Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 26 juin 2019

LA SALLE A MANGER (Francis JAMMES 1868-1938)

Il y a une armoire à peine luisante
qui a entendu les voix de mes grand-tantes
qui a entendu la voix de mon grand-père,
qui a entendu la voix de mon père.
À ces souvenirs l’armoire est fidèle.
On a tort de croire qu’elle ne sait que se taire,
car je cause avec elle.

Il y a aussi un coucou en bois.
Je ne sais pourquoi il n’a plus de voix.
Je ne peux pas le lui demander.
Peut-être bien qu’elle est cassée,
la voix qui était dans son ressort,
tout bonnement comme celle des morts.

Il y a aussi un vieux buffet
qui sent la cire, la confiture,
la viande, le pain et les poires mûres.
C’est un serviteur fidèle qui sait
qu’il ne doit rien nous voler.

Il est venu chez moi bien des hommes et des femmes
qui n’ont pas cru à ces petites âmes.
Et je souris que l’on me pense seul vivant
quand un visiteur me dit en entrant :
- comment allez-vous, monsieur Jammes ?

poésie,poème,poète,francis jammes,auteur,culture,littérature,livre,recueil

 

vendredi, 17 mai 2019

LA MAISON DE VICTOR HUGO à GUERNESEY


jeudi, 09 mai 2019

LE THE (Théodore de BANVILLE (1823-1891)

Miss Hellen, versez-moi le Thé

Dans la belle tasse chinoise,

Où des poissons d'or cherchent noise

Au monstre rose épouvanté.

J'aime la folle cruauté

Des chimères qu'on apprivoise :

Miss Hellen, versez-moi le Thé

Dans la belle tasse chinoise.

Là sous un ciel rouge irrité,

Une dame fière et sournoise

Montre en ses longs yeux de turquoise

L'extase et la naïveté ;

Miss Hellen, versez-moi le Thé.

 

(Théodore de Banville est né à Moulins. Venu à Paris à l'âge de 7 ans, ce fils d'aristocrates républicains refusant l'ordre bourgeois, cette "apothéose de l'épicerie", affirme très tôt son engouement pour la poésie. Il imite les genres poétiques moyenâgeux, écrit des pièces de théâtre en vers. Sur la fin de sa vie, la prose l'emporte sur la poésie).

 

chinese-tea-cup-.jpg

 

samedi, 16 mars 2019

CONFIANCE (citations)

On peut, à force de confiance, mettre quelqu'un dans l'impossibilité de nous tromper (Joseph JOUBERT).

L'envie d'être plaint ou d'être admiré fait souvent la plus grande partie de notre confiance (LA ROCHEFOUCAULD).

citations, auteur, culture, écriture, littérature, livre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qui se confie au bavard et prête au prodigue retrouve son secret partout et son argent nulle part (Jules PETIT-SENN).

 

samedi, 23 février 2019

JE LIS

camille claudel,livre,auteur,écriture,culture,sculpture

mercredi, 20 février 2019

LE PARESSEUX (Marc-Antoine de SAINT-AMANT)

Accablé de paresse et de mélancolie,

Je rêve dans un lit où je suis fagoté,

Comme un lièvre sans os qui dort dans un pâté,

Ou comme un Don Quichotte en sa morne folie.

Là, sans me soucier des guerres d'Italie,

Du comte Palatin, ni de sa royauté,

Je consacre un bel hymne à cette oisiveté

Où mon âme en langueur est comme ensevelie.

Je trouve ce plaisir si doux et si charmant,

Que je crois que les biens me viendront en dormant,

Puisque je vois déjà s'en enfler ma bedaine,

Et hais tant le travail, que, les yeux entr'ouverts,

Une main hors des draps, cher Baudoin, à peine

Ai-je pu me résoudre à t'écrire ces vers.

 

http://www.unjourunpoeme.fr/auteurs/saint-amant-marc-anto...

 

poésie,poète,poème,écriture,auteur,saint amant

 

jeudi, 14 février 2019

Citations sur L'ORGUEIL

Il faut faire mourir l'orgueil sans le blesser. Car si on le blesse, il ne meurt pas (RIVAROL).

Le plus farouche orgueil naît surtout à l'occasion d'une impuissance (Paul VALERY).

