Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 24 août 2016

ABSURDITES

 

La vie est pleine d'absurdités qui peuvent avoir l'effronterie de ne pas paraître vraisemblables. Et savez-vous pourquoi ? Parce que ces absurdités sont vraies.

 

(Luigi PIRANDELLO - Six personnages en quête d'auteur).

citations,culture,écriture,auteurs,sociétécitations,culture,écriture,auteurs,société

dimanche, 07 août 2016

LE PESSIMISTE

Le pessimiste ?

Un homme qui en veut à tous les autres hommes parce qu'il les trouve aussi dégoûtants que lui !

(Georges Bernard SHAW).

citation,auteur,écriture,livre,culture,littérature

 

 

 

 

 

 

Georges Bernard SHAW est un critique musical, dramaturge, essayiste, auteur de pièces de théâtre et scénariste irlandais (né le 26.07.1856 à Dublin - décédé le 02.11.50 à Ayot St Lawrence dans le Royaume Uni).

vendredi, 29 juillet 2016

LES CHIENS DE MON GRAND PERE

Sur les photos de mes grands-parents paternels, trois chiens, à différentes époques, posent devant le photographe.  Je n'en ai connu que deux mais je me souviens surtout du dernier.

Furax - Copie.jpg

FURAX dans les années 30 et 40 pose en famille ou seul avec mon père, devant la maison ou dans la cour.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

TOM, un magnifique Berger Allemand, que l'on appelait aussi TOTOM, avait été recueilli par mon grand-père juste après la seconde guerre. On racontait dans la famille qu'il errait dans les rues mais on n'a jamais su vraiment à qui il appartenait. Mes parents et grands-parents l'aimaient beaucoup. Après ma naissance, maman aimait raconter que TOM me léchait les pieds quand je posais sur la table de la salle à manger, sûrement quand maman me langeait. Je ne sais pas quand TOM est décédé, j'étais trop petite et certainement que sa disparition avait laissé un grand vide.

TOM Copie.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PUCCI, que j'ai bien connu dans les années 60 et 70, avait été donné par une voisine de mes grands-parents. Je me souviens qu'il courait à la fenêtre de la cuisine de mes grands-parents, celle qui donnait sur la rue, quand il entendait au loin le solex de grand-père arriver. Il courait ensuite comme un fou à la porte de la maison en aboyant sans arrêt. Quand PUCCI est décédé, le grand vide laissé n'a jamais été comblé, mes grands-parents pensaient qu'il était plus sage, vu leur grand âge, 80 ans et plus, de ne pas adopter un autre animal.

PUCCI  8 74  JPEG - Copie.jpgPUCCI LE 9 7 66  JPEG - Copie.jpg

 

 

vendredi, 22 juillet 2016

J'AI VU SIMONE ET PUIS OMAR

J'ai vu Simone

Qui s'époumone 

Et puis Omar

Qui en a marre

De la pluie

Qui sans bruit

Ruisselle

En eau de vaisselle.

 

PLUIE (2412 x 1834) - Copie.jpg

lundi, 18 juillet 2016

MEDECIN (citations)

Dans la pathologie nerveuse, un médecin qui ne dit pas trop de bêtises, c'est un malade à moitié guéri (Marcel PROUST, Le côté de Guermantes).

Les médecins sont les hommes d'affaires de la science. Quelques médecins ont la passion de leur science. Ils en sont les poètes ( Maurice SACHS, Derrière cinq barreaux).

Un médecin est un homme que l'on paie pour conter des fariboles dans la chambre d'un malade, jusqu'à ce que la nature l'ait guéri ou que les remèdes l'aient tué (Antoine FURETIERE).

citation,culture,auteur,écriture,livre,littérature

http://www.academie-francaise.fr/les-immortels/antoine-fu...

 

 http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-furetiere/

 

samedi, 18 juin 2016

JUSTE ELLE

On la disait

Un peu sauvage

Dans son jeune âge

Elle aimait l'anglais

Douce, mais aussi

Mal dégrossie

Un peu têtue

Disait sa mère

De sa voix pointue

Comme une vipère

Rarement jalouse

Elle avait le blues

Quand son Portugais

Un grand dadais

La négligeait 

Et allait draguer

Elle vacillait 

Et s'ennuyait

Toute sa jeunesse

Elle le confesse

La rendait cafardeuse

Comme l'eau de la Meuse.

poésie,poèmes,poète,écriture,vers,recueil,livre,société

 

samedi, 28 mai 2016

DANS LA FORET (souvenir d'enfance)

Nous passions de bons moments dans la forêt, les dimanches, dès que le printemps arrivait. Les feuilles de l'automne dernier, tombées sur le sol, formaient un tapis qui sentait bon.

