Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 11 mars 2008

Extraits de PELERINAGE AUX SOURCES de Lanza Del Vasto

La vengeance reste sans doute supérieure à la soumission passive, efféminée, impuissante, mais la vengeance aussi est faiblesse. Car le désir de vengeance naît de la crainte.

Celui qui ne craint nul homme trouverait pénible de devoir se mettre en colère contre quelqu'un qui essaye en vain de lui faire du mal. Il faut avoir du courage pour renoncer à la violence. Il faut montrer son courage par son refus de la violence.

Le non violent est sûr de la victoire pourvu qu'en soi il ait vaincu la peur.

La non violence n'est pas chose qu'on réalise mécaniquement. Elle est la plus haute qualité du coeur. D'ailleurs, elle s'acquiert par la pratique.

14:58 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : culture, écriture, livres

vendredi, 29 février 2008

SYLVAIN (extrait de LA MAISON DANS LA DUNE de Maxence VAN DER MEERSCH )

Il est ainsi des coins dont, on ne sait pourquoi, l'aspect vous charme, vous prend sans résistance, vous fait soudainement reconnaître et aimer la beauté. Souvenirs inconscients, rappelés obscurément dans les profondeurs de la mémoire ? Rappel de vieilles images ? Réalisation d'un idéal lentement formé au fond de l'être ? Sylvain ne savait pas où il avait déjà vu ce coin, pourquoi il le reconnaissait, l'aimait, en retrouvait avec plaisir les détails. Mais indiscutablement, tout cela lui était familier. Il en avait dû rêver déja. C'était dans ce décor que se passaient les histoires que jadis on racontait à son enfance. Tout était comme il fallait que ce fût. Et, sans étonnement, Sylvain quitta sa route, descendit le chemin herbeux qui menait à l'auberge, et s'assit sur une chaise rustique, devant une vieille table de chêne dont le bois raclé au verre se creusait et se vallonnait par place. Et il attendit l'aubergiste, il laissa errer son regard autour de lui, sur ces choses inconnues et cependant familières.

dimanche, 17 février 2008

LES VEUVES (BAUDELAIRE)

Avez-vous quelquefois aperçu des veuves sur ces bancs solitaires, des veuves pauvres ?

Quelles soient en deuil ou non, il est facile de les reconnaître. D'ailleurs, il y a toujours dans le deuil du pauvre quelque chose qui manque, une absence d'harmonie qui le rend plus navrant. Il est contraint de lésiner sur sa douleur.

Le riche porte la sienne au grand complet.

Quelle est la veuve la plus triste et la plus attristante, celle qui traîne à sa main un bambin avec qui elle ne peut pas partager sa rêverie, ou celle qui est tout à faire seule ? Je ne sais ... Il m'est arrivé une fois de suivre pendant de longues heures une vieille affligée de cette espèce ; celle-là roide, droite, sous un petit châle usé, portait dans tout son être une fierté de stoïcienne. 

Elle était évidemment condamnée, par une absolue solitude, à des habitudes de vieux célibataire, et le caractère masculin de ses moeurs ajoutait un piquant mystérieux à leur austérité.

samedi, 02 février 2008

L'ARBRE D'ANNE

Fin 2007, la municipalité d'AMSTERDAM avait délivré l'autorisation d'abattre le marronnier décrit par Anne FRANCK dans son livre pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Attaqué par les parasites et en grande partie pourri, l'arbre de 27 tonnes est sauvé pour 5 à 10 ans encore.

(J'ai gardé le livre d'Anne Franck, son journal. Je l'avais lu à l'âge de 17 ans.)

dimanche, 13 janvier 2008

LA VOUIVRE (Marcel Aymé - extrait)

"Vers huit heures du matin, Arsène aiguisait sa faux lorsqu'il aperçu à quelques pas de lui une vipère glissant sur l'herbe rase entre deux andains.

Un frisson lui passa sur l'échine et son coeur se serra d'une légère angoisse, comme il lui arrivait parfois dans les bois lorsqu'il entendait le bruit d'un remuement dans les branches profondes d'un buisson. A l'âge de cinq ans, un jour qu'il cueillait du muguet, il avait mis la main sur un serpent et l'aventure lui avait laissé l'horreur des reptiles. La vipère filait comme un trait, le corps à peine ondulant, sa tête plate immobile, surveillant le garçon de son petit oeil au regard prompt comme celui d'un oiseau".

samedi, 05 janvier 2008

PLUIE

L'averse, toute la nuit, avait sonné contre les carreaux et les toits. Le ciel bas et chargé d'eau semblait crevé, se vidant sur la terre, la délayant en bouillie, la fondant comme du sucre. Des rafales passaient pleines d'une chaleur lourde. Le ronflement des ruisseaux débordés emplissait les rues désertes où les maisons, comme des éponges, buvaient l'humidité qui pénétrait au-dedans et faisait suer les murs de la cave au grenier.

Guy de Maupassant Une vie.

22:40 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : Culture, livre, écriture

samedi, 29 décembre 2007

LE CHAPEAU DE LA FEE

Ce soir, dans le ciel noir, Clémence remarque une petite lumière qui se balance au vent.

"C'est peut être une étoile filante qui a perdu son chemin", suggère Petit Oiseau. "Regardez ! elle arrive vers nous" dit Petit Chat. "Tiens elle a une forme pointue, on dirait un chapeau" dit Ribambelle. "Oui c'est mon chapeau" dit une belle fée en s'approchant des enfants. "C'était une étoile que j'ai soignée lorsqu'elle est tombée sur la terre. Depuis elle ne me quitte plus".

La fée détache alors son brillant chapeau et, surprise, au-dessous il y en a un plus petit et un plus petit encore dessous.

"Tenez les enfants, mettez-les", propose la belle dame, "et venez-vous promener ; ce soir, nous serons les étoiles du ciel noir".

vendredi, 28 décembre 2007

LE CADEAU OUBLIE (histoire)

Il pleut ce matin et Clémence, sitôt habillée, court chercher ses bottes jaunes. Mais au fond de la botte gauche, son pied rencontre un objet dur : c'est un petit paquet oublié là depuis Noël. Un petit oeuf de Pâques est endormi à l'intérieur. "Que se passe-t-il" dit-il en s'éveillant, "je n'entends pas les cloches ?". Tout doucement, Clémence à installé l'oeuf dans le nid de Petit Oiseau et lorsque Pâques arrivera, l'étoile filante viendra le chercher et le couchera en riant sur les aiguilles de son sapin.....

jeudi, 27 décembre 2007

UNE PETITE HISTOIRE

LES ETOILES DEVENUES FILANTES :

Ce matin, Clémence regarde le plafond de sa chambre et se dit : "c'est bien triste tout ce blanc".

"il faudrait le peindre", dit Ribambelle , "et si nous dessinions un vrai ciel", suggère Petit Chat ?

"Bonne idée, je cours chercher la peinture" dit Petit Oiseau.

"Là je dessine la dernière étoile" dit Clémence au bout d'un moment.

Tous s'assoient par terre et battent des mains.

"Que c'est joli ! J'ai vu une étoile filante" crie tout à coup Rigodon, le Petit Ours.

"Vite, fais un voeu" dit Ribambelle, "mais, chut, ne le dis pas tout haut".

Et quelques instants plus tard, toutes les étoiles devenues filantes se mirent à danser au ciel de la petite chambre.

vendredi, 14 décembre 2007

CADEAU

Voici le cadeau que j'offre à mes parents pour NOEL :

mon recueil de 36 souvenirs.