Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 30 janvier 2017

QUATRE FILLES (9ème extrait)

Eric rentre se coucher vers vingt trois heures après avoir mangé une paella avec Pablo et Liem qui lui redonnent espoir en l'avenir. Ils lui donnent quelques conseils simples qu'il va mettre en pratique. Il s'endort après avoir monté un petit plan pour garder Noémie sous sa coupe. Le lendemain matin, après avoir pris sa douche et son petit déjeuner en vitesse, il attaque la 1ère partie de ce plan. Il appelle Judith pour avoir le numéro de téléphone de Noémie. Judith ne se méfie pas et accepte de lui rendre service. Elle en profite pour demander des nouvelles de sa santé et de son travail. Mais ne voulant pas s'étendre plus longtemps, il coupe court à la conversation, trop heureux d'avoir le précieux renseignement. Il se décide à appeler samedi matin. Brûlant de fièvre, il compose le numéro. Par chance, Noémie se trouve seule ce jour là. Elle avait profité de l'absence de ses parents pour faire un peu de ménage. Elle arrête l'aspirateur et décroche. Elle entend et reconnaît la voix d'Eric qui lui dit : bonjour, tu vas bien ? Elle raccroche aussitôt, tremblante et choquée. Elle reste sans bouger. La peur s'installe en elle. C'est pas vrai, il a osé, se dit-elle en reprenant sa respiration. Mais qui lui a donné ce numéro ? Elle remet l'aspirateur en route. Ses parents vont rentrer bientôt et il faut que tout soit terminé à leur arrivée. Le téléphone se remet à sonner. Noémie gonfle ses joues et soupire. Elle ne sait que faire, elle hésite mais pense : et si c'était important ? Alors elle arrête de nouveau l'aspirateur et va décrocher. Elle entend la voix menaçante d'Eric lui crier : ça va aller mal pour nous deux ! La respiration bloquée, ne voulant pas entendre plus, elle raccroche. Elle pense à ses parents qui ne vont plus tarder, il faut qu'elle se ressaisisse. Au bout d'un quart d'heure, quelqu'un sonne à la porte. Pensant au facteur, elle tourne la clé dans la serrure et ouvre. Mais le visage d'Eric apparaît soudain dans l'entrebâillement. Effrayée, elle lui claque la porte au nez et ferme à double tour le verrou. Eric donne un violent coup de pied dans la boiserie et se met à crier dans le couloir. Il continue de menacer. Elle se dirige lentement vers la fenêtre qui donne sur la rue et voit la voiture d'Eric qui démarre bruyamment...

filles,drague,écriture,auteur,nouvelle,nouvelles et textes brefs

Commentaires

Bonsoir Babeth
Je n'ai pas vu les autres, mais ça ne doit pas être mal
Je te souhaite une bonne soirée, bisous

Écrit par : Noisette | lundi, 30 janvier 2017

Un tantinet violent, ton Eric. La suite prend une tournure qui vire au drame... Gros bisous, ma chère Elisabeth et excellente journée. C'est l'printemps aujourd'hui!!!

Écrit par : Nell | mardi, 31 janvier 2017

bonsoir Elisabeth
hé ben pas culotté l'Eric quelle stratégie et la pauvre Noémie...j'ai peur pour elle ;)

douce soirée Elisabeth
bisous ☺☺

Écrit par : nays | mardi, 31 janvier 2017

Nays : rassure-toi, Noémie va s'en sortir, il va laisser tomber un jour. Malgré tout, elle souffre beaucoup en attendant qu'il se calme. Bonne journée. Bisous.
Nell : violent car il revendique être "propriétaire" d'elle. Tout ça parce qu'elle a eu un rapport sexuel avec lui. C'est son idée, malheureusement. Bonne journée et bises. Ici, mauvais temps depuis lundi après midi. Mais on a besoin de pluie pour le jardin. A bientôt.
Noisette : il y a du suspens, en effet. Bonne journée et bisous.

Écrit par : Elisabeth | mercredi, 01 février 2017

me voilà que je tremble!!!lol

Écrit par : l'angevine | jeudi, 02 février 2017

Une réalité que beaucoup vivent encore, hélas !
La violence dans un couple est une plaie.

Merci pour cet extrait, Elisabeth.
Passe une douce journée.

Écrit par : Quichottine | jeudi, 02 février 2017

Ton histoire est prenante. On angoisse pour Noémie...

Écrit par : écureuil bleu | dimanche, 05 février 2017

L'angevine : il y a de quoi aussi. Bonne fin de dimanche.
Quichottine : un extrait fort, j'espère que je pourrai avancer plus dans l'écriture de mon manuscrit. Je butte en ce moment. Bisous et bonne fin de dimanche. Bonne semaine.
Ecureuil bleu : oui, la pauvre a beaucoup de soucis. Bonne fin de dimanche.

Écrit par : Elisabeth | dimanche, 05 février 2017

Écrire un commentaire