Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 03 septembre 2020

ST MAURICE BONNEVAL près de CHARTRES

Le frère de mon grand père paternel, Fernand, né en 1889 (100 ans après la Révolution, comme il aimait le dire), possédait une maison de vacances à St Maurice sur Loir, près de Bonneval, dans la région de Chartres. C'était une maison en T, avec deux cours séparées l'une de l'autre par le bâtiment qui servait de salon-salle à manger. Dans les années 40, il invitait ses frères et belles soeurs. à passer de bons moments ensemble dans la campagne. Ils pouvaient pêcher le poisson ou naviguer sur le Loir avec la barque qu'il possédait.

souvenirs,enfance,famille,voyages,vacances,chartres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En juillet 1959 nous avons passé une semaine dans sa maison de vacances. Nous avons traversé en voiture les routes à travers champs, passant près d'un établissement psychiatrique isolé dans la campagne de Bonneval.

Je suis montée dans la barque à Tonton Fernand avec mon frère et mes soeurs pour une promenade au fil de l'eau sur le Loir. Nous avons marché sur les routes entre les champs de blé en tenant la main de grand père et de son frère et joué avec ma cousine Sophie, elle aussi en vacances chez son grand père. On accédait aux chambres par les fenêtres ouvertes, en montant les escaliers de briques sur le côté droit de la maison, car le jardin derrière était à hauteur du 1er étage.

J'ai découvert à cette époque le plaisir de manger dehors, sous les arbres. Egalement qu'une porte pouvait s'ouvrir en deux parties, la moitié en bas pouvait rester fermée, et la moitié en haut ouverte, comme une fenêtre.

souvenirs,enfance,famille,voyages,vacances,chartres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

souvenirs,enfance,famille,voyages,vacances,chartressouvenirs,enfance,famille,voyages,vacances,chartres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis, je suis retournée en famille en août 1966, j'avais 13 ans et 10 mois. Nous étions de passage après un voyage dans l'Indre pour aller voir mes deux plus jeunes soeurs en colonie de vacances au Château de la Vernusse.

souvenirs,enfance,famille,voyages,vacances,chartres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je voulais revoir la maison de Fernand qui avait été vendue par ses deux filles, après son décès dans les années 80.

En mai 2013, je suis donc revenue à St Maurice, me rappelant avec émotion les beaux souvenirs de ces huit jours de vacances merveilleuses.

souvenirs,enfance,famille,voyages,vacances,chartressouvenirs,enfance,famille,voyages,vacances,chartressouvenirs,enfance,famille,voyages,vacances,chartressouvenirs,enfance,famille,voyages,vacances,chartres

 

 

 

Commentaires

Bonjour Elisabeth,
C'est toujours émouvant de voir ces photos sur le temps passé. Ton grand-oncle était une personne ouverte pour accueillir tout ce monde pour les vacances. Tu vois, tu gardes de bons souvenirs.
La maison est bien coquette aujourd'hui et c'est très plaisant à voir car combien d'autres sont tombées en ruine pour des querelles d'héritages.
Merci pour ce joli partage. Je te souhaite une bonne fin de semaine.
Elisa

Écrit par : Petits Bonheurs | jeudi, 03 septembre 2020

C'est toujours un plaisir quand les nouveaux habitants acceptent de t'ouvrir la porte des souvenirs ! J'avais revu la maison de campagne de mes grands parents avec émotion et le propriétaire avait été charmant.

Écrit par : Louisianne | jeudi, 03 septembre 2020

Louisianne : je ne suis pas entrée dans la maison en 2013, il n'y avait personne, ou du moins on n'a pas sonné, on ne voulait pas déranger. Merci de ton passage et bonne fin de journée.
Petits bonheurs : la maison a été bien entretenue au fil des années et elle est toujours très belle. J'étais heureuse de voir qu'elle servait encore et que le jardin était resté beau. Bonne fin de semaine et à bientôt. Bises.

Écrit par : ELISABETH | jeudi, 03 septembre 2020

Je me demande jusqu’à quel point ce n’est pas aussi bien que de n’avoir pas pénétrer dans cette maison. On garde parfois des images de lieu « embellies » par leur souvenir, et on constate bien souvent que le lieu en question ne correspond plus du tout à la pensée que l’on en avait. Peut-être qu’ici plutôt que de sonner avez-vous « inconsciemment » préféré garder vos souvenirs tels qu’ils sont dans votre esprits ?

Écrit par : DAN | jeudi, 03 septembre 2020

Dan : je ne voulais pas déranger. Si j'avais vu quelqu'un dans la cour ou le jardin, peut être que j'aurais demandé à entrer. En 1959, nous avons vécu la plupart du temps dehors et dans les chambres. Nous ne sommes rentrés qu'une fois dans la salle à manger. Il y avait des rubans collants suspendus au plafond pour attraper les mouches, nous étions des petits enfants et nous ne nous permettions pas d'aller où on nous invitait pas. Les autres pièces, comme le salon, peut être une bibliothèque, les chambres des adultes et la cuisine et même la salle d'eau ou de bain je ne les ai pas vues. Ma mère nous faisait la toilette dehors, comme le montre la photo noir et blanc où mon frère se tient droit, les mains sur les hanches, regardant mon père prendre la photo. En conséquence, je serai incapable de faire le plan de la maison, aussi bien en bas qu'à l'étage. J'ai trouvé que la cour devant, celle où nous prenions les repas, était petite par rapport à mes souvenirs. Mais c'est normal, j'avais 6 ans et 9 mois en 1959. Bonne soirée.

