Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 29 juin 2011

LE JARDIN A LA FETE

jardinage, fleurs, saisons, journal intime, écriturejardinage,fleurs,saisons,journal intime,écriturejardinage,fleurs,saisons,journal intime,écriturejardinage,fleurs,saisons,journal intime,écriturejardinage,fleurs,saisons,journal intime,écriturejardinage,fleurs,saisons,journal intime,écriturejardinage,fleurs,saisons,journal intime,écriture

jeudi, 21 avril 2011

LA VIE SEMBLE ETRANGE

Ils se sont raconté leur vie.

Ils se sont quittés, tristes et fatigués.

Maintenant l'été est là.

Entre le soleil, l'herbe,

Les fleurs et le ciel bleu,

La vie semble étrange

Elle est sans dessus, dessous....

écriture,société,journal intime,livre,littérature

vendredi, 15 avril 2011

EN VELO AVEC MON PAPA

Mon papa s'apprête à partir travailler. Il y va en vélo car c'est à l'autre bout de la ville. Pour faire plaisir à sa maman, et comme je suis trop petite pour aller à l'école, il me prend avec lui. Il m'assied sur le siège attaché au porte-bagages. Cela permet de soulager maman qui a beaucoup de travail avec ma petite soeur.

Et nous voilà partis après le repas de midi. Je m'accroche fort à son manteau car j'ai un peu peur. Je ne vois pas la rue qui défile devant moi. Je regarde les maisons qui défilent sur le côté. Arrivés au portail en fer de l'usine, il me laisse sur le vélo et descend pour ouvrir. Derrière le portail, se trouve à droite la maison de mon grand père et de ma grand mère. A gauche, ce sont les bâtiments de l'usine puis les bureaux. Au fond de la cour se trouvent aussi des bâtiments où les ouvriers travaillent. Au fond à droite, se dressent de vieux bâtiments qui servent de garage et une grange en bois, comme dans les films de cow-boys.

Mon grand père est déjà au bureau, il travaille comme comptable avec une dame. Je peux le voir car il a son bureau près de la fenêtre qui donne sur la cour. Il me fait signe bonjour. Le dimanche, il m'emmène voir son bureau quand il n'y a personne.

Mon papa me dépose chez sa maman qui m'embrasse très fort et il s'en va.

J'aide ma grand mère à ranger sa cuisine comme je peux. Elle me lit une histoire. Je dessine sur du vieux papier avec de vieux crayons de couleurs. Nous allons ensuite ramasser les oeufs que les poules ont laissés un peu partout : dans la paille de la réserve à charbon, dans certains coins du jardin. Il faut bien regarder et surtout ne pas les laisser tomber. Je m'amuse aussi quelquefois avec les poules qui s'échappent dès que je veux les toucher. Mais, j'ai l'habitude. Ensuite, ma grand mère me donne un biscuit pour le goûter car l'air de la campagne ça creuse. Elle m'emmène dans le potager car il faut penser au repas du soir. J'y vois des salades, des poireaux et d'autres légumes ainsi que quelques fleurs.

Quand mon papa a fini sa journée de travail, il rentre avec mon grand père qui m'embrasse et nous buvons un verre de jus de fruit pour moi et du café pour mon papa et mes grands parents. Ils parlent de choses que je ne comprends pas.

Maintenant, il est l'heure de rentrer pour retrouver mon frère et ma soeur qui sont déjà revenus de l'école. Je fais la route en sens inverse ce qui me permet de voir les maisons de l'autre côté de la rue.

J'aime avoir les cheveux dans le vent, même s'il fait quelquefois très froid. Mais je suis bien couverte.

L'après-midi s'est bien passée et je suis contente de revenir à ma maison. La table est déjà mise et je sens l'odeur de la soupe dès que j'arrive.

livre,écriture,journal intime,société,littérature

 

 

jeudi, 10 mars 2011

VIENT JUSTE DE PARAITRE !

Retrouvez les aventures de Juliette dans mon livre qui vient juste de paraître chez TheBookEdition :

LES PETITS CARNETS BLEUS

http://www.thebookedition.com/les-petits-carnets-bleus-el...

Quatre ans de préparation et d'écriture !

 

lundi, 07 mars 2011

AU REVEIL (Le Journal de Juliette, n° 76)

Le lendemain matin, Lionel se lève tôt, s'habille sans un bruit, et quitte l'appartement, laissant Juliette qui dort encore. Au réveil, elle se souvient, regrette ce qui s'est passé, a envie de fuir.... Elle se dit que Lionel va certainement la détester. Elle rassemble ses affaires, prend une douche et s'habille. Elle attend qu'il revienne la chercher. Au bout d'une heure, la porte s'ouvre et Lionel apparaît sans dire un mot. Puis il lui demande si elle est prête. Elle prend sa valise, son manteau et sort de l'appartement avec lui...

journal intime,écriture,littérature,société,femmes

mercredi, 23 février 2011

WEEK END A PARIS (Le journal de Juliette n° 75)

A l'arrivée, elle reconnaît Lionel qui lui sourit sur le quai.

