Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 19 septembre 2019

LES AMIS INCONNUS (Jules Supervielle)

Il vous naît un poisson qui se met à tourner
Tout de suite au plus noir d'une lame profonde,
Il vous naît une étoile au-dessus de la tête,
Elle voudrait chanter mais ne peut faire mieux
Que ses sœurs de la nuit, les étoiles muettes.


Il vous naît un oiseau dans la force de l'âge
En plein vol, et cachant votre histoire en son cœur
Puisqu'il n'a que son cri d'oiseau pour la montrer,
Il vole sur les bois, se choisit une branche
Et s'y pose ; on dirait qu'elle est comme les autres.


Où courent-ils ainsi ces lièvres, ces belettes,
Il n'est pas de chasseur encore dans la contrée
Et quelle peur les hante et les fait se hâter,
L'écureuil qui devient feuille et bois dans sa fuite,
La biche et le chevreuil soudain déconcertés ?


Il vous naît un ami et voilà qu'il vous cherche,
Il ne connaîtra pas votre nom ni vos yeux,
Mais il faudra qu'il soit touché comme les autres
Et loge dans son cœur d'étranges battements
Qui lui viennent des jours qu'il n'aura pas vécus.


Et vous que faites-vous, ô visage troublé,
Par ces brusques passants, ces bêtes, ces oiseaux,
Vous qui vous demandez, vous, toujours sans nouvelles :
Si je croise jamais un des amis lointains
Au mal que je lui fis, vais-je le reconnaître ?


Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.

amis,poète,poème,chanson,chanteur,musique,guitare,vidéo amitié,amis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

Jules Supervielle (1884-1960), Les amis inconnus, 1934

Commentaires

Je n'avais jamais eu l'occasion d'entendre parler Jules Supervielle. Merci beaucoup ! J'aime sa poésie. Ce vers "il vous nait une étoile au-dessus de la tête", c'est tellement beau.

Écrit par : Bonheur du Jour | vendredi, 20 septembre 2019

Que c'est beau !! Et je découvre. Merci pour ce partage.
Bises Elisabeth

Écrit par : Kimcat | samedi, 21 septembre 2019

Merci pour ce partage Elisabeth.bon week end pour toi aussi.⁷

Écrit par : Mado | samedi, 21 septembre 2019

Supervielle apparaît au détour de la poésie dont je parle chez moi
parie "ce(ux) que j'aime" que tu lis peu
Merci pour ta lecture de ce que j'écris
Pour la partie de pétanque, le sujet est plus le souvenir mon grand-père que le jeu; comme les autres, tu n'as pas compris

Écrit par : laura | dimanche, 22 septembre 2019

Merci Elisabeth de me faire découvrir ce magnifique poème

Écrit par : ulysse | dimanche, 22 septembre 2019

Ulysse : de temps en temps je puise dans mes livres de poésies diverses. Bon dimanche.
Laura : je passe une demi heure par semaine sur ton blog, j'essaie de partager mon temps avec les autres bloggueurs, le temps n'est pas élastique malheureusement. Alors donc c'est bien de ton grand père dont tu parlais dans ton texte sur la pétanque. J'avais vu un commentaire sur le site où tu as déposé ton texte, tu disais le contraire. C'est pour ça que je n'ai pas compris.
Mado : merci de ton passage ici et bonne soirée.
Béa : merci et à bientôt sur ton blog. Bises.
Bonheur du jour : je lis de temps en temps des poètes pas très connus. Ce texte me plaisait. Bon dimanche.

Écrit par : elisabeth | dimanche, 22 septembre 2019

Bonjour,
J'envoie ma participation et ils la publient
Je ne vois où j'ai dit que ce n'était pas mon grand-père le sujet

Écrit par : laura | lundi, 23 septembre 2019

Laura : tu as écrit : faux souvenirs...
Voilà le lien, j'ai donc cru que ce n'était pas un souvenir pour toi de ton grand père.
http://samedidefi.canalblog.com/archives/2019/09/21/37635302.html

Écrit par : ELISABETH | lundi, 23 septembre 2019

relis tous les commentaires et le texte et tu comprendras peut-être

Écrit par : laura | dimanche, 06 octobre 2019

C'est un joli poème que je découv re grâce à toi. Bisous

Écrit par : écureuil bleu | mardi, 08 octobre 2019

Écrire un commentaire