Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 28 mars 2015

AU JARDIN, FLEURS et ARBUSTES

Un petit tour au jardin permet de faire le point de ce qu'il faudra faire dans les semaines à venir. Après les pluies du début de semaine, l'herbe pousse. Voici venu le temps de tondre.... Je m'y suis mise ces derniers jours.

Il me faut préparer les pots qui accueilleront les fleurs annuelles (pensées, oeillets, pétunias, bégonias, etc). J'ai fait le tri de ce qui a résisté à l'hiver, j'ai jeté ce qui est mort et les pots cassés. Les rosiers s'épanouissent. Les arbustes de printemps fleurissent.

Le terreau a été acheté il y a un mois et permettra les semis de légumes.

jardin,fleurs,jardinage,loisirs,saisons,printemps,société,journal intimejardin,fleurs,jardinage,loisirs,saisons,printemps,société,journal intimejardin,fleurs,jardinage,loisirs,saisons,printemps,société,journal intimejardin,fleurs,jardinage,loisirs,saisons,printemps,société,journal intimejardin,fleurs,jardinage,loisirs,saisons,printemps,société,journal intimejardin,fleurs,jardinage,loisirs,saisons,printemps,société,journal intimejardin,fleurs,jardinage,loisirs,saisons,printemps,société,journal intimejardin,fleurs,jardinage,loisirs,saisons,printemps,société,journal intimejardin,fleurs,jardinage,loisirs,saisons,printemps,société,journal intime

 

lundi, 23 mars 2015

DEFI n° 141 des Croqueurs - Thème : CHOCOLAT

Si j'étais un morceau de chocolat

Je me cacherai sous ton oreiller pour calmer tes faims

Je m'envelopperai dans le plus bel emballage pour te séduire

Si j'étais un morceau de chocolat

Pourrais-tu me désirer sans jamais me toucher ?

Me ferais-tu fondre sous ta flamme ?

Si j'étais un morceau de chocolat

Ressemblerais-je tellement aux autres 

Que tu ne me regarderais jamais ?

chocolat.jpg

 

 

 

 

 

 

 

(15.07.2008)

mercredi, 18 mars 2015

LA DROGUERIE

J'entre dans la droguerie avec maman. La lourde porte en bois annonce notre arrivée : une petite cloche est accrochée tout en haut. Ce qui frappe en entrant, c'est l'odeur de vernis, de peintures, de cires, le mélange de tout ce qui s'y vend.

Le droguiste nous accueille en lançant un bonjour un peu traînant. Il nous dévisage en abaissant ses petites lunettes. Il porte une blouse grise et nous demande ce que nous désirons. Maman a fait sa liste qu'elle débite aussitôt. Le droguiste la conseille pendant que je regarde les étagères qui grimpent jusqu'au plafond et la profondeur du magasin. Il disparaît derrière une porte, au fond de sa boutique, tout en parlant. Il en revient avec un pot : c'est la cire d'abeille que maman appliquera sur le bois de ses armoires. Elle cherche également des pinceaux pour repeindre la grille du jardin. Elle ne sait quelle taille prendre. Là encore, le droguiste lui montre un choix en la conseillant. Elle demande combien elle doit pour tous ses achats. En payant, ils parlent tous les deux du beau temps qui nous permettra de refaire les peintures extérieures. Nous aiderons papa et maman pendant les grandes vacances. Ainsi nous ne nous ennuierons pas et gagnerons notre argent de poche.

écriture,souvenirs,livre,auteur,recueil,culture,société,endance

dimanche, 15 mars 2015

INSPIRATION

Le coucher du soleil ramasse les couleurs et les lumières du jour, annonçant le repos. On se sent pleinement bien ici.

Les lumières du lever du soleil apportent les promesses du jour. Le soleil est encore frais et les paysages prennent des allures de fantômes.

poésie,poèmes,poètes,écriture,auteur,livre,recueil,écrivain,culture,société,littérature

(21.05.2008)

samedi, 07 mars 2015

LA LETTRE

Un matin, maman reçoit une lettre non affranchie, à mon nom. Le facteur lui demande de régler les frais de timbre et la taxe de non affranchissement. Cela met de mauvaise humeur maman. Qui peut bien écrire à sa fille qui n'a que 11 ans et sans mettre de timbre ? A l'ouverture, elle pousse des : "Oh ! Eh bien !". Elle la montre à toute la famille. J'en prends connaissance avec surprise : il s'agit d'une lettre d'un jeune garçon qui me donne rendez-vous à telle heure et à tel lieu de la ville. Il n'a pas signé. Je me demande qui a pu écrire. Bien sûr il n'est pas question que je me rende à ce rendez-vous car je n'ai pas de fiancé, ni d'amoureux. A cet âge là, pas encore. La lettre va jusque chez la voisine, ainsi mes petites copines sont mises au courant. Je suspecte bien un garçon qu'elles fréquentent. Il s'agit du fils du propriétaire du cinéma qui se trouve de l'autre côté de la rue. Mes voisines en sont amoureuses et aimeraient bien sortir avec lui. A chaque fois qu'il sort dans son jardin, elles filent lui parler.

