Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 05 août 2012

SAGESSE (Paul GERALDY)

Ne soyons pas trop exigeants,

Le Bonheur n'est pas accessible

A toutes sortes de gens.

Il faudrait être moins sensible,

Ou bien avoir beaucoup d'argent...

Ne demandons pas l'impossible,

Nous devons nous trouver contents

D'être les êtres que nous sommes :

Des amoureux intermittents

Qui sont fous l'un de l'autre en somme

De temps en temps.

C'est déjà beaucoup d'être deux,

Deux côte à côte sur la Terre,

Qui peuvent souffrir entre eux

Et vivre sant trop se taire.

Et si l'on est plus exigeant,

Si l'on se sent en y songeant

L'âme encor trop célibataire,

C'est qu'on a mauvais caractère...

Ou qu'on est trop intelligent.

poésie,poèmes,écriture,poète,société,amour

 

jeudi, 26 juillet 2012

APRES LES MATINS FRAIS

La terre s'empourpre et fond

Après les matins frais

Le soleil donne le ton

Des journées de l'été

Les mots s'écrivent un jour

Et puis un autre jour.

poèmes,poésie,poète,écriture,société,été

vendredi, 20 juillet 2012

IL RESTE PEU DE TEMPS

Le soleil dessèche un peu plus les brindilles

Le silence de l'après midi inquiète

Les fleurs attendent le coucher

Du soleil pour boire enfin

Et les abeilles travaillent

Il reste peu de temps pour profiter

D'un ciel sans nuages.

eté,soleil,vacances,société,poèmes,poésie,poète,écriture

samedi, 02 juin 2012

LA LUNE DES FLEURS (Marceline DESBORDES VALMORE - 1786-1859)

Douce lune des fleurs, j'ai perdu ma couronne !

Je ne sais quel orage a passé sur ces bords.

Des chants de l'espérance il éteint les accords.

Et dans la nuit qui m'environne,

Douce lune des fleurs, j'ai perdu ma couronne !

 

Jette-moi tes présents, lune mystérieuse.

De mon front qui pâlit ranime les couleurs ;

J'ai perdu ma couronne et j'ai trouvé des pleurs ;

Loin de la foule curieuse,

Jette-moi tes présents, lune mystérieuse.

 

Entrouve d'un rayon les noires violettes,

Douces comme les yeux d'un séduisant amour.

Tes humides baisers hâteront leur retour.

Pour cacher mes larmes muettes

Entrouve d'un rayon les noires violettes.

poésie,poèmes,écriture,poète,livres,auteur,fleurs

 

 

samedi, 17 mars 2012

MA MERE (THEODORE DE BANVILLE - 1823-1891)

Bien que né à Moulins, Théodore de Banville se veut poète parisien.

Venu dans la capitale à l'âge de 7 ans, ce fils d'aristocrates républicains, refusant l'ordre bourgeois, cette "apothéose de l'épicerie", affirme très tôt son engouement pour la poésie.

Ami de Baudelaire, ses poèmes, salués comme des chefs-d'oeuvre par Hugo et Gautier, en font un chef de file des jeunes poètes, des Parnassiens notamment. Daudet, Mallarmé, Maupassant, Verlaine, Courteline, Coppée fréquentent son salon.

Il imite les genres poétiques moyenâgeux, écrit des pièces de théâtre en vers... Mais son étoile pâlit avec l'arrivée, sur le devant de la scène poétique, des symbolistes.

Sur la fin de sa vie, la prose l'emporte sur la poésie.

Le maître a été dépassé par ses disciples mais n'en éprouve aucune amertume.

 

A MA MERE

 

Lorsque ma soeur et moi, dans les forêts profondes,

Nous avions déchiré nos pieds sur les cailloux,

En nous baisant au front tu nous appelais fous,

Après avoir maudit nos courses vagabondes.

Puis, comme un vent d'été confond les fraîches ondes

De deux petits ruisseaux sur un lit calme et doux,

Lorsque tu nous tenais tous deux sur tes genoux,

Tu mêlais en riant nos chevelures blondes.

Et pendant bien longtemps nous restions là blottis,

Heureux, et tu disais parfois : O chers petits !

Un jour vous serez grands, et moi je serai vieille !

Les jours se sont enfuis, d'un vol mystérieux,

Mais toujours la jeunesse éclatante et vermeille

Fleurit dans ton sourire et brille dans tes yeux.

auteur,poésie,poète,poèmes,écriture,société

 

 

samedi, 18 février 2012

DUALISME (Paul GERALDY)

Chérie, explique-moi pourquoi

Tu dis "MON piano, MES roses",

et : "TES livres, TON chien"... pourquoi

Je t'entends déclarer parfois :

"c'est avec MON argent à MOI

Que je veux acheter ces choses."

Ce qui m'appartient t'appartient.

Pourquoi ces mots qui nous opposent :

le tien, le mien, le mien, le tien ?

Si tu m'aimais tout à fait bien,

Tu dirais : "LES livres, LE chien"

Et : "NOS roses".

 

(En photo : pigeons dans une rue de Montpellier)

poésie,poèmes,poète,écriture,chansons

 

dimanche, 22 janvier 2012

QUELQUE PART

Les jours anciens fuient

Dans l'encre de la nuit

Les paroles s'envolent

Les pensées se bousculent

Et les idées changent

Comme les temps changent

Idées noires ou bonnes

N'en dire à personne

Qui pourrait les vendre

Sans pouvoir se défendre

Les gens absents parlent

Seule la pluie pleure

Les souvenirs meurent

Je reste fidèle

A moi, à vous

A toi, à tous

Ceux qui m'aiment quelque part

Ce n'est pas par hasard.

écriture,poèmes,poète,société

jeudi, 05 janvier 2012

RAMER

Chacun cherche sa place

Dans un monde de rapaces

Car pour être efficace

Il faut faire des brasses.

On se bouscule et toujours

Avec le monde autour

On vous demande de ramer.

Après le "non", il y a "mais"

Puis le "vous" et "je voudrais"

Puis le "pas" et "j'aimerais"

Et toutes les résolutions

Se découpent en portions

Réduites presqu'à néant

Car sans aucun contenant.

poésie,poème,société,écriture,poète

 

samedi, 17 septembre 2011

LA FEE

Et j'ai cru voir la fée au chapeau de clarté

Qui jadis sur mes beaux sommeils d'enfant gâté

Passait, laissant toujours de ses mains malformées

Neiger de blancs bouquets d'étoiles parfumées.

(Stéphane MALARME)

poésie,poèmes,poète,livre,auteur,société,culture,littérature

mercredi, 17 août 2011

UN JOUR D'ETE (Maurice FOMBEURE)

Le tonnelier tonnèle,

Le bourrelier bourrèle,

Le soleil interpelle,

Frappe un bouclier d'or,

Flambe au pennon des aigles

A la cime des ifs,

Fait virer sur les murs

L'ombre bleue des centaures,

Du lézard engourdi

-Cendre et cadran solaire -

Palpitant d'émeraude

De bronze reverdi.

Sur la rivière glisse

Le chant lourd des rameurs,

La douce soie des cuisses

O nymphes du terroir !

Jusqu'au soir solitude

A l'horizon changeant,

Déclin que nul n'élude,

Gendarmerie d'argent.

La belle des jardins :

Sur ses blanches épaules

S'est égaré soudain

Le souffle frais des saules.

Voici les voix du songe

Apaisées, incertaines,

Quand les bruits de la rue

Coulent dans les fontaines.

poésie,poète,poème,écriture,été,saison,livre,auteur