Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 25 février 2015

MES LECTURES, MES COUPS DE COEUR

PAYSAGES MAROCAINS de LAURA VANEL-COYTTE

livres,culture,recueils,écriture,société,romans,littérature,auteur,éditions,thebookedition

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après Istanbul et Venise, Laura VANEL-COYTTE raconte son séjour au Maroc de 2005 à 2008. Elle décrit son arrivée dans un pays inconnu d'elle, nous parle de ses rêves déçus, de ses rêves enchantés et magiques. Elle y mélange ses textes et poèmes qui parlent de souffrance mais aussi de bonheur, de beaux paysages, de l'accueil simple et chaleureux des habitants et de la vie qui se déroule sous ses yeux. J'ai aimé le contenu, la présentation avec diverses photos, les textes et poèmes que j'avais découverts au fil des années sur son blog quand elle vivait encore au Maroc et ceux écrits après son retour en France.

Pour découvrir le livre : http://www.thebookedition.com/laura-vanel-coytte-paysages...

 

Pour découvrir son blog : http://www.lauravanel-coytte.com/

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------

CARLA de Sylvie GRIGNON

livres,culture,recueils,écriture,société,romans,littérature,auteur,éditions,thebookedition

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Carla vit en 2078 dans un univers totalement aseptisé. Elle est pensionnaire d'une maison de retraite. Au fil des pages, Carla nous parle par épisodes de sa vie passée, de la lâcheté, des trahisons et de la souffrance des hommes et des femmes qu'elle a rencontrés.

J'éprouve beaucoup de sympathie pour le personnage central du livre qui dévoile petit à petit ses carnets écrits à différentes étapes de sa vie.

J'ai dévoré ce roman qui contient des passages très forts et très chauds, je n'en dis pas plus, à vous de le découvrir.

J'ai retrouvé dans CARLA la plume personnelle de Sylvie que j'avais découverte dans son premier roman ROUGE POLAR paru en 2013.

CARLA est paru en version numérique aux éditions LES ATELIERS DE GRANDHOUX : 

http://www.lesateliersdegrandhoux.com/Ebook.php?art=41&am...

 

Pour découvrir le blog de Sylvie GRIGNON : http://rougepolar.unblog.fr/

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------

ESTHER ET XERXES de Keyvan MOSTOFI et Dana BARBU

livres,culture,recueils,écriture,société,romans,littérature,auteur,éditions,thebookedition

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une très belle histoire d'amour racontée avec beaucoup de talent en écriture contemporaine. Les deux personnages qui se rencontrent par hasard grâce à Marc, ne savent pas que leurs sentiments vont devenir très profonds au fil des mois. Sarah ne veut tout d'abord pas avouer qu'elle est amoureuse de Keyvan.

Ce livre parle des différences pour arriver à une union : l'amour universel.

 

Pour découvrir le blog de Dana BARBU : http://seletpoivre.hautetfort.com/

 

 

dimanche, 15 février 2015

ALBERTINE DISPARUE (Marcel PROUST - extrait)

"Mademoiselle Albertine est partie" ! Comme la souffrance va plus loin en psychologie que la psychologie !

Il y a un instant, en train de m'analyser, j'avais cru que cette séparation, sans s'être revus, était justement ce que je désirais, et comparant la médiocrité des plaisirs que me donnait Albertine, à la richesse des désirs qu'elle me privait de réaliser, je m'étais trouvé subtil, j'avais conclu que je ne voulais plus la voir, que je ne l'aimais plus. Mais ces mots : "Mademoiselle Albertine est partie" venaient de produire dans mon coeur une souffrance telle que je sentais que je ne pourrais pas y résister plus longtemps. Ainsi ce que j'avais cru n'être rien pour moi, c'était tout simplement toute ma vie. Comme on s'ignore.

PROUST 1891 Cours de tennis Neuilly sur Seine.jpg

jeudi, 18 décembre 2014

LA JALOUSIE

On méprise un homme qui est jaloux de sa femme parce que c'est un témoignage qu'il ne l'aime pas de la bonne sorte et qu'il a mauvaise opinion de soi ou d'elle. Je dis qu'il ne l'aime pas de la bonne sorte, car s'il avait un vrai amour pour elle, il n'aurait aucune inclinaison à s'en défier ; mais ce n'est pas proprement elle qu'il aime, c'est seulement le bien qu'il imagine consister à en avoir seul la possession.

DESCARTES Les passons de l'âme

(En photo, motif sur un mur à AIGUES MORTES)

citations,auteur,société,livre,culture descartes,littérature,mari,femme

lundi, 01 décembre 2014

BASILIC

Avoir un regard de basilic : c'était une croyance que les vieux coqs pondaient quelquefois un oeuf dans le fumier ; il produisait un basilic, reptile redoutable auquel on attribuait le pouvoir de tuer par son seul regard quiconque s'y trouve exposé, et de se tuer lui-même quand il se voit dans une glace. De là ces expressions proverbiales : lancer des regards de basilic, faire des yeux de basilic à quelqu'un - c'est à dire des regards et des yeux enflammés de fureur.

citations,proverbes,culture,écriture,nature,auteur,littérature,basilic

jeudi, 06 novembre 2014

PAUVRETE

Le sang du pauvre c'est l'argent (Léon BLOY).

citations,auteurs,littérature,culture,société

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La pauvreté met le crime au rabais (CHAMFORT - Maximes et Pensées).