Nous faisons notre enquête jour après jour mais nous ne parvenons pas à trouver le coupable.

souvenirs,nouvelles et textes brefs,écriture,journal intime,enfance,société,livre,recueil,elisa raconte

 

vendredi, 27 février 2015

MON PETIT JARDIN

C'est le printemps, Mon père achète des graines pour son potager. Il a préparé la terre et creuse des sillons. Il me montre comment placer ces graines. Quand il a terminé, il replace la terre délicatement, tasse le tout avec ses bottes et passe l'arrosoir pour bien mouiller le sillon.

Il attache le paquet vide en tête de ligne sur un petit piquet en bois.

Quelquefois il me donne les paquets presque vides. Il me montre une petite parcelle où je suis autorisée à planter quelques graines de carottes, de persil et même de fleurs. Je divise la parcelle en quatre parties et, avec ma pelle en plastique, je retourne la terre. Je dessine deux allées avec des petits cailloux.

Mon premier jardin est minuscule, je ne peux pas bêcher comme mon père car je ne suis pas aussi forte que lui mais je suis fière du résultat. Avec mon arrosoir en plastique, je mouille la terre chaque soir en rentrant de l'école. Je guette les premières pousses. Le jour où elles se décident à montrer le bout de leur nez, j'appelle mes parents et leur montre ces petites tiges fragiles qui fendent la croûte terreuse.

Je suis heureuse.

souvenirs,nouvelles et textes brefs,enfance,société,jardin,saison,jardinnage,jardin potager

mercredi, 25 février 2015

MES LECTURES, MES COUPS DE COEUR

PAYSAGES MAROCAINS de LAURA VANEL-COYTTE

livres,culture,recueils,écriture,société,romans,littérature,auteur,éditions,thebookedition

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après Istanbul et Venise, Laura VANEL-COYTTE raconte son séjour au Maroc de 2005 à 2008. Elle décrit son arrivée dans un pays inconnu d'elle, nous parle de ses rêves déçus, de ses rêves enchantés et magiques. Elle y mélange ses textes et poèmes qui parlent de souffrance mais aussi de bonheur, de beaux paysages, de l'accueil simple et chaleureux des habitants et de la vie qui se déroule sous ses yeux. J'ai aimé le contenu, la présentation avec diverses photos, les textes et poèmes que j'avais découverts au fil des années sur son blog quand elle vivait encore au Maroc et ceux écrits après son retour en France.

Pour découvrir le livre : http://www.thebookedition.com/laura-vanel-coytte-paysages...

 

Pour découvrir son blog : http://www.lauravanel-coytte.com/

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------

CARLA de Sylvie GRIGNON

livres,culture,recueils,écriture,société,romans,littérature,auteur,éditions,thebookedition

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Carla vit en 2078 dans un univers totalement aseptisé. Elle est pensionnaire d'une maison de retraite. Au fil des pages, Carla nous parle par épisodes de sa vie passée, de la lâcheté, des trahisons et de la souffrance des hommes et des femmes qu'elle a rencontrés.

J'éprouve beaucoup de sympathie pour le personnage central du livre qui dévoile petit à petit ses carnets écrits à différentes étapes de sa vie.

J'ai dévoré ce roman qui contient des passages très forts et très chauds, je n'en dis pas plus, à vous de le découvrir.

J'ai retrouvé dans CARLA la plume personnelle de Sylvie que j'avais découverte dans son premier roman ROUGE POLAR paru en 2013.

CARLA est paru en version numérique aux éditions LES ATELIERS DE GRANDHOUX : 

http://www.lesateliersdegrandhoux.com/Ebook.php?art=41&am...

 

Pour découvrir le blog de Sylvie GRIGNON : http://rougepolar.unblog.fr/

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------

ESTHER ET XERXES de Keyvan MOSTOFI et Dana BARBU

livres,culture,recueils,écriture,société,romans,littérature,auteur,éditions,thebookedition

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une très belle histoire d'amour racontée avec beaucoup de talent en écriture contemporaine. Les deux personnages qui se rencontrent par hasard grâce à Marc, ne savent pas que leurs sentiments vont devenir très profonds au fil des mois. Sarah ne veut tout d'abord pas avouer qu'elle est amoureuse de Keyvan.

