Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 01 août 2015

MA nouvelle PARTICIPATION au DEFI n° 148 sur le thème OCEAN (proposé tout l'été par Enriqueta)

Entourés de la grande bleue

Ils se croient seuls au monde.

Ils fêteront ce soir l'or

Attrapé dans leurs filets

Fiers de rentrer à bon port.

La prise miraculeuse

Remplit leur bateau à ras bord

De poissons tendres et nacrés.

Le Seigneur les a bénis

Après une dure journée.

Ils ont entendu sa voix,

Les filets se sont remplis.

Sur les flots tranquilles sans vent

La barque file pour rentrer

Sans attendre les vagues furieuses

Qui pourraient la faire sombrer.

C'est un miracle sans doute,

Un moment exceptionnel,

Comme surréaliste.

 

(plaque sur un mur de la chapelle Notre-Dame-de-la-Salette en haut du Mont St Clair à SETE et vitrail à l'intérieur de cette chapelle).

écriture,auteur,marins,océan,mer,filets,pêcheurs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

écriture,auteur,marins,océan,mer,filets,pêcheurs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

écriture,auteur,marins,océan,mer,filets,pêcheurs 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

écriture,auteur,marins,océan,mer,filets,pêcheurs

vendredi, 24 juillet 2015

INSTANTS

Le fruit frais que j'avalais glissa au fond de ma gorge. Quel cadeau merveilleux et délicieux ! J'avais envie de me rafraîchir. Le courant d'air qui passait par la fenêtre m'apporta un répit. Comme un savant, je faisais mes propres expérimentations pour que mon corps ne souffre pas trop....

écriture,auteur,culture,société,chaleur,été

jeudi, 16 juillet 2015

VOYAGES

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, mais non pas ce que je cherche (Montaigne, Essais).

Le charme de voyager, c'est d'effleurer d'innombrables et riches décors et de savoir que chacun pourrait être nôtre et de passer outre, en grand seigneur. (Cesare PAVESE, Le métier de vivre - Cesare PAVESE est né le 9 septembre 1908 à Santo Stefano Belbo et décédé le 27 août 1950 à Turin).

auteur,écriture,culture,citations,voyages

 

samedi, 04 juillet 2015

ALBERTINE DISPARUE (Extrait) de Marcel PROUST

Ma mère m'avait emmené passer quelques semaines à Venise et - comme il peut y avoir de la beauté, aussi bien que dans les choses les plus humbles, dans les plus précieuses - j'y goûtais des impressions analogues à celles que j'avais si souvent ressenties à Combray, mais transposées selon un mode entièrement différent et plus riche. Quand à 10 heures du matin on venait ouvrir mes volets, je voyais flamboyer, au lieu du marbre noir que devenaient en resplendissant les ardoises de Saint-Hilaire, l'Ange d'or du campanile de Saint-Marc. Rutilant d'un soleil qui le rendait presque impossible à fixer, il me faisait avec ses bras grands ouverts, pour quand je serais une demi-heure plus tard sur la Piazzetta, une promenade de joie plus certaine que celle qu'il put être jadis chargé d'annoncer aux hommes de bonne volonté...

auteur,culture,écriture,livre,marcel proust

jeudi, 02 juillet 2015

Ma 3ème participation au DEFI n° 148 proposé par ENRIQUETA et les CROQUEURS sur le thème de l'OCEAN

Aujourd'hui, le thème est les oiseaux de mer ou des îles.

J'ai découvert ce très beau texte dit par Julos BEAUCARNE sur une musique qui nous emmène très loin, et qui parle d'espoir, d'avenir et de sagesse. J'ai voulu le partager avec vous : soyons ces oiseaux d'une île nouvelle....


