Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 13 avril 2017

VILLAGE PAYSAGE

La couleur cendre de l'hiver disparu

Nous profitons de la palette d'avril

Sur nos épaules presque nus

Comme sur un tableau de Bazille

Nous mettons notre châle

Et partons voir un cheval

Près du champ d'oliviers

Par un chemin dévié

Marchant en silence

Je prends de l'avance

Pour voir le village

Tel un paysage

Impressionniste

Peint par l'artiste.

 

(Sur mon 2ème blog j'ai réuni tous mes poèmes : http://depoesiesenpoesies.hautetfort.com/)

 

poème,poète,poésie,paysage,peinture,printemps,cheval,nature

Commentaires

Bonsoir Elisabeth. Un petit chemin, qui sent la noisette ? comme chantait Mireille du Petit Conservatoire de la Chanson...

Écrit par : écureuil bleu | jeudi, 13 avril 2017

bonsoir Elisabeth

tout tout beau tes mots on s'y sent :) et je te souhaite un doux WE
bisous ☺☺

Écrit par : nays | vendredi, 14 avril 2017

Tu vois, moi j'y verrais bien chanter les cigales sur ce petit chemin herbeux. Tes mots chantent, ma chère Elisabeth. Je t'envoie de belles bises et te souhaite de très agréables fêtes de pâques

Écrit par : Nell | vendredi, 14 avril 2017

De bien jolis mots qui donnent l'envie d'emprunter ce paisible sentier!

Écrit par : alezandro | dimanche, 16 avril 2017

Alezandro : je l'ai pris quelquefois ce chemin, pour aller voir un cheval blanc et les fouilles archéologiques, au moins une fois par an. Il est bien agréable. Bon après midi.
Nell : c'est exactement cela, on entend les cigales chanter au bord de ce chemin de pierres de mon village. Bon après midi et bonne semaine à toi. Gros bisous.
Nays : c'est la pleine campagne et les lieux ont gardé le charme des siècles passés. Gros bisous, j'espère que tu n'as pas froid ?
Ecureuil bleu : je n'ai pas senti la noisette dans ce chemin, ça sent plutôt l'herbe sèche en été et les bois, les feuilles aux autres saisons. Bises et bonne semaine.

Écrit par : Elisabeth | mardi, 18 avril 2017

Très bonne idée de réunir tes poèmes. On peut en lire quelques uns à la suite et il y a une espèce de fil directeur, comme dans les rêves. Amitiés.

Écrit par : Ariaga | mardi, 18 avril 2017

C'est un joli paysage...
Je ne sais pas si multiplier les lieux de lecture est une bonne chose.
Pour ma part, j'ai fini par tout rassembler. :)
Merci pour ce très beau poème, Elisabeth.
Passe une douce journée.

Écrit par : Quichottine | mercredi, 19 avril 2017

Oh, un cheval dans les parages, quelle chance. Je crois que c'est ce qui me manque le plus de ne plus avoir leur voisinage.
Sympas ces suspensions, j'ai sensiblement les mêmes.
Bonne journée Elizabeth

Écrit par : Pascale | mercredi, 19 avril 2017

Ariaga : mon blog où j'ai réuni mes poèmes a été créé en janvier 2007, soit un an après celui-ci. Bonne journée. A bientôt.
Quichottine : à l'époque où j'ai créé ce deuxième blog, c'était pour alléger celui-ci. Car mon hébergeur, à l'époque et comme mon blog est gratuit, restreignait les limites de stockage. Donc je supprimais mes poèmes sur ce 1er blog pour les transférer sur le 2ème. Cela me permettait d'avoir un stockage libre pour de nouvelles notes. Et depuis 2008, il n'y a plus de limite de stockage pour mes blogs. J'ai continué à transférer mes nouveaux poèmes sur le 2ème blog. Bonne journée. Bises.
Pascale : il y a au moins 4 ou 5 chevaux dans mon environnement le plus proche et une quinzaine entre mon village et la ville voisine. Bonne journée à toi.

Écrit par : Elisabeth | mercredi, 19 avril 2017

Des toujours aussi jolis poêles, j'aime beaucoup celui-ci qui se rétrécit à la lecture jusqu'au silence de la contemplation.

Écrit par : le croquis de cote | mercredi, 19 avril 2017

Le croquis : merci beaucoup, ce sont en effet des vers qui rétrécissent (c'est voulu) au fur et à mesure qu'on avance dans la lecture. Bonne journée.

Écrit par : Elisabeth | jeudi, 20 avril 2017

Curiosité...qu'y a-t-il après le mur?
Merci pour ce joli poème, sentier caillouteux où il s'agit de ne pas se tordre les chevilles..
Bonne semaine Elisabeth.

Écrit par : colo | mardi, 25 avril 2017

Écrire un commentaire