Ce livre parle des différences pour arriver à une union : l'amour universel.

 

Pour découvrir le blog de Dana BARBU : http://seletpoivre.hautetfort.com/

 

 

dimanche, 15 février 2015

ALBERTINE DISPARUE (Marcel PROUST - extrait)

"Mademoiselle Albertine est partie" ! Comme la souffrance va plus loin en psychologie que la psychologie !

Il y a un instant, en train de m'analyser, j'avais cru que cette séparation, sans s'être revus, était justement ce que je désirais, et comparant la médiocrité des plaisirs que me donnait Albertine, à la richesse des désirs qu'elle me privait de réaliser, je m'étais trouvé subtil, j'avais conclu que je ne voulais plus la voir, que je ne l'aimais plus. Mais ces mots : "Mademoiselle Albertine est partie" venaient de produire dans mon coeur une souffrance telle que je sentais que je ne pourrais pas y résister plus longtemps. Ainsi ce que j'avais cru n'être rien pour moi, c'était tout simplement toute ma vie. Comme on s'ignore.

PROUST 1891 Cours de tennis Neuilly sur Seine.jpg

samedi, 07 février 2015

Mr ROUSSEAU

Un de mes professeurs m'a marqué plus particulièrement. Proche de la retraite, il enseignait le français en 5ème au collège que je fréquentais, collège qui était également un lycée. 

Trois lieux ont marqué son existence : sa ville natale, l'Afrique et la ville où il a passé la fin de sa vie.

Les jeunes de mon âge se souviennent de la célèbre 2 CV rouge qui se garait le matin et l'après midi devant l'établissement. Le professeur emmenait quelquefois des élèves avec lui.

Il commençait son cours avec sérieux puis, voulant partager ses souvenirs, il parlait de sa vie passée à Bamako, capitale du Soudan, l'actuel Mali. Il nous racontait des anecdotes sur les Touaregs, comment ils vivaient, quelles étaient leurs coutumes. 

Mr Rousseau avait exercé dans le cadre de l'éducation des fonctions de professeur, d'inspecteur en brousse et de directeur de cabinet au sein du ministère. Il interrompait ses cours quand un détail lui rappelait cette vie loin de la France qui devait certainement lui manquer. Nous écoutions ces récits qui nous semblaient d'un autre monde. A treize ans, nous étions si jeunes que nous ne connaissions presque rien.

Notre professeur ressemblait à Jean Gabin et impressionnait quand ses grands yeux clairs s'écarquillaient ou quand ses sourcils se fronçaient. Il était extraordinaire. Nous l'aimions bien ce "papy" sympathique. Pendant les grandes vacances, comme certaines de mes camarades, je lui ai envoyé une carte postale de Bretagne. Il venait de prendre sa retraite et il nous manquait déjà.

Dans sa ville, il était connu : il avait plusieurs cordes à son arc. Il animait d'ailleurs un club de tir à l'arc. Il était à la fois musicien, peintre, animateur, acteur, orateur, conteur et historien. Il a touché à tout avec réussite. En tant que peintre, il participait à de nombreuses expositions prestigieuses. Sa maison était tapissée de ses toiles. En tant qu'animateur, il participait à la mise en place de défilés en costumes historiques. En tant qu'acteur, il avait monté plusieurs pièces de théâtre dans sa commune.

souvenirs,anecdotes,écriture,journal intime,enfance,éducation nationale,professeur,société,écoles.

 

 

lundi, 02 février 2015

CITATIONS sur la VIEILLESSE

Les vieillards sont assez enclins à doter de leurs chagrins l'avenir des jeunes gens (HONORE DE BALZAC).

C'est une des pires humiliations de la vieillesse de ne rien recevoir que de la pitié (LAMENNAIS).

Peu de gens savent être vieux (LA ROCHEFOUCAULD, Maximes).

Les conseils de la vieillesse éclairent sans échauffer, comme le soleil de l'hiver (VAUVENARGUES, Réflexions et Maximes).

Le plus bel âge de l'amitié est la vieillesse.

Les ans ont beaucoup plus vu que les livres en ont connu.

Vieilles amours et vieux tisons s'allument en toutes saisons.

( en photo, détail d'une maison à RIQUEWIHR)

citations,société,seniors,auteurs,livres,culture,littérature lamennais,balzac