Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 06 septembre 2007

JOSE FELICIANO

José FELICIANO, chanteur et guitariste aveugle Américain, est né à PORTO RICO le 10 septembre 1945.

Il joue principalement sur une guitare classique avec un doigté précis. Il mélange les genres (choros, flamenco, jazzy, pop-rock etc...)

Il dit lui-même qu'il n'est juste qu'un musicien.

www.dailymotion.com/video/xvz8k_jose-feliciano-johnny-cas...

www.dailymotion.com/video/x2w7yt_jose-feliciano-californi...

www.youtube.com/watch?v=C45mye89Kgs

www.youtube.com/watch?v=d-lUBlbJkrQ

 

 

 

 

22:51 Publié dans guitare | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : Culture, musique, guitare

jeudi, 30 août 2007

BALLADE avec ANNE

Anne VANDERLOVE est née aux Pays Bas en 1942 d'une mère Bretonne et d'un père artiste peintre et dessinateur industriel.

En 1966, elle décide de se rendre dans un camp humanitaire international au Chili. Mais, en attendant son départ, elle débarque à PARIS avec sa guitare où elle chante à la terrasse des cafés. Un directeur artistique de Pathé Marconi la découvre dans le cabaret "Chez Georges" où elle était engagée. Il lui fait passer une audition qui se termine en février 1967 par un premier 45 tours, BALLADE EN NOVEMBRE. Sa première tournée dure 6 mois. Elle reçoit le Grand Prix de l'Académie de la chanson française. En 1968, elle grimpe sur les barricades, chante dans les usines en grève. Elle devient l'une des égéries des étudiants.

Les textes de ses chansons sont doux et romantiques.

En 1969 elle se brouille avec Pathé Marconi, son imprésario : elle est alors déconseillée sur les ondes radio.

Elle mène ensuite une carrière marginale et s'autoproduit. En 1981, Pathé Marconi la recontacte et elle enregistre : "La vie s'en va" qui obtient l'Oscar de la chanson française. Les années 90 furent difficiles pour elle. Elle enregistre "Bleus".

En 1999, elle renoue avec ses racines bretonnes et enregistre "Silver". Elle collabore à la création de "Pour que tous les oiseaux vivent heureux", suite au naufrage de l'Erika.

Son disque "Escales" paru en 2000 est entièrement acoustique.

En 2003, elle sort un autre album : "Femme de légende".

www.dailymotion.com/video/x2ps9r_anne-vanderlove_music

 

dimanche, 12 août 2007

A ECOUTER AVEC TENDRESSE

www.dailymotion.com/video/x2lw3n_cat-stevens-76-oh-very-y...

jeudi, 26 juillet 2007

LE FACTEUR

www.youtube.com/watch?v=EAkLVKZP6g0

Cette chanson me rappelle l'époque où je commençais à apprendre la guitare. Ma soeur ainée en avait achetée une avec des cordes en acier, celle que vous pouvez voir dans mon album photos (photo de 1969).

Elle l'a délaissée très vite trouvant l'apprentissage trop difficile. Elle s'est ensuite acheté un petit orgue. Pour le délaisser également très vite...

J'ai gardé sa guitare et nous avons revendu l'orgue car le son ne me plaisait pas.

Et j'ai continué à apprendre la guitare avec la méthode achetée en même temps. Elle me suivait partout, en vacances, au lycée, chez mon amie Francine dont j'ai parlé dans mes souvenirs. Puis je l'ai donnée à une de mes petites soeurs et elle a fini à la poubelle car ses enfants, trop petits, l'ont crevée. Je regrette maintenant mais c'est un peu tard. J'en suis à ma troisième et j'espère que ma maman me donnera la sienne car elle n'en joue plus.

jeudi, 19 juillet 2007

DANS MON ILE

Une chanson douce écrite il y a près de 50 ans ; je voulais rendre hommage à Henri Salvador qui a eu 90 ans il y a quelques jours.

http://dailymotion.com/video/xyydy_henri-salvador-dans-mo...

 

lundi, 16 juillet 2007

30 ANS DE CARRIERE

Francis CABREL vient de fêter ses 30 ans de carrière par un concert privé.

