Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 01 novembre 2006

EN ROUTE POUR LES REVES

Tu as mis en route les rêves

Que l'on capte à la lueur

D'une nuit aux heures brèves

Tant de moments de bonheur

Sous une nuit étoilée !

Dans les draps tu t'es faufilé

Tu vis dans ton univers

Tu refais le monde à ta manière

Le monde tel que tu l'aimes

Le monde tel que je l'aime

Plein d'amitié, plein de tendresse

Voilà notre seule richesse.

22:25 Publié dans Mes poèmes | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : poésie, amour

jeudi, 19 octobre 2006

ON N'EST PAS SERIEUX, ON A 16 ANS (pour Laura)

Un amour qui semble possible

Qui s'échappe pour un motif futile

Fleuri trop vite, trop tôt

On n'est pas sérieux, on a seize ans

Amour fleuri trop tôt

On se dit qu'on a tout le temps.

Seize ans, premiers émois

On n'ose pas faire le premier pas

Où es-tu mon beau prince noir ?

Aurais-je encore la joie de te revoir ?

Je te cherche dans les îles bleues

Je lis encore sans oublier

Ton écriture à l'encre bleue

Restée gravée sur le papier

Le feu brûle encore la nuit

Dans mes rêves où je fuis

Je me dis que c'est bien ainsi

Tu m'as protégée de ta vie

De révolté, de colères

Contre ce monde de misères

Qui ne t'a pas fait de cadeaux

Il me reste juste tes mots

J'espère te revoir tout là-haut

Dans un monde qu'on dit très beau

Où l'on trouve le repos

Et où l'on oublie ses maux.

23:05 Publié dans Mes poèmes | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : poésie, amour

mercredi, 04 octobre 2006

LE LEZARD

Un lézard me regarde, immobile

Sur l'appui de ma fenêtre.

Je vois ses yeux qui pétillent

Il va filer peut être

Si je fais des gestes vifs.

Le ciel noir de nuages

L'a rendu si naïf

Qu'il veut ma maison en partage

Moi je reste là, toute attendrie

Par son envie de rester

Mais ses yeux se sont assombris.

Il a déjà choisi de filer.

11:25 Publié dans Mes poèmes | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : poésie, nature

lundi, 25 septembre 2006

J'AI PRIE

J'ai prié pour retrouver mes amis

Prié pour que mes ennemis m'oublient

Prié pour qu'enfin l'on me comprenne

Prié pour qu'enfin l'on m'aime

Telle que je suis

Pas qu'on me fuie

Prié pour que la vie me sourie

Prié pour pouvoir m'en sortir

Prié pour prendre mon destin en main

Prié pour réussir tous les matins

Et dans le miroir pouvoir me regarder

Sans avoir trop de regrets

Prié pour garder la route

Prié pour chasser mes doutes

Prié pour tuer mes angoisses

Prié pour tuer la poisse

Dans ce monde en déroute

Et garder la route coûte que coûte.

14:35 Publié dans Mes poèmes | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : poésie, culture

jeudi, 14 septembre 2006

ARRIERE-SAISON

De l'été tout en couleurs

Il reste la couleur de ta peau

Dorée par un soleil rieur

Comme là-bas, à Rio,

Le ballet incessant des bateaux

Roulant comme des maisons sur l'eau

Et les milliers de coquillages

Par les vagues jetés sur la plage.

De l'été tout en couleurs

Nous oublions son ardeur.

Annonçant la venue d'un orage

Dans un ciel de nuages

Comme sur un tableau de Turner,

Un grand coup de tonnerre

A fait trembler notre maison.

Nous voilà arrivés à l'arrière-saison.

21:35 Publié dans Mes poèmes | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : poésie, culture

lundi, 21 août 2006

TRACES

Mes yeux se sont fermés

Déjà planent mes pensées

Vers toi. Je t'imagine

Plonger dans l'eau cristalline.

De ton bateau, le soir

Tu vois le soleil couchant

Et assis dans le noir

Tes pensées à l'instant

Rejoignent les miennes.

Tu te poses tant de questions,

Tant de points d'interrogation

Sans qu'une réponse ne vienne.

Le temps passe et passe,

Tu as laissé des traces

Dans le grand livre de ma vie.

C'est ta route que je suis.

Je veux éviter le naufrage.

Je te donne mon amitié

Et je retrouve le courage

Je ne perds pas pied

Tu ne sais pas que je tremble

En attendant l'heure d'être ensemble.

dimanche, 20 août 2006

FIN D'ETE

Les feuilles jaunies sont tombées

Sur le sol tout trempé

Par un orage perdu

Et la pluie tant attendue.

Il faut aller couper le bois

On le mettra dans la cheminée

Pour les jours où nous aurons froid

Quand nous nous serons promenés.

Le soleil se fait plus timide,

Les nuages plus envahissants,

Les soirées plus rapides.

Et je regarde les passants

Marcher en groupe ou par deux

Qui bavardent joyeux.

Nos valises sont rangées

Jusqu'au prochain été.

Le soleil a laissé des traces.

Aucun souvenir ne s'efface.

Tous ces instants de bonheur

Se lisent dans nos coeurs.

mardi, 08 août 2006

L'ETE S'ETALE

L'été s'étale en jaunes reflets

La pluie se fait encore désirer

La nuit apporte sa fraîcheur

Au clocher sonnent les heures

Les promeneurs, dans leurs gros souliers,

S'apprêtent à partir, sac au dos,

Sur les chemins d'herbe brûlée

Ils forment un long troupeau

Ils se croient seuls au monde

On n'entend que le chant des oiseaux

Le souffle du vent qui gronde

L'eau qui coule dans le ruisseau.

Les arbres sur la route emmêlés

Leur offrent un peu de fraîcheur.

Dans les airs se sont élancés

Les parfums des herbes et des fleurs.

Ils vont rentrer un peu las

Un bon repas les attend

Demain il sera encore temps

De visiter d'autres espaces,

D'autres lieux et marcher

Dans la magie de la fin de l'été.

mardi, 18 juillet 2006

TON ENCRE BLEUE

Seize ans, premiers émois

On n'ose pas faire le premier pas

Où es-tu mon beau prince noir ?

Aurais-je encore la joie de te revoir ?

Je te cherche dans les îles bleues

Je lis encore sans oublier

Ton écriture à l'encre bleue

Restée gravée sur le papier.

Le feu brûle encore la nuit

Dans mes rêves où je fuis

Je me dis que c'est bien ainsi

Tu m'as protégée de ta vie

De révolté, de colères

Contre ce monde de misère

Qui ne t'a pas fait de cadeaux.

Il me reste juste tes mots.

J'espère te revoir tout là-haut

Dans un monde qu'on dit très beau

Où l'on trouve le repos

Où l'on oublie ses maux.

lundi, 17 juillet 2006

DANS LES CHEMINS CREUX

A l'ombre des grands chênes

Et dans les chemins creux

Pas une âme qui vienne

Troubler les lièvres heureux.

Les pierres chauffent au soleil,

Les serpents glissent entre elles,

Les buissons frémissent au vent,

Les insectes vont bourdonnant.

J'entends le clocher sonner.

Vite, je dois rentrer

Un bouquet à la main.

Je reviendrai demain

Marcher dans les chemins creux

Guetter les lièvres peureux.