Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 26 août 2008

La vie recommence

Les feuilles valsaient

La pluie tambourinait

Et moi je dansais

En cette fin d'été

Ces jours t'étaient destinés

On ne peut rien arrêter

La vie recommence

Tu dois entrer dans la danse.

 

samedi, 09 août 2008

DANS TES YEUX

Dans tes yeux se dévoile

Ce que ton coeur exprime

Dans tes yeux je vois

Tout l'or des étoiles

Au fond de l'immensité

De mystérieux abîmes

Dans tes yeux je vois

Un ciel tourmenté de fin d'été

Dans tes yeux je vois

Le bleu de la mer apaisante

Ou ses vagues changeantes

Dans tes yeux je vois

Les sillons de ton champ

Où je sème à tout vent.

jeudi, 31 juillet 2008

LE SOIR

J'aimais m'asseoir sur la terrasse

Quand le soleil courait derrière

Les arbres et les maisons le soir

Avant que la nuit ne m'enlace

Les chats sortaient de leur tanière

Pour goûter la fraîcheur dans le noir

Le monde semblait si tendre

Le calme ne se faisait pas attendre

Le soir tout entier me promettait

De garder pour lui tous mes secrets.

lantana.jpg

mardi, 15 juillet 2008

SI J'ETAIS UN MORCEAU DE CHOCOLAT

Si j'étais un morceau de chocolat

Je me cacherai sous ton oreiller pour calmer tes faims

Je m'envelopperai dans le plus bel emballage pour te séduire

Si j'étais un morceau de chocolat

Pourrai-tu me désirer sans jamais me toucher ?

Me ferai-tu fondre sous ta flamme ?

Si j'étais un morceau de chocolat

Ressemblerai-je tellement aux autres que tu ne me regarderai jamais ?

choco.jpg

lundi, 07 juillet 2008

VENT D'OUEST

Un vent d'ouest

Que je déteste

Un ciel menaçant

Qui fait le gros dos

Un soleil resplendissant

Parti trop tôt

Les journées passent

Je me tracasse

Comme rien ne dure

Le ciel deviendra pur

Demain le vent d'ouest

Que je déteste

Sans regrets faiblira

Puis disparaîtra.

 

samedi, 21 juin 2008

LA MAISON DE MARIE

La maison vide de Marie

Ressemble aux tableaux gris

Que l'on accroche à des murs tristes

Dans le jardin fantaisiste

J'entends encore nos rires

Nos jeux et nos délires

La maison vide de Marie

N'a plus de rideaux aux fenêtres

A l'étage des tapisseries

Et des poupées peut être

La maison vide de Marie

Sera bientôt vendue

Quand je passerai dans la rue

Je penserai à toi Marie

A nos vacances, nos rires

Nos jeux et nos délires.

mercredi, 11 juin 2008

UN PETIT SIGNE DE TOI

 

Il me manque toi

Et le son de ta voix

Le rayonnement de ta joie

Il me manque toi

Pour briser le silence

De ma vie trop tranquille

Mais tu es toujours en partance

Moi je suis sur mon île

Mais seule entre quatre murs 

Je ne connais plus personne

Je ne vois pas le futur

J'attends que tu me donnes

Un petit signe de toi

Car il me manque toi.

(04.09.06)

Je republie ce texte pour participer à la "Farandole" lancée par TRACES

http://tracesecrites.free.fr/blog/index.php?2008/05/30/36...

 

 

dans laquelle je suis Laura : http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/01/24/mes-p...

NEIGE continue la danse folle de la farandole ici :

http://laneigedesmots.wordpress.com

 

 

jeudi, 29 mai 2008

SUR LA ROUTE

Sur l'autoroute la voiture roulait

La route nue devant nous défilait

Notre voyage comme du papier à musique

Etait réglé. Les étapes poétiques

Comme la couleur orange du temps

Me séduisaient et m'enveloppaient

Seul un léger souffle du vent

Par-dessus la fenêtre me rafraîchissait

Nous n'avions que nous deux à penser

Quelques rares voitures nous doublaient

Tu étais prudent, tu aimais

Ces longs voyages qui te berçaient.380789665.jpg

vendredi, 02 mai 2008

LES MOTS APRES LES AUTRES

Des mots glissaient sur le papier glacé

D'autres dans les airs se prélassaient

Attendant que les enfants les dévorent

Comme les friandises qu'ils adorent

La maîtresse au tableau écrivait

Certains suivaient, d'autres rêvaient

Sa voix monotone dictait

Les mots après les autres et chantait

Dans le silence de la classe

Elle allait et venait avec grâce

Regardant ce que chacun griffonne

En attendant que la cloche sonne

Il fallait les tenir ces enfants

Pour qu'ils puissent devenir grands

Les mots glissaient sur le tableau

D'autres restaient bien au chaud

Attendant que les enfants les dévorent

Comme les friandises qu'ils adorent.

1020799217.jpg

mardi, 22 avril 2008

VASES COMMUNICANTS

Faire le vide des mots

Qui assaillent mon cerveau,

Un besoin mais les vases

Communicants de la vie

A chaque nouvelle phrase

Se vident puis se remplissent

Comme les fleuves dans leur lit

Courent vers la mer et glissent

Sans jamais disparaître

Les mots ne font que renaître.