Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 29 juillet 2008

AU COEUR DE L'ETE

Menton la nuit.jpgAu coeur de l'été, la ville s'engourdit.

La place est déserte, quelques rares passants vont sous le soleil.

Enfin, le vent se lève après l'orage pesant.

Un concert est annoncé, déjà la musique s'élève quand le soir tombe.

Un peu de bonheur, dans la langueur de la saison, s'attarde avant la nuit.

jeudi, 03 juillet 2008

LES FENETRES ETAIENT FERMEES

Les fenêtres étaient fermées obstinément. Leur teint brouillé, leurs yeux vides et leurs rides témoignaient de nombreuses années passées dans cet endroit.

Calfeutrés dans leurs bureaux surchauffés, ils restaient indifférents à la chaleur ambiante. Le ventilateur tournait mais cet objet ridicule brassait un air devenu irrespirable.

Les yeux immobiles sur leurs écrans, ils exécutaient des tâches ingrates dans un silence religieux.

Dehors, un vent rafraîchissait les passants et dérangeait leur chevelure.

J'ai eu envie de leur crier : "ouvrez cette fenêtre !". Mais j'étais devenue comme eux, inerte, déjà vaincue, prisonnière de leurs habitudes....

mardi, 24 juin 2008

QUELQUE CHOSE QUI BOUILLAIT

Cet amour là était comme une bouffée d'air pur, quelque chose qui bouillait au fond d'elle-même depuis de nombreuses années, qui soudain réapparaissait, un immense bonheur envahissait tout son être ....

nuages étalés.jpg

mercredi, 21 mai 2008

INSPIRATION

Le coucher du soleil ramasse les couleurs et les lumières du jour, annonçant le repos. On se sent pleinement bien ici.

Les lumières du lever du soleil apportent les promesses d'un jour. Le soleil est encore frais et les paysages prennent des allures de fantômes...

(inspiré par Corinne - LUMIERES -, http://laplume-de-giacometti.net )290791495.jpg

lundi, 21 avril 2008

UNE ESCAPADE A LILLE

Nous partons pour LILLE après avoir quitté mon beau-père.

Nous traversons la DEULE et tournons à gauche. Nous nous arrêtons devant un petit immeuble. Nous prenons deux photos de la fenêtre de l'appartement que nous avions loué pendant 2 ans, au début de notre mariage.

Nous nous dirigeons ensuite vers les fortifications VAUBAN. Nous essayons de retrouver la Pizzeria où nous mangions certains soirs. Ensuite, direction le centre ville par la rue Solférino.

Il nous faut trouver un parking pour pouvoir y laisser notre voiture.

Nous tournons, retournons, sans pouvoir trouver l'entrée de ce parking appelé Le Nouveau Siècle (ancien diplodocus). Nous en profitons pour prendre de nouvelles photos de maisons typiques de la région, en surveillant qu'aucun agent de police ne se trouve dans le quartier. Nous sommes près du Tribunal. Enfin, nous arrivons à l'entrée du parking souterrain où nous laissons la voiture.

Place Rihour, sous le soleil, nous posons devant les jets d'eau pour deux autres photos. Nous nous dirigeons ensuite vers une petite rue où nous achetons des tee shirts ch'tis à offrir à toute la famille dans un magasin que mon mari connaît bien. Nous marchons rue de Béthune et nous retrouvons sur la Place du Théatre. Nous prenons quelques photos de maisons anciennes, du Beffroi, de la devanture d'un restaurant proposant la fameuse Flamiche au Maroilles et quelques plats typiques de la région.1508024587.jpg

Rue Nationale, je regarde vers Le Printemps et la Banque où j'ai travaillé quelques mois au début de ma carrière professionnelle.

Nous repartons vers la gare où ma petite fille me demande de lui acheter un sac blanc.... Nous entrons chez Tati et montons à l'étage admirer les robes de mariées et de demoiselles d'honneur, ainsi que les sacs. Ma petite fille choisit le sien. Elle a de la chance car il n'en reste qu'un de cette couleur. Comme il lui plait, je passe à la caisse pour payer. Elle est toute contente.

Nous entrons à la FNAC et achetons 2 CD et un DVD. Il nous faut patienter à une des 3 caisses. Ce sont les vacances et les acheteurs sont nombreux en cette période.

Nous décidons ensuite de rentrer après avoir bien marché. Nous récupérons notre voiture et retournons à Lambersart....

samedi, 09 février 2008

RENCONTRE

Guitare à la main et sac sur l'épaule, elle est venue s'asseoir sur la banquette, près de la fenêtre. Ses cheveux noirs étaient retenus par un élastique dans le cou. Elle lissait ses deux mèches longues, de chaque côté de ses yeux clairs. Elle écoutait un garçon et une fille raconter en riant leur journée au Lycée. Le tramway roulait en secouant les passagers. Ses yeux clairs, maquillés de noir et de gris, se fermaient de temps en temps. Elle chercha dans la poche de son sac l'heure. Elle arrivait bientôt à destination, à son cours avec le professeur qui la suivait depuis plusieurs mois. Elle ne voulait surtout pas arriver en retard...

mardi, 29 janvier 2008

IMAGINEZ ...

Imaginez ... un chemin de terre et de cailloux, une rangée d'arbres sauvages sur le côté. Imaginez que vous marchez sur ce chemin en forme d'arc de cercle qui tourne vers la gauche.... Sur le côté droit, un grand carré de terre planté de rangées de vignes... Le silence est presque complet, on n'entend que le bruit des rares voitures sur la route derrière les grands arbres. L'air est tiède. Le soleil est là, presque arrivé à la ligne d'horizon, à cette heure.

Au bout du chemin on trouve un abri creusé dans un mur de pierres. Deux chaises vous attendent autour d'une table creusée dans la pierre centrale. Autour de cet abri, une banquette en pierre fait le tour de la petite pièce ouverte sur le paysage. C'est ici que viennent s'abriter les randonneurs ou le vigneron quand la pluie se met à tomber.

Vous pouvez poursuivre votre chemin ....