Quand en 1979 son assureur a transmis à la société de crédit dans laquelle je travaillais sa demande de prêt, il était déjà connu. Sur les ondes radios "Je l'aime à mourir" passait fréquemment.

Les renseignements pris à son sujet étaient déjà très bons. Il a donc été décidé de lui donner le feu vert pour l'obtention de son crédit, ceci afin de pouvoir financer les instruments de musique dont il avait besoin pour son orchestre ou pour sa pratique personnelle.

Depuis, il continue sa route toute droite, sans nous décevoir.

dimanche, 15 juillet 2007

BUFFY STE MARIE : ECOUTER

http://youtube.com/watch?v=vLZYzbj6zJY

Welcome Welcome Emigrante.

 

 

http://youtube.com/watch?v=H3q79HFjhBg

Cindy.

 

22:35 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : Musique, guitare, culture

lundi, 09 juillet 2007

REMERCIEMENTS

87bf6b8a034f7f113a7cbaac1d741a6d.jpgJe tenais à remercier Marc, mon professeur de guitare qui m'a aidée à progresser pendant 10 années, de 1989 à 1999.

Toujours d'humeur égale, il m'a donné de nombreux conseils, m'a permis de supprimer quelques défauts dus à ma pratique autodidacte. Ses cours toujours vivants m'ont beaucoup apporté. Je continue à pratiquer de façon inégale mais j'espère pouvoir me perfectionner encore. Il me faut trouver le temps. Il faut savoir que l'apprentissage dure toute la vie....

(mon professeur est celui debout, habillé en blanc)

d000765d8f54b393bf46fc135c72a60a.jpg

lundi, 02 juillet 2007

LE SITAR, un cousin de la guitare

cd46b6fb82145d143e9cb294e21ae511.jpgIl n'est pas aisé de comprendre un instrument comme le sitar si l'on ne s'imprègne pas un tant soit peu de la nature de la musique indienne.

Dans la musique occidentale on trouve en 1er lieu la mélodie, en second lieu le rythme et en 3ème lieu l'harmonie. En Inde, point d'harmonie ni de contrepoint non plus de modulation. Lorsqu'un artiste exécute un morceau, il n'y exprime qu'un seul état d'âme, aussi approfondi que possible. La musique indienne est tonale, une fois une pièce commencée, on n'en modifie jamais la note fondamentale. C'est le fruit d'une tradition aujourd'hui quatre fois millénaire.

Les pièces musicales qui se jouent au sitar se nomment des ragas.

Or Ravi SHANKAR définit très justement un raga comme une projection esthétique de la personnalité profonde de l'artiste.

(Voir la leçon de Ravi Shankar à Georges Harrison)

http://fr.youtube.com/watch?v=erLZ-zW9Ti4

 

Trois particularités distinguent les instruments à cordes indiens. Le chevalet plat est une invention que l'on ne retrouve sur aucun autre continent.

Les barrettes du manche sont mobiles et bombées. Le déplacement des barrettes permet d'accorder l'instrument selon le raga choisi. En poussant sur la corde sans changer de case, il est possible de monter de cinq notes.

Enfin, les instruments indiens sont pourvus de bourdons, c'est-à-dire de notes qui sonnent continuellement le long du morceau ; ces notes sont habituellement au nombre de deux, la fondamentale et une autre note essentielle du raga.

caacea24103df663e2a16eaec8723ed9.jpgA l'exception des barrettes mobiles, la Veena correspond à la définition d'un instrument type de l'Inde. Depuis le VII è siècle et jusqu'à nos jours, la Veena, sous différents noms selon sa provenance - on l'appelle Binh au Nord et ses particularités Vichitra Veena  du Nord, Gottavadyam du Sud - est restée identique à elle-même. Le manche est plein et porte les barrettes hautes, collées à la cire. Ce manche repose sur deux ou trois calebasses évidées qui forme caisse de résonance. Le nombre de cordes a varié mais comporte au moins 4 ou 5 cordes mélodiques, 2 ou 3 bourdons et parfois des cordes harmoniques au nombre de 11. Les Veena avaient fréquemment la forme d'animaux, tortues, crocodiles, paon... La calebasse pouvait être sphérique ou aplatie. Le jeu à l'archet semble avoir été souvent pratiqué mais c'est principalement aux doigts que sont pincées les cordes.

