Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 07 avril 2014

HEURES SEREINES (Charles CROS)

J'ai pénétré bien des mystères

Dont les humains sont ébahis ;

Grimoires de tous les pays

Etres et lois élémentaires.

Les mots morts, les nombres austères

Laissaient mes espoirs engourdis ;

L'amour m'ouvrit ses paradis

Et l'étreinte de ses panthères.

Le pouvoir magique à mes mains

Se dérobe encore. Aux jasmins

Les chardons ont mêlé leurs haines.

Je n'en pleure pas ; car le Beau

Que je rêve, avant le tombeau,

M'aura fait des heures sereines.

poésie,poèmes,poètes,écriture,livres,auteur,culture,littérature,vers,société

 

mercredi, 02 avril 2014

SAGE

On a souvent honoré du titre de sage ceux qui n'ont eu d'autre mérite que de contredire leurs contemporains (D'ALEMBERT).

C'est une grande folie de vouloir être sage tout seul.

La sagesse est à l'âme ce que la santé est pour le corps.

(LA ROCHEFOUCAULD - Maximes).

La sagesse est le commencement du beau (Joseph JOUBERT - Pensées).

citations,auteur,écriture,livre,société,culture,littérature,siècle,blog,internet

samedi, 29 mars 2014

CITATIONS

La patrie d'un cochon se trouve partout où il y a du gland.

(FENELON)

On croit mourir pour la patrie ; on meurt pour des industriels.

(Anatole FRANCE).

citations,société,auteur,écriture,littérature,culture,blog,internet,hautetfort

 

 

mercredi, 26 mars 2014

SI ELLE RIT

Si elle rit trop elle pleure

Si elle rit trop elle trompe

Si elle pleure elle a honte

Si elle pleure elle se méprise

Le rire est banal

Les pleurs ça fait mal

Les voix de l'âme

C'est normal.

poèmes,poète,poésie,écriture,société,auteur,livre,culture,littérature

vendredi, 21 mars 2014

A L'ECOLE MATERNELLE

école,souvenirs,écriture,nouvelles et textes brefs,auteur,livre,publication,littérature,société,culture,enfanceDe mes années passées à l'école maternelle, il me reste peu de souvenirs. Ce dont je me souviens, c'est que je n'ai pas pleuré le 1er jour.

Les maîtresses étaient très gentilles et douces.

J'ai très peu de souvenirs de la 1ère année de maternelle.

Je me revois avec mes petites camarades, essayant de dessiner, de recopier ce que la maîtresse avait écrit. Nous faisions des collages de papiers de couleurs différentes, nous chantions et la maîtresse nous initiait à la musique avec des tambourins que nous frappions du poing.

J'ai plus de souvenirs de la dernière année car la maîtresse avait décoré la salle de classe avec des filets de pêche, des étoiles de mer, des photos de bateaux, de mer, avec des coquillages, du sable et des algues. Et surtout, elle nous avait appris à chanter une chanson de Charles TRENET : La mer.

A la fin de l'année scolaire, nous avons chanté devant nos parents et avons été chaleureusement applaudis.

Je me souviens également de l'odeur de la peinture. Chaque enfant avait une poterie à décorer. La maîtresse nous avait donné un pot à peindre sur lequel elle avait fait des dessins. A nous de peindre le pot et de le laisser sécher toute une journée. Le lendemain ou le jour suivant, nous devions y ajouter les motifs avec une peinture d'une autre couleur.

J'ai gardé ce pot. Il est abîmé mais c'est merveilleux de savoir que je l'ai peint quand j'avais 5 ans. Il est rose et les dessins représentent des bateaux verts à voiles blanches.

Je me souviens également du cadeau que j'ai reçu au Noël de l'école : une dinette en métal !

Comme l'école était mixte, les filles avaient des petits amoureux ou fiancés. Les petits garçons avaient des amoureuses ou fiancées.

 

 

 

samedi, 15 mars 2014

EN VELO AVEC MON PAPA

Mon papa s'apprête à partir travailler. Il y va en vélo car c'est à l'autre bout de la ville. Pour faire plaisir à sa maman, et comme je suis trop petite pour aller à l'école, il me prend avec lui. Il m'assied sur le siège attaché au porte-bagages. Cela permet de soulager maman qui a beaucoup de travail avec ma petite soeur.

Nous voilà partis après le repas de midi. Je m'accroche à son manteau car j'ai un peu peur. Je ne vois pas la rue qui défile devant moi. Je regarde les maison qui défilent sur le côté.

