Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 30 juin 2012

LA NAISSANCE DE GRAND PERE (1893-2011 - n° 1)

Grand père est né le dernier jour du mois d'août 1893, 4ème enfant d'une famille de 5.

A sa naissance, ses frères sont âgés respectivement de 7, 4 et 2 ans. Un petit dernier arrivera 6 ans plus tard.

Je ne connaîtrai jamais le 3ème. Grand-mère parlera une seule fois de cet absent, mort très jeune, sans donner plus de détails.

Je découvrirai plus tard qu'il est décédé le 16 avril 1917 au "Chemin des Dames", en consultant l'arbre généaloqique de la famille.

souvenirs,1893,société,journal intime,nouvelles et textes brefs

 

samedi, 19 mai 2012

ANGOISSES, PEINES et PETITS BONHEURS...(QUATRE FILLES, N° 19)

Les cours à la fac sont maintenant terminés. Place est laissée à la période intense des révisions. Fuyant les écrans de télévision comme de cinéma, ainsi que toutes propositions de sorties, nos quatre filles s'enferment dans leur chambre.

Judith apprend que grand-père est tombé dans son jardin samedi et s'est cassé le col du fémur. Hospitalisé, il s'affaiblit de jour en jour.

De sa chambre, en pensée, Judith lui parle et lui demande de tenir bon.

Ce souci de santé tombe bien mal. Les examens approchent, l'angoisse devient double. Judith essaie de cloisonner ses problèmes afin que l'état de santé de son grand-père ne la perturbe pas pendant les 3 jours des épreuves écrites.

Le jour J, les examens se déroulent comme prévu. Nos quatre filles arrivent devant la salle d'examen le coeur battant. Elles avouent avoir bien mal dormi. Une boule monte dans la gorge de chacune d'elles. Le soir, elles rentrent épuisées.

Le dernier jour des épreuves écrites, Judith apprend la mauvaise nouvelle : grand-père est décédé ce matin.

Effondrée, sans un mot, elle s'enferme dans sa chambre et se jette sur son lit, les larmes aux yeux.

Le lendemain matin, Gilles appelle Anna au téléphone et lui propose une balade en forêt. Elle accepte et il vient dans l'après midi la chercher en voiture.

Arrivés au bout d'un petit chemin, il gare la voiture. Anna descend et Gilles la rejoint sous les grands arbres. Ils marchent main dans la main. Le bois mort craque sous leurs pas. Anna lui propose de s'asseoir sur un lit de feuilles mortes. Ils parlent tout bas, se croyant seuls au monde. Gilles s'approche d'elle et l'embrasse. Anna l'enlace pendant qu'au loin on entend de temps en temps un oiseau qui chante...

 société,amour,écriture,nouvelles et textes brefs

 

vendredi, 04 mai 2012

AU JARDIN

J'ai enfin terminé d'aménager mon escalier de verdure. Les plantes sont encore petites mais elles vont s'étoffer avec le temps.

journal intime,nouvelles et textes brefs,écriture,société fêtes,mai

 journal intime,nouvelles et textes brefs,écriture,société fêtes,mai

 

 

 

 

 

 

journal intime,nouvelles et textes brefs,écriture,société fêtes,mai

 

jeudi, 19 avril 2012

HUMOUR BELGE EN BOUTEILLE

BIERE ZOT  19 (1224 x 1632).jpgTROLL BIERE 15 (1632 x 1224).jpgZIZI COIN COIN 21 (1224 x 1632).jpgPARTY BOX BIERE 20 (1224 x 1632).jpgBIERE NAIN 18 (1224 x 1632).jpgBABY BOTTLE 16 (1632 x 1224).jpgBIERE BON SECOURS 17 (1632 x 1224).jpg

mercredi, 11 avril 2012

PAYSAGES...

Quelques paysages sous un ciel mitigé. La route est bonne, tranquille et le décor magnifique.

voyages,tourisme,paysages,écriture,livre,littérature,nouvelles et textes brefs

voyages,tourisme,paysages,écriture,livre,littérature,nouvelles et textes brefs

voyages,tourisme,paysages,écriture,livre,littérature,nouvelles et textes brefs

Voyages, tourisme, paysages, écriture, livre, littérature, nouvelles et textes brefs

 

jeudi, 05 avril 2012

COMMENT NOEMIE S'EN EST SORTIE DE SA RELATION AVEC ERIC ? (Quatre filles, n° 18)

On était au mois d'août, Noémie avait trouvé un petit job d'été dans un supermarché. Eric l'attendait chaque soir à la sortie de son travail. Il s'avançait vers elle et chaque fois lui tendait un nouveau cadeau en disant : "Bonsoir, j'ai pensé que cela te ferait plaisir".

