Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 15 septembre 2019

Pascal, Jean Louis, Didier, Lionel, Serge et les autres.

Mon premier amoureux s'appelait Pascal. J'étais dans sa classe, à l'école maternelle qui était mixte. Il était blond et avait un visage d'ange, c'était mon avis. Un jour, en rentrant de l'école, pour exprimer mon amour pour ce petit garçon, je dis à ma mère : "je voudrais un petit frère qui s'appelle Pascal M....". Ma mère m'a écoutée sans comprendre vraiment, elle a souri et n'a pas relevé.

Mon deuxième amoureux s'appelait Jean Louis, fils de fermier. Je ne le voyais qu'à la sortie de la messe le dimanche, j'avais 11 ans et lui aussi, l'école des garçons était séparée de l'école des filles à l'époque. Il n'était pas amoureux de moi, il n'avait aucun regard pour moi, je le trouvais juste très beau. 

Mon troisième amoureux s'appelait Didier, nous étions ensemble dans la même classe au lycée. J'avais tellement peur de lui avouer que je n'ai jamais pu lui en parler. Nous avions tous les deux 16 ans. Il a attendu le dernier jour de classe, au mois de juin, pour m'écrire (au dos de la photo de classe) qu'il pensait à moi toutes les nuits, mais je ne l'ai pas cru puisqu'il sortait avec Claudine depuis 8 mois.

Mon quatrième amoureux s'appelait Lionel, il habitait Paris et louait avec ses parents, sa soeur et leur petite bonne (ses parents étaient boulangers) une maison de vacances dans la même petite ville que celle où j'avais l'habitude de passer mes vacances. D'habitude ils partaient au Pays Basque. C'était au mois de juillet 1970, j'avais 18 ans et lui 20. Ses parents étaient amis avec un autre couple de vacanciers parisiens qui logeaient dans le même immeuble de vacances que le nôtre. Ils avaient décidé de changer de lieu de vacances, oubliant le Pays Basque pour une année. Nous avons dansé plusieurs slows ensemble, lors d'une soirée dans une salle du village mise à disposition pour les jeunes, avec disques et tourne disques, tables et chaises. Après les vacances, comme ses parents avaient donné leur adresse à ma mère avec laquelle ils avaient sympathisé, je lui ai écrit que je désirais le revoir. Il devait d'abord aller faire son service militaire. Nous nous sommes revus deux ans après, dans son studio. Après cette dernière rencontre, il a arrêté de m'écrire.

souvenirs,enfance,amour,amoureux,école

Mon cinquième amoureux s'appelait Serge, il était marin sur le Porte-avions Clémenceau à Toulon et voyageait beaucoup. Ses parents habitait la petite ville où je passais mes vacances d'été avec mes parents depuis une dizaine d'années. On s'était rencontré avec ma soeur et ses copains au bar devant l'église du village, pendant le mois de juillet. On se retrouvait tous à la plage les après midi. Ils y allaient en mobylette et nous en voiture avec mon père. Nous nous sommes envoyé régulièrement des lettres amicales pendant presque deux ans. Puis, ce fut le silence complet. Je sais maintenant qu'il avait rencontré une fille de sa petite ville et qu'il s'était marié avec elle deux ans après avoir cessé toute correspondance avec moi.

Et puis il y a eu mon mari. Je travaillais depuis 3 mois dans un syndicat quand deux employés sont partis à la retraite. Il fallait donc les remplacer. Mon futur mari s'est présenté pour un entretien d'embauche et il a été choisi.

Commentaires

Et c'était toi qui faisait l'entretien "d'embauche" ? ;-)

Écrit par : Gilsoub | dimanche, 15 septembre 2019

Bonjour Élisabeth,
j'aime bien ce genre de note!
Un peu plus de détails au sujet de la rencontre n'aurait pas nui :-)

Bonne journée!

Écrit par : Ambre Neige | lundi, 16 septembre 2019

Gibsou : je n'étais qu'une secrétaire, c'était donc le secrétaire général et aussi le Président du Syndicat qui faisaient les entretiens d'embauche. Je n'avais que 20 ans. Bonne semaine.
Ambre neige : merci ! je n'ai pas voulu entrer dans le détail pour ne pas alourdir la note. Nous n'étions que collègues, il a fallu attendre 3 mois avant de se décider à sortir ensemble, le temps de voir si nous avions des goûts communs. Bonne semaine.

Écrit par : ELISABETH | lundi, 16 septembre 2019

Bonjour Elisabeth. Tu évoques bien ces premiers amoureux, rencontrés à l'école ou au travail... Bisous

Écrit par : écureuil bleu | lundi, 16 septembre 2019

Ecureuil : comme j'en ai parlé dans mon livre Les Petits Carnets Bleus mais que beaucoup ne l'ont pas lu, je fais une petite note où j'évoque les principaux amoureux de ma vie (il y en a eu d'autres mais ce fut bref pour eux). Bonne soirée et bises.

Écrit par : ELISABETH | lundi, 16 septembre 2019

Bonjour Elisabeth,
Comme j'ai aimé ton récit. Me voilà à mon tour à faire dans ma tête le tour de "mes amoureux" !
Une narration très agréable à lire.
L'important est le final ... nos maris !
Belle journée

Écrit par : Petits Bonheurs | mardi, 17 septembre 2019

Petits bonheurs : alors j'ai touché le coeur de mes commentateurs depuis dimanche ! bonne journée et merci.

