Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 10 octobre 2017

GABRIELLE

A l'âge de 29 ans, ma mère accouchait de son 5ème enfant.

Pour l'aider à la sortie de la maternité, Gabrielle, une aide-ménagère, fut recrutée. J'ai de très très vagues souvenirs de cette dame... je n'avais que 4 ans et demi quand ma petite soeur est née. On m'a donc un peu raconté cette période. Ce serait la mère de mon père qui aurait fait la démarche pour obtenir son aide.

Patiente, courageuse, douce et efficace, elle s'occupait en priorité des lessives de notre grande famille. Le seul souvenir vague que j'ai est celui-là : je la vois dans la cuisine s'occupant du linge qui bouillait dans une lessiveuse. Elle n'était pas bavarde il me semble.

Elle aidait au ménage également. Elle ne venait pas tous les jours mais elle soulageait grandement ma mère.

5 enfants âgés de 1 an et 9 mois, 4 ans et 4 mois, 6 ans et 3 mois, 7 ans et 9 mois, plus un bébé, c'est beau mais cela fait du bruit, bouge dans tous les sens, et le linge sale de chacun s'accumule à une vitesse folle... sans parler du ravitaillement à faire chaque jour et ensuite des repas à préparer.

souvenirs,enfance,famille,écriture,jours heureux,auteur

 

mardi, 03 octobre 2017

MON 1er CHAT

Je devais avoir 7 ans quand une petite chatte de gouttière, tigrée, grise, est arrivée dans notre jardin, derrière la maison, un jour de septembre. Elle passait tous les jours nous voir et se laissait caresser. Puis elle repartait d'où elle était venue. Un jour, Maman lui apporta un bol de lait. Ainsi commença notre vie ensemble. Pas effrayée du tout, la petite chatte aimait les enfants, elle accepta le lait puis un peu de viande que maman lui offrait de temps en temps. Maman fit son enquête dans le quartier pour savoir à qui elle appartenait. La chatte n'appartenait à personne. Elle la baptisa Mimine.

souvenirs,écriture,enfance,chat,animal domestique,amour,tendresse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand j'étais bébé, mes parents avaient un lapin qui courait dans leur appartement. Ma mère me racontait qu'il entrait dans le parc à barreaux de bois où je jouais. Ce lapin fut notre premier animal de compagnie avant que Mimine ne vienne s'installer dans notre maison 6 ans plus tard.

Elle nous donnait régulièrement des chatons que maman ne désirait pas garder, sauf quelques années plus tard où son bon coeur prit le dessus. Le fils de Mimine fut appelé Moumousse, et la fille, Moussette. Je ne vous raconterai pas comment maman se débarrassait des bébés chats, je ne veux pas vous retourner le coeur. Mimine vécut à peu près 15 ans et Moussette 16 ans. Moumousse fut malheureusement heurté par une voiture dans notre rue quand il avait quelques années.

souvenirs,écriture,enfance,chat,animal domestique,amour,tendresse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Moussette nous a donné un bébé roux que nous avons offert à nos petits voisins, tombés sous le charme. Ce bébé pleurait tellement que les enfants nous l'ont rendu au bout de quelques jours. Très indépendant, ce petit rouquin voyageait beaucoup dans le quartier et, un jour, nous ne l'avons plus revu. Nous ne savons pas ce qu'il est devenu.

Nous avons recueilli d'autres chats, Mickey, Bardot, Emilie, Tendresse, Titi, etc... Arrivé au chiffre 13 ou 14, Maman tenait un cahier où elle notait quel chat était venu manger et à quelle heure, afin de ne pas privilégier l'un ou l'autre.

A la fin des années 90, ma mère a pris la décision de ne plus recueillir d'autres chats, sage décision étant donné le travail, les soucis, les soins et le coût des visites chez le vétérinaire. Egalement à cause de son âge, ma mère avait 70 ans en 1998...

(En photo, Mimine et Moussette).

 

 

jeudi, 28 septembre 2017

LA PETITE RUE SILENCIEUSE (Paul Fort)

Ce poème me rappelle mon enfance, ma petite soeur l'avait appris et avait dessiné la petite rue sur la page de gauche de son cahier de récitations.

LA PETITE RUE SILENCIEUSE

Le silence orageux ronronne.

Il ne passera donc personne ?

Les pavés comptent les géraniums.

Les géraniums comptent les pavés.

Rêve, jeune fille, à ta croisée.

Les petits pois sont écossés.

Ils bombent ton blanc tablier

Que tes doigts roses vont lier.

Je passe de noir habillé.

Un éclair au ciel t'a troublée,

Jeune fille, ou c'est donc ma vue ?