Arrivés au portail en fer de l'usine, il me laisse sur le vélo et descend pour ouvrir. Derrière le portail se trouve, à droite, la maison de mon grand-père et de ma grand-mère. A gauche, ce sont les bâtiments de l'usine puis les bureaux. Au fond de la cour se trouvent aussi des bâtiments où les ouvriers travaillent.

Au fond à droite, se dressent de vieux bâtiments qui servent de garage et une grange en bois, comme dans les films de cow-boys.

Mon grand-père est déjà au bureau, il travaille comme comptable avec une dame. Je peux le voir car il a son bureau près de la fenêtre qui donne sur la cour. Il me fait signe bonjour. Le dimanche, il m'emmène voir son bureau quand il n'y a personne.

Mon papa me dépose chez sa maman qui m'embrasse très fort et il s'en va.

J'aide ma grand-mère à ranger sa cuisine comme je peux. Elle me lit une histoire. Je dessine sur du vieux papier avec de vieux crayons de couleurs. Nous allons ensuite ramasser les oeufs que les poules ont laissé un peu partout : dans la paille de la réserve à charbon, dans certains coins du jardin. Il faut bien regarder et surtout ne pas les laisser tomber. Je m'amuse aussi quelquefois avec les poules qui s'échappent dès que je veux les toucher. Mais j'ai l'habitude. Ensuite, ma grand-mère me donne un biscuit pour le goûter car l'air de la campagne ça creuse. Elle m'emmène dans le potager car il faut penser au repas du soir. J'y vois des salades, des poireaux et d'autres légumes ainsi que quelques fleurs.

Quand mon papa a fini sa journée de travail, il rentre avec mon grand-père qui m'embrasse et nous buvons un verre de jus de fruit pour moi, et du café pour mon papa et mes grands parents. Ils parlent de choses que je ne comprends pas.

Maintenant, il est l'heure de rentrer pour retrouver mon frère et ma soeur qui sont déjà revenus de l'école. Je fais la route en sens inverse ce qui me permet de voir les maisons de l'autre côté de la rue.

J'aime avoir les cheveux dans le vent, même s'il fait quelquefois très froid. Mais je suis bien couverte. L'après midi s'est bien passée et je suis contente de revenir à ma maison. La table est déjà mise et je sens l'odeur de la soupe dès que j'arrive.

(EXTRAIT DE MON LIVRE : ELISA RACONTE souvenirs,nouvelles et textes brefs,écriture,société,enfance,histoires,contes,livre,auteur,littérature,années 60)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

souvenirs,nouvelles et textes brefs,écriture,société,enfance,histoires,contes,livre,auteur,littérature,années 60

 

samedi, 01 mars 2014

DANS LA CHAMBRE

Dans la chambre des secrets

Brûlent les mots

Défigurés.

Rouges et noirs

Se tordent les mots

Jusqu'au désespoir.

poèmes,poésie,pète,auteur,société,écriture,livre,recueil,journal intime,vers,mots,textes,littérature,culture

vendredi, 21 février 2014

HONTE

Il y a une espèce de honte d'être heureux à la vue de certaines misères.

(LA BRUYERE - Les Caractères)

citations,culture,écriture,auteur,littérature,livre,société

 

 

 

 

 

 

Honteux comme un renard qu'une poule aurait pris.

(Jean de LA FONTAINE).

Nous aurions souvent honte de nos plus belles actions si le monde voyait tous les motifs qui les produisent.

(LA ROCHEFOUCAULD - Maximes)

Tout se paie, et la honte quelquefois aussi cher que la gloire.

(Paul-Jean TOULET).

Il n'y a que les honteux qui perdent.

Honte fait dommage.

Qui croit venger sa honte l'accroît.

Jamais honteux n'eut belle amie.

 

 

mardi, 28 janvier 2014

MON CHAT

Toi mon chat, mon roi

Mon prince de velours

Ma maison c'est chez toi

Tu me donnes tant d'amour

Quand je fais mes bagages

Tu pleures de rage

Avec toi je peux jouer

Je ne peux pas me lasser.

(20.05.2006)

poèmes,poètes,poésie,écriture,auteur,livre,littérature,société,culture,journal intime

 

vendredi, 24 janvier 2014

ECOUTE (citations)

 

Ecouter est une politesse qu'un homme d'esprit fait souvent à un sot mais que celui-ci ne lui rend jamais.

(Pierre Adrien DECOURCELLE

citations,auteur,livre,écriture,culture,littérature

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qui écoute aux portes (ou qui se tient aux écoutes) entend son fait.

Si tu veux la paix, écoute et te tais.