Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 12 septembre 2018

LA VIE AVEC TOI

La vie avec toi c'était le pain perdu trempé dans le lait que tu faisais dorer à la poêle. Les repas assis sur la moquette orange, entourés de quelques coussins. C'était les balades en voiture, dans la forêt, en Belgique ou à Amsterdam, les repas au restaurant, les pizzas, les tartes à la rhubarbe. Les 33 tours de musique américaine écoutés sur notre chaîne Hifi. C'était ta collection de timbres, de cartes postales et de pièces de monnaie. C'était la radio le samedi soir pour écouter les résultats des matchs de foot quand tu n'allais pas avec Jean Michel ou ton cousin Bernard dans le stade proche de notre studio. C'était ta collection de bouteilles de whisky vides alignées au-dessus de l'armoire. C'était tes cheveux longs et ta barbe, juste pour embêter ta mère. C'était les crêpes que tu voulais exactement rondes. C'était la bière, belge de préférence, tes verres et chopes de toutes les formes. C'était tes copains : Patrick, Michel et Didier qui passaient te voir dans notre studio en sortant des cours à la fac, ainsi que les parties de cartes avec Didier, Michel, Patrick ou Daniel. C'était nos rêves de maisons en pierres à retaper en Ardèche ou en Lozère. C'était notre projet de vie dans le sud.

Puis ce fût notre déménagement dans le sud où nous attendait une toute autre vie.

souvenir,amoureux,vie de couple,mariage,fiancés,vie commune

 

samedi, 11 avril 2015

UNE FOULE

Une foule d'hommes, de femmes et d'enfants descend l'avenue. Elle se mêle à la marée humaine qu'elle rencontre et forme un tourbillon à l'entrée du centre commercial. Sans fin, le tourbillon évolue dans un sens ou dans un autre. Le flux ne faiblit qu'à certains points de la place où un musicien se donne en spectacle pour le bonheur de quelques passants ou à l'occasion de rencontres entre amis. Je suis dans la foule et je me revois dans la même rue, celle de cette grande ville que je connais depuis très longtemps, certains jours d'automne où les couleurs sont moins vives dans les vitrines, dans les tenues portées par les passants et dans le ciel dévoilant sa fine couverture de nuages blancs. Je marche vers le centre commercial où je dois faire quelques achats après avoir avalé un plat chaud et un dessert dans un petit restaurant accueillant 

(03.10.08)

nouvelles et textes brefs,souvenir,ville,société,auteur,écriture,recueil,livre,culture,littérature

mercredi, 06 août 2014

PUCCI, CHIEN DE COMPAGNIE (Extrait de mon livre ELISA RACONTE)

Quand je suis née, mon grand-père avait un Berger allemand qu'il aimait beaucoup. Il l'avait recueilli et je savais que Tom n'avait plus de maître à l'époque où mon grand-père l'avait trouvé. C'était l'après guerre et sans doute le propriétaire était décédé ou reparti dans son pays.

J'étais encore bébé mais j'ai vu quelques photos de Tom dans un cadre de la salle à manger. Il était très beau. Quand ma mère me langeait, il me léchait les pieds.

Quand grand-père est parti à la retraite, Tom était décédé depuis plusieurs années. Tom était leur deuxième chien. Avant la guerre, un autre petit chien, à poils longs et qui s'appelait Furax, figure sur quelques photos. 

Un jour d'été, une voisine de mes grands-parents leur proposa un chiot. Ma grand-mère, connaissant bien cette voisine, ne refusa pas, appréciant l'idée d'avoir une nouvelle compagnie. Ce chien était petit, il avait le poil ras de couleur marron clair.

Quand j'arrivais chez grand-père chaque jeudi, j'ouvrais le portail près de sa niche et cherchais partout après lui. Je savais que Pucci était un brave toutou.

Quelquefois grand-père partait en Solex l'après midi, laissant grand-mère seule avec nous. Nous passions la voir pour raconter notre semaine à l'école et nous promener avec elle le long du canal ou dans les bois. Puis nous rentrions goûter. Il arrivait que Pucci, tout à coup, dressait les oreilles et courait vers la fenêtre donnant sur la rue. Il avait entendu le Solex bien avant nous. Il aboyait alors en courant vers la porte d'entrée. Grand-mère avait l'habitude, elle savait que Pucci ne se trompait jamais. C'était la fête quand grand-père franchissait le portail du jardin !

écriture,journal intime,souvenir,société,enfance,auteur,culture,littérature

jeudi, 26 septembre 2013

MES VACANCES EN ALSACE (3)

voyage,tourisme,saison,souvenir,alsacevoyage,tourisme,saison,souvenir,alsace

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les vignes et le vin en Alsace.  

voyage,tourisme,saison,souvenir,alsacevoyage,tourisme,saison,souvenir,alsace

vendredi, 01 mai 2009

CADEAU DE MA SUPERIEURE

muguet.jpgEn arrivant lundi au bureau, le matin, je trouve sur mon bureau un brin de muguet.

Ma supérieure avait pensé à ses secrétaires. Elle est pleine d'attentions pour nous toutes et je l'en remercie. Elle est vraiment très sympathique car jamais, depuis que je travaille (et cela fait beaucoup, beaucoup d'années.... ) je n'ai eu un tel cadeau.

jeudi, 13 septembre 2007

LE JOURNAL DE JULIETTE, LYCEENNE (1)

LA RENTREE DE JULIETTE AU LYCEE.

Les élèves de seconde et de première se sont dirigés à 13 h 45 vers le patio du lycée. Juliette retrouve ses amies, Claude et Marie Claire. Marie Claire redouble sa seconde. Elle est maintenant dans la classe de Juliette. Claude non. Malgré tout, elles se retrouveront toutes les trois dans la grande cour, au moment de la récréation. Juliette est surprise : le beau garçon brun qu'elle avait remarqué au bal du Lycée, au mois de juin, est là également. Elle pense qu'il doit avoir 18 ans car il est grand de taille et paraît plus âgé que les autres garçons du lycée. Elle s'assied près de Marie Claire, derrière le beau garçon brun. Le professeur distribue les emplois du temps. A 16 heures, elle dit : "Ouf ! la rentrée est passée !". Elle peut alors retourner chez elle.