Il semble incontestable que le sitar soit issu de la Veena mais les Indiens, aimant mélanger les légendes et l'histoire, trouvent d'autres origines à cet instrument.

207b96539abbbe3debf93b718ac57e76.jpgAinsi, il existe beaucoup d'anecdotes et légendes à propos d'un musicien nommé Amir Khusru. Excellent chanteur et musicien, il ne laissait jamais une occasion de faire valoir ses dons et surtout, savait à merveille s'approprier les trouvailles stylistiques des autres, dont celles de Gopal Nayaka, son rival à la cour du même empereur Alla ud din. La croyance populaire lui attribue l'invention du sitar.

Il est vrai que sa contribution à la musique est importante mais nulle part il n'y est fait allusion à un sitar. Le 1er à avoir écrit qu'Azrat Amir Khusru fut l'inventeur du sitar est le Captain Willard en 1838 dans son livre Music or Hindustan. Depuis, cela ne semble gêner personne de trouver trace du sitar que 2 ou 3 siècles après son présumé inventeur ! Il est plausible que Khusru ait fait évoluer la Veena en inversant l'ordre des cordes graves et aiguës. Surtout il a remplacé le sanscrit, langue sacrée, par le hindi. Une autre proposition est que ce sitar serait issu du Seh Tar (3 cordes) iranien. Si phonétiquement cela se comprend, il suffit de regarder les 2 instruments pour voir que les différences sont telles qu'il est impensable qu'une évolution même lente ait pu passer de l'un à l'autre.

Reste l'hypothèse plus simple que le sitar est bien issu de la Veena.

ed568c3dcfbf18a9725af35e2420c374.jpgLes meilleurs sitars sont bien entendu fabriqués en Inde par des luthiers. Il existe des sitars de différentes tailles. Les petits sont réservés aux femmes, les moyens, les plus courants et les sitars basses, beaucoup plus grands et difficiles à jouer.

Technique de jeu

a8b9a6a97c0ebd69fafed737a7d9105b.jpgTraditionnellement les musiciens indiens pratiquent leur art assis sur le sol. La position pour le sitar est un peu particulière. La caisse de résonance est posée sur la plante du pied gauche et la base du manche repose sur le milieu de la cuisse droite. La jambe droite étant croisée par-dessus la jambe gauche. Le plan de la table est perpendiculaire au sol et le manche est incliné environ à 45 degrés. Ce n'est pas la main gauche qui le soutient, elle doit rester parfaitement libre de ses mouvements. Le bras droit passe au-dessus de la caisse et le pouce droit vient s'appuyer fermement sur la base du manche. La main gauche glisse sous le manche, les cordes sont appuyées surtout par l'index et le majeur. Les cordes sont pincées à l'aide de l'index de la main droite. Celui-ci est muni d'un plectre spécial, le Mizrab en fil de fer, qui serre le doigt. L'apprentissage dure plusieurs années et demande une pratique quotidienne de plusieurs heures. Un musicien indien consacre toute sa vie à la musique.

Quelques musiciens

b58668a17c55a879ac7ac70276c999aa.jpgUSTAD VILAYAT KHAN : probablement le plus grand virtuose.

RAVI SHANKAR à qui l'on doit la reconnaissance du sitar de par le monde et qui sans doute le rendit populaire au-delà de toute espérance. Surtout depuis 1966 lorsque Georges HARRISON fit appel à lui pour prendre des cours et la rencontre avec YEHUDI MENUHIN qui concrétisa le rapprochement entre les musiques indienne et occidentale.

PANDIT NIKHIL BARNERJEE : sitariste qui eut également pour maître BABA et dont le style semble être une synthèse des 2 musiciens précédents.

USTAD ADHUL HALIM JAFFAR KHAN et PANDIT BALARAM PATHAK ne pas très connus hors de l'Inde et pourtant chacun d'eux possède un style unique remarquable.