Nous sommes les oiseaux d'une île nouvelle

Tout est toujours à recommencer
Nous allons créer d'autres cris d'oiseaux
Tout est toujours à recommencer
Nous allons créer des fontaines
Et une eau propre
Et un ciel clair

Nous allons laver nos yeux de nos larmes
Aux chutes du fleuve Avenir
Tout est toujours à recommencer
Nous allons escalader les désastres
Pour y planter la vie
Nous allons aller au sommet de cet Everest de peine
À force de courir
À force de pâlir
À force de nous cogner aux murs de ce bas-monde
Nous déboucherons dans les plaines de la sagesse

Et moi, je te hisserai devant moi
Comme la proue d'un vaisseau en pleine mer démontée
Tout est toujours à recommencer
Sur ma Pompéi ensevelie, j'installerai un nouveau pays

dimanche, 21 juin 2015

LEO FERRE - LES POETES


samedi, 23 mai 2015

BALADES DANS LA VILLE DE MON ENFANCE

J'aime me promener dans ma ville natale, celle où j'ai grandi, aller de quartier en quartier, retrouver des instants enfouis au plus profond de moi. Je prends les petites rues, je tourne à droite ou à gauche. Je fais une boucle et reviens à l'endroit où je m'étais trouvée quelques instants auparavant. J'ai le coeur plein de souvenirs heureux. Des images défilent dans ma tête. Je me pose aussi quelques questions : pourquoi a-t-on élevé ce monument ? Ces maisons anciennes appartenaient à qui ? Appartiennent à qui maintenant ? L'histoire se perd dans le visage quotidien de ces murs. Je me retrouve à la maison, je tourne les pages du livre retraçant la vie de cette petite ville où je suis née et où j'ai grandi.

souvenirs,enfance,ville,journal intime,écriture,société,auteur,livre,culture

lundi, 18 mai 2015

MINETTE et LA CHAUSSETTE

Pirouettes

De Minette

Avec la chaussette

En face à face

Ou dans l'espace

Elle ne tient plus en place

La chaussette

De Minette

Se sent toute bête

Inerte sur le parquet

Ou catapultée.

poème,poésie,poète,écriture,chat,société,auteur,recueil

samedi, 16 mai 2015

LA FRITURE (souvenir d'enfance).

Maman prépare le repas de midi, nous l'aidons à mettre la table. C'est un beau jour de printemps, le soleil brille. Nous partons jouer dans la cour en attendant qu'elle nous appelle pour le repas. 

Soudain, derrière le mur de clôture, nous entendons le voisin qui crie. Nous appelons maman qui sort de la cuisine et vient nous demander ce qui se passe. La voisine se met également à crier. Nous ne savons pas ce qui se déroule derrière le mur. Les cris étouffés continuent. Quelques minutes s'écoulent puis les pompiers arrivent. Nous n'osons pas bouger, nous sommes angoissés. La voisine sort en courant vers les pompiers et en criant : "c'est mon mari, vite !" Ils s'engouffrent à l'intérieur de la maison. Maman ouvre la porte d'entrée puis la repousse en nous disant de rentrer. Nous nous mettons à table avec la gorge nouée.

Dans la soirée, nous apprenons que le voisin a renversé l'huile bouillante de la friteuse sur son bras et sa jambe. Dans ma tête j'imagine l'accident plusieurs fois de suite. Je ne comprends pas. Nous en parlons pendant quelques jours. Maman demande chaque matin des nouvelles à la voisine jusqu'à ce que son mari rentre de l'hôpital où il a reçu les soins.

enfance,souvenirs,écriture,journal intime,auteur,recueil,culture,ville,voisins

lundi, 11 mai 2015

Paul-Jean TOULET (1867-1920) : IRIS, A SON BRILLANT MOUCHOIR

Iris, à son brillant mouchoir,

De sept feux illumine

La molle averse qui chemine

Harmonieuse à choir.

 

Ah, sur les roses de l'été,

Sois la mouvante robe,

Molle averse, qui me dérobe

Leur aride beauté.

 

Et vous, dont le rire joyeux

M'a caché tant d'alarmes,

Puisé-je voir enfin des larmes

Monter jusqu'à vos yeux.

poème,poésie,poète,écriture,culture,littérature,auteur,livrepoème,poésie,poète,écriture,culture,littérature,auteur,livre

 poème,poésie,poète,écriture,culture,littérature,auteur,livre