Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 29 mai 2008

PETITES HISTOIRES DROLES SANS PRETENTIONS

Un homme des cavernes qui voit passer une superbe femme des cavernes confie à un de ses compagnons :

- l'année dernière, j'ai eu une préhistoire d'amour torride avec cette femme là...

-=-=-=-=-=-=-=-=-

En pleine période créative, Yaveh dit à un angelot :

-J'ai bien envie de croiser une mite avec un ver luisant...

- Pour obtenir quoi ?

- une bête qui, lorsqu'elle voudrait aller déjeuner, trouverait facilement son chemin dans une penderie obscure...

14:54 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : humour, blog, web, écriture

jeudi, 15 mai 2008

UN PEU D'HUMOUR

Au Moyen Age, une belle châtelaine dit au chevalier qui lui fait une cour pressante :

- avec les conserves, je me méfie. Laissez-moi examiner de près votre armure que je voie où est gravée votre date limite de consommation.

-=-=-=-==-=-=-=-

Dans la salle d'attente d'un vétérinaire, deux fauteuils sont respectivement occupés par une poule et un oeuf.

Le vétérinaire questionne :

- lequel de vous deux est arrivé le premier ?

14:13 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : écriture, humour, blog, web

mardi, 04 mars 2008

DEUX HISTOIRES DROLES

Un collégien dit à un garçon de son âge :

- "cela ne doit pas être marrant de suivre des cours par correspondance, tu ne peux pas faire l'école buissonnière".

-"Bien sûr que si, quand je dois envoyer un devoir, il me suffit de ne rien mettre dans l'enveloppe".

Un prof demande à ses élèves :

- une phrase et son contraire peuvent-elles dire la vérité ?

A l'unanimité, les élèves répondent :

- certainement pas !

- et pourtant ! voici un exemple, je dis : "cette phrase comporte cinq mots". Est-ce vrai ?

- oui

- voici maintenant son contraire : "cette phrase ne comporte pas cinq mots". Est-ce vrai ?

- oui, admettent les élèves.

23:26 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : jeux, humour, école, cours

lundi, 04 février 2008

LEGS

"J'entends", dit un homme à son notaire, "léguer mon cerveau à la Faculté de Médecine".

-"c'est bien minime comme legs", objecte le notaire. "Ne pourriez-vous pas y joindre quelque chose d'une valeur à peu près équivalente : votre collection de vieux lacets, par exemple ?"

23:24 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : humour, histoires

jeudi, 24 janvier 2008

TU VIS EN 2008 !!!

Tu t'aperçois que tu vis en 2008 quand :

- Par accident, tu tapes ton mot de passe sur le micro-onde

- Cela fait des années que tu n'as pas joué au solitaire avec de vraies cartes

- tu as une liste de 15 numéros de téléphone pour joindre ta famille composée de 3 personnes

- tu envoies un mail à ton collègue de bureau juste à côté du tien

- tu as perdu le contact avec tes amis ou ta famille car ils n'ont pas d'adresse e-mail

- tu arrives chez toi le soir après ton travail et tu réponds au téléphone comme au bureau

- Tu fais le Zéro sur ton téléphone personnel pour prendre la ligne

- tu es à ton poste de travail depuis 4 ans mais tu as déjà travaillé pour 3 entreprises différentes

- toutes les pubs de la télé ont une adresse Web en bas de l'écran

- tu paniques si tu sors sans ton portable et fais demi-tour pour le prendre

- tu te lèves le matin et la première chose que tu fais c'est de te connecter sur Internet avant de prendre ton petit déjeuner.

mardi, 18 décembre 2007

UN HOMME RACONTE ....

Un homme raconte à son psy :

- "A sept ans, j'ai appris par un copain d'école que le Père Noël n'existe pas".

- "Comment avez-vous ressenti cette révélation ?"

- "Je me suis étonné d'avoir été aussi crédule et j'ai tout reporté sur la fée Clochette".

lundi, 29 octobre 2007

EN 1965, COMMENT VOYAIT-ON LA FEMME DE L'AN 2000 ?

La femme de l'an 2 000 n'aura plus lieu d'être jalouse de la secrétaire de son mari laquelle aura également l'avantage de ne plus jamais se tromper en prenant sous la dictée. Ce sera probablement une petite boîte grise dotée d'une mémoire magnétique et capable de transformer en phrases écrites les sons qu'elle entendra.

Voilà un des aspects du travail dans le monde de demain, travail conditionné par ce mot magique : automation. C'est-à-dire par des machines qui marcheront toutes seules. L'homme est lent, il se trompe, les machines sont rapides et infaillibles. Pour calculer la densité des électrons et l'énergie contenue dans une molécule d'azote, il faudrait 8 siècles à un homme armé de papier et de crayons, 70 ans s'il dispose d'une machine à calculer ordinaire, une semaine s'il fait faire l'opération par une calculatrice électronique.

