Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 19 juillet 2007

PLUS ENCORE

Je l'aime mais plus encore

Il me bouleverse, il me renverse

Je l'aime dans mon corps

Des pieds à la tête

Il me transperce, il me bouleverse

Des pieds à la tête

Il me renverse, il me transperce.

(03.07.07)

jeudi, 05 juillet 2007

L'IVRESSE

L'ivresse présente du matin au soir

Qui comble un manque sans espoir

Qui nous met au bord du gouffre

Quand la tête et l'àme souffrent

L'ivresse des mots sur le papier

Qui sont débités, sans être reniés

En vertige doux et libérateur

Qui veut atteindre les hauteurs

L'ivresse qui court après le désir

De ton amour en devenir

Que tu cherches à contrôler

Mais que tu veux abuser

L'ivresse de l'amour d'un soir

Celle qui donne de l'espoir

Qui te met au bord du gouffre

Que le corps et les sens déchiffrent.

(24.06.07)

dimanche, 03 juin 2007

MERE

Oh ! l'amour d'une mère ! amour que nul n'oublie !

Pain merveilleux qu'un dieu partage et multiplie !

Table toujours servie au paternel foyer !

Chacun en a sa part et tous l'ont tout entier.

(Victor HUGO - Les Feuilles d'automne)

 

L'asile le plus sûr est le sein d'une mère.

(FLORIAN - Fables "La Mère, l'Enfant et les Sarigues")

 

L'épouse, c'est pour le bon conseil ; la belle-mère, c'est pour le bon accueil ;

mais rien ne vaut une douce maman.

(L. TOLSTOI, Anna Karénine)

12:05 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : poésie, poème, amour, écriture

mercredi, 18 avril 2007

J'AI LE COEUR SI FROID

J'ai le coeur si froid

C'est bien la première fois.

Il me pose tant de questions

Il en perd la raison.

Il est redevenu un enfant,

Je ne suis pas celle qu'il attend.

Comme je voudrais fuir

Je n'ai pas d'autre désir.

J'ai le coeur froid pour lui.

Je voudrais partir sans un bruit.

Comment lui faire comprendre ?

S'il pouvait enfin m'entendre...

Il est redevenu un enfant,

Je ne suis pas celle qu'il attend.

mercredi, 07 mars 2007

LA NUIT

Loin des villes, loin des foules

Quand les heures coulent

Ta présence, sans un mot,

Est pour moi un cadeau. 

L'envie me poursuit

Comment résister à la nuit ?

Fuir, peut être fuir

Pour ne rien détruire ?

Mais la nuit ensorceleuse

Reviens, majestueuse,

Mesquine et apaisante,

Galante et enivrante.

mercredi, 31 janvier 2007

RODEO (thème proposé par Ambroise)

La vie n'est pas un rodéo

Tu l'as compris, mon Roméo

Même si tu pars

Tu reviens toujours.

Même si je pars

Je reviens toujours.

Tu es fidèle

Je suis fidèle

Pas besoin de lasso pour m'attirer

L'amour seul peut m'attirer.

jeudi, 04 janvier 2007

LA PIQURE DU DESIR

Nous nous tenions la main.

Je sentais la piqûre du désir

S'enfoncer dans mon coeur énervé.

Et le désir croissait, de se sentir observé.

Oh ! l'âpre volupté que le danger procure !

(Jean Richepin, Les Caresses)

vendredi, 22 décembre 2006

JE VOUS SOUHAITE

Je vous souhaite de passer de JOYEUSES FETES de fin d'année.

JOYEUX NOEL A TOUS

 

Je vous propose ENGLISH DANCE de John DOWLAND que je joue à la guitare et à écouter pendant ces jours de fêtes.

 

 

 

 


podcast

podcast

samedi, 16 décembre 2006

JE VEUX ENCORE

Je voulais recoller les morceaux

Du miroir qui s'était brisé

Mais le sang s'est mis à couler

Des blessures sur ma peau

Pourquoi recoller les morceaux

D'un miroir où je ne peux m'y voir ?

Pourquoi recoller les morceaux

Si je ne peux plus jamais m'y voir ?

Je veux encore croire à l'histoire

Ne plus sentir que l'odeur de ta peau.

Lire dans tes yeux non plus un Au revoir

Mais le plus beau des cadeaux.

Lorsqu'en rêve on ne peut se voir dans un miroir parce qu'il est cassé, c'est que le rêveur doit nettoyer tout ce qui est terne ou trouble en lui.

vendredi, 03 novembre 2006

PENDANT QUE

Je vous propose une autre poésie de Gilles VIGNEAULT puisque vous semblez l'apprécier. Je ne sais pas s'il l'a chantée mais elle est très belle.

 

 

Pendant que les bateaux

Font l'amour et la guerre

Avec l'eau qui les broie

Pendant que les ruisseaux

Dans les secrets des bois

Deviennent des rivières

Moi, moi je t'aime

Moi, moi je t'aime

Pendant que le soleil

Plus haut que les nuages

Fait ses nuits et ses jours

Pendant que ses pareils

Continuent des voyages

Chargés de leurs amours

Moi, moi je t'aime

Moi, moi je t'aime

Pendant que les grands vents

Imaginent des ailes

Aux coins secrets de l'air

Pendant qu'un soleil blanc

Aux sables des déserts

Dessine des margelles

Moi, moi je t'aime

Moi, moi je t'aime

Pendant que les châteaux

En toutes mes Espagnes

Se font et ne sont plus

Pendant que les chevaux

Aux cavaliers perdus

Traversent les montagnes

Moi, moi je t'aime

Moi, moi je t'aime

Pendant qu'un peu de temps

Habite un peu d'espace

En forme de deux coeurs

Pendant que sous l'étang

La mémoire des fleurs

Dort sous son toit de glace

Moi, moi je t'aime

Moi, moi je t'aime

12:40 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : Poésie, amour, culture