Tes petits pois tombent dans la rue.

Sombre je passe

Derrière moi les pavés

Comptent les petits pois.

Le silence orageux ronronne.

Il ne passera donc personne ?

poésie,poème,poète,culture,écriture,littérature,livre

 

 

 

 

mercredi, 13 septembre 2017

AMIS (citations)

Un ami ressemble à un habit. Il faut le quitter avant qu'il ne soit usé. Sans cela, c'est lui qui nous quitte (Jules Renard, Journal).

citations,auteur,écriture,livre,recueil,culture,littérature

 

 

 

 

 

 

Je mets en fait que si tous les hommes savaient ce qu'ils disent les uns des autres, il n'y aurait pas quatre amis dans le monde (Blaise Pascal, Pensées).

citations,auteur,écriture,livre,recueil,culture,littérature

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parmi beaucoup de bêtes dangereuses, la Providence a placé les amis autour de nous (Paul-Jean Toulet, Les Trois Impostures).

citations,auteur,écriture,livre,recueil,culture,littérature

 

vendredi, 08 septembre 2017

EMILE LE PAPILLON

Emile s’étira sur son lit de paille. Sentant la chaleur monter autour de lui, il se leva et se dirigea vers la fenêtre. Un ciel bleu azur le réveilla tout à fait.

Il resta un moment à contempler la nature qui s’offrait devant lui, puis marcha vers la porte et l’ouvrit. Dehors, il n’entendit aucun bruit, seulement les abeilles qui passaient devant lui en bourdonnant.

La chaleur pesante le décida à s’envoler à la recherche de quelques fleurs dont il raffole. Sur son chemin, il rencontra le gros hanneton qui faillit le couper en deux.

 

  • - Oh là !!! lui cria-t-il.

 

Mais le gros hanneton poursuivit son vol sans s’occuper de lui et disparut à l’horizon. Emile reprit ses esprits sur le sol caillouteux où il était tombé, déséquilibré, mais heureusement sans se faire mal.

Un jeune lézard le guettait de loin. Emile s’envola aussitôt sans avoir eu conscience du danger auquel il venait d’échapper.

Il aperçu un bouquet d’œillets rouges qui fleurissaient devant une maison jaune.

A peine avait-il posé ses pattes frêles sur une des fleurs qu’un nuage d’abeilles se jeta sur lui. Il fut une nouvelle fois déséquilibré et retomba sur le sol, les pattes en l’air avec une aile cassée. Il prit peur.

Une ombre se pencha vers lui. C’était la petite fille de la maison. Elle s’agenouilla pour le regarder de plus près.

 

  • - qu’est-il arrivé ?
  • - bonjour mademoiselle… j’ai été attaqué par un nuage d’abeilles et me voilà bien mal en point.
  • - Oh ! mon pauvre papillon. Je vois… Reste ici, je vais revenir, surtout ne bouge pas...
  • - Je crois que c’est perdu d’avance…
  • - Tu crois ? Je vais chercher de quoi te soigner. L’été n’est pas terminé, je vais te sauver, tu verras…
  • - Laisse-moi, tu perds ton temps, fillette.
  • - Je reviens, ne bouge pas.
  • - Ah, elle est têtue…

 

En voyant la petite fille s’éloigner, il se mit à trembler. Regardant autour de lui, il pensa :

 

  • - c’est bien dommage pour moi… l’été commençait à peine, je n’en ai pas profité.

La petite fille revint avec un pot de fleurs dans les mains qu’elle posa près d’Emile. Elle lui dit :

 

  • - ces fleurs vont te guérir, l’une d’elles sera ton lit. Et quand elle fanera, une autre plus belle encore la remplacera.

 

Etonné, il la laissa faire puis la remercia.

C’est ainsi qu’Emile passa le reste de sa vie dans la maison jaune.

 

Après sa mort, la petite fille s’affaiblit de jour en jour. Les médecins qui se succédèrent à son chevet essayèrent, en vain, de la sauver.

Dans tout le pays on parla de la maladie étrange de la petite fille qui vivait dans une maison jaune.

 

écriture,texte,poème,auteur,recueil,livre,culture,loisirs,littérature

 

 

vendredi, 01 septembre 2017

SEPTEMBRE

Septembre se nomme

Le mai de l'automne.

Septembre humide

Pas de tonneau vide.

citations,dictons,auteur,écriture,recueil,livre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 1er septembre : pluie de Saint Gilles ruine les glands.

Le 11 : tu peux semer sans crainte

            Quand arrive la Saint Hyacinthe

Le 15 : la rosée de Saint Albin

            Est, dit-on, rosée de vin.

