Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 23 juin 2020

AOUT 1963

Maman nous permet aujourd'hui d'aller nous baigner à la piscine municipale. Il fait encore très beau mais la chaleur est lourde. Elle nous donne notre sac de plage, celui que nous avions pour partir en Bretagne, le mois dernier. Nous voulons encore profiter des vacances. Arrivés à la piscine, nous nous déshabillons dans les petites cabines individuelles. Les portes sont en bois, peintes en bleu. Elles laissent passer un peu d'air en haut et en bas. En sortant de la cabine, je vois les garçons qui se chamaillent dans l'eau. Je n'aime pas trop. Mes soeurs sont déjà prêtes à plonger. Moi j'hésite. Nous entendons au loin le tonnerre gronder. Les nuages d'orage arrivent à l'horizon. Nous voulons rester encore un peu. Je commence à me mouiller et à profiter de l'eau qui sent, malgré tout, un peu trop le chlore. Et nous jouons à nous jeter de l'eau sur les épaules et le visage. Quand les nuages arrivent au-dessus de la route, nous sortons de l'eau pour nous essuyer et rentrons dans les cabines nous rhabiller. Car le soleil s'en est allé et il commence à faire frais. Nous courons vers la maison avec nos sacs. Nous trouvons maman très inquiète. Elle nous gronde car nous aurions dû rentrer plus tôt. Elle nous explique que c'est dangereux de rester dans l'eau par ce temps. Moi, je monte dans ma chambre pour me recoiffer et me sécher les cheveux en regrettant l'attitude de maman.

(Deux photos de la piscine municipale de mon enfance, et sa situation par rapport à ma ville de naissance, dans les années 60. Je devais traverser le canal pour y aller car j'habitais de l'autre côté).

été,vacances,bains,piscine,plage,chaleur,enfance,souvenirsété,vacances,bains,piscine,plage,chaleur,enfance,souvenirs

Commentaires

…et c’est où l’autre côté du canal ?

Écrit par : DAN | mardi, 23 juin 2020

Bonjour Elisabeth,
Nos souvenirs d'enfant sont précieux. Oui, je me souviens bien de ces piscines municipales. C'était drôlement bien malgré l'odeur du chlore. Il faut dire que nous n'avions pas besoin de grand chose pour nous sentir heureux. Se rendre à la piscine était déjà extraordinaire surtout qu'à l'époque pas toutes les villes en avait une.

Écrit par : Petits Bonheurs | mardi, 23 juin 2020

Bonjour Elisabeth,
Nos souvenirs d'enfant sont précieux. Oui, je me souviens bien de ces piscines municipales. C'était drôlement bien malgré l'odeur du chlore. Il faut dire que nous n'avions pas besoin de grand chose pour nous sentir heureux. Se rendre à la piscine était déjà extraordinaire surtout qu'à l'époque pas toutes les villes en avait une.

Écrit par : Petits Bonheurs | mardi, 23 juin 2020

Bonjour @ toi Elysabeth
Les souvenirs de notre enfance sont le moteur qui nous fait avancer dans notre vie
Tu les narres si bien que j'ai cru te voir enfant
Oui ça me fait la même chose chaque fois que je vais dans mon village , et plus je vieillis et plus je plonge dans ma mémoire pour vérifier si je n'ai rien oublié...
Bonne fin de journée
Bises

Écrit par : Golondrina63Auv | mardi, 23 juin 2020

Dan : en regardant la 1ère photo carte postale, l'autre côté du canal est sur la droite. J'habitais la rue du bas, à droite, mais on ne voit pas la maison de mes parents car le boulevard est long. Pour me rendre à la piscine, je devais prendre le pont que l'on voit enjamber le canal de la Sambre à l'Oise. Il n'y avait pas de pont au bout du boulevard où j'habitais. Bonne soirée.
Petits Bonheurs : je ne suis allé dans cette piscine municipale que 2 étés (les étés du Nord de la France sont courts, avec le réchauffement climatique cela a quelque peu changé. Mais dans les années 60 on avait rarement 30 °.). Vers le 15 août, l'été météorologique était terminé. Si on partait en Bretagne pendant un mois en août, on rentrait avec un temps maussade. Et puis il fallait payer l'entrée de cette piscine, mes parents avaient 5 enfants.
Colondrina : contente d'avoir fait remonter tes souvenirs. Bonne soirée.

Écrit par : ELISABETH | mardi, 23 juin 2020

Hello Elisabeth
Une scène d'enfance qui t'a marquée. Dans cette vie d'après, les règles sont tellement différentes, tellement strictes et tellement contraignantes pour accéder aux piscines publiques...
Pour ma part, je ne supporte plus du tout le soleil et je n'aime pas trop me baigner.
e-bises lyonnaises

Écrit par : Soène | mercredi, 24 juin 2020

Soène : il y a des moments charnières dans la vie où tout bascule dans un sens différent d'avant. On doit alors se réadapter. Fait ce qui te plait, c'est le principal. Ne te force pas. En effet, actuellement le Covid nous oblige à faire attention. Quand c'est trop compliqué, ce n'est plus du plaisir. Bon après midi.

Écrit par : ELISABETH | jeudi, 25 juin 2020

Souvenirs d'enfance
marques indélébiles
Nos racines personnelles

Écrit par : ABC | jeudi, 25 juin 2020

je suis retournée deux fois à la piscine
depuis la réouverture
quel plaisir
d'autant qu'il y a peu de monde

Écrit par : laura | samedi, 27 juin 2020

Laura : je comprends ton plaisir. Pour mon histoire racontée ici, j'ai déjà publié ce souvenir plusieurs fois, depuis 2006. Comme tous ceux qui me suivaient au début de mon blog sont partis, ont disparu, sauf toi (certains sont sur facebook, d'autres ont supprimé leur blog, d'autres se sont envolés), je remets l'histoire en ajoutant des photos, que je n'avais pas il y a encore quelques années. C'est un riche commerçant de ma ville d'enfance qui avait construit cette piscine. A l'époque, années 60, on n'en profitait presque pas, il ne faisait pas assez chaud dans le Nord.
ABC : merci de ton passage. Bon week end.

Écrit par : ELISABETH | samedi, 27 juin 2020

ma soeur et moi, en Champagne, nous allions à la piscine toute l'année à pied ou en vélo

Écrit par : laura | dimanche, 28 juin 2020

Un beau souvenir d'enfance.
Biz

Écrit par : Béa | lundi, 29 juin 2020

Nous n'allions pas encore à la piscine. J'ai bien aimé ton texte qui me fait revenir en arrière. J'allais avoir 10 ans. Bises

Écrit par : Durgalola | mercredi, 01 juillet 2020

Je n'aimais pas beaucoup les piscines qui sentaient trop le chlore, et parce que j'y avais attrapé des cors aux pieds...

Écrit par : écureuil bleu | jeudi, 02 juillet 2020

Écrire un commentaire