle vision ne pouvait que faire rêver. Et au retour de la promenade, nous nous arrêtions pour regarder encore.

Mon frère qui était l'aîné, farceur, aimait jouer au chef. Un jour il nous montre un petit chemin sur la gauche et nous dit : "par là on va à Paris". Nous regardions aussi loin que nos yeux nous portaient pour essayer de voir le bout du chemin. Nous ne connaissions rien de la géographie. Nous attendions la suite de son histoire. Mais il se mettait à rire en disant : "tous les chemins mènent à Paris, bien sûr"... Ma grand-mère répondait : "oui, si on veut, mais c'est un peu loin ; on n'ira pas aujourd'hui".

Au retour, elle nous payait un petit verre de limonade dans un café, à la sortie de la forêt. Elle discutait un peu avec la propriétaire. Elle était fière de montrer ses cinq petits-enfants. Nous repartions ensuite heureux de cette belle promenade. Nous retrouvions grand-père qui avait passé l'après midi au bord de la rivière. Il avait déjà rangé sa canne à pêche dans le garage et nous rejoignait dans la maison pour boire un bon café.

 souvenirs,enfance,promenades,histoires,anecdotes,famille,nordsouvenirs,enfance,promenades,histoires,anecdotes,famille,nord

vendredi, 29 mai 2015

COLLECTION DE PAPILLONS

Voici quelques papillons que je garde dans deux cadres. Je ne connais pas les noms sauf ceux de la dernière photo.

Je voulais simplement vous les montrer et vous souhaiter un très bon week end.

papillons,nature,loisirs,collections,souvenirs,saison,été,jardin

papillons,nature,loisirs,collections,souvenirs,saison,été,jardin

papillons,nature,loisirs,collections,souvenirs,saison,été,jardin

 

papillons,nature,loisirs,collections,souvenirs,saison,été,jardinpapillons,nature,loisirs,collections,souvenirs,saison,été,jardin