Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 11 septembre 2019

VIEILLIR (un texte de Bernard Pivot)

J'aurais pu dire:

Vieillir, c'est désolant, c'est insupportable,

C'est douloureux, c'est horrible,

C'est déprimant, c'est mortel.

Mais j'ai préféré «chiant»

Parce que c'est un adjectif vigoureux

Qui ne fait pas triste.

Vieillir, c'est chiant parce qu'on ne sait pas quand ça a commencé et l'on sait encore moins quand ça finira.

Non, ce n'est pas vrai qu'on vieillit dès notre naissance.

On a été longtemps si frais, si jeune, si appétissant.

On était bien dans sa peau.

On se sentait conquérant. Invulnérable.

La vie devant soi. Même à cinquante ans, c'était encore très bien….Même à soixante.

Si, si, je vous assure, j'étais encore plein de muscles, de projets, de désirs, de flamme.

Je le suis toujours, mais voilà, entre-temps j'ai vu le regard des jeunes…

Des hommes et des femmes dans la force de l'âge qui ne me considéraient plus comme un des leurs, même apparenté, même à la marge.

J'ai lu dans leurs yeux qu'ils n'auraient plus jamais d'indulgence à mon égard.

Qu'ils seraient polis, déférents, louangeurs, mais impitoyables.

Sans m'en rendre compte, j'étais entré dans l'apartheid de l'âge.

Le plus terrible est venu des dédicaces des écrivains, surtout des débutants.

"Avec respect", "En hommage respectueux", "Avec mes sentiments très respectueux".

Les salauds! Ils croyaient probablement me faire plaisir en décapuchonnant leur stylo plein de respect? Les cons!

Et du « cher Monsieur Pivot » long et solennel comme une citation à l'ordre des Arts et Lettres qui vous fiche dix ans de plus !

Un jour, dans le métro, c'était la première fois, une jeune fille s'est levée pour me donner sa place…..

J'ai failli la gifler. Puis la priant de se rasseoir, je lui ai demandé si je faisais vraiment vieux, si je lui étais apparu fatigué. !!!... ?

 

-- "Non, non, pas du tout, a-t-elle répondu, embarrassée. J'ai pensé que…".

-- Moi aussitôt : «Vous pensiez que?

-- "Je pensais, je ne sais pas, je ne sais plus, que ça vous ferait plaisir de vous asseoir".

- "Parce que j'ai les cheveux blancs"?

- "Non, c'est pas ça, je vous ai vu debout et comme vous êtes plus âgé que moi, çà été un réflexe, je me suis levée".

-- "Je parais beaucoup…beaucoup plus âgé que vous"?

-"Non, oui, enfin un peu, mais ce n'est pas une question d'âge".

-- "Une question de quoi, alors?"

- "Je ne sais pas, une question de politesse, enfin je crois".»

J'ai arrêté de la taquiner, je l'ai remerciée de son geste généreux et l'ai accompagnée à la station où elle descendait pour lui offrir un verre.

Lutter contre le vieillissement c'est, dans la mesure du possible, ne renoncer à rien.

Ni au travail, ni aux voyages, ni aux spectacles, ni aux livres, ni à la gourmandise, ni à l'amour, ni au rêve.

Rêver, c'est se souvenir tant qu'à faire, des heures exquises.

C'est penser aux jolis rendez-vous qui nous attendent.

C'est laisser son esprit vagabonder entre le désir et l'utopie.

La musique est un puissant excitant du rêve. La musique est une drogue douce.

J'aimerais mourir, rêveur, dans un fauteuil en écoutant soit l'adagio du Concerto no 23 en la majeur de Mozart,

soit, du même, l'andante de son Concerto no 21 en ut majeur,

musiques au bout desquelles se révéleront à mes yeux pas même étonnés les paysages sublimes de l'au-delà.

Mais Mozart et moi ne sommes pas pressés.

Nous allons prendre notre temps.

Avec l'âge le temps passe, soit trop vite, soit trop lentement.

Nous ignorons à combien se monte encore notre capital. En années? En mois? En jours?

Non, il ne faut pas considérer le temps qui nous reste comme un capital.

