Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 28 septembre 2017

LA PETITE RUE SILENCIEUSE (Paul Fort)

Ce poème me rappelle mon enfance, ma petite soeur l'avait appris et avait dessiné la petite rue sur la page de gauche de son cahier de récitations.

LA PETITE RUE SILENCIEUSE

Le silence orageux ronronne.

Il ne passera donc personne ?

Les pavés comptent les géraniums.

Les géraniums comptent les pavés.

Rêve, jeune fille, à ta croisée.

Les petits pois sont écossés.

Ils bombent ton blanc tablier

Que tes doigts roses vont lier.

Je passe de noir habillé.

Un éclair au ciel t'a troublée,

Jeune fille, ou c'est donc ma vue ?

Tes petits pois tombent dans la rue.

Sombre je passe

Derrière moi les pavés

Comptent les petits pois.

Le silence orageux ronronne.

Il ne passera donc personne ?

poésie,poème,poète,culture,écriture,littérature,livre

 

 

 

 

Commentaires

Merveilleux! Je ne le connaissais pas, tout y est, et la nostalgie.
merci, bon week-end!

Écrit par : colo | vendredi, 29 septembre 2017

Oui, la nostalgie des souvenirs fait qu'on ressent toujours de l'émotion.Celle qui nous rappelle notre enfance ou une part de notre vie.Belle soirée, Elisabeth et excellent week-end

Écrit par : Nell | vendredi, 29 septembre 2017

bonsoir Elisabeth

il est tout a fait charmant ce petit poème )
passe un doux WE
bisous ☺☺

Écrit par : nays | samedi, 30 septembre 2017

Nays : je ne me rappelais que du vers : les petits pois sont écossés. Heureusement qu'il y a internet pour avoir le poème complet. J'ai juste tapé le vers que j'avais retenu. C'est vrai qu'il y a plus de 50 ans que ma petite soeur a appris ce poème. Gros bisous, bon week end.
Nell : je me suis longtemps demandé quel était ce poème dont je ne me rappelais qu'un vers. J'ai enfin trouvé car j'ai pris le temps de chercher. La maîtresse avait demandé à chaque élève de faire un dessin illustrant le poème appris. Et ma petite soeur avait dessiné les petits pois tombés sur les pavés, dans la rue. Bon week end et gros bisous.
Colo : je trouve ce poème très bien pour des enfants de moins de 12 ans. Bon week end.

Écrit par : elisabeth | samedi, 30 septembre 2017

Beau poème qui me fait penser que Paul Fort est un peu oublié!

Écrit par : alezandro | samedi, 30 septembre 2017

Merci Elisabeth pour la découverte de ce beau poème

Écrit par : ulysse | dimanche, 01 octobre 2017

Bonjour Babeth
Et oui la nostalgie des souvenirs, un beau poème
Je te souhaite une bonne journée, bisous

Écrit par : Noisette | lundi, 02 octobre 2017

Je découvre et je le trouve très beau.
Bises Elisabeth et bonne semaine

Écrit par : Kimcat | lundi, 02 octobre 2017

Je regrette de ne pas voir le croquis fait par ta petite soeur. Dommage que nous n'ayons pas gardé ces cahiers de récitations , illustrés, car m^me si internet nous donne les poèmes, rien ne remplacera l'originalité du dessin d'un enfant.
Joli billet empreint d'émotion.

Écrit par : Chinou | lundi, 02 octobre 2017

Alezandro : c'est une occasion de parler de lui avec ce poème souvenir. Bonne semaine.
Ulysse : merci également d'apprécier.
Noisette : merci de ton passage et d'aimer. Bonne semaine.
Kimkat : on imagine la rue et la petite fille. Bonne semaine à toi, bises.
Chinou : je n'ai pas retrouvé le cahier de récitations. J'ai en tête le dessin avec les pavés et la rue qui monte entre les maisons, la petite fille qui perd les petits pois derrière elle. Une occasion de parler de Paul Fort. Bonne semaine.

Écrit par : Elisabeth | lundi, 02 octobre 2017

un bien joli poème ; et le cahier de récitations évoque des souvenirs. Bises et merci pour ta visite

Écrit par : durgalola | lundi, 02 octobre 2017

Durgalola : merci de ta visite et bonne soirée. Bises.

Écrit par : Elisabeth | mardi, 03 octobre 2017

Merci de nous faire découvrir ce joli poème.J'ai retrouvé il y a peu un de mes cahiers de récitation, avec à droite le texte et à gauche le dessin, comme celui de ta soeur. Bisous

Écrit par : écureuil bleu | mercredi, 04 octobre 2017

Ecureuil : j'ai encore mes premiers cahiers d'école depuis 1957 mais je ne pense pas avoir un de mes cahiers de récitations, dommage.... mais c'est un peu normal, ma mère ayant eu 5 enfants, elle ne pouvait pas garder toutes les années d'école de ses 5 petits.

Écrit par : Elisabeth | mercredi, 04 octobre 2017

Écrire un commentaire