Écrit par : ELISABETH | jeudi, 03 septembre 2020

Vous voyez, je ne me trompais pas de beaucoup quand j’exprimais le fait qu’un souvenir peut se déformer par rapport à la réalité, ainsi en est-il pour la cour que vous avez revue et qui vous semble aujourd’hui bien petite par rapport au souvenir que vous en aviez, on se forge des souvenirs d’enfance avec des yeux d’enfants aussi ne faut-il jamais espérer les retrouver tels quels sinon on est déçu.
Mais je ne vais pas philosopher plus longtemps et vous souhaite une bonne nuit.

Écrit par : DAN | jeudi, 03 septembre 2020

La maison est encore là... on l'entretient bien, visiblement. Certainement parce qu'elle a une belle âme.

Écrit par : Bonheur du Jour | vendredi, 04 septembre 2020

Tu es bien courageuse d'avoir fait ce "pèlerinage"; parfois certains bons souvenirs provoquent de petits pincements au cœur.

Écrit par : Chinou | vendredi, 04 septembre 2020

Chinou : j'appréciais énormément les frères de mon grand père. L'aîné avait perdu son fils unique pendant la seconde guerre et il reportait son affection sur ses petites nièces et petits neveux, ainsi que ses nièces et neveux. La famille était très unie d'autant plus qu'un des frères de mon grand père a été tué pendant la 1ère guerre et qu'une soeur, née entre mon grand père et le dernier garçon, est décédée de méningite avant l'âge de 2 ans. Tous ces malheurs ont resserré les liens entre frères. Et puis c'était l'époque de la découverte des congés payés. La 1ère photo de mon article a été prise avant 1940. Bonne fin de semaine et merci de ton passage.
Bonheur du jour : j'ai su par ma cousine Sophie que la maison avait été vendue et je me suis dis que ce serait bien de faire un détour, pendant un voyage dans le coin. Bonne fin de semaine et merci.
Dan : il en est de même pour toutes les maisons que j'ai connues dans mon enfance : celle de mes grands parents paternels, de ma grande tante et de sa fille, celle de mes parents également où je me vois encore jouer dans le jardin. Bonne fin de semaine.

Écrit par : ELISABETH | vendredi, 04 septembre 2020

Des souvenirs en photos très émouvants.
Bisous Elisabeth et merci pour tous tes commentaires.

Écrit par : Béa Kimcat | vendredi, 04 septembre 2020

Tu évoques de beaux souvenirs de vacances en famille, avec ces photos et tes mots. J'en ai beaucoup dans la ville où je vis, où je passais mes vacances, enfant. Bonne soirée et bisous

Écrit par : écureuil bleu | vendredi, 04 septembre 2020

A tous, j'ai rectifié une erreur et rajouté une photo de 1966, car je suis passée entre 1959 et 2013. Bon week end.

Écrit par : ELISABETH | samedi, 05 septembre 2020

nous n'allions pas en vacances
mais chaque dimanche
dans la maison de campagne de mes grand-parents

Écrit par : laura | samedi, 05 septembre 2020

Que c'est agréable que de lire ou d'entendre les autres décrire leurs souvenirs.

Écrit par : Grand-Langue | lundi, 07 septembre 2020

Grand Langue : quand ça me vient, je dois écrire les souvenirs. Bonne semaine.
Laura : grâce à mon grand père qui a payé une voiture à mon père vers 1957 ou 1958, je ne sais plus, j'étais trop petite, nous avons pu aller à Verdun en 1958 et dormir pour la 1ère fois à l'hôtel. C'est surtout mon grand père qui était très motivé. Et à l'époque les routes n'étaient pas encombrées comme maintenant. C'était très agréable de conduire, même s'il n'y avait pas d'autoroute. Bonne semaine.

Écrit par : ELISABETH | lundi, 07 septembre 2020

mon mari m'a dit aussi

Écrit par : laura | dimanche, 13 septembre 2020

Je ne me suis que très rarement retournée sur le passé et les moments passés chez mes grands parents qui m'ont élevé par la force des choses...
La vie m'a envoyé vers d'autres horizons plus ou moins agréables je dois dire.
Avoir un passé heureux c'est avoir envie de retrouver quelques traces !
Il reste les photos pour se les rappeler enfin quand on en a.
Bisous et merci de ton passage sur mes pages.
Bonne fin de dimanche

Écrit par : Erika | dimanche, 13 septembre 2020

Écrire un commentaire