NARENDA BATAJU, Népalais arrivé en France en 1972. Malgré sa cécité, il exerça une activité soutenue.

PRAMOD JUMAR qui jouait souvent au Centre Mandapa à PARIS

STEVE LECLER

JEAN CLAUDE BONVAVENTURE.

06:55 Publié dans guitare | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : Culture, musique, guitare

mardi, 26 juin 2007

TROIS CD de GUITARE

RY COODER  "MY NAME IS BUDDY"

Avec cet album, Ry Cooder revisite via de nouvelles compositions, le son des "Dustbowl ballads" de GUTHRIE, SEEGER, SONNY TERRY et LEADBELLY.

Prenant comme point de départ l'odysée d'un chat errant, il décrit un monde en train de disparaître, emporté par les tempêtes, pas toujours météorologiques, qui balayent le monde aujourd'hui. Mais quelle merveilleuse musique cela laisse sur les pistes poussiéreuses !

Le banjo de Pete et Mike SEEGER dans "Suit case in my hand", l'accordéon de Flaco JIMENEZ  sur "Footprints in the snow", la guitare de Ryland COODER qui sonne comme un tube sur "Red cat till I die". Il y a aussi les voix soul de Bobby KING et Terry EVANS dans "Sundown Town", le son hyper moderne de "Three chords and the thruth".

Un véritable film ou cartoon que l'on peut suivre plan par plan. Le plus remarquable étant "One cat, One vote, One beer" où le chat devient de plus en plus triste après chaque bière, ses pleurs soulignés par la trompette du jazzman, Jon HASSEL.

ANGELIQUE IONATOS a enregistré de nombreux albums construisant ses chansons sur des poèmes. Derrière la chanteuse amoureuse de poésie, se cache une grande guitariste.

Dans son nouvel album, "Eros y Muerte" (amour et mort), Angélique Ionatos alterne 11 poèmes en GREC, FRANCAIS et ESPAGNOL. Les trois langues qui ont façonné sa culture : langue maternelle, d'adoption et celle du rêve.

Mis en musique par Angélique, les chants d'amour de Pablo NERUDA, la douleur de Kostis PALAMAS, pleurant la mort de son enfant, le noir "Matin d'avril" de Kostas KARYOTAKIS, "L'empreinte radieuse" de Anna de NOAILLES, semblent se répondre au-delà des différences linguistiques, en un dialogue secret installé par une voix profonde et irréelle. La magie opère à nouveau au son des cordes ou du bandoneon, au fil des notes subtiles de la guitare, cette même guitare, précise et surprenante, qu'Angélique IONATOS étreint depuis 1976 dans son premier album solo "I Palami sou".

Cette guitare qui n'accompagne que l'extraordinaire, dans des harmonies ouvertes et étonnantes d'expressivité au point qu'au bout de l'album "Eros y Muerte", toute l'émotion vous aura pénétré au plus profond. Et vous aurez hâte de reprendre ce voyage empreint des joies et des douleurs du monde chantées parla voix d'une déesse grecque.

MARCEL DADI "HOMMAGE"

Cette réédition du double CD "Marcel DADI Hommage" rappelle l'influence musicale immense qu'a eu ce personnage éminemment charismatique qu'était Marcel DADI, disparu en juillet 1996 à l'âge de 45 ans.

Les stars de la guitare sont là, tous styles confondus. Du picking de Michel HAUMONT, au monde classique et au-delà de Roland DYENS, du swing de ROMANE au jazz de Sacha DISTEL ou Larry CORYELL, de Pierre BENSUSAN au duo mythique de LOS INDIOS TABAJARAS, tous interprètent une composition de Marcel revisitée par leurs soins.

Qu'ils en soient les héritiers, les ainés ou les amis, on sent l'émotion et le respect tout au long des notes qu'ils envoient vers le ciel comme un hommage permanent et sans cesse répété. Le grand mélodiste qu'était Marcel DADI existe bel et bien toujours sous les doigts et dans la culture des grands artistes du monde.

07:15 Publié dans guitare | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : Culture, musique, guitare