Le 19 : qui sème à la Saint Janvier

            De l'an récolte le premier.

Le 21 : si Saint Matthieu pleure au lieu de rire,

            Le vin de vinaigre vire.

Le 22 : semis de Saint Maurice,

            Récolte à ton caprice.

Le 25 : à la Saint Firmin

            L'hiver est en chemin.

Le 29 : pluie de Saint Michel sans orage,

            D'un hiver doux est le présage.

            A la Saint Michel

            Départ d'hirondelles.

Le 30 : à la Saint Jérôme

            Hoche les pommes.

citations,dictons,auteur,écriture,recueil,livre

 

 

vendredi, 25 août 2017

ENFANCE

Grand-mère avait des doubles rideaux noirs aux deux fenêtres de sa salle à manger.

Le jeudi après midi, je jouais avec mon frère. Nous fermions les doubles rideaux et, dans le noir, mon frère inventait des scènes dramatiques où il finissait par mourir sous les balles des bandits. Il tombait alors sur le carrelage en disant : cuic ! Il restait quelques instants sans bouger puis se relevait. Je le regardais faire en souriant puis j'ouvrais les doubles rideaux. Nous reprenions alors la construction en mécano commencée sur la table de la salle à manger.

souvenirs,enfance,écriture,jeux,années 50,années 60

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous passions aussi des moments à lire quelques bandes dessinées ou bien nous colorions une page de l'Album à colorier que grand père nous avait offert. S'il ne faisait pas froid dehors, nous allions courir dans le jardin, autour des pruniers, et nous faisions peur aux poules. 

souvenirs,enfance,écriture,jeux,années 50,années 60

mercredi, 23 août 2017

PLUIE D'ETE

Il a plu ce matin

Bonne nouvelle

Pour les arbres

Arbustes aussi

Pour les fleurs

Pluie d'été

Soulagement

Pour arbustes

Desséchés

En souffrance

Qui crient

Depuis des mois

Il a plu ce matin

Bonne nouvelle

Pour la terre

Pour les herbes

Des prés

Pour les animaux

L'été est-il terminé ?

Temps gris

De temps en temps

Ne fait pas de mal.

poème,poète,poésie,écriture,textes

lundi, 14 août 2017

Nouvelles en vrac

. Dans le sud où j'habite, l'été n'a pas encore dit son dernier mot. La terre du jardin est très très sèche, il faut absolument arroser au pied des plantes tous les soirs.

été,saison,voyage,tourisme,rencontres copines,écriture,blog

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

. Nous avons pris des bains tous les après-midi dans notre piscine (sauf les quelques jours d'orages). En août, jusqu'à maintenant, nous avons connu des températures extrêmes (près de 40 ° le 4, et 17 ° le 9), changement climatique auquel nous devons nous habituer.

été,saison,voyage,tourisme,rencontres copines,écriture,blog

 

 

 

 

 

 

 

 

. Je finalise le manuscrit de mon prochain livre, il me faut trouver une photo au format voulu par l'éditeur pour la couverture et, surtout, relire plusieurs fois pour éliminer le plus possible de coquilles.

. Le 31 juillet, je découvre sur un réseau social qu'une copine d'enfance est hospitalisée à Béziers et le lendemain à Montpellier (nous habitions dans la même ville du nord, son père tenait le seul magasin de cycles des alentours, celui où j'ai acheté mon 1er mini-vélo en 1970 et où mes parents et grands parents achetaient les rustines et le matériel nécessaire à la réparation des cycles).

Rendez-vous est pris la veille de son retour en train dans le Nord. Je lui rend visite à l'hôpital qui se trouve à 25 minutes en voiture de chez moi. Je me demande si je vais la reconnaître ? Je ne l'ai pas vue depuis que nous étions adolescentes. Dans le couloir où elle passe et où je l'attends, je devine que c'est elle. Je l'appelle, elle me reconnaît. Elle va mieux, elle craignait un nouvel infarctus (elle en a fait deux il y a quelques années). Elle doit cependant passer un scanner dans l'après midi avant de quitter l'hôpital le lendemain. Très contente de me voir, nous parlons de quelques souvenirs anciens, elle me parle aussi de ses gros soucis personnels actuels. Aidée par une assistante sociale, elle va essayer de s'en sortir, je lui souhaite de tout coeur.

. Je prépare également, tout doucement, mes prochaines vacances.

Je vous souhaite une bonne fin de vacances !

 

jeudi, 10 août 2017

NUAGES

Nuages filent

Vers la mer

Attirés.

(photo prise ce matin vers 11 heures)

poèmes,poésie,poète,nuages,ciel,écriture