Il l'embrasse sur les deux joues et l'emmène au parking pour prendre sa voiture. Il démarre et, tout en roulant, lui parle de ses projets, du studio qu'il vient de retaper. C'est là qu'ils vont passer tous les deux le week end. Mais, avant tout, il se rend à la boulangerie de ses parents pour que Juliette puisse leur dire bonjour. L'accueil est chaleureux et on se raconte quelques souvenirs de vacances. Puis ils se rendent au studio où Juliette dépose sa valise...

vendredi, 18 février 2011

VOYAGE A PARIS (Le journal de Juliette, n° 74)

Juliette répond à Lionel qu'elle est d'accord pour le revoir et se rendre à Paris. Elle lui annonce son arrivée pour le week end du 15 février. Il lui répond qu'il l'attend avec impatience. Juliette se rend alors à la gare pour s'informer des horaires des trains. Elle achète un billet aller-retour et annonce à ses parents qu'elle ne rentrera pas ce week end. Elle espère beaucoup de cette nouvelle rencontre et imagine déjà les suites des retrouvailles. Le jour J, elle se rend à la gare, valise à la main, cherche le quai et attend. Elle a peur de se tromper mais le train arrive. Elle bondit dans le wagon, trouve une place assise et regarde autour d'elle les voyageurs en se disant qu'elle a bien de la chance, elle attendait ce moment depuis deux ans et demi....

écriture,journal intime,société,livre,littérature

lundi, 07 février 2011

UNE NOUVELLE ANNEE QUI SE PRESENTE BIEN ! (Le journal de Juliette n° 73)

Au bureau, la secrétaire de direction qui était en arrêt maladie revient pour annoncer qu'elle est enceinte. La naissance est prévue pour fin mars. Ses collègues se réjouissent de cette heureuse nouvelle d'autant plus que c'est son premier enfant. Une nouvelle standardiste est embauchée. Evelyne et Juliette deviennent tout de suite très copines.

En décembre, deux employés partent à la retraite et une petite fête est donnée en leur honneur pour les remercier du travail accompli depuis plus de 30 ans. Le recrutement de leurs remplaçants a déjà commencé. Evelyne et Juliette voient défiler dans le bureau du Secrétaire Général les quelques candidats. Elles font discrètement quelques commentaires en riant.

Pour la nouvelle année, Juliette écrit à Lionel. Celui-ci lui répond qu'il aimerait la revoir. Elle n'attendait pas mieux...

écriture,journal intime,littérature,romans,société

lundi, 27 décembre 2010

UNE ETOILE VA PASSER

Le ciel était comme du coton

Et le soleil si pâle aujourd'hui

Dans les rues les lampions

S'allument ce soir sans bruit

Les jours sont si courts que sont surpris

De voir un ciel si profond

Les passants qui s'affairent sur les trottoirs

Ils marchent en gardant l'espoir

Que les jours prochains seront heureux

Une étoile va passer là haut dans les cieux

couchant 23 11 10 399 (1002 x 672).jpg

samedi, 18 décembre 2010

LE BUREAU DE GRAND PERE

Le bureau de grand père était une pièce assez sombre, éclairée seulement par une fenêtre donnant sur la rue.

Grand père y tenait des comptes sur des grands livres. Il y lisait également le journal local en fumant la pipe. Tout était bien ordonné, bien rangé, chaque chose avait une place bien déterminée.

Je le retrouvais là, le dimanche midi, quand nous arrivions en famille pour le repas préparé par grand mère.

Dès qu'il discutait sérieusement avec papa, je partais jouer dans le jardin.

Une bibliothèque vitrée se tenait dans le coin gauche de cette pièce où règnait le calme absolu. J'ai bien essayé de m'intéresser à ce qui s'y trouvait aligné sagement, mais je n'aimais que les livres de mon grand frère.

Un canapé en cuir marron, adossé au mur près de la porte, était le seul endroit où j'aimais m'asseoir. C'est là que le Père Noël déposait ses cadeaux chaque fin d'année. Cette idée ne me semblait pas étrange, au contraire il avait la bonne idée de ne déranger personne dans la maison, lors de son bref passage.

Des bibelots anciens donnaient à ce bureau une ambiance d'un autre siècle.

Quand grand père a pris sa retraite, un autre bureau plus petit l'attendait dans sa nouvelle maison. Il avait gardé chaque meuble mais l'ambiance et les activités restaient les mêmes.

Vous retrouverez cette histoire, avec d'autres anecdotes, dans mon nouveau recueil, ELISA RACONTE, qui vient de paraître et qui est en vente dans la colonne de gauche de ce blog.BUREAU DE PEPE.jpg