Écrit par : ELISABETH | mardi, 17 septembre 2019

Agréable à lire ton texte récapitulatif ! Bonne soirée . Cordiales amitiés & à +

Écrit par : Gabray | mardi, 17 septembre 2019

Bonjour Elisabeth... Ah je suis battue alors, même si à l'école gardienne je ne me souviens plus qui m'a plu, en primaire et secondaire c'était juste école de filles... Puis un soir de bal il y a un p'tit français venu danser, cela n'a pas duré entre nous, un peu plus tard j'y ai retrouvé un ancien voisin de rue... ah celui-là je l'avais repéré, en plus son frère cadet allait en classe avec le mien... 46 ans de mariage depuis !!! Bises

Écrit par : jill bill | mercredi, 18 septembre 2019

Jill Bill : une belle histoire au final ! il est rare de rester si longtemps mariés alors profitez bien de tout. Bises.

Écrit par : ELISABETH | mercredi, 18 septembre 2019

bonjour Elisabeth je viens de lire tes derniers articles , et je commente sous celui -ci qui m 'à bien plus
j' ai bien aimé quand tu évoquent tes amouraux , surtout l 'évocation de celui du porte- avion Clémenceau , mes amoureux , ont été des marins , c'est ainsi en BRETAGNE , la mer nous entoure toujours rires ...
bonne journée d'automne , je vais surement aller visiter quelques patrimoines c'est la journée porte ouvertes

merci de ta visite et commentaire sur le tableau

@ kénavo Elisabeth

Écrit par : monica-breiz | dimanche, 22 septembre 2019

moi, j'ai lu les "Carnets bleus"
et si toi, tu ne lis que ce que j'écris
moi, je commente tout

Écrit par : laura | dimanche, 22 septembre 2019

"La nuit du mal" est aussi esotérique, fondements esotériques de la guerre

Écrit par : laura | dimanche, 22 septembre 2019

Laura : c'est vrai que tu publies beaucoup (livres, revues, magazines, peintures, musée, je regarde tout, crois-moi, mais je ne sais pas toujours dire ou commenter certains de tes articles).

Écrit par : elisabeth | dimanche, 22 septembre 2019

Monica : c'est en Bretagne que j'ai connu Serge, et il habite toujours en Bretagne, toujours dans la petite ville où je l'ai connu.

Écrit par : elisabeth | dimanche, 22 septembre 2019

Ah! ces amoureux, on s'en souvient bien des années plus tard, mais l'essentiel est celui qui a su faire battre notre coeur et qui est resté dans notre vie, n'est-ce pas? Un joli témoignage, ma chère Elisabeth. Je t'envoie mille bises et te souhaite une excellente fin de journée

Écrit par : Nell | dimanche, 22 septembre 2019

Laura : mon père était intéressé par l'Histoire, il a été prof d'histoire au Collège catholique de Fourmies après avoir eu son bac, et pendant 2 années scolaires. Ensuite il y a eu la guerre qui a tout chamboulé sa vie professionnelle. Il a continué à s'y intéresser tout en étant contremaître à l'usine de bas et collants où il a connu ma mère et où son père travaillait. Et à l'âge de la retraite, dans les années 90 il faisait partie de l'association historique de sa ville.

Écrit par : ELISABETH | jeudi, 26 septembre 2019

Nell : nos maris ont été importants dans notre vie puisque toutes les deux avons vécu 44 ans avec eux. C'est dire que ce n'était pas juste une amourette. Je t'envoie également mille bises et j'espère que tu continueras longtemps ton blog. Bonne soirée.

Écrit par : ELISABETH | jeudi, 26 septembre 2019

Coucou Elisabeth
Il faut un peu de courage pour se dévoiler ainsi ! Mais il y a prescription, n'est-ce pas ? !
J'aime bien ton billet, sincère.
Bonne soirée

Écrit par : Soène | vendredi, 27 septembre 2019

Un petit récapitulatif de tes amoureux, bien agréable à lire...
Bises

Écrit par : Kimcat | dimanche, 29 septembre 2019

Soène : merci et bonne soirée.
Kimkat : je ne cache pas mes souvenirs, je les partage.

Écrit par : ELISABETH | lundi, 30 septembre 2019

s'intéressait-il aussi à l'ésotérisme?

Écrit par : laura | dimanche, 06 octobre 2019

Laura : alors là je ne sais pas du tout.

Écrit par : ELISABETH | dimanche, 06 octobre 2019

Coucou,
Sans voyeurisme aucun, je trouve cet article très intéressant!
Il résume ce qu'est la vie: de l'espoir, de l'attente, de la poudre aux yeux, de l'incompréhension, des silences…
Et j'aime beaucoup la fin, puisque tu as trouvé un amour réciproque ,-)

Écrit par : Pierrette Richard | vendredi, 18 octobre 2019

Pierrette : exactement, l'amour, tomber amoureux est universel. Bon week end.

Écrit par : ELISABETH | samedi, 19 octobre 2019

Écrire un commentaire