L'orgueil nous divise encore davantage que l'intérêt (Auguste COMTE).

citations,culture,écriture,auteur,littérature,livres

samedi, 09 février 2019

L'ALPHABET DE L'AMOUR

A comme amour

On le trouve toujours

B comme baiser

Envie de t'embrasser

C comme coeur

Je te connais par coeur

D comme ton prénom

Je ne dis pas non

E comme équilibre

Je te laisse libre

De me choisir 

Ou de partir

F comme frissons

Quand on perd la raison

G comme gourmands

Nous sommes amants

H comme heures

Celles du bonheur

I comme intérieur

L'amour est à l'intérieur

J comme jouer

L'amour n'est pas jouer

K comme K.way

Sous la pluie on marchait

L comme lune

Je suis dans la lune

M comme miroir

Me renvoie notre histoire

N comme nuptial

Je marche sous le vitrail

O comme or

Le monde doux dehors

P comme pardonner

Je t'ai tout pardonné

Q comme quotidien

Le mien est lié au tien

R comme recette

Il n'y a pas de recette

S comme souvenirs

Les meilleurs à retenir

T comme toujours

On s'aime nuit et jour

U comme unis

Jusqu'à l'infini

V comme vie

Celle que l'on vit

W comme wagon

A la gare on se cherchait

X comme Xérès

L'amour et le vin jusqu'à l'ivresse

Y comme yeux

Les tiens sont bleus

Z comme Zanzibar

Trouvés par hasard.

(mai 2006).


poèmes,poètes,poésie,écriture,amour,auteur,culture

 

dimanche, 20 janvier 2019

RENCONTRE (petit texte écrit il y a 11 ans)

Guitare à la main et sac sur l'épaule, elle est venue s'asseoir sur la banquette, près de la fenêtre. Ses cheveux noirs étaient retenus par un élastique dans le cou. Elle lissait ses deux mèches longues, de chaque côté de ses yeux clairs. Elle écoutait un garçon et une fille raconter en riant leur journée au Lycée. Le tramway roulait en secouant les passagers. Ses yeux clairs, maquillés de noir et de gris, se fermaient de temps en temps. Elle chercha dans la poche de son sac l'heure. Elle arrivait bientôt à destination, à son cours avec le professeur qui la suivait depuis plusieurs mois. Elle ne voulait surtout pas arriver en retard...

nouvelles,textes brefs,écriture,rencontre,auteur,culture

 

mercredi, 09 janvier 2019

NUIT BLANCHE (Albert SAMAIN - Au Jardin de l'Infante)

Cette nuit, tu prendras soin que dans chaque vase

Frisonne, humide encore, une gerbe de fleurs.

Nul flambeau dans la chambre - où tes chères pâleurs

Se noieront comme un rêve en des vapeurs de gaze.

Pour respirer tous nos bonheurs avec emphase,

Sur le piano triste, où trembleront des pleurs,

Tes mains feront chanter d'angéliques douleurs

Et je t'écouterai, silencieux d'extase.

Tels nous nous aimons, sévères et muets.

Seul, un baiser parfois sur tes ongles fluets

Sera la goutte d'eau qui déborde des urnes.

Oh soeur ! et dans le ciel de notre pureté

Le virginal Désir des amours taciturnes

Montera lentement comme un astre argenté,

Ton souvenir est comme un livre bien aimé,

Qu'on lit sans cesse, et qui jamais n'est refermé,

Un livre où l'on vit mieux sa vie, et qui vous hante

D'un rêve nostalgique, où l'âme se tourmente.

Je voudrais, convoitant l'impossible en mes voeux,

Enfermer dans un vers l'odeur de tes cheveux ;

Ciseler avec l'art patient des orfèvres

Une phrase infléchie au contour de tes lèvres ;

Emprisonner ce trouble et ces ondes d'émoi

Qu'en tombant de ton âme, un mot propage en moi ;

Dire quelle mer chante en vagues d'élégie

Au golfe de tes seins où je me réfugie ;

Dire, oh surtout ! tes yeux doux et tièdes parfois

Comme une après-midi d'automne dans les bois ;

De l'heure la plus chère enchâsser la relique,

Et, sur le piano, tel soir mélancolique,

Ressusciter l'écho presque religieux

D'un ancien baiser attardé sur tes yeux.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Albert_Samain

 

 

poète,auteur,poésie,poèmes,albert samain,culture,écriture,littérature