Mais ce n'est pas aussi simple car finalement rien n'est plus "bête" qu'une machine. Le tout est de savoir s'en servir. C'est pourquoi si le temps de travail de demain se réduit, la fatigue nerveuse née du travail s'accroîtra encore.

C'est pourquoi aussi on aura besoin de plus en plus de spécialistes. Certains techniciens des choses de l'avenir croient que l'on pourrait être amené à dresser des singes pour qu'ils effectuent les tâches subalternes ; dans un siècle, en effet, on ne trouvera plus de manoeuvres, de même qu'aujourd'hui il devient déjà difficile de se procurer une femme de ménage et à peu près impossible de découvrir un valet de chambre.

Demain, les salaires seront plus élevés et les loisirs plus abondants. La semaine de travail ne descendra peut être pas en dessous de 5 jours mais la durée des journées de travail pourrait être raccourcie ; en 1910, le Français moyen travaillait 190 000 heures dans sa vie, tandis qu'aujourd'hui (en 1965), ce temps a été ramené à 90 000 heures et que dans l'avenir il baissera encore.

L'âge de la retraite sera avancé. Les vacances seront plus longues, la scolarité sera obligatoire jusqu'à 18 ans. Les professeurs devront périodiquement retourner à l'école, comme les ingénieurs, car les connaissances iront de plus en plus vite et, pour rester au courant, ils devront deux ou trois fois dans leur vie recommencer leurs études.

Et comme les équipements collectifs (hôpitaux, autoroutes, téléphones etc ...) auront de plus en plus d'importance, nous ne risquerons pas hélas de devoir céder au fisc une part moins grande des fruits de notre travail.

samedi, 04 août 2007

JE FAISAIS RIRE

Michel SERRAULT a écrit un livre en 2002. Il y racontait sa vie et le titre de son livre était tout simplement :

MICHEL SERRAULT ... vous avez dit Serrault ?

A Paris, il a eu la chance d'avoir pour maître de théâtre Jean LE GOFF.

Dans son livre il nous confie :

"je suis à jamais reconnaissant à cet incomparable professeur que fût Jean LE GOFF de m'avoir mis en garde contre des qualités qui auraient pu se muer en facilités. Car dès mes premières semaines au Centre, il s'était produit le phénomène que j'espérais, mais que désormais il me fallait maîtriser : je faisais rire. Il me suffisait d'entrer pour dire un texte, une fable de La Fontaine par exemple, que Le GOFF aimait nous faire travailler, et de me tenir debout en lorgnant avec envie sur la chaise à côté, et c'était parti. Les copains riaient. Je pouvais rester ainsi cinq à six minutes, simplement à regarder la chaise et à multiplier les expressions de physionomie pour savoir si j'allais m'asseoir ou pas, et ça marchait. Naturellement, j'empruntais aux clowns leurs mimiques, leur gestuelle. Mais d'évidence je possédais ce don, la vis cosmica. Une sorte de grâce, et en même temps un des mystères du spectacle. Jean LE GOFF n'y alla pas par quatre chemins : - ce n'est pas un numéro de clown, Michel. Tu vas dire La Fontaine ou jouer Scapin. Tout ce que tu es en train de faire, c'est trop, c'est déplacé. Tu as un texte. En as-tu saisi l'intention ? Es-tu sûr de respirer convenablement, de ne pas bloquer ton corps ? Es-tu entièrement disposé à écouter ton partenaire ? A te laisser porter par lui et le texte ? C'est par cette voie que tu vas inventer, que tu vas proposer, et c'est comme ça que tu te libéreras."

"Il m'arrive parfois, au théâtre ou sur un tournage, d'avoir un doute, ou d'être tenté de m'engager là où le texte ne demande pas d'aller. Alors je pense à mon vieux Le GOFF ; "s'il était là, qu'est-ce qu'il me dirait ?".

16:55 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : Culture, écriture, humour, livre

dimanche, 29 juillet 2007

HUMOUR D'ETE

Marcel PAGNOL qui est né à Aubagne en 1895 aimait certainement la pétanque.

C'est pourquoi il disait : "La preuve que Dieu est ami des joueurs de boules, c'est que les feuilles des platanes sont proportionnées à la force du soleil".

lundi, 25 juin 2007

L'IDEAL

La femme idéale, pour l'homme, est une colombe qui a les qualités de la fourmi et

l'homme idéal pour la femme, est un lion avec la patience de l'agneau.

(auteur inconnu)

14:43 Publié dans Citations | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : Ecriture, humour, poésie