Mais comme un usufruit dont, tant que nous en sommes capables, il faut jouir sans modération.

Après nous, le déluge?....Non, Mozart.

Voilà, ceci est bien écrit, mais cela est le lot de tous, nous vieillissons !...

Bien ou mal, mais le poids des ans donne de son joug au quotidien

 

Bernard Pivot

Extrait de son livre paru en avril 2011 : Les mots de ma vie.

senior,vieillesse,grand âge,bernard pivot,texte,auteur,livre,culture

Commentaires

mais il écrit très bien ce fin lettré.
Et merci de ton passage chez nous

Écrit par : les Caphys | jeudi, 12 septembre 2019

Oh merci pour ce texte, plein de vie et de sagesse. Je l'ai relu deux fois moi qui ne suis plus très jeune;-))

Écrit par : Colo | jeudi, 12 septembre 2019

Il est magnifique ce texte.
Moi aussi la première fois qu'on m'a cédé une place dans un métro j'ai sursauté et j'ai regardé le jeune homme avec des yeux ronds... Bon, ok, c'était pendant la fête des lumières, j'avais beaucoup marché, je devais avoir l'air très fatiguée, c'est ce que je me suis dit pour me consoler.
Ici je retiendrai ceci :
"Lutter contre le vieillissement c'est, dans la mesure du possible, ne renoncer à rien."
Merci pour ce partage.

Écrit par : Pastellle | vendredi, 13 septembre 2019

Mais si , nous savons tous quand vieillir a commencé. Souviens toi, c'était juste au sortir du ventre de ta mère. Mais elle se sentait jeune et avait l'avenir devant elle pour t'élever . Puis ton tour est venu et tu as eu la même réaction que ceux qui t'on précédée. Maintenant , tout le monde veut faire "djeun's" à tout prix, à grand coup de botox, de chirurgie plastique, de seins remodelés et de langage ado verlan aux antipodes du vocabulaire et tournures de phrases choisies par B.Pivot....
Alors soyons nous mêmes, heureux de notre âge qui nous a tant apporté et heureux de ce que demain nous réserve. Croyons aux vertus du plaisir.

Écrit par : Chinou | vendredi, 13 septembre 2019

Merci d'être passé chez moi Elisabeth (nous portons le même prénom)
Ce texte de Bernard Pivot je le connaissais mais j'ai pu le relire avec plaisir ... Oui, vieillir. Même si nous vieillissons tous c'est parfois difficile.
Le quotidien est basé souvent sur le jeune et le beau.
Quant-à la place cédée combien je l'ai fais enfant dans le métro parisien. On éduquait nos enfants ainsi et c'était bien.
Il y a un mot ce mot "Mamie" qui me montre que le temps passe vite. Ma Mamie partie maintenant comme j'ai pu l'aimer, ma grand mère si tendre .... mais qui ressemblait vraiment à une grand-mère ! Aujourd'hui c'est au tour de mes petites filles de dirent "Mamie" et parfois cela me chamboule !
Dieu que le temps passe vite !!!!!

Écrit par : Petits Bonheurs | vendredi, 13 septembre 2019

Petits bonheurs : c'est surtout quand on devient Mamie que l'on prend un coup de vieux alors qu'on a encore la cinquantaine et que l'on se sent bien dans son corps. Merci et à bientôt.
Chinou : jamais je ne me ferai faire de la chirurgie esthétique, je reste comme je suis, nature. Et puis je ne passe pas à la télé, donc pas la peine, on m'aime comme je suis.
Pastelle : ne renoncer à rien, exactement, dans la mesure où on ne se met pas en danger.
Colo : j'ai aimé sa façon de parler de cette étape de la vie !
Les Caphys : à bientôt. Bon week end.