Pendant que nos parents discutaient avec grand-père et grand-mère autour d'une petite table de pique nique, nous partions à la découverte du coin. Maman nous surveillait de temps en temps et nous demandait de ne pas nous éloigner. Comme Robinson sur son île, nous construisions une cabane avec les plus belles branches. Nous choisissions les plus solides pour qu'elles résistent au poids des branchages et feuilles que nous posions au-dessus. Cette cabane nous semblait très confortable avec son tapis de mousse et de feuilles.

Papa nous racontait que des sangliers passaient ici la nuit comme le jour. Nous cherchions alors des traces de leurs passages sur les sentiers encore humides. De temps en temps des craquements se faisaient entendre au loin. Nous nous cachions derrière un arbre, silencieux, espérant voir ces bêtes noires que nous avions découvertes dans la bande dessinée offerte à Noël par grand-mère. Je veux parler des aventures de Sylvain et Sylvette. Mais jamais nous n'avons vu de sangliers.

 

souvenirs,enfance,jeux,forêt,écriture,livre,nouvelles et textes brefs

mardi, 24 mai 2016

OREILLE

Les oreilles dans l'homme sont mal défendues. On dirait que les voisins n'ont pas été prévus. (Henri MICHAUX - Face aux Verroux).

auteur,écriture,livre,culture,littérature,citations

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'oreille est le sens préféré de l'attention. Elle garde, en quelque sorte, la frontière du côté où la vue ne voit pas. (Paul VALERY - Tel quel).

jeudi, 19 mai 2016

Extrait de UN DE BAUMUGNES, livre de Jean GIONO

De toute l'après-midi, bien sûr, il ne fallut pas penser à mettre la main sur Saturnin. Il était là-bas - je le voyais - dans le fin fond du verger à regarder dans la ramure des vieux arbres et, comme une fois je faisais mine d'y aller aussi, il s'écarta vers la saulaie en marchant comme les canards. Le grain, vous pensez bien, ça avait été trié et mesuré très vite, on avait à peine foulé un jour, et, quant à faire autre chose, il n'y fallait pas compter. A cette époque de l'année, toutes les heures c'est pour le blé ; alors je restai là, à regarder mon aire bien propre de goût d'artiste en fait d'aire, et souple au pied, et dure aux épis, et puis sa rondeur juste et l'air heureux qu'elle avait avec son poids de paille et de grain. C'était réussi. Je regardais aussi à quoi elle ressemblait dans le milieu de cette terre méchante : à un bouquet. Je regardais aussi la maison, la maison en pierre, les murs et les tuiles et le bois des volets, et le bois des portes, tout cela bien joint, bien fermé sur l'air noir du dedans et je ne pouvais pas arriver à comprendre pourquoi c'était si bien fermé, pourquoi on avait mis cet air du dedans à l'abri de nos mains et de notre oeil.

(Résumé : À la Buvette du Piémont, un vieux journalier est attiré par un grand gars qui paraît affreusement triste ; il provoque ses confidences : Albin vient de la montagne, de Baumugnes. Trois ans auparavant, il était tombé amoureux fou d’une fille qui s’est laissé séduire par le Louis, «un type de Marseille, un jeune tout creux comme un mauvais radis». Le Louis ne lui avait pas caché que son intention était de mettre la fille sur le trottoir. Depuis, Albin est inconsolable, traînant de ferme en ferme, sans se résoudre à remonter à Baumugnes. Alors le vieux, qui n’est que bonté, décide d’aider Albin.
Un de Baumugnes est le deuxième roman de la trilogie de Pan, les deux autres étant Colline et Regain.)

culture,écriture,livre,littérature,giono

culture,écriture,livre,littérature,giono

culture,écriture,livre,littérature,giono

culture,écriture,livre,littérature,giono

culture,écriture,livre,littérature,giono

lundi, 09 mai 2016

AU VILLAGE

Les vieilles maisons grises

S'endorment

La lumière se brise

Sous l'orme

On dirait que tout se meurt

Lentement

Pierrot frissonne de peur

En passant

Au-dessus de la source

Ancienne

Il a peur pour sa bourse

La scène

Des vieux assis sur un banc

Rassure

Ils racontent triomphants

L'aventure

De leur ami le berger

Négligé

Parti dans les Cévennes

Pour Hélène

Pierrot pressé de rentrer

Regarde

Les vieux murs gris soupirer

Bavarde

Etait la rue cet été

Désertée

Même les chèvres sont rentrées

Fatiguées.

poésie,poème,poète,écriture,campagne,village