Faute d'argent, c'est douleur non pareille (François RABELAIS - Pantagruel).

citations,auteurs,littérature,culture,société

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On veut que le pauvre soit sans défauts ; c'est que peut être il lui serait facile d'être parfait. La misère éteint les passions et l'abondance les nourrit. Les petits n'ont guère que des besoins (Joseph JOUBERT - Pensées).

Les gens du monde emploient mieux leurs loisirs que leur temps ; les pauvres n'ont pas de loisirs (RIVAROL).

Le cri du pauvre monte jusqu'à Dieu mais il n'arrive pas à l'oreille de l'homme (Lamennais).

 

vendredi, 31 octobre 2014

FUMEES CHAUDES

On peut avoir le coeur fané

Comme les feuilles se tassent

Et que le vent a glanées

Mais crois-tu que l'on se lasse ?

Pour moi c'est de l'émeraude

Ce temps qui passe en fumées chaudes

Autour du jardin dépouillé

Il reste encore de belles années

Des vies, des matins embrouillés

Nous irons tout enrubanner.

poèmes,société,sentiments,psychologie,écriture,saisons,littérature,culture

 

samedi, 20 septembre 2014

LES FOURMIS

Si les fourmis font de gros tas, un dur hiver viendra.

Fourmilières hautes à l'automne, l'hiver sera long et rude.

Quand on détruit une fourmilière, on a la pluie derrière.

Celui qui est trop endormi doit prendre garde à la fourmi.

citations,culture,société,insectes,blogs,internet,littérature,dictons

vendredi, 12 septembre 2014

AVIS

Autant de têtes, autant d'avis (Jean de LA FONTAINE, Le Meunier, son fils et l'âne).

Je pardonne aux gens de n'être pas de mon avis, je ne leur pardonne pas de n'être pas du leur (TALLEYRAND).

citations,écriture,auteurs,société,livres,littérature,culture

samedi, 06 septembre 2014

MES 14 ANS (Extrait de mon livre ELISA RACONTE)

Le jour de mes 14 ans, j'étais heureuse. Je n'ai pas eu de cadeau pour mon anniversaire, mes parents n'avaient pas les moyens d'offrir un cadeau tous les ans à chacun de leurs cinq enfants.

J'étais simplement heureuse d'avoir 14 ans. Je trouvais que cet âge était très important. Quand je me regardais dans le miroir, je me disais : tu n'es plus une enfant...

Je devenais vraiment une jeune fille. Le chiffre 14 me plaisait, je ne saurais pas dire pourquoi.

Je voyais mon corps se transformer, je pouvais maintenant choisir des robes de jeune fille et tirer un trait sur les socquettes et les jupes imposées par ma mère. Je pouvais enfin porter des bas et des chaussures à petit talon.

souvenirs,histoires,nouvelles et textes brefs,écriture,auteur,livre,culture,littérature,recueil,anecdotes

mercredi, 06 août 2014

PUCCI, CHIEN DE COMPAGNIE (Extrait de mon livre ELISA RACONTE)

Quand je suis née, mon grand-père avait un Berger allemand qu'il aimait beaucoup. Il l'avait recueilli et je savais que Tom n'avait plus de maître à l'époque où mon grand-père l'avait trouvé. C'était l'après guerre et sans doute le propriétaire était décédé ou reparti dans son pays.

J'étais encore bébé mais j'ai vu quelques photos de Tom dans un cadre de la salle à manger. Il était très beau. Quand ma mère me langeait, il me léchait les pieds.

Quand grand-père est parti à la retraite, Tom était décédé depuis plusieurs années. Tom était leur deuxième chien. Avant la guerre, un autre petit chien, à poils longs et qui s'appelait Furax, figure sur quelques photos. 

Un jour d'été, une voisine de mes grands-parents leur proposa un chiot. Ma grand-mère, connaissant bien cette voisine, ne refusa pas, appréciant l'idée d'avoir une nouvelle compagnie. Ce chien était petit, il avait le poil ras de couleur marron clair.

Quand j'arrivais chez grand-père chaque jeudi, j'ouvrais le portail près de sa niche et cherchais partout après lui. Je savais que Pucci était un brave toutou.

Quelquefois grand-père partait en Solex l'après midi, laissant grand-mère seule avec nous. Nous passions la voir pour raconter notre semaine à l'école et nous promener avec elle le long du canal ou dans les bois. Puis nous rentrions goûter. Il arrivait que Pucci, tout à coup, dressait les oreilles et courait vers la fenêtre donnant sur la rue. Il avait entendu le Solex bien avant nous. Il aboyait alors en courant vers la porte d'entrée. Grand-mère avait l'habitude, elle savait que Pucci ne se trompait jamais. C'était la fête quand grand-père franchissait le portail du jardin !

écriture,journal intime,souvenir,société,enfance,auteur,culture,littérature