Écrit par : ELISABETH | vendredi, 13 septembre 2019

Oui, que le temps passe vite et je vois bien qu'il passe, mais gardons nos rides,elles sont et resteront le témoignage de nos fous-rires, nos joies, mais aussi de nos peines, nos tracas, ce qui font la vie en somme, non? Je t'embrasse, Elisabeth et te souhaite un doux week-end

Écrit par : Nell | samedi, 14 septembre 2019

vieillir c'est surtout vivre

Écrit par : laura | samedi, 14 septembre 2019

un très beau texte, c'est vrai que c'est chiant de vieillir ; je vois le grand âge de proches, de mois en mois, des gestes leur son interdits, des déplacements, des ratés de souvenir.
Toutefois quoique nous fassions, il nous faudra tirer la révérence et laisser la place aux nouveaux.
Bises

Écrit par : durgalola | samedi, 14 septembre 2019

"Vieillir, c'est chiant parce qu'on ne sait pas quand ça a commencé"
Tout est là !

Écrit par : aliscan | dimanche, 15 septembre 2019

Bonsoir Elisabeth. C'est un très beau texte qui ne peut qu'émouvoir les retraités comme nous...

Écrit par : écureuil bleu | mardi, 17 septembre 2019

Ecureuil : je l'ai lu il y a quelques mois et je l'ai revu sur internet, il m'a beaucoup plu, très personnel, il nous aide à relativiser. Bonne journée.
Aliscan : d'autant plus que certaines personnes vieillissent plus vite que d'autres au même âge. Nous ne sommes pas égaux.
Durgalola : le plus dur est de perdre de l'autonomie.
Laura : alors vivons au jour le jour avec ce qui nous est donné et permis de vivre.
Nell : ton commentaire est très beau. Bonne journée à tous et bises.

Écrit par : ELISABETH | mercredi, 18 septembre 2019

J'adore ce texte, comme celui de Françoise Dorin " C'est emmerdant de vieillir ", merci pour vos commentaires ça booste le moral, bien amicalement.

Écrit par : Marynord | mercredi, 18 septembre 2019

Très beau texte de Bernard Pivot.
Vieillir je ne veux pas, mais malheureusement je ne peux rien y changer...
Je ne me fait toujours pas à la retraite, préférant dire que je suis en vacances !!!
Un jour peut-être !!!
Je reviens doucement sur les blogs que je délaisse quand je voyage...
Bisous et doux jeudi

Écrit par : l'univers d'erika | jeudi, 19 septembre 2019

permis, beurk

Écrit par : laura | dimanche, 22 septembre 2019

agenda: j'avais des occupations en 1990... que je n'ai pu
et inversement
je travaillais sur mes cours
maintenant, je travaille

Écrit par : laura | dimanche, 22 septembre 2019

Laura : ce que la vie nous permet de vivre, nous offre. Pour l'agenda, je pense aux démarches administratives qui deviennent de plus en plus prenantes.

Écrit par : elisabeth | dimanche, 22 septembre 2019

internet a pourtant simplifié certaines choses

Écrit par : laura | lundi, 23 septembre 2019

Laura : pour un carte grise il y a un an, j'ai passé 3 h sur internet à essayer de faire la demande. Peine perdue, je me suis rendue chez mon concessionnaire et il l'a faite en 10 minutes. Avant il fallait juste se rendre à la préfecture et les employés la faisaient. Maintenant c'est devenu compliqué car c'est à nous de la faire et quand on n'y arrive pas, comme la plupart des gens, on perd du temps à s'arracher les cheveux. Ceci n'est qu'un exemple.

Écrit par : ELISABETH | lundi, 23 septembre 2019

C'est joliment conté !!
Merci pour ce partage.
Biz

Écrit par : Kimcat | dimanche, 29 septembre 2019

JE TRAVAILLE A PLEIN TEMPS
SOUVIENS-toi
et je suis beaucoup sur ordi et web
donc
je perds du temps

Écrit par : laura | dimanche, 06 octobre 2019

Laura : n'empêche que je savais me débrouiller seule pour le site des avocats intranet quand je travaillais chez l'avocat, mon dernier employeur, car lui ne savait pas ou peu en informatique.

Écrit par : ELISABETH | dimanche, 06 octobre 2019

Euh non, tu ne perds pas de temps, je sais que tu travailles à plein temps. Bon week end.

Écrit par : ELISABETH | samedi, 19 octobre 2019

Écrire un commentaire