Elle répondait : "Excuse-moi, mais je suis pressée, j'ai des courses à faire... ".

- ce n'est pas grave, on va les faire ensemble.

Et Noémie se trouvait de nouveau prise au piège, comme au premier jour, quand il l'avait prise, enfermés tous les deux, seuls, dans son appartement.

Tous les soirs, elle cherchait une ruse pour le décourager. Il savait où elle travaillait. Elle ne pouvait pas abandonner son travail qui lui permettait de payer ses études. Elle n'avait plus qu'à attendre la fin de son contrat. Elle se souvenait qu'elle avait dévoilé certains pans de sa vie privée le jour où elle l'avait connu. Elle regrettait maintenant car il s'en servait pour la "piéger".

Les cadeaux d'Eric finissaient à la poubelle. Elle ne voulait pas les voir, et encore moins les garder.

Lui racontait à ses copains qu'il fréquentait une fille, la plus belle de toutes les plus belles filles du monde, disait-il. Ses copains lui donnaient des conseils et il s'inspirait également des films d'amour qu'il regardait à la télévision.

Le 1er septembre, il attendait comme d'habitude Noémie à la sortie de son travail. Il patienta une demi-heure, regardant sa montre toutes les 5 minutes et tounant en rond. De plus en plus énervé, il appela Noémie sur son portable mais elle ne répondait pas. Il appela alors Judith et celle-ci lui annonça que Noémie avait terminé son contrat.

Furieux, il partit à vive allure, au volant de sa voiture. Il pensa se rendre chez Noémie mais il craignait de voir ses parents. Il rentra chez lui, posa sa veste sur une chaise et se rendit chez son meilleur copain. Ils burent plus que de raison en mangeant une paëlla.

Noémie pensait être délivrée mais Eric restait décidé à aller jusqu'au bout.

Il appela un samedi matin chez elle. Elle était seule et passait l'aspirateur dans le salon.

Noémie décrocha et entendit Eric lui dire "bonjour, tu vas bien ?" Elle raccrocha aussitôt sans un mot.

Elle remit l'aspirateur en route mais le téléphone sonna de nouveau.

Elle décrocha et entendit la voix menaçante d'Eric lui crier : "ça va aller mal pour nous deux !".

Elle raccorcha, toute tremblante.

Au bout d'un quart d'heure, quelqu'un sonna à la porte. Pensant au facteur, elle ouvrit et repoussa vivement la porte. Eric était derrière et criait dans le couloir.

Noémie recula sans faire de bruit... Puis, au bout d'un autre quart d'heure, elle se dirigea vers la fenêtre et vit la voiture d'Eric démarrer bruyamment...

nouvelles et textes brefs,écriture,livres,société

 

 

 

 

 

 

 

samedi, 31 mars 2012

AIMEZ-VOUS LA POESIE, BELLE JEUNESSE ?

Un jour assise sur un banc, je lisais, une jeune fille à côté de moi attendait le tramway.

Plongée dans mon bouquin, j'entendis au bout de quelques minutes : "Oh, c'est beau Madame ! C'est quoi ?".

Surprise, je lui ai expliqué qu'un ami d'enfance avait écrit ces poèmes et qu'il avait édité plusieurs livres, dont celui-ci.

Mon coeur, réchauffé par cet intérêt que je ne soupçonnais même pas, se dit alors que rien n'était perdu...

La jeune fille est montée dans le tram, moi également, mais je ne l'ai plus revue depuis ce jour.

 livres.jpg

dimanche, 25 mars 2012

GILLES ET SA MUSIQUE (Quatre filles, n° 17)

Gilles regarde partir Anna et dit à David :

- elle est pas mal la petite brune...

- oui mais je préfère la blonde...

- laquelle ?

- celle habillée en rose...

- on est bête, on a oublié de leur demander leur nom.

- elles vont peut être revenir ?

- oui, rien n'est perdu...

- Bon ! on y va ?

- où ça ?

- Mais répéter, tu as déjà oublié ?

- non, mais j'étais perdu dans mes pensées...

- c'est ça, pour une fille...

- D'accord, on y va.

Gilles, David et Antoine se lèvent et quittent la terrasse du café Chez Jo.

Ils se dirigent vers la station de tramway.

 

société,musique,écriture,nouvelles et textes brefs,villes

Une chance pour eux, à cette heure peu de monde attend sur le quai.

Le tramway arrive enfin. Mais au bout de 10 minutes de trajet, ils remarquent un groupe de collégiennes qui se met à courir d'un bout à l'autre de la rame, affolées, comme pour échapper à quelqu'un ou quelque chose.

A la prochaine station, elles descendent, puis rentrent dans la rame, puis ressortent en criant, empêchant la fermeture automatique des portes. Le tramway ne démarre pas. Une équipe de gardiens arrive et questionne les collégiennes sur le quai. Elles remontent dans le tramway qui repart.

Gilles regarde ses deux copaines et dit :

- on ne va pas être en avance.

- rien ne sert de courir, il faut partir à point, répond Antoine.

- mais quoi ?

- on a perdu du temps chez Jo.

- si on ne peut pas prendre un peu de bon temps...

- c'est bien ce que je disais...

En rentrant chez elle, Anna se connecte au site de Gilles, celui indiqué sur la carte qu'il lui a remise.

Elle découvre qu'il est inscrit à la Sacem.

Un musicien et en plus compositeur, voilà un bon point pour lui...

Elle cherche plus avant dans les pages du site et écoute les extraits de quelques morceaux qu'il aurait écrits.

Ce qu'elle entend lui laisse une impression agréable même si elle ne sait pas trop si elle aime ou pas.

Entendant sa mère l'appeler du bas de l'escalier, Anna ferme son ordinateur et descend...

 

samedi, 17 mars 2012

APRES 3 ANS

Après 3 ans de travaux intensifs (ouf !) et de grands bouleversements dans les quartiers traversés, la ligne 3 du tramway de Montpellier sera enfin inaugurée le 8 avril...

Depuis 2001, la ligne 1 du tram (bleu) roule en rencontrant un grand succès. La ligne 2 (jaune) est un peu moins fréquentée. En tout, 4 lignes circuleront dès le mois d'avril.

société,écriture,villes,transports,nouvelles et textes brefs

société,écriture,villes,transports,nouvelles et textes brefs

dimanche, 11 mars 2012

CHEZ JO (Quatre filles n° 16)

société,écriture,nouvelles et textes brefsAssises à la terrasse du Café Chez JO, nos 4 amies se réchauffaient au soleil du mois de mars en discutant de la prochaine manifestation étudiante.

Trois garçons s'installèrent à la table voisine. Anna tourna la tête. Son coeur chavira.

Parmi eux, un beau brun longiligne sortait un paquet de cigarette de la poche de sa veste noire tout en parlant à ses copains.

Elle cligna des yeux et essaya de reprendre le cours de la conversation avec Nathalie, sa cuillère tournant et tournant dans sa tasse à café.

- Eh ! les filles ! il fait beau aujourd'hui ! vous êtes magnifiques !

Quatre paires d'yeux se tournèrent vers Gilles.

La cuillère s'arrêta de tourner.

Judith claironna :

- Oui et les cours seront bientôt terminés !

- Vous êtes étudiantes ?

- oui ! et vous ?

- euh, oui, un peu. Et musiciens surtout !

- Ah ! et vous jouez quel genre de musique ?

- un peu de tout. Vous êtes intéressées ?

- oui, cela dépend...

- il faudra venir nous écouter...

Noémie se leva après avoir regardé sa montre.

- nous devons partir, nous avons un cours dans dix minutes.

- attendez...

Gilles sorti son portefeuille et tendit à Anna une carte de visite qu'elle s'empressa de prendre en le remerciant.

Son coeur s'affola. Elle regarda la carte et dévisagea Gilles en disant :

- vous venez souvent boire un café ici ?

- quand notre emploi du temps le permet.

Noémie, interrompant la conversation, cria du coin de la rue qu'elle n'avait pas le temps d'attendre.

Anna se leva et prit son sac en rangeant la carte de Gilles dans son agenda. Elle fila en faisant un signe de la main aux